Les enquêteurs de l'ONU exigent un accès illimité à la Birmanie     France : L'occupation de la mosquée jugée cinq ans après     Royaume-Uni : des policiers suscitent la colère en entrant dans une mosquée avec leurs chaussures     Achoura 2017 : date officielle     Abu Dhabi : Présentation de manuscrits rares du Coran dans le cadre d’une grande exposition
 
Discussion en ligne avec l’administrateur du site (En cours de construction)
 
 
 
  

Il est donc interdit de les imiter en décalant une festivité de quelques jours, telle que la fête de Pâques ou de Noël...
L’Association cultuellede Sens et sa région a acheté à la commune un terrain...
Photo et commentaire  
 




 
Accueil>Conseils et Points importants à savoir

Ni l’Islam ni les musulmans ne considèrent les attaques-suicides comme un jihad (2)

sheikh Abdel-Muhsin al-’Abbâd

 

Le jugement concernant le fait de tuer un musulman pour une cause juste ou non

Le meurtre d’un musulman peut se produire pour une cause juste ou non. La cause est juste lorsque cela arrive sous une forme de rétribution ou d’un châtiment prescrit. Et tuer sans cause juste peut se produire intentionnellement ou par erreur, et Allah dit au sujet du meurtre intentionnel : [Quiconque tue intentionnellement un croyant, Sa rétribution alors sera l'Enfer, pour y demeurer éternellement. Allah l'a frappé de Sa colère, l'a maudit et lui a préparé un énorme châtiment][1].

Et Allah dit : [Qui n'invoquent pas d'autre dieu avec Allah et ne tuent pas la vie qu'Allah a rendue sacrée, sauf à bon droit; qui ne commettent pas de fornication - car quiconque fait cela encourra une punition et le châtiment lui sera doublé, au Jour de la Résurrection, et il y demeurera éternellement couvert d'ignominie ; sauf celui qui se repent, croit et accomplit une bonne œuvre ; ceux-là Allah changera leurs mauvaises actions en bonnes, et Allah est Pardonneur et Miséricordieux][2].

Et Allah dit dans Surat ul-An’âm : [Ne tuez pas vos enfants pour cause de pauvreté. Nous vous nourrissons tout comme eux].

Allah dit dans al-Israa : [Et ne tuez pas vos enfants par crainte de pauvreté ; c'est Nous qui attribuons leur subsistance ; tout comme à vous. Les tuer, c'est vraiment, un énorme pêché][3].

Et Allah dit : [Ils sont certes perdants, ceux qui ont, par sottise et ignorance tué leurs enfants, et ceux qui ont interdit ce qu'Allah leur a attribué de nourriture, inventant des mensonges contre Allah. Ils se sont égarés et ne sont point guidés][4].

Le Messager d’Allah a dit : « Les premières affaires qui seront jugées entre les gens le Jour du Jugement sont celles impliquant une effusion de sang »[5].

En effet, le Prophète a affirmé plus tard lorsqu’il prononça le sermon d’adieu la sacralité du sang, des biens et de l’honneur des Musulman en l’assimilant à la sacralité du temps et du lieu. Abu Bakrah a donc rapporté : « Le Prophète nous a prononcé un sermon le jour du sacrifice, et il a dit : ‘Savez-vous quel jour nous sommes ?’ Nous répondîmes : ‘Allah et Son Messager savent mieux’. Il resta silencieux jusqu’à ce que nous pensions qu’il allait lui donner un autre nom. Il dit : ‘N’est-ce pas le jour du sacrifice ?’. Nous répondîmes : ‘Si !’. Puis il dit :’Quel mois sommes-nous ?’ Nous répondîmes : ‘Allah et Son Messager savent mieux’. Il se tut jusqu’à ce que croyions qu’il allait lui donner un autre nom. Il dit : ‘N’est-ce Dhul-Hijjah ?’. Nous répondîmes : ‘Si !’. Il demanda : ‘De quelle ville s’agit-il ?’. Nous répondîmes : ‘Allah et Son Messager savent mieux’. Il se tut jusqu’à ce que croyions qu’il allait lui donner un autre nom. Il dit : ‘Ne s’agit-il pas de la Ville Sainte (Makkah) ?’. Nous répondîmes : ‘Si !’. Il dit : ‘Alors votre sang, vos biens et votre honneur est sacré, tout comme sont sacrés ce jour-ci, dans ce mois-ci, et dans cette ville, jusqu’au jour où vous rencontrerez votre Seigneur. Vous ai-je transmis le message ?’. Ils répondirent : ‘Oui !’. Il dit : ‘O Allah soit témoin. Que celui qui est présent informe l’absent. Peut-être que celui à qui l’on transmettra sera plus perspicace que celui qui était présent. Alors ne retournez pas après moi à l’état de mécréance en vous frappant le cou les uns les autres.’ »[6].

Abu Hurayrah rapporte du Prophète : « Eloignez-vous des sept turpitudes ! » Ils dirent : «O Messager d’Allah, quels sont-elles ? ». Il répondit : « Le Shirk (associationnisme), la magie, le meurtre qu'Allah a interdit sauf à bon droit ; l'usurpation des biens de l'orphelin ; l'usure ; la fuite du front lors d’une expédition militaire et la fausse accusation (de fornication) des femmes vertueuses, chastes et Croyantes »[7].

D’après Ibn ‘Umar, le Prophète a dit : « Le croyant ne cessera d’être dans l’aisance de sa religion, tant qu’il ne verse pas le sang qui est illicite ». Et Ibn ‘Umar ajouta : « En effet, parmi les affaires critiques desquelles il n’y a aucune issue il y a la personne qui verse du sang illicite »[8].

‘Ubâdah ibn us-Sâmit a dit : « Nous étions avec le Messager d’Allah lors d’une réunion, et il dit : ‘Prêtez-moi serment d’allégeance que vous n’associerez rien à Allah, que vous ne commettrez pas l’adultère (zina), que vous ne volerez pas, et que vous ne tuerez pas une personne dont Allah a déclaré le sang illicite, sauf pour une cause juste. Celui qui reste fidèle à cela, alors sa récompense est auprès d’Allah. Et celui qui commet une de ces choses, la punition qu’il recevra sera son expiation (kaffârah). Et celui qui commet une de ces choses et qu’Allah le dissimule pour lui, alors son affaire est auprès d’Allah. S’Il veut, Il le pardonnera, et s’Il veut, Il le punira.’ »[9].

Ibn ‘Umar rapporte du Prophète : « Celui qui porte l’épée contre nous n’est pas des nôtres »[10].

D’après ‘Abdullah ibn Mas’ûd qui dit : « Le Messager d’Allah a dit : ‘Il n’est pas permis de verser le sang d’un homme musulman qui atteste qu’il n’y a de divinité digne d’adoration sauf Allah et que je suis Son Messager, excepté dans trois cas : la loi du talion, l’homme marié qui commet l’adultère, le renégat qui renonce à sa religion et qui se sépare de la communauté (jamâ’ah).’ »[11].

Et il est également rapporté de lui que le Prophète a dit : « Maudire un musulman est une désobéissance, et le tuer est une mécréance »[12].

D’après Ibn ‘Abbâs, le Prophète a dit : « Les gens les plus détestés auprès d’Allah sont de trois sortes : un non musulman hérétique au sein du haram, celui qui veut introduire dans l’Islam une tradition de l’époque préislamique et celui qui veut verser le sang d’une personne sans cause juste afin de répandre son sang »[13].

Et Allah dit : [Ô les croyants ! On vous a prescrit le talion au sujet des tués : homme libre pour homme libre, esclave pour esclave, femme pour femme. Mais celui à qui son frère aura pardonné en quelque façon doit faire face à une requête convenable et doit payer des dommages de bonne grâce. Ceci est un allégement de la part de votre Seigneur et une miséricorde. Donc, quiconque après cela transgresse, aura un châtiment douloureux. C'est dans le talion que vous aurez la préservation de la vie, ô vous doués d'intelligence, ainsi atteindrez-vous la piété][14].

On trouve dans le Sahih Bukhari, d’après Ibn ‘Umar : « Un jeune homme fut tué, alors ‘Umar dit : ‘Si tout le peuple de San’aa avait participé au meurtre, je les aurais tous tués’ ». Et Mughirah ibn Hakim rapporte de son père : « Quatre personnes ont tué un jeune garçon, alors ‘Umar dit … ». Et il cita des paroles similaires. Dans le Sahih Bukhari (n.7152), Jundub Ibn ‘Abdillah rapporte : « La première chose qui s’infecte dans le corps humain est l’estomac, donc celui qui peut manger uniquement les bonnes nourritures, qu’il le fasse. Et celui qui fait tout son possible pour que rien ne se place entre lui et le Paradis, sauf une poignée de sang qu’il a versé, qu’il le fasse ». Al-Hâfidh (Ibn Hajr) a cité dans al-Fath (13/130) : « Il y a également une forme marfu’ (« élevé », i.e. l’isnâd remonte jusqu’au Prophète) de at-Tabarâni, avec une chaîne contenant Isma’il Ibn Muslim, d’après al-Hasan, de Jundub, avec ces paroles : « Vous savez que j’ai entendu le Messager d’Allah dire : ‘Il n’y aura rien qui vous empêchera d’entrer au Paradis, mais il le verra comme une poignée de sang d’un musulman qu’il aura tué injustement.’ Même si ces paroles ne remontent pas jusqu’au Prophète, on leur applique la règle du marfoo’ car il ne les a pas prononcées avec son opinion. Et c’est une très forte menace contre le fait de tuer un musulman injustement ».

Et le Prophète a dit : « Celui qui se révolte contre ma communauté, combattant les pieux et les désobéissants, sans en exclure les croyants et sans respecter les traités de protection, il ne fait pas partie de moi et je ne fais pas partie d’eux »[15].

Les ahadith suivants n’ont pas été mentionnés dans les deux Sahih, mais dans at-Targhib wat-Tarhîb de al-Mundhiri et ils ont été authentifiés par al-Albâni dans Sahih ut-Targhib wat-Tarhib (1/629-634) : D’après al-Baraa, le Messager d’Allah a dit : « La fin du monde ne vaut pas autant pour Allah que le meurtre d’un musulman sans juste cause. Et même si tous les habitants des cieux et ceux de la terre se rassemblaient pour tuer un croyant, Allah les ferait tous entrer en Enfer ».

A Suivre ...

Extrait tiré du livre : Quelle Raison et quelle Religion considèrent les Attaques Suicides et la Destruction comme un Jihâd ?, Ecrit par le sheikh : Abdel-Muhsin al-’Abbâd.



[1] An-Nisaa : 93

[2] Al-Furqân : 68-70

[3] Al-Israa : 31

[4] Al-An’âm : 140

[5] Rapporté par Bukhari (6864) et Muslim (1678)

[6] Rapporté par Bukhari (67, 1741) et Muslim (1679), avec une affirmation dans le hadith de Ibn ‘Abbâs dans Sahih al-Bukhari (1739), de Ibn ‘Umar (1742) et de Jâbir dans Sahih Muslim (1218)

[7] Rapporté par Bukhari (2766) et Muslim (145)

[8] Ces deux narrations sont rapportées par Bukhari (6862-6963)

[9] Rapporté par Bukhari (18) et Muslim (1709), et la formulation est de Muslim.

[10] Rapporté par Bukhari (6874) et Muslim (171)

[11] Rapporté par Bukhari (6878) et Muslim (1676)

[12] Rapporté par Bukhari (48) et Muslim (116)

[13] Rapporté par Bukhari (6882)

[14] Al-Baqarah : 178-179

[15] Rapporté par Muslim (1848)

 

Notez  




Autres articles
Les premières choses à faire après avoir embarrassé l'Islam?
Evitez cette pratique qui annule vos bonnes œuvres!!
La sagesse du Prophète Mohammad dans l'appel à l'Islam.
Les moyens de raffermissement du musulman sur sa religion.
Quel est l'impact de la sincérité sur la validité des bonnes œuvres du croyant?
 

Nouveau commentaire


 
 
 
512 caractères max

Les commentaires sont modérés : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un modérateur du site.

Il est évident que les affirmations diffamatoires et les propos racistes, antisémites, islamophobes ne seront pas publiés. Les contributions trop longues ou n'ayant aucun rapport avec le sujet de l'article ou incorrecte d’un point de vue islamique ne seront pas prises en compte.


 
 
 
     
       
 
Website for Muslims
Website for non Muslims
Francais
Espanol
Chinese site
Pусский
 
Copyright © 2011 - Tout droits réservés - islammessage.com