Les enquêteurs de l'ONU exigent un accès illimité à la Birmanie     France : L'occupation de la mosquée jugée cinq ans après     Royaume-Uni : des policiers suscitent la colère en entrant dans une mosquée avec leurs chaussures     Achoura 2017 : date officielle     Abu Dhabi : Présentation de manuscrits rares du Coran dans le cadre d’une grande exposition
 
Discussion en ligne avec l’administrateur du site (En cours de construction)
 
 
 
  

Il est donc interdit de les imiter en décalant une festivité de quelques jours, telle que la fête de Pâques ou de Noël...
L’Association cultuellede Sens et sa région a acheté à la commune un terrain...
Photo et commentaire  
 




 
Accueil>Le pèlerinage

Les mérites des dix premiers jours du mois de Dhou-l-Hidja

Cheykh Abdarazzâq Al ‘Abbâd

 

La louange est à Allah, nous Le louons et implorons Son aide, nous implorons Son pardon et nous nous repentons à Lui. Nous cherchons refuge auprès de Lui contre les maux de nos âmes et nos péchés. Quiconque Allah guide, nul ne pourra l’égarer, et quiconque Allah égare, nul ne pourra le guider. Je témoigne que nul n’est en droit d’être adoré si ce n’est Allah Seul, sans associé, et je témoigne que Mohammed est Son serviteur et messager, Son ami intime à qui Il a confié Sa révélation, celui qui a transmis aux hommes Sa législation. Que les éloges d’Allah, Son salut soient sur lui, sa famille et ses compagnons. Ceci dit :

 

Ô vous les croyants, serviteurs d’Allah, craignez-Le et gardez à l’esprit qu’Il vous observe. Soyez comme celui qui sait parfaitement que son Seigneur le voit et l’entend. Ceci dit, nous allons accueillir des jours d’un grand mérite. Il s’agit de dix jours bénis, qui sont les meilleurs jours, les plus nobles, et les plus grands de l’année. Allah leur a attribué les honneurs, les a élevés en rang en jurant par ces derniers dans Son livre. Allah dit : « Par l’Aube ! 2. Et par les dix nuits »[1]. Ibn ‘Abbâs et d’autres ont dit à ce propos : « Il s’agit des dix premiers jours du mois de Dhoul Hidja ». Les savants ont divergés quant à savoir quels étaient les dix meilleurs jours de l’année, s’agit-il des dix premiers jours du mois de Dhoul Hidja ou des dix derniers jours du mois de Ramadan ? L’avis le plus juste soutenu par un groupe de spécialistes en la matière consiste à dire que les dix premiers jours de Dhoul Hidja sont les meilleures journées de l’année, tandis que les dix derniers jours du Ramadan sont les meilleures nuits de l’année, car au sein de ces nuits se loge la nuit du destin qui est la meilleure d’entre elles et durant les premiers jours de Dhoul Hidja figure le jour de ‘Arafat qui est le meilleur des jours de l’année.

 

Ô serviteurs d’Allah, nous allons accueillir des jours immenses et bénis, durant lesquels les œuvres d’obéissances sont accomplies [par le croyant]. Il est donc une obligation pour le musulman d’accorder la plus grande importance à ces jours, et de les préserver avec le plus grand soin. Qu’il fasse en sorte que ses jours bénis et ses heures précieuses ne défilent sans en tirer aucun profit et ne soit perdus. Il regrettera alors, sans que les regrets ne lui soient alors utiles.

 

Ô serviteurs d’Allah, il a été rapporté de notre Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) plus d’un hadith indiquant l’encouragement à œuvrer en bien durant les dix premiers jours du mois de Dhoul Hidja. Le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) a clairement exposé la récompense immense auprès d’Allah réservée à quiconque accompli de bonne œuvres durant ces jours. L’imam Al Boukhâri a rapporté d’après Ibn ‘Abbâs, qu’Allah l’agrée, que le Messager d’Allah (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) a dit : « Il n’est pas de jours au cours desquels les œuvres pieuses sont plus aimées d’Allah que durant ces dix jours ». Les Compagnons dirent : « Même pas le Jihâd ? ». Il dit : « Même pas le Jihâd, excepté un homme sortit au combat avec ses biens et sa personne sans jamais revenir ».

 

Ô serviteurs d’Allah, sa parole « les œuvres pieuses », est d’ordre général et absolu, cela concerne toutes les bonnes œuvres, actes d’obéissance purifiant [le croyant] et formes d’action qui rapprochent le serviteur d’Allah. Le musulman ne doit donc pas s’adonner à une œuvre en particulier, mais se doit d’accorder ses efforts à toutes les œuvres pieuses et actes d’obéissances purifiant [le croyant] durant ces dix jours bénis. Parmi les œuvres qui rapprochent le plus d’Allah durant ces jours, figure les prières obligatoires. Dans un hadith Qoudsi Allah dit : « Il n’est pas une œuvre, au moyen de laquelle Mon serviteur ne se rapproche de moi, que J’aime le plus, si ce n’est par les œuvres que Je lui ai imposé d’accomplir. Mon serviteur ne cesse de se rapprocher de Moi par les œuvres surérogatoires au point que Je l’aime ; et lorsque Je l’aime Je suis son ouïe avec laquelle il entend, son regard par lequel il voit, sa main avec laquelle il saisit, et son pied avec lequel il marche. S’il me demande, assurément je l’exaucerai, s’il cherche refuge auprès de Moi, assurément je lui donnerai refuge ».

De plus, parmi les particularités qui distinguent ces dix jours bénis de tous les autres jours de l’année, il y a le fait qu’ils réunissent les adorations fondamentales tel que la prière, la zakât, le jeûne et le pèlerinage à la maison sacrée. Or, ces adorations ne s’accomplissent conjointement à aucun autre moment de l’année.

 

Ô serviteurs d’Allah, parmi les recommandations pour le musulman durant ces dix jours bénis figure le fait pour lui de montrer à son Seigneur sa bienfaisance. Ainsi, il lui est recommandé de se rendre tôt à la mosquée en toute quiétude, de lire la parole d’Allah et de l’évoquer, d’implorer Son pardon, d’accomplir les prières obligatoires dans leur temps respectif, d’accomplir les prière surérogatoires, d’attacher une grande importance à l’évocation d’Allah par les formules de tahmîd, de tahlîl et de takbîr, en vertu de l’incitation à accomplir ces œuvres mentionnée par le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) dans cet autre hadîth rapporté par l’imam Ahmed : « Il n’est pas de jours plus grands et  plus aimées auprès d’Allah au cours desquels les œuvres pieuses sont accomplies que durant ces dix jours. Multipliez donc l’évocation d’Allah par les formules de tahmîd, de tahlîl et de takbîr ».

 

Ô serviteurs d’Allah, parmi les œuvres pieuses qui sont recommandées au musulman figure le jeûne durant ces jours, conformément à ce qui a été rapporté par l’imam Ahmed d’après Abou Oumâmah qui interrogea le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) en ces termes : « Ô Messager d’Allah, indique moi une œuvre qui me fera entrer au Paradis ». Il répondit : « Je t’enjoins le jeûne, car il n’a pas d’équivalent ». En effet, le jeûne est pour le croyant un rempart face à la colère d’Allah et Son châtiment. Ainsi, le croyant se préserve des péchés par le biais du jeûne.

 

Il est également légiféré pour le musulman durant ces jours de faire toute sorte d’aumônes, de se montrer bienfaisant, d’entretenir les liens de parenté, et d’être bon dans tous les sens du terme.

 

Ô serviteurs d’Allah, il en est de même concernant le sacrifice de la bête le jour de l’Aïd qui est le dixième jour de ce mois, en vue de se rapprocher d’Allah et d’obtenir Sa récompense. Ainsi, les pèlerins qui se sont rendus à la Maison Sacrée se rapproche d’Allah le jour du sacrifice en faisant offrande d’une bête (al hadiy), tout comme les musulmans d’ailleurs se rapprochent également d’Allah par le sacrifice d’une bête (al oudhiya).

 

L’imam Mouslim a rapporté dans son recueil authentique que le Messager d’Allah (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) a dit : « Lorsque débute le mois de Dhoul Hidja et que l’un d’entre vous a l’intention de faire le sacrifice (le dixième jour), qu’il s’abstienne de se couper les cheveux et la peau », et dans une version : « Lorsque vous observez le premier croissant de lune du mois de Dhoul Hidja et que l’un d’entre vous a l’intention d’accomplir le sacrifice, qu’il s’abstienne de se couper les cheveux et les ongles ». La base concernant l’interdiction lorsqu’elle est formulée induit le caractère illicite d’une chose. C’est pourquoi, il incombe à tous ceux qui ont l’intention d’accomplir le sacrifice de s’abstenir de se couper les cheveux et les ongles, et ce, dès lors que l’on entre dans le mois de Dhoul Hidja. Cependant, cette interdiction est particulière à celui qui se chargera de cette tâche, contrairement à ses proches, ses enfants, ou les personnes qui ont confié à quelqu’un de faire cette adoration à leur place, qui eux, ne sont pas concernés par cette interdiction.

 

Par ailleurs, les gens de science évoquent la sagesse de cette interdiction pour les musulmans qui n’accomplissent pas le pèlerinage en disant que le musulman qui a l’intention d’accomplir le sacrifice s’associe aux pèlerins au sujet de certains rites [tel que le sacrifice par exemple], d’où, l’ordre d’Allah de s’associer également à eux concernant certaines interdictions liées à l’état de sacralité, et ce, afin que [tous] les musulmans, qu’ils soient pèlerins ou non, entretiennent une relation étroite avec leur Seigneur en exaltant les injonctions sacrées d’Allah et en observant les œuvres d’obéissance par espoir de Sa miséricorde et crainte de Son châtiment. Allah dit : « Voilà [ce qui est prescrit]. Et quiconque exalte les injonctions sacrées d’Allah, s’inspire en effet de la piété des cœurs »[2].

 

Qu’Allah nous accorde la bénédiction à travers le noble Coran, et qu’Il fasse que nous puissions tirer profits de ses versets et ses rappels sages. J’implore le pardon d’Allah en notre faveur à tous, ainsi qu’en faveur de tous les musulmans au sujet de nos péchés. Implorez donc Son pardon, car Il est le Pardonneur, le Très Miséricordieux

La louange toute entière appartient à Allah dont la bienfaisance est immense, et dont les grâces, la bonté sont incommensurables. Je témoigne que nul  n’est en droit d’être adoré si ce n’est Allah, Seul sans associé, et je témoigne que Mohammed est Son serviteur et messager, que Ses éloges et Son salut soient sur lui, sa famille et ses compagnons.

 

Ceci dit : Ô serviteurs d’Allah, craignez Allah et sachez, qu’Allah vous préserve, que le pèlerinage est une obligation parmi les obligations en Islam et qu’il constitue un de ses piliers. Le Messager d’Allah (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) a dit : « L’Islam est basé sur cinq piliers : le témoignage que nul n’est en droit d’être adoré si ce n’est Allah et que Mohammed est Son messager, l’accomplissement de la prière, le don de la zakât, l’observation du jeûne du mois de Ramadan, et le pèlerinage ». Il s’agit donc d’une obligation pour le musulman, homme et femme, au moins une fois dans sa vie. Au-delà de quoi, les pèlerinages suivants lui seront comptés comme œuvres surérogatoires conformément à la parole du Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) : « Le pèlerinage est une obligation une fois, après quoi il s’agit de pèlerinages surérogatoires ». D’où, il est impératif pour quiconque n’a pas encore accompli cette obligation de se hâter à l’observer, car nul d’entre nous sait ce qui peut lui réserver l’avenir.

 

Ô serviteurs d’Allah, durant le pèlerinage les difficultés sont considérables et les erreurs sont expiées. Au cours de ce rite, Allah affranchis d’innombrables personnes de l’Enfer, et ce, durant le jour de ‘Arafat.

 

Sachez qu’un pèlerinage pieusement accompli n’a d’autre récompense que le Paradis. Quiconque accompli un pèlerinage sans commettre d'actes impudiques, ni de péchés, revient comme le jour où sa mère l'a mis au monde.

 

Sachez également que quiconque d’entre vous souhaite accomplir le pèlerinage avec une intention ferme, mais y renonce tenant compte de l’aménagement et de l’organisation [que sa mise en place suscite par les autorités], et ce, dans le but de préserver les lieux saints de tout problème lié aux foules et autre, obtiendra par la permission d’Allah la récompense pour son intention pieuse.

 

Nous implorons Allah d’user de nous dans son obéissance et tout ce qui nous rapproche de Lui, de nous réformer, et de nous guider vers Lui sur le droit chemin.

 

La louange est à Allah le Seigneur des mondes, et que les éloges, le salut, les bénédictions, et les bienfaits soient sur Son serviteur et messager, notre Prophète Mohammed, sa famille et ses compagnons.  

 

 


[1][1] Sourate 89 L’aube, versets 1 à 2

[2] Sourate 22 Le pèlerinage, verset 32

 

Notez  




Autres articles
Des célébrations organisées avant le départ ou au retour du Hadj?
Le mérite de la visite rituelle de Médine
Le sacrifice rituel est surérogatoire et non obligatoire
Les mérites des 10 premiers jours de Dhoul Hija
Les trois types de sacralisation
 

Nouveau commentaire


 
 
 
512 caractères max

Les commentaires sont modérés : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un modérateur du site.

Il est évident que les affirmations diffamatoires et les propos racistes, antisémites, islamophobes ne seront pas publiés. Les contributions trop longues ou n'ayant aucun rapport avec le sujet de l'article ou incorrecte d’un point de vue islamique ne seront pas prises en compte.


 
 
 
     
       
 
Website for Muslims
Website for non Muslims
Francais
Espanol
Chinese site
Pусский
 
Copyright © 2011 - Tout droits réservés - islammessage.com