Les enquêteurs de l'ONU exigent un accès illimité à la Birmanie     France : L'occupation de la mosquée jugée cinq ans après     Royaume-Uni : des policiers suscitent la colère en entrant dans une mosquée avec leurs chaussures     Achoura 2017 : date officielle     Abu Dhabi : Présentation de manuscrits rares du Coran dans le cadre d’une grande exposition
 
Discussion en ligne avec l’administrateur du site (En cours de construction)
 
 
 
  

Il est donc interdit de les imiter en décalant une festivité de quelques jours, telle que la fête de Pâques ou de Noël...
L’Association cultuellede Sens et sa région a acheté à la commune un terrain...
Photo et commentaire  
 




 
Accueil>Les glorifications et invocations

Les leçons à tirer du retard de l'exaucement de l'invocation (2)

Cheikh Muhammad Ibn Ibrahim Al Hamad

 

10. Se remettre en question

Souvent, le retard ou le refus de l'exaucement s'explique par les déficiences de l'invocateur. Cela peut être dû à l'impureté de sa nourriture, à son manque de concentration pendant l’invocation ou à son attachement à un certain nombre de péchés. Aussi, dans l'attente de l'exaucement, le fidèle doit se remettre en question et se repentir si nécessaire. Il est évident que lorsque l’invocation est promptement exaucée, l’on manque des occasions de se repentir et l'on court ainsi à sa perte tout en croyant être sur la bonne voie.

 

11. L'invocation de l'homme peut être exaucée à son insu

Comme nous l’avons vu plus haut en parlant des mérites de l’invocation, l'exaucement est garanti chaque fois que l'on en remplit les conditions et évite tout ce qui peut l’entraver. Aussi, l’invocateur peut :

 

- Soit être exaucé et jouir des fruits de son invocation ici-bas.

 

- Soit voir son invocation rejetée en raison de la présence d’une entrave, auquel cas il ne jouira pas de ses fruits dans la vie présente.

 

- Soit être exaucé mais ne pas jouir des fruits de son invocation dans la vie présente parce qu’Allah lui réserve des récompenses équivalentes pour l'au-delà.

 

- Soit être exaucé et ne pas voir les fruits de son invocation, mais être mis à l'abri d'un malheur proportionnel à son invocation, à son insu.

 

Ceci étant, comment l’invocateur peut-il juger que l’exaucement tarde alors que ses fruits sont garantis ? Pourquoi ne peut-il pas avoir une bonne impression de son Seigneur et se dire que l'invocation a été exaucée d'une manière ou d'une autre sans qu’il s'en rende compte.

 

12. L'inadéquation de l'invocation

Ibn Al-Qayyim -Qu’Allah lui fasse miséricorde- a dit : « Face à l'épreuve, l'invocation se trouve dans une des trois situations suivantes :

 

Premièrement, elle peut être plus forte que l'épreuve, dans ce cas, elle la repousse.

 

Deuxièmement, elle peut être plus faible que l'épreuve, dans ce cas l'invocateur subit l'épreuve mais celle-ci est éventuellement allégée à cause de l'invocation.

 

Troisièmement, l'invocation et l'épreuve peuvent être à égalité et se neutralisent réciproquement ».

 

13. L’impact des péchés

Souvent, l'invocation se trouve entravée par des péchés. Dans ce cas, l'invocateur ne peut atteindre son objectif qu'en renouant avec la crainte d'Allah. Comment peut-il estimer que l’exaucement tarde tout en ayant barré sa voie avec des péchés ?

 

Ne sait-il pas que la crainte d’Allah est la cause du répit et la clé de tous les bienfaits ? N’a-t-il pas écouté ces paroles d’Allah : [ Et quiconque craint Allah, Il lui donnera une issue favorable et lui accordera Ses dons d’où il ne s'attendait point ]. [ Quiconque craint Allah cependant, Il lui facilite les choses ].

 

À la lumière de ces versets, on comprend aisément que les invocations peuvent être inefficaces quand on ne craint pas Allah.

 

14. La manifestation de l'effet des noms sublimes d'Allah

Parmi les noms sublimes d'Allah, il y a : Celui Qui donne, Celui Qui prive, le Juge, le Juste, le Généreux, l'Omniscient, le Bienfaisant, le Miséricordieux par excellence, le Souverain et le Sage. Ces noms sublimes d'Allah exigent un lieu où se manifestent leurs règles, leurs exigences et leurs effets. Le retard de l'exaucement de l'invocation est une des causes de la manifestation de ces effets, exigences et règles.

 

Allah peut en effet refuser à une personne en raison de Sa sagesse, Sa justice ou Son omniscience. Il peut aussi donner en raison de Sa miséricorde, Sa sagesse, Sa bienfaisance ou Son omniscience.

 

15. Elever Ses serviteurs élus aux plus hauts rangs de la soumission

Allah aime Ses élus et veut les élever aux plus hauts rangs de la soumission ; pour cela, Il leur fait subir différentes sortes d’épreuves au nombre desquelles le retard de l'exaucement. Cela leur permet de gravir les marches de la perfection et les degrés de la soumission. La perfection de la créature se manifeste dans l'effectivité de sa soumission au Créateur. Et plus la créature fait montre de soumission, plus elle atteint la perfection et s'élève au firmament.

 

Il n'y a donc rien de mieux pour le serviteur que de se soumettre à son Seigneur en public et en secret, et il n'y a rien de plus nuisible pour lui que la désobéissance à Allah, publique ou secrète. Quand le serviteur obéit et se soumet sincèrement à Allah, tout ce qu'il rencontre de désagréable se transforme pour lui en bien. Par contre, quand il s'inscrit dans la désobéissance et l’insoumission à Allah, tout ce qu'il vit d'agréable lui devient néfaste. À bien méditer ces réalités, l'on finit par se consacrer à des choses plus utiles que la rumination d’occasions manquées. Voyons ci-après quelques aspects de cette soumission à Allah qu’occasionne le retard de l’exaucement de l’invocation :

 

- L'attente du dénouement : Cette attente est une des adorations les plus illustres et les plus importantes. En effet, plus l'attente du dénouement est intense, plus la confiance du musulman en son Seigneur s’accroît ; aussi, il se rapproche plus de Lui et se tranquillise. Si son invocation avait été exaucée promptement, il n’aurait pas connu cet état de soumission intense.

 

- L’expression du besoin et de l’indigence : Dans l'attente de l'exaucement de l'invocation, on prend conscience de sa faiblesse vis-à-vis d'Allah, ce qui est l'essence et l'ultime objectif de l'adoration. Ce sentiment d'indigence constitue la vraie richesse de même que l'humilité face à Allah est le summum de la grandeur et de l'honneur.

 

En outre, cette humilité et cette sensation d'impuissance face à Allah correspondent au plus important des besoins humains. N'eût été le retard de l'exaucement, on aurait pu tomber dans l'orgueil et la suffisance. Mais grâce à ce retard, on reste fidèle à cette soumission à Allah qui est le véritable attribut inhérent à tout serviteur.

 

Le cheikh Al Islam Ibn Taymiyya a dit : « Le serviteur est toujours et à tout point de vue indigent face à Allah ; c'est Allah qu'Il adore, c'est d'Allah qu'il sollicite le secours, Allah seul est la source des bienfaits dont il jouit et Allah seul améliore sa situation. D'autre part, vu son état de pécheur, il a constamment besoin du Tout pardonnant et du Tout Miséricordieux afin qu'Il lui pardonne ses péchés, l'absolve et lui accorde des bienfaits. Ainsi, le serviteur se trouve-t-il en permanence entre les bienfaits de son Seigneur et ses propres péchés »281.

 

- La satisfaction : « En vérité, la satisfaction est la voie royale qui mène à Allah, le Paradis terrestre et le jardin de ceux qui connaissent Allah »282.

 

Quiconque est satisfait d'Allah et L’agrée, Allah est satisfait de lui et lui donnera satisfaction. Très souvent, face à l'épreuve le croyant s'adonne à l'invocation, mais n’en récolte aucun fruit. Quand le désespoir et le désarroi commencent à avoir raison de lui, l'on se penche sur son cœur afin de voir s'il accueille la volonté et le destin d'Allah avec satisfaction. Si tel est le cas, son invocation est exaucée sans délai. Et là, la foi prend le dessus sur le Diable et la valeur de l'homme apparaît au grand jour.

 

Allusion est faite à cet état dans cette parole d’Allah : [ …jusqu'à ce que le Messager, et avec lui, ceux qui avaient cru, se fussent écriés : “Quand viendra le secours d’Allah ? ” - Quoi ! Le secours d'Allah est sûrement proche ].

 

Tel fut aussi le cas de Jacob avec ses enfants comme mentionné plus haut. Par contre, faire preuve de rébellion et d'insatisfaction face à la volonté divine, c'est se soustraire au devoir de soumission et à la qualité de serviteur.

 

Un érudit a dit : « Accueille avec satisfaction tout ce qu'Allah te fait subir ; car Il ne te prive que pour te faire une meilleure donation, ne t'éprouve que pour t'accorder le salut, ne te rend malade que pour te faire don d'une santé meilleure et ne t'ôte la vie que pour te la redonner. Tâche donc de ne point faire montre d'insatisfaction, ne serait-ce le temps d'un clin d’œil ! Car cela te ferait perdre Son estime »284.

 

Ibn Nâsir ad-Dîn ad-Dimachqî dit à cet effet :

Le destin se réalise renfermant du bien en guise de gratification

Pour le croyant qui a confiance en Allah et n’est pas distrait

Ainsi accueille-t-il les évènements heureux ou malheureux

Disant à chaque fois : Louange à Allah.

 

- Le sentiment d’impuissance : Allah aime ceux qui se sentent impuissants vis-à-vis de Lui, raison pour laquelle Il les rapproche de Lui. Imran Ibn Moussa Al-Qassir rapporte que Moïse s'adressa à Allah en ces termes : « Où devrais-je rechercher Ta présence ? Allah dit : recherche Ma présence près de ceux qui ont le cœur humble ! De ceux-là, Je Me rapproche chaque jour d'une brasse. Et n'eût été ce rapprochement, ils se seraient effondrés ».

 

Le retard de l'exaucement peut donc amener le fidèle à frapper longtemps à la porte d'Allah, à ressentir son impuissance vis-à-vis d'Allah et à se réfugier auprès de Lui. Sans ces épreuves, l'on ne prendrait pas conscience de notre incapacité. Conscient que Ses créatures se laisseraient emporter par les bienfaits et négligeraient de ce fait l'adoration de leur Seigneur, Allah leur a assigné des épreuves qui entrecoupent la jouissance de Ses bienfaits afin qu'ils reviennent vers Lui rechercher secours. Ce qui revient à dire que ces épreuves renferment un bienfait, vu que l'épreuve absolue est celle qui éloigne le serviteur de son Seigneur. Quant à celle qui occasionne un retour vers Allah, elle sert en réalité à mettre en valeur la beauté, la perfection humaine, l'honneur et le succès du croyant.

 

- Goûter au délice d’une longue imploration : Nous avons vu plus haut que le serviteur peut se lever pour implorer son Seigneur et Lui soumettre ses besoins et au moment où il L’invoque et Le sollicite, son cœur s'immerge dans l'amour et la connaissance d'Allah, la servitude et la soumission à Lui, et Sa louange intensive en sorte qu’il finit par oublier ses besoins. Ce qu’il ressent à ce moment lui est plus agréable que la demande qu’il était en train de formuler. Il souhaite alors demeurer dans cette situation et préfère cela à la réponse à sa demande. Sa joie à ce moment est plus grande que celle qu’aurait suscitée en lui une réponse prompte à sa demande en l’absence de ces sensations.

 

Ainsi, plus l’exaucement retarde, plus l’imploration se prolonge et la sensation du plaisir augmente ainsi que le rapprochement d’Allah. Si l’exaucement avait été prompt, on n’aurait peut être pas obtenu ces fruits. Sufyân ath-Thawri dit à ce propos : « En vérité, Allah accorde à Son serviteur besogneux plus que sa demande ».

 

- Combattre et triompher du Diable : c’est chose notoire que le Diable est l'ennemi déclaré de l'homme. Il est constamment à l'affût et cherche à tout instant à le faire dévier du droit chemin d'Allah. Dès qu'il décèle chez quelqu'un, un manque d’attention il en profite pour l’atteindre.

 

Aussi, quand l'attente de l'exaucement de l’invocation du serviteur se fait longue, le Diable entreprend de l'inciter à mal penser de son Seigneur et lui insuffler l'idée que son invocation est sans objet. Si le serviteur arrive à lui tenir tête en redoublant d'invocations et en gardant espoir, cela lui vaudra une grande récompense de son Seigneur et il aura triomphé du Diable. Cette lutte contre le Diable est sans conteste l'une des façons les plus illustres d’adorer Allah. Ce seul aspect devrait suffire à inciter le serviteur à accueillir le retard de l'exaucement de l'invocation sans la moindre complainte. 

 

Pour finir, rappelons que l'on doit constamment se remémorer ces quelques aspects chaque fois que l'on constate que l'exaucement de l'invocation se fait attendre.

 

Extrait tiré du livre : L’invocation, de Cheikh Muhammad Ibn Ibrahim Al Hamad.

 

Notez  




Autres articles
Reconnaitre son pèche favorise l'exaucement de la prière :
Ces erreurs pourraient empêcher l’exaucement de vos invocations!
Confie-toi à Allah, il répondra à ton appel!
Une condition nécessaire pour exaucer les prières
Que faire suite à un mauvais rêve?
 

Nouveau commentaire


 
 
 
512 caractères max

Les commentaires sont modérés : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un modérateur du site.

Il est évident que les affirmations diffamatoires et les propos racistes, antisémites, islamophobes ne seront pas publiés. Les contributions trop longues ou n'ayant aucun rapport avec le sujet de l'article ou incorrecte d’un point de vue islamique ne seront pas prises en compte.


 
 
 
     
       
 
Website for Muslims
Website for non Muslims
Francais
Espanol
Chinese site
Pусский
 
Copyright © 2011 - Tout droits réservés - islammessage.com