France : Une mosquée plus grande à Rouen pour le mieux vivre ensemble     Algérie : L'Etat commande à l’Iran le plus grand tapis du monde pour sa grande mosquée     Autriche : La droite et l’extrême-droite remportent les législatives     Maroc : l'extension de l'Institut de formation des imams inaugurée par le roi     France : les incendiaires d’une mosquée condamnés à de la prison ferme
 
Discussion en ligne avec l’administrateur du site (En cours de construction)
 
 
 
  

Il est donc interdit de les imiter en décalant une festivité de quelques jours, telle que la fête de Pâques ou de Noël...
L’Association cultuellede Sens et sa région a acheté à la commune un terrain...
Photo et commentaire  
 




 
Accueil>La prière [salât]

Le livre de la purification rituelle (2)

Le message de l'Islam

 

L’eau altérée par un élément pur

Lorsqu’elle est mélangée à une matière pure, tel que les feuilles d’un arbre, le savon, la soude, etc., l’eau reste purifiante et peut être utilisé pour la purification rituelle d’après l’avis le plus prépondérant, tant que cet élément n’est pas dominant et qu’elle garde son aspect avec lequel elle conserve son nom d’eau, car Allah dit : « Si vous êtes malades ou en voyage, ou si l’un de vous revient du lieu où il a fait ses besoins, ou si vous avez touché à des femmes et que vous ne trouviez pas d’eau, alors recourez à une terre pure, et passez-vous-en sur vos visages et sur vos mains »[1]. Sa parole : « et que vous ne trouviez pas d’eau » est sous la forme indéfinie dans une phrase négative, ce qui englobe tout ce qui est appelé « eau » sans aucune différence entre une eau pure et une eau altérée. Pour preuve, le hadith à travers lequel le Messager d’Allah dit aux femmes qui se chargèrent du lavage mortuaire de sa fille : « Lavez-la trois fois, cinq fois et plus si vous jugez cela nécessaire, avec de l’eau et du jujubier et mettez dans l'eau que vous utiliserez pour le dernier lavage du camphre ou un peu de camphre»[2].

3 – Les impuretés

Il s’agit de tout élément impure duquel le Législateur a ordonné de se préserver. Elles sont de deux types :

-  Les éléments de nature impure, ce sont ceux qui ne peuvent être purifiées en raison de leur nature originelle, tel que le crottin d’âne, le sang, ou l’urine.

- Les éléments purs souillés par des impuretés et qui prennent leur statut (impur).

L’eau est l’élément avec lequel il est possible de supprimer les impuretés, c’est l’élément de base dans la purification rituelle en vertu de la parole d’Allah : « …et du ciel Il fit descendre de l’eau sur vous afin de vous en purifier »[3].

Les impuretés sont de trois natures différentes :

- Les impuretés majeures, il s’agit du chien.

- Les impuretés mineures, il s’agit de l’urine du nourrisson garçon qui ne mange pas encore.

- Les impuretés médianes, il s’agit du reste, tel que l’urine, les selles, la bête morte, etc.

 

Les éléments de nature impure

1 – L’urine, les selles, et le vomi de l’être humain, à l’exception de l’urine du nourrisson garçon qui ne mange pas encore, pour qui il suffit d’asperger le vêtement souillé, comme l’indique le hadith d’Oum Qayss bint Mihsan : « Elle apporta son bébé qui ne mangeait pas encore au Prophète qui le fit asseoir sur ses cuisses, celui-ci urina sur son vêtement, il demanda alors qu’on lui apporte de l’eau avec laquelle il l’aspergea sans le laver »[4]. Quant à l’urine de l’enfant qui mange, ou de la fille nourrisson, elle doit être lavée à l’exemple de l’urine des adultes.

2 – Le sang qui coule de l’animal immolé, à l’exception du sang qui reste dans chair et les veines, conformément à la parole d’Allah : « Dis: « Dans ce qui m’a été révélé, je ne trouve d’interdit, à aucun mangeur d’en manger, que la bête (trouvée) morte, ou le sang qu’on a fait couler, ou la chair de porc - car c’est une souillure »[5]. Il s’agit du sang qui jaillit au moment du sacrifice.

3 – Les urines et excréments des animaux illicites à la consommation, tel que le chat et la souris.

4 – La bête morte, c'est le cadavre de tout animal mort naturellement, c'est-à-dire sans être immolé, en vertu de la parole d’Allah : « Dis: « Dans ce qui m’a été révélé, je ne trouve d’interdit, à aucun mangeur d’en manger, que la bête (trouvée) morte », à l’exception des poissons et des sauterelles, ainsi que tout animal dont le sang ne coule pas.

5 – Al madhi ou liquide séminal, il s’agit du liquide fluide transparent qui est émis lors des préliminaires ou lorsque l’on pense au coït. Il ne sort pas par éjaculation, et n’est pas suivi d’engourdissement. Il arrive de ne pas sentir sa sécrétion. C’est une impureté comme l’indique les propos du Messager d’Allah adressés à Ali Ibn Abi Tâlib : « Accompli tes ablutions et laves-toi la verge »[6]. Il n’est donc pas nécessaire d’avoir recours au grand lavage rituel, par soucis de facilité et en raison de la difficulté pour l’homme de s’en préserver.

6 – Al wadi, il s’agit du liquide blanc épais qui sort après l’urine. Il est impératif de se laver la verge après sa sortie et recommencer ses ablutions, il n’est pas nécessaire d’accomplir le grand lavage rituel.

7 – Le sang menstruel, en vertu du hadith d’Asma fille d’Abou Bakr en ces termes : « Une femme vint trouver le Prophète et dit : « Il arrive que le vêtement de l’une d’entre nous soit souillé par le sang des menstrues, que doit-on faire ? ». Il répondit : « Frottes-le, grattes-le avec les ongles et de l’eau, ensuite asperge-le d’eau et prie avec »[7].

 

La façon de purifier ces impuretés

1 – S’il s’agit d’une impureté ayant souillé le sol ou un endroit, il suffit alors de le laver une fois, de manière à faire partir l’impureté en question, en y versant de l’eau une seule fois, comme l’indique l’ordre du Messager d’Allah d’agir ainsi lorsqu’un bédouin urina dans la mosquée.

2 – Si l’impureté se trouve sur un vêtement ou un récipient et qu’il s’agit de l’impureté issu de la bave du chien ayant léché ce récipient, il est alors obligatoire de laver ce récipient sept fois dont l’une des fois accompagnée de terre, conformément à la parole du Prophète : « Si un chien lèche le récipient de l'un d'entre vous, qu'il le lave sept fois dont l'une avec l'usage de  la terre »[8]. Ce jugement est général et englobe aussi bien les récipients que les vêtements et les literies.

En ce qui concerne l’impureté du porc, l’avis le plus sûr est qu’elle est semblable à toutes les autres impuretés, il suffit de la laver une seule fois de manière à la supprimer, il n’est pas nécessaire de la laver sept fois.

S’il s’agit de l’urine, des selles, du sang et autres, il faut alors laver l’impureté avec l’eau en frottant et en essorant si possible, jusqu’à faire disparaître l’impureté et ses traces. Il suffit de laver l’impureté une seule fois.

En revanche, lorsqu’il s’agit de l’urine du nourrisson garçon qui ne mange pas encore, il suffit d’asperger d’eau le vêtement touché, comme l’indique la parole du Prophète : « On lave l’urine du nourrisson fille et on asperge de l’eau sur l’urine du nourrisson garçon (qui ne mange pas encore) »[9], et le hadith d’Oum Qayss bint Mihsan cité précédemment.

Pour ce qui est de la peau de la bête morte de l’animal licite à la consommation, on la purifie par le tannage conformément à la parole du Prophète : « Toute peau tannée devient pure »[10].

Enfin, le vêtement souillé par le sang menstruel doit être lavé par la femme avec de l’eau, puis l’asperger, après quoi, elle lui est permis de le porter pour prier.

Il incombe donc au musulman d’accorder une grande importance à la purification des impuretés, qu’il s’agisse de son corps, des ses vêtements ou de l’endroit où il prie, car c’est une des conditions de validité de la prière.

 


[1] Sourate  4 Les femmes verset 43

[2] Rapporté par Al Boukhâri (1253) et Mouslim (939)

[3] Sourate 8 Le butin verset 11

[4] Rapporté par Al Boukhâri (223)

[5] Sourate 6 Les bestiaux verset (145)

[6] Rapporté par Al Boukhâri (269)

[7] Rapporté par Al Boukhâri (220) et Mouslim (284)

[8] Rapporté par Mouslim (279)

[9] Rapporté par Abou Dâoûd (376), An-Nassâ'i (303) et Ibn Mâjah (526) jugé authentique par Al Albâni

[10] Rapporté par An-Nassâ'i (4252), At-Tirmidhi (1728) et Ibn Mâjah (3609) jugé authentique par Al Albâni

 

Notez  




Autres articles
Les effets méritoires de la prière sur le Musulman
Les vertus de la prière de la nuit dans le Coran et la Sunnah
La prononciation du nom d'Allah est-elle obligatoire avant l’accomplissement des ablutions?
Celui qui ne priait pas doit il rattraper?
Comment connaitre les heures des 5 prières avec ou sans montre?
 

Nouveau commentaire


 
 
 
512 caractères max

Les commentaires sont modérés : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un modérateur du site.

Il est évident que les affirmations diffamatoires et les propos racistes, antisémites, islamophobes ne seront pas publiés. Les contributions trop longues ou n'ayant aucun rapport avec le sujet de l'article ou incorrecte d’un point de vue islamique ne seront pas prises en compte.


 
 
 
     
       
 
Website for Muslims
Website for non Muslims
Francais
Espanol
Chinese site
Pусский
 
Copyright © 2011 - Tout droits réservés - islammessage.com