France : Une mosquée plus grande à Rouen pour le mieux vivre ensemble     Algérie : L'Etat commande à l’Iran le plus grand tapis du monde pour sa grande mosquée     Autriche : La droite et l’extrême-droite remportent les législatives     Maroc : l'extension de l'Institut de formation des imams inaugurée par le roi     France : les incendiaires d’une mosquée condamnés à de la prison ferme
 
Discussion en ligne avec l’administrateur du site (En cours de construction)
 
 
 
  

Il est donc interdit de les imiter en décalant une festivité de quelques jours, telle que la fête de Pâques ou de Noël...
L’Association cultuellede Sens et sa région a acheté à la commune un terrain...
Photo et commentaire  
 




 
Accueil>La prière [salât]

L’Accomplissement des Prières (2)

Jamaal al-Din M. Zarabozo

 

Quelques Points importants relatifs aux Lois régissant la Prière

Bien que ce cadre ne se prête pas à une présentation approfondie des lois régissant les prières, il convient tout de même d’apporter quelques précisions qui y sont relatives.

Les cinq prières quotidiennes sont obligatoires pour tout Musulman adulte[1] et sain d’esprit. Seules, les femmes en états de menstrues ou de lochies ne doivent pas accomplir la prière, puisqu’elles se trouvent en état d’impureté rituelle (comme nous le verrons un peu plus loin). Par ailleurs, de telles femmes n’ont pas à rattraper ces prières plus tard.

Avant de commencer la prière rituelle, l’on doit être en état de pureté corporelle. Allah dit: [ô les croyants ! Lorsque vous vous levez pour la Salat, lavez vos visages et vos mains jusqu’aux coudes; passez les mains mouillées sur vos têtes; et lavez-vous les pieds jusqu’aux chevilles] (5:6). Le Prophète (paix et bénédiction d'Allah sur lui) a dit : « La prière n’est pas exaucée en l’absence de purification »[2]. Ainsi, par exemple, si l’on a sur nous des « souillures sexuelles » suite à une activité sexuelle ou à une éjaculation nocturne, ou si une femme vient de sortir de sa période de menstrues ou de lochies, un bain complet, appelé ghusl, s’impose avant de commencer la prière.

Dans le cas contraire, l’on doit se mettre en état de pureté en pratiquant l’ablution mineure ou wudhoo qui consiste à se laver la face, la tête, les bras et les pieds. L’ablution doit être rééffectuée avant la prochaine prière s’il y a eut une évacuation par les voies naturelles (selles, urines, gaz), un sommeil profond ou une perte de conscience. Ce préalable à la prière met davantage l’accent sur le fait que l’adoration de Dieu implique tout son être. Cependant, hormis la prière rituelle, l’ablution n’est pas requise si l’on désire tout simplement invoquer Allah.

En plus d’être en état de pureté, ses vêtements et son lieu de prière doivent être exempts d’impureté. En d’autres termes, il ne doit pas avoir de traces d’urines, de matières fécales, de sang ou de toute autre substance impure sur les vêtements et le lieu de prière. Ainsi, toute l’atmosphère environnante et le sentiment de l’individu doivent être ceux de la pureté au moment où il se met dans cette noble situation de prière et de communication directe avec son Seigneur.

Il est important de savoir que les heures de prières quotidiennes sont bien définies. Allah dit : [la Salat demeure, pour les croyants, une prescription, à des temps déterminés] (4:103). Cet horaire a été défini dans le hadith suivant : « L’Ange Gabriel « Jibril » vint voir le Prophète (Paix et bénédiction d'Allah sur lui) et lui dit : «Lève-toi et prie !» II fit alors la prière de Midi (dhor) lorsque le soleil avait dépassé son zénith ; ensuite, il revint le voir l'après-midi et lui dit : «Lève-toi et prie !». Il accomplit alors la Prière de l’Après-midi (al-Asr) lorsque l'ombre de toute chose devint égale ; ensuite, il revint le voir au coucher du soleil et lui dit : «Lève-toi et prie !». Il fit alors la prière du coucher du soleil (Al-Maghreb) alors que le soleil se couchait ; ensuite, il revint le voir durant la nuit et lui dit : «Lève-toi et prie !». Il fit la prière de la nuit (Al-'icha') alors que la nuit venait de s'installer ; ensuite, au moment où l'aube pointait, il revint le voir et lui dit : «L'aube vient d'apparaitre, Lève-toi et prie». II fit la prière de l’aube (sobh) –ou, a dit, quand le jour commença à poindre. Le lendemain, il revint le voir à midi et lui dit : «Lève-toi et prie !». Il fit la prière du dhor alors que l'ombre de toute chose était égale ; il revint le voir l'apres-midi et lui dit : «Lève-toi et prie !». Il fit la prière de l’Asr alors que l'ombre des objets avait le double de la longueur de ces objets ; il revint le voir au coucher du soleil alors que son heure était inchangée ; il fit la prière du maghreb. Ensuite, il revint le voir lorsque la moitié de la nuit ou son tiers passa et il fit la prière de Al-'icha' ; ensuite, il revint le voir lorsque la rougeur du soleil fut très vive et lui dit : «Lève-toi et prie !» ; il fit la prière de sobh. II lui dit ensuite: « L’horaire [des prières] se situe dans ces intervalles » [c'est-à-dire, dans les intervalles des deux séries de temps dans lesquels il a prié] »[3].

Malheureusement, parfois, certains Musulmans se trouvent si chargés pendant la journée qu’ils repoussent leurs prières jusqu’à la nuit et prient leurs Prières de Midi, de l’Après-midi, du Coucher du Soleil et de la Nuit en groupes de retour à la maison. Les convertis, plus particulièrement, trouvent que leurs heures de travail rendent difficile le respect de leurs heures de prières. Ils manquent parfois de confiance pour prier devant les autres ou demander un espace de prière etc. Cette pratique qui consiste à retarder les prières est incompatible avec la Législation islamique. Les prières doivent être accomplies à leurs heures prescrites et l’homme ne doit pas prendre cette affaire à la légère. Il doit s’atteler, pour l’amour d’Allah, à trouver un moyen d’accomplir ses prières à leurs heures prescrites. De plus, en cas de besoin, il peut combiner certaines prières comme celles de Midi et de l’Après-midi pour les accomplir à l’heure de l’une ou l’autre. De même, il peut combiner la Prière du Coucher du Soleil avec celle de la Nuit et les accomplir à l’heure de l’une ou l’autre.

Cependant, aucune autre combinaison n’est acceptable. Par ailleurs, l’on doit éviter autant que faire se peut de combiner les prières, par nonchalance et, une fois de plus, l’on doit s’efforcer d’accomplir chaque prière à son heure prescrit. Par conséquent, une prière correcte et convenable doit remplir les conditions suivantes :

1- L’on doit savoir que l’heure de la prière a commencé.

2- L’on doit être en état de pureté.

3- Les vêtements, le corps et le lieu de prière doivent être également exempts d’impureté.

4- Les parties intimes doivent être couvertes convenablement –pour l’homme, la partie allant du nombril aux genoux et une épaule au moins, doivent être couvertes avec des vêtements qui ne révèlent pas sa nudité ; pour la femme, tout le corps, excepté la face et les mains, doit être couvert.

5- On doit s’orienter en direction de la qibla, ou en direction de la Kaaba sacrée d’Allah à la Mecque.

6- On doit avoir une sincère intention d’accomplir la prière.

 

Il est particulièrement important d’accomplir ses cinq prières quotidiennes en communauté dans une mosquée. Nombre de textes du Qur'an et de la Sunnah soulignent l’importance de cette prière en communauté. Par exemple, le Prophète Muhammad (paix et bénédiction d'Allah sur lui) a dit : « La prière en communauté est vint-cinq fois supérieure a une prière faite a son domicile ou sur la place du marché. Il en est ainsi parce que lorsque l’un d’entre vous fait parfaitement ses ablutions et se rend à la mosquée avec l’intention de prier, il n’effectuera pas un pas, sans qu’il soit élevé d’un rang et qu’un péché lui soit pardonné. Lorsqu’il prie, les Anges invoquent Allah en sa faveur, aussi longtemps qu’il reste assis sur son lieu d’adoration, en ces termes : ‘O Allah, aie pitié de lui, O Allah, pardonne-lui ses péché, O Allah, pose ton regard sur lui’. Et aussi longtemps que vous attendez la prière, l’on vous considère comme étant toujours en prière »[4]. En réalité, de nombreux docteurs affirment que l’accomplissement des cinq prières quotidiennes en communauté est obligatoire pour les hommes.

Outre l’importance évidente des prières en communauté de manière générale, à notre avis, à partir de notre propre expérience, il est extrêmement important pour les nouveaux convertis d’assister aux prières en communautés autant que possible. Tout d’abord, c’est une preuve du sérieux que le converti accorde à l’Islam ; c’est une preuve de sa dévotion par rapport à l’accomplissement des actes les plus fondamentaux de sa nouvelle foi. Cela constituera immédiatement un bon signe aux yeux des Musulmans de sa communauté qui se montreront plus engagés à sacrifier de leur temps pour un individu aussi constant. En second lieu, il s’agit d’une opportunité idoine pour le converti de se lier aux Musulmans et copier leur exemple. Il est très difficile d’essayer de changer sa vie en une vie islamique tout en restant dans le cercle de ses amis non Musulmans. Ainsi, fréquenter la mosquée ouvrira les portes au converti pour se faire de nouveaux amis musulmans. En troisième lieu, il s’agit d’une importante opportunité pour le converti d’apprendre sur l’Islam. Dans les mosquées, l’on rencontre généralement des gens qui ont des connaissances en Islam. Le nouveau converti ne se sentira pas dépaysé ou abandonné à lui-même. Au contraire, il rencontrera des Musulmans dévoués à même de le guider et de l’assister. Bien évidemment, ces avantages s’appliquent tant aux hommes qu’aux femmes convertis. Ainsi, la femme convertie doit, elle aussi, profiter de cette opportunité pour essayer d’accomplir certaines de ses prières en communauté a la mosquée.

Le Qur'an, certes, est en arabe[5]. Le premier chapitre du Qur’an est appelé sourate al-Fatiha. Ce chapitre constitue la partie essentielle de la prière et se lit dans chaque unité de prière. Bien sûr il faut du temps pour qu’un individu apprenne à lire ce court chapitre et soit à même de le mémoriser. Jusqu’à ce qu’il arrive à mémoriser ce chapitre, il doit appliquer le principe que stipule le hadith suivant : Un homme vint au Prophète (paix et bénédiction d'Allah sur lui) et lui dit qu’il n’arrivait à rien apprendre du Qur'an et demanda au Messager d’Allah (paix et bénédiction d'Allah sur lui) de lui enseigner quelques mots qui pourrait lui suffire. Le Prophète (paix et bénédiction d'Allah sur lui) lui apprit à dire : “Subhaanallah. Wa-l-hamdulillaah. Wa laa ilaahah illa-llah. Wallahu akbar. Wa la haula wa la quwwata illa-billaah al-Alee al-Adheem”[6]. L’homme dit : « Il s’agit [des expressions de louange] à Allah. Que pourrais-je dire pour moi-même ? ». Le Prophète Muhammad (paix et bénédiction d'Allah sur lui) lui demanda de dire : “Allahumma, irhamni. Wa-rzuqni. Wa-‘afani. Wa-hdini”[7]. Lorsque l’homme se leva et s’en alla, le Prophète (paix et bénédiction d'Allah sur lui) dit : « Il a rempli sa main de bonté »[8].

Il est préférable que les convertis apprennent ces expressions et passages arabes du Qur'an directement auprès gens qui parlent correctement l’arabe. Le converti ne doit pas se fier aux translitérations, étant donné que ces dernières ne peuvent pas véhiculer les véritables prononciations des mots si l’individu ne parle pas la langue arabe. A partir de notre propre expérience, nous savons que si le converti apprend des expressions rentrant dans la prière ou des parties du Qur'an de façon incorrecte, il lui sera alors difficile de se corriger plus tard. Ainsi, dès le départ, l’on doit apprendre la prononciation de l’arabe de la meilleure des manières possibles directement auprès de ceux qui le parlent correctement.

 

Extrait tiré du livre : Guide du nouveau Converti à l’Islam, de Jamaal al-Din M. Zarabozo.

 

 


[1] C’est-à-dire, au-delà de l’âge de la puberté.

[2] Rapporté par Muslim.

[3] Il s’agit d’un hadith sahih. Voir al-Albaani, Irwaa #250. Rapporté par Ahmad, al-Nasa’i et al-Tirmidhi.

[4] Rapporté par al-Bukhari, Muslim et Abu Dawood.

[5] Une « traduction » du Qur'an ne saurait être prise pour le Qur'an. Le Qur'an c’est uniquement le texte arabe.

[6] Ces expressions signifient, respectivement, « Exalté et parfait soit Allah. A Allah toute la louange et la gratitude. Nul n’est digne d’adoration, excepté Allah. Allah est le plus grand. Il n’y a de pouvoir ou de puissance qu’en Allah, l’Exalté, le Grand. »

[7] Ces expressions veulent, respectivement, dire « Oh Allah, aie pitié de moi, accorde-moi de la subsistance, pardonne-moi et guide-moi. »

[8] Rapporté par Abu Dawoud et autres. D’après al-Albaani, il s’agit d’un hadith hasan.

 

Notez  




Autres articles
Les effets méritoires de la prière sur le Musulman
Les vertus de la prière de la nuit dans le Coran et la Sunnah
La prononciation du nom d'Allah est-elle obligatoire avant l’accomplissement des ablutions?
Celui qui ne priait pas doit il rattraper?
Comment connaitre les heures des 5 prières avec ou sans montre?
 

Nouveau commentaire


 
 
 
512 caractères max

Les commentaires sont modérés : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un modérateur du site.

Il est évident que les affirmations diffamatoires et les propos racistes, antisémites, islamophobes ne seront pas publiés. Les contributions trop longues ou n'ayant aucun rapport avec le sujet de l'article ou incorrecte d’un point de vue islamique ne seront pas prises en compte.


 
 
 
     
       
 
Website for Muslims
Website for non Muslims
Francais
Espanol
Chinese site
Pусский
 
Copyright © 2011 - Tout droits réservés - islammessage.com