Les enquêteurs de l'ONU exigent un accès illimité à la Birmanie     France : L'occupation de la mosquée jugée cinq ans après     Royaume-Uni : des policiers suscitent la colère en entrant dans une mosquée avec leurs chaussures     Achoura 2017 : date officielle     Abu Dhabi : Présentation de manuscrits rares du Coran dans le cadre d’une grande exposition
 
Discussion en ligne avec l’administrateur du site (En cours de construction)
 
 
 
  

Il est donc interdit de les imiter en décalant une festivité de quelques jours, telle que la fête de Pâques ou de Noël...
L’Association cultuellede Sens et sa région a acheté à la commune un terrain...
Photo et commentaire  
 




 
Accueil>Les trois premiers siècles (salaf)

La mère des croyants, Maria la copte qu'Allah l'agrée 2e partie.

Le message de l'Islam

La bonne nouvelle:

A la fin de la VIIIe année, Maria mit au monde un garçon qui, issu d'un homme libre, allait affranchir sa mère de son état d'esclave. Le prophète fut transporté de joie et nomma son fils Ibrahim. Cette nouvelle fit augmenter la jalousie des autres épouses du prophète qui étaient privées de lui donner un enfant.

Aïcha avait dit plus tard, qu'elle n'avait jamais été jalouse d'une femme autant que de Maria car elle était non seulement belle mais aussi Allah lui accorda un enfant alors que les autres épouses en étaient privées.

Le décès de son fils:

Hélas! La joie du prophète et le bonheur de Maria ne durèrent pas longtemps. En effet, le nouveau-né, Ibrahim fils du messager d'Allah, tomba malade alors qu'il n'avait pas encore clos ses deux années. Maria fit appel à sa sœur pour lui tenir compagnie et veillait avec elle autour du lit d'Ibrahim. Cependant, la vie de ce dernier commença à s'éteindre petit à petit. Le prophète arriva à la maison, appuyé sur l'épaule de Abd ar-Rahman ibn Awf, parce que la douleur et la souffrance lui firent perdre ses forces. Il prit son fils dans les bras de sa mère et le mit sur ses genoux, le cœur triste.

Lorsque Ibrahim mourut, le prophète pleura et dit : «Les larmes coulent des yeux, le cœur s’attriste, mais nous ne disons que ce qui satisfait notre seigneur, nous sommes tristes de devoir te quitter, ô Ibrahim.

Le décès et l'enterrement de Maria:

Le Prophète mourra une année après la mort de son fils Ibrahim. Il laissa Maria veuve. Celle-ci s'isola dans sa demeure durant cinq ans, ne sortant que pour visiter la tombe du prophète ou se rendre à la tombe de son fils et ne recevant personne hormis sa sœur Sérine, puis mourut en l'an XVI de l'hégire. Le calife Umar appela les gens à se rassembler et à suivre le cercueil. Il dirigea la prière mortuaire sur elle et l'enterra dans le cimetière de Baqi.

Notez  




Autres articles
La mère des croyants, Maria la copte qu'Allah l'agrée 1e partie.
La bonne guidée du prophète lors du sommeil et du réveil.
Nos obligations envers les épouses du prophète.
La biographie de l’Imam Al-Boukhary (Qu'Allah lui fasse miséricorde)
Les pieux prédécesseurs et leurs mères
 

Nouveau commentaire


 
 
 
512 caractères max

Les commentaires sont modérés : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un modérateur du site.

Il est évident que les affirmations diffamatoires et les propos racistes, antisémites, islamophobes ne seront pas publiés. Les contributions trop longues ou n'ayant aucun rapport avec le sujet de l'article ou incorrecte d’un point de vue islamique ne seront pas prises en compte.


 
 
 
     
       
 
Website for Muslims
Website for non Muslims
Francais
Espanol
Chinese site
Pусский
 
Copyright © 2011 - Tout droits réservés - islammessage.com