Les enquêteurs de l'ONU exigent un accès illimité à la Birmanie     France : L'occupation de la mosquée jugée cinq ans après     Royaume-Uni : des policiers suscitent la colère en entrant dans une mosquée avec leurs chaussures     Achoura 2017 : date officielle     Abu Dhabi : Présentation de manuscrits rares du Coran dans le cadre d’une grande exposition
 
Discussion en ligne avec l’administrateur du site (En cours de construction)
 
 
 
  

Il est donc interdit de les imiter en décalant une festivité de quelques jours, telle que la fête de Pâques ou de Noël...
L’Association cultuellede Sens et sa région a acheté à la commune un terrain...
Photo et commentaire  
 




 
Accueil>Envers les animaux

C'est l'Islam qui protège le mieux les animaux

Dr. Mory Aboubacar Konate

On compte parmi les nombreuses preuves  qui justifient  d'avantage la subtilité et la généralité de l’islam sur tous les domaines le fait que cette religion  accorde tant d'importance à la protection des animaux, Dans le Coran faut-il rappeler, de nombreuses sourates portent le nom d’animaux. On peut citer entre autres les sourates « L'éléphant », « La vache », « L’araignée », « Les abeilles »…

Dans une critique du livre « L’animal en Islam », Éric Geoffroy résume les rapports entre l’homme et l’animal en islam : « Un verset clé du Coran établit les similitudes, et donc la proximité qui existent entre les règnes humain et animal :

« Il n’est bête sur la terre ni oiseau volant de ses ailes qui ne forment des communautés semblables à vous [humains] ! » (S6 v38).

Cela signifie que les espèces animales bénéficient du statut de créature, tout comme les êtres humains.

En vertu de ce qui précède, les « communautés » animales font l’objet d’un soin particulier chez les juristes musulmans, qui considèrent dans le principe toutes les espèces comme protégées. Ainsi, il est interdit de tuer un animal par pur plaisir, et la chasse n’est permise que dans le but de nourrir l’homme, non pour se distraire.

Al-Boukhâri et Mouslim rapportent qu’un jour, des enfants avaient attaché un oiseau vivant en le prenant pour cible. Ibn Omar s’exclama : « Le Prophète a maudit celui qui se sert de tout être vivant comme cible ». L’islam reconnaît chez l’animal une conscience. L’animal est doté d’intelligence, il souffre, il connaît Dieu, il meurt et sera ressuscité comme les humains. 

La grande considération du bien-être de l’animal est très bien illustrée à travers de nombreux récits prophétiques dont voici quelques exemples :

Le Prophète, que les éloges et le salut soient sur lui, a beaucoup insisté sur le fait de ne pas abuser des animaux qu’on utilise et que l’on côtoie. En Islam, l'homme a certes le droit de tirer profit des ressources de la terre, mais il a le devoir de le faire intelligemment et avec mesure. C'est pourquoi, organiser des combats entre animaux et se divertir par le biais de ce genre de spectacles est indigne de l’être humain. « Le Prophète a interdit d'organiser des combats entre animaux » (rapporté par At-Tirmidhi, n°1708, Abou Daoud, n°2562).

Le Prophète, que les éloges et le salut soient sur lui, rapporte également comment une personne sera châtié dans l'au-delà pour avoir fait volontairement mourir de faim une chatte : « Ni elle ne l'avait nourrie, ni elle ne l'avait libérée pour qu'elle se nourrisse d’elle-même ». (rapporté par Al-Boukhâri, n°712).

Il raconta par ailleurs qu'une autre personne, ayant donné à boire à un chien que la soif terrassait, obtint le pardon d’Allah pour ses péchés. « Serions-nous récompensés pour les animaux», demandèrent ses Compagnons. « Pour (le bien fait à) tout être vivant il y aura une récompense », répondit le Prophète. (rapporté par al-Boukhâri et Mouslim)

Aussi, le transport d’animaux doit se faire sans abus. Ainsi, le Prophète, que les éloges et le salut soient sur lui, a dit : « Lorsque vous voyagez dans une contrée verdoyante, donnez à votre chameau la part qui lui revient de la terre. Et lorsque vous voyagez dans une contrée sèche, pressez-vous afin de préserver les capacités de votre monture ».

Le Prophète, que les éloges et le salut soient sur lui, vit une fois un âne marqué sur le visage. Il désapprouva la chose et déclara : « Qu’Allah maudisse celui qui l’a marqué ainsi ! » Il ordonna que l’âne soit marqué sur sa croupe, c’est-à-dire la partie la plus éloignée du visage. (Mouslim)

Lorsqu'il faut mettre fin à la vie d'un animal, le Prophète, que les éloges et le salut soient sur lui, a demandé que cela soit fait sans le faire souffrir inutilement. Il a ainsi interdit de tuer par le feu (rapporté par Abou Daoud, n°2675).

Il a aussi demandé, à propos d'un cas de nécessité justifiant l'abattage d'un animal, que cela soit fait rapidement (Sahih at-targhib wat-tarhib, n°1076).

Voyant un jour quelqu'un qui avait immobilisé une bête qu’il s’apprêtait à sacrifier et qui aiguisait son couteau devant elle, il lui fit ce reproche : « Tu veux donc la faire mourir deux fois? Pourquoi n'as-tu pas aiguisé ton couteau avant de l'immobiliser ? » (Sahih at-targhib wat-tarhib, n°1075).

 

Notez  




Autres articles
Les animaux purs en Islam
Elever un chien à la maison en islam.
La bienfaisance à l’égard des animaux
Obligation de bienfaisance et de douceur envers les animaux (2)
Obligation de bienfaisance et de douceur envers les animaux (1)
 

Nouveau commentaire


 
 
 
512 caractères max

Les commentaires sont modérés : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un modérateur du site.

Il est évident que les affirmations diffamatoires et les propos racistes, antisémites, islamophobes ne seront pas publiés. Les contributions trop longues ou n'ayant aucun rapport avec le sujet de l'article ou incorrecte d’un point de vue islamique ne seront pas prises en compte.


 
 
 
     
       
 
Website for Muslims
Website for non Muslims
Francais
Espanol
Chinese site
Pусский
 
Copyright © 2011 - Tout droits réservés - islammessage.com