Les enquêteurs de l'ONU exigent un accès illimité à la Birmanie     France : L'occupation de la mosquée jugée cinq ans après     Royaume-Uni : des policiers suscitent la colère en entrant dans une mosquée avec leurs chaussures     Achoura 2017 : date officielle     Abu Dhabi : Présentation de manuscrits rares du Coran dans le cadre d’une grande exposition
 
Discussion en ligne avec l’administrateur du site (En cours de construction)
 
 
 
  

Il est donc interdit de les imiter en décalant une festivité de quelques jours, telle que la fête de Pâques ou de Noël...
L’Association cultuellede Sens et sa région a acheté à la commune un terrain...
Photo et commentaire  
 




 
Accueil>Histoire et Géographie de l'islam

La croyance des arabes avant la révélation

Al Akram Dhiyâ Al ‘Omari

Le premier sanctuaire édifié pour l’adoration d’Allah fut la Ka’ba construite par Abraham. En effet, Abraham était un messager d’Allah qui invita les gens à la croyance au monothéisme. Puis, il semblerait qu’après lui, cette croyance fut altérée dans l’esprit des mecquois, qui observèrent une tendance pour l’adoration des statuts et des idoles. A ce sujet, les ouvrages d’Histoire indique des récits dans lesquels il s’avère que c’est ‘Amr Ibn Louhay Al Khouzâ’i qui transporta ces statuts du nord de la péninsule vers la Mecque et appela les gens à leur adoration. A son époque les enseignements d’Abraham n’avaient peu ou plus d’influence dans la spiritualité des gens, au point même que les principes régissant le culte instauré par Abraham [selon la révélation d’Allah], disparurent. C’est alors que les gens furent prédisposés à accepter le polythéisme et ce qui s’y rapporte. Ils ne firent en réalité qu’adopter des croyances sans fondements. C’est ainsi que ‘Amr Ibn Louhay Al Khouzâ’i fonda de nouvelles coutumes et croyances en opposition avec la religion d’Abraham.
 
Par ailleurs, la source la plus fiable exposant les différentes croyances de la période préislamique, est sans nul doute le Coran à travers ses versets controversant, qui remettent en cause l’authenticité des croyances polythéistes. A ce propos, Allah expose clairement que les arabes polythéistes adoraient vainement des divinités prétendues, afin de se rapprocher d’avantage de Lui et d’en faire un moyen d’intercession auprès de Lui. Allah dit : « Ils adorent au lieu d’Allah ce qui ne peut ni leur nuire ni leur profiter et disent: « Ceux-ci sont nos intercesseurs auprès d’Allah »[1]. Ces polythéistes connaissaient [leur Seigneur] Allah, mais faisaient de leurs divinités prétendues des intercesseurs auprès de Lui. Allah dit : « Est-ce vous vraiment qui attestez qu’il y ait avec Allah d’autres divinités ? »[2]. Ils adoraient donc, toutes ces divinités par conviction qu’elles étaient le repos de leurs âmes. C’est de cette manière qu’au fil du temps ce culte polythéiste s’ancra en eux, et ce, en raison de la vénération que ces polythéistes vouaient à leurs aïeuls, comme l’indique la parole d’Allah : « Mais plutôt ils dirent : « Nous avons trouvé nos ancêtres sur une religion, et nous nous guidons sur leurs traces »[3]. Ils étaient complètement aveuglés par leur obstination à suivre leurs ancêtres, au point qu’il leur était impensable de remettre en cause leurs croyances héritées, ou d’user de leur raison et s’en tenir aux preuves authentiques [venant d’Allah]. De plus, ils avaient une conception d’Allah qui rendait Son essence imparfaite, ils déviaient de la vérité concernant Ses noms et Ses attributs, conformément à Sa parole : « C’est à Allah qu’appartiennent les noms les plus beaux. Invoquez-Le par ces noms et laissez ceux qui profanent Ses noms : ils seront rétribués pour ce qu’ils ont fait »[4]. Ils reniaient certains de Ses attributs, Lui attribuaient des noms sans aucunes preuves venant de Sa part et Lui attribuaient même des noms qui recélaient un sens aberrant.
 
Ces polythéistes octroyaient à Allah des imperfections telles que l’attribution d’un enfant et la dépendance de Ses créatures. Ils prétendaient que les anges étaient Ses filles, et ont fait des djinns des associés à leur Seigneur : « Et ils ont désigné des associés à Allah : les djinns, alors que c’est Lui qui les a créés »[5], « Et ils assignent à Allah des filles. Gloire et pureté à Lui! Et à eux-mêmes, cependant, (ils assignent) ce qu’ils désirent (des fils) »[6]. De plus, ils reniaient la croyance au destin et s’en servaient comme argument pour justifier leur polythéisme, comme Allah dit : « Ceux qui ont associé diront : « Si Allah avait voulu, nous ne Lui aurions pas donné des associés, nos ancêtres non plus et nous n’aurions rien déclaré interdit »[7].
 
D’autre part, faisait parti de leur croyance le fait de renier la résurrection, comme l’indique la parole d’Allah : « Et ils jurent par Allah en prononçant leurs serments les plus solennels : «Allah ne ressuscitera pas celui qui meurt»[8]. La voyance et les augures étaient monnaie courante chez les arabes, et ces derniers craignaient les djinns auprès desquels ils cherchaient refuge, comme il est fait mention dans la parole d’Allah : « Or, il y avait parmi les humains, des mâles qui cherchaient protection auprès des mâles parmi les djinns mais cela ne fit qu’accroître leur détresse »[9].
 
Puis, succéda à ces dérives d’ordre dogmatique, d’autres formes de dérives liées à l’étique, les rites et la législation. A titre d’exemple, certaines pratiques polythéistes étaient associées au pèlerinage, notamment la présence de statuts au pied de la Ka’ba et autour desquelles les gens accomplissaient leur circumambulations, parfois même complètement nus. D’un point de vue global, en ce qui concerne les pratiques cultuelles et les adorations, ils en ajoutaient et en supprimaient a leur guise ; ils sacrifiaient des animaux sur des pierres dressées en offrandes pour leurs statuts, ils juraient par Allât et Al Ouzza, ils invoquaient la pluie de certaines étoiles.
 
Ainsi, l’Islam mis fin à un grand nombre de leurs comportements et coutumes tel que leur habitude de se vanter de leur notoriété et d’insulter les origines d’une personne, comme l’affirme le Messager d’Allah (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) en ces termes : « Il y a quatre pratiques de la période antéislamique qui ne seront jamais délaissées par les membres de ma communauté : se vanter de sa notoriété, insulter les origines, demander la pluie aux étoiles, et les lamentations (lors d’un décès) »[10].
 
De ce fait, la véritable compréhension de l’Islam dans sa globalité, nous révèle sans équivoques que l’Islam mit un terme à la réalité idéologique et sociale de la société arabe au moment de son avènement. En effet, l’Islam n’est pas une expansion des pratiques qui l’ont précédée, [mais une véritable réforme], car le nombre de croyances et pratiques antéislamiques auxquelles l’Islam mit fin, est beaucoup plus important que celui de celles qu’il préserva. D’ailleurs, l’adversité violente à laquelle cette religion nouvelle dut faire face dans la péninsule arabique, et à la Mecque plus particulièrement, [illustre bien cet aspect réformateur] et réfute indéniablement l’idée prétendue que l’Islam est venu dans le seul but de corriger le culte polythéiste arabe. [Il s’agit plutôt d’une profonde réforme de la société arabe.]
 
Résumé à partir de l’ouvrage « L’authentique de la biographie du Prophète » de l’auteur Al Akram Dhiyâ Al ‘Omari, enseigné à l’université islamique de Médine.


[1] Sourate 10 Younous verset 18.
[2] Sourate 6 Les bestiaux verset 19.
[3] Sourate 43 L’ornement verset 22.
[4] Sourate 7 Al A’raf verset 180.
[5] Sourate 6 Les bestiaux verset 100.
[6] Sourate 16 Les abeilles verset 57.
[7] Sourate 6 Les bestiaux verset 148.
[8] Sourate 16 Les abeilles verset 38.
[9] Sourate 72 Les djinns verset 6.
[10] Rapporté par Al Boukhari et Mouslim (934).

Notez  




Autres articles
La modestie du Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui)
Quelques traits du comportement de notre prophète avec les gens
Histoire d'Oumar avec le Nil d'Egypte
L'histoire des premières heures de la révélation du Coran
Salâhuddîn Al-Ayyûbî, le sauveur de Palestine
 

Nouveau commentaire


 
 
 
512 caractères max

Les commentaires sont modérés : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un modérateur du site.

Il est évident que les affirmations diffamatoires et les propos racistes, antisémites, islamophobes ne seront pas publiés. Les contributions trop longues ou n'ayant aucun rapport avec le sujet de l'article ou incorrecte d’un point de vue islamique ne seront pas prises en compte.


 
 
 
     
       
 
Website for Muslims
Website for non Muslims
Francais
Espanol
Chinese site
Pусский
 
Copyright © 2011 - Tout droits réservés - islammessage.com