Les enquêteurs de l'ONU exigent un accès illimité à la Birmanie     France : L'occupation de la mosquée jugée cinq ans après     Royaume-Uni : des policiers suscitent la colère en entrant dans une mosquée avec leurs chaussures     Achoura 2017 : date officielle     Abu Dhabi : Présentation de manuscrits rares du Coran dans le cadre d’une grande exposition
 
Discussion en ligne avec l’administrateur du site (En cours de construction)
 
 
 
  

Il est donc interdit de les imiter en décalant une festivité de quelques jours, telle que la fête de Pâques ou de Noël...
L’Association cultuellede Sens et sa région a acheté à la commune un terrain...
Photo et commentaire  
 




 
Accueil>Les apports de la civilisation musulmane

L’héritage des sciences de la civilisation arabo-musulmane : Les mathématiques (1)

Le message de l'Islam

Tous les héritages scientifiques de la Grèce, de l'Inde, de la Perse et de la Mésopotamie ont été étudiés, assimilés et appropriés par la civilisation arabo-musulmane, qui les a, à son tour, perfectionnés. Cette éclosion scientifique puissante et multiforme a considérablement enrichi des matières aussi diverses que la médecine, la géométrie, l'astronomie ou la mécanique.

Symbole de cet âge d'or, les mathématiques connurent un essor formidable. Non content d'instaurer le système de numérotation de un à neuf, encore utilisé aujourd'hui, d'investir le zéro du statut de nombre, les arabes créèrent deux nouvelles disciplines, l'algèbre et la trigonométrie. Accordant également une importance capitale aux astres, ils conçurent le plus vieil outil pédagogique de l'astronomie : le globe céleste. Sur terre, comme leur religion exigeait de connaître la position de La Mecque, ils s'ingénièrent à améliorer la cartographie et inventèrent les premiers instruments permettant de se repérer dans l'espace.

Ce que les savants de l'époque appelaient "science des procédés ingénieux" étudiait les techniques permettant d'exploiter les énergies naturelles, telles que l'hydraulique ou l'éolienne, ainsi que leurs prolongements mécaniques, comme l'irrigation, les moulins ou les systèmes de levage. S'intéressant aussi à la chimie, ils utilisèrent leurs résultats pour de multiples domaines de la vie quotidienne, comme la confection de fards, de cosmétiques, de médicaments, de colorants ou de teintures. Ils cherchèrent par ailleurs à améliorer le quotidien du peuple, en investissant les champs de la médecine, qui connue des améliorations substantielles, de l'hygiène et même de la diététique. Les pratiques chirurgicales furent étudiées, les structures hospitalières se développèrent, tandis que les savants se penchèrent sur la botanique, la pharmacopée, la zoologie et l'art vétérinaire.

Ainsi, les avancées des uns profitant aux autres, tous les aspects sociaux, quotidiens, ou artistiques bénéficièrent des progrès des sciences. L'architecture, par exemple, appliquait les principes de la géométrie dans ses constructions, tandis que la décoration puisait dans les mathématiques l'équilibre esthétique de ses mosaïques.

Après une période de conquêtes et de consolidation politique du nouvel empire, la civilisation arabo-musulmane s'est retrouvée dans une phase de prospérité matérielle et intellectuelle tout à fait exceptionnelle. L'ampleur de son territoire et l'utilisation d'une langue commune favorisa les échanges marchands et culturels, tandis que son unité géopolitique permit une stabilité propice à la recherche scientifique, et que sa richesse encouragea le développement du mécénat.

Mais surtout, et peut-être avant tout, les élites de cette civilisation gardèrent un lien étroit avec les savoirs anciens, soit par la conservation des livres, soit par la perpétuation d'enseignements ou de pratiques savantes. Ce fut donc une véritable tradition scientifique qui se mit en place dans un empire où la liberté de pensée et l'esprit de tolérance furent sans cesse soutenus et encouragés.

 

Les mathématiques

Les sciences arabo-musulmane jouent un rôle considérable dans l'histoire universelle des sciences : du VIIIe au XVe siècle, elles contribuent très largement à leur développement, et posent ainsi les bases de la science moderne : c'est un âge d'or. Les mathématiques sont une des disciplines les plus marquées par cette période. Pourquoi ? Les Arabes ont-ils réellement inventé notre système décimal ? Quelques rappels historiques et précisions pour stopper les idées reçues.

 

Un empire très vaste

Après une période de conquête (635-750) l'empire arabo-musulman réussit pleinement son unification. Ce climat géopolitique stable offre, dès la seconde moitié du VIIIe siècle, une situation très favorable aux populations, aussi à bien celle des dirigeants qu'à celle du peuple. Cette prospérité est bien entendu le point de départ du fort développement des sciences arabes, pour trois raisons principales.

L'empire est alors un territoire vaste sans frontière qui favorise inévitablement les échanges, économiques certes, mais aussi intellectuels. De ce fait, les élites des anciens pays entrent en contact, échangent leurs idées et commencent à travailler ensemble. Chacune d'elles a conservé par ailleurs un lien fort avec ses propres savoirs anciens, par le biais des manuscrits ou des enseignements. Une mine documentaire considérable est réunie. La dernière raison majeure est l'adoption de l'arabe comme langue officielle. Cela a permis de rassembler tous les scientifiques de l'empire, d'entreprendre la traduction quasi systématique des manuscrits anciens et donc de disposer d'un savoir enrichi commun.

A partir de là, les érudits, encouragés par de puissants mécènes, entament leurs recherches. Mais attention, les inventions ne sont pas forcément celles qu'on croit.

 

Les Arabes n'ont pas inventé les chiffres

Vous pensez que les chiffres utilisés quotidiennement sont une invention arabe ? Vous vous trompez. Malgré leur nom, les chiffres de notre système décimal sont en réalité indiens. Les Arabes les ont réutilisés dans leurs travaux mais ne les ont pas découverts. Si aujourd'hui on les appelle encore "chiffres arabes" c'est parce que les Européens les ont découverts au sein de l'empire arabo-musulman plus tardivement.

 

Les Arabes n'ont pas inventé le zéro

Là encore, il s'agit d'un emprunt aux scientifiques indiens. Mais n'allez pas croire que les Arabes n'ont rien découvert dans le monde mathématique, bien au contraire. Ils ont synthétisé à la fois les connaissances indiennes en observation et en calcul et la démarche d'analyse grecque, à savoir la démonstration. A cela, ils ont apporté une nouvelle approche fondamentale, l'expérimentation, la recherche des preuves qui va devenir une des caractéristiques de la science. A partir des acquis anciens, cette civilisation développe énormément le monde des mathématiques.

 

Les Arabes ont transmis les savoirs grecs à l'Europe médiévale

Cette idée est en partie fausse. Elle est improbable quand on sait que les Arabes considèrent la science comme un complément. Une sorte de "cerise sur le gâteau" d'un monde en paix et pleinement construit. Il faut dire que le monde européen médiéval est bien loin d'être unifié et paisible, il n'a pas de légitimité pour accéder à ce savoir. De plus un conflit religieux oppose alors les deux mondes et les échanges s'en ressentent.

Il faut bien admettre que les connaissances grecques et arabes sont arrivées en Europe, vers les XIIe-XIIIe siècles. Contre toute logique de guerre, les hommes ont réussi à se rencontrer, à échanger et à transcender les conflits au nom de la science. De nombreux européens partent alors étudier dans les grands centres culturels du monde arabo-musulman, traduisent les textes en latin et les ramènent avec eux en Europe. Ce sont d'ailleurs à cause de ces traductions qu'ils ont attribué l'invention des chiffres aux Arabes.

 

A Suivre ...

Notez  




Autres articles
L'EXPANSION DE L'UNIVERS…UN AUTRE MIRACLE DU CORAN
Pourquoi adopter le calendrier musulman (Hijri)?
L'Islam et la raison
Un autre miracle scientifique à découvrir dans le Saint Coran!
L'autre côté fascinant de la vie du Prophète Mohammad !!
 

Nouveau commentaire


 
 
 
512 caractères max

Les commentaires sont modérés : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un modérateur du site.

Il est évident que les affirmations diffamatoires et les propos racistes, antisémites, islamophobes ne seront pas publiés. Les contributions trop longues ou n'ayant aucun rapport avec le sujet de l'article ou incorrecte d’un point de vue islamique ne seront pas prises en compte.


 
 
 
     
       
 
Website for Muslims
Website for non Muslims
Francais
Espanol
Chinese site
Pусский
 
Copyright © 2011 - Tout droits réservés - islammessage.com