Les enquêteurs de l'ONU exigent un accès illimité à la Birmanie     France : L'occupation de la mosquée jugée cinq ans après     Royaume-Uni : des policiers suscitent la colère en entrant dans une mosquée avec leurs chaussures     Achoura 2017 : date officielle     Abu Dhabi : Présentation de manuscrits rares du Coran dans le cadre d’une grande exposition
 
Discussion en ligne avec l’administrateur du site (En cours de construction)
 
 
 
  

Il est donc interdit de les imiter en décalant une festivité de quelques jours, telle que la fête de Pâques ou de Noël...
L’Association cultuellede Sens et sa région a acheté à la commune un terrain...
Photo et commentaire  
 




 
Accueil>Conseils et Points importants à savoir

La Conversion à l’Islam (1)

Jamaal al-Din M. Zarabozo

De par Sa grâce, Allah a ouvert Sa religion à quiconque désire venir vers Lui. Il n’existe pratiquement aucun obstacle sur la voix qui mène à l’Islam. Pour embrasser l’Islam, on n’a nullement besoin d’un clergé, de baptêmes ou de cérémonies spéciales. En fait, l’acte qui rend musulman est une simple attestation de sa foi. C’est ainsi que l’on aura juste besoin de dire : «J’atteste que nul n’est digne d’adoration en dehors d’Allah et que Muhammad est Son Messager». Après avoir prononcé ces phrases, l’on devient membre de la magnifique communauté de frères et sœurs musulmans, une communauté qui s’étend de l’époque d’Adam jusqu’au dernier jour sur cette terre.

 

Le présent chapitre se penchera sur certains aspects relatifs à l’attestation de foi. Par ailleurs, d’autres actions en rapport avec l’acte de conversion à l’Islam seront également abordées. Il se refermera sur certaines lois relatives à la situation antérieure à la conversion à l’Islam.

 

L’Attestation de foi : Nul n’est digne d’adoration en dehors d’Allah

L’on devient musulman en attestant de la vérité de cette déclaration : Nul n’est digne d’adoration, excepté Allah et Muhammad est Son Messager. Puisqu’il s’agit d’une attestation ou du témoignage de la véracité de quelque chose, cela doit être une « déclaration publique » (en d’autres termes, pas quelque chose que l’on tient secret dans son for intérieur, mais plutôt, quelque chose que l’on partage avec les autres[1]). Ibn Abu al-Izz écrit : « Le Prophète Muhammad (r) a clairement signifié qu’un individu n’est certainement pas un croyant s’il est affirmé qu’il croit au Prophète Muhammad (r) sans pour autant le professer par sa bouche, alors qu’il peut le faire… »[2].

 

Cette profession de vive voix joue un triple rôle. Il s’agit tout d’abord de la déclaration d’un fait. L’on atteste reconnaître la véracité de cette déclaration de foi. C’est pareil à un témoignage fait devant un tribunal. Tout ce qu’il y a à déclarer est qu’il s’agit de faits que l’on croit être vrai. Il s’agit ensuite d’une déclaration d’engagement à ce fait. Il est question d’admettre que l’on entend adhérer aux conditions et directives de ce à quoi l’on a porté témoignage. Il s’agit, enfin, d’une déclaration publique du fait que l’individu a à présent rejoint la communauté musulmane, acceptant de ce fait les droits et responsabilités qui y sont relatifs.

 

Le Musulman sait à présent que la clé du Paradis réside dans cette déclaration : « Nul n’est digne d’adoration en dehors d’Allah ». Cependant, de nombreux Musulmans se fient tout simplement à cette déclaration et croient qu’aussi longtemps qu’ils l’auront affirmée, rien ne pourra les déranger. Du fait de cette simple déclaration verbale de leur attestation de foi, ils pensent qu’il leur sera accordé le Paradis. Or, la simple récitation de cette déclaration n’est pas assez pour accéder au salut. En fait, les hypocrites avaient l’habitude de dire : « J’atteste que nul n’est digne d’adoration, excepté Allah et …. » pourtant Allah les présente comme des menteurs et dit qu’ils auront pour demeure les profondeurs abyssales du feu de l’Enfer. Bien évidemment, pour être acceptée par Allah, toute attestation et plus particulièrement cette attestation de foi, doit remplir certaines conditions spécifiques[3] –et tout le monde doit se sentir particulièrement préoccupé de savoir si son attestation de foi est acceptable par Allah ou pas.

 

Il a été demandé une fois au célèbre Disciple Wahb ibn Munabbih : « La déclaration ‘Nul n’est digne d’adoration, excepté Allah’, n’est-elle pas la clé du Paradis ? » Il répondit : « Si, mais chaque clé à des dents. Si vous disposez d’une clé dont les dents sont appropriées, la porte s’ouvrira pour vous. Cependant, si les dents [de cette clé] ne sont pas appropriées, la porte ne s’ouvrira pas pour vous ». Ces dents sont les conditions qui démarquent les Musulmans qui vont tirer avantage de cette déclaration de ceux qui n’en tireront aucun avantage, indifféremment du nombre de fois qu’ils auront fait cette déclaration par jour.

 

Une étude des versets du Qur'an et des hadiths du Prophète Muhammad (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) montre qu’il existe un certain nombre de conditions qui déterminent l’orthodoxie de l’attestation de foi. Une fois de plus, il est important pour tout Musulman de s’assurer qu’il remplit ces conditions dans la vie présente, pour ce qui est de sa propre attestation de foi. Le nouveau converti doit prendre en considération ces conditions dans le cadre de son attestation de foi. De préférence (mais pas nécessairement), tout cela doit lui être expliqué avant qu’il ne s’engage dans sa profession de foi.

 

La première condition est la connaissance. L’on doit disposer des éléments fondamentaux nécessaires pour comprendre ce que l’on entend par profession de foi. L’on doit comprendre ce qu’on affirme et ce qu’on rejette dans cette déclaration. Ceci tient pour toute sorte de témoignage. En témoignant de quelque chose, l’on doit savoir ce pour quoi on témoigne. Bien évidemment, un témoignage au sujet de quelque chose dont l’on n’a aucune connaissance est inacceptable. Allah dit dans le Qur'an : [à l’exception de ceux qui auront témoigné de la vérité en pleine connaissance de cause] (43:86).

 

Ainsi, les fondements du témoignage doivent être compris par la personne qui le fait. S’il ne comprend pas, par exemple, qu’Allah est le seul digne d’adoration et que tous les autres dieux sont des faux dieux, alors il ne dispose même pas de la compréhension la plus élémentaire de ce à quoi il affirme apporter son témoignage. Un tel témoignage ne peut être considéré comme correct et agréé par Allah.

La deuxième condition est la certitude. Il s’agit de l’opposé du doute et de l’incertitude. En Islam, en fait, tout doute sur une chose confirmée dans le Qur'an ou la Sunnah est de la mécréance[4]. L’on doit, dans son for intérieur, être certain de la véracité de cette attestation de foi. Le cœur ne doit aucunement être indécis lorsque l’on atteste de cette vérité « Nul n’est digne d’adoration en dehors d’Allah ». Allah présente les vrais croyants comme ceux qui croient en Allah sans aucune hésitation dans leurs cœurs. Allah dit : [Les vrais croyants sont seulement ceux qui croient en Allah et en Son messager, qui par la suite ne doutent point et qui luttent avec leurs biens et leurs personnes dans le chemin d’Allah. Ceux-là sont les véridiques] (49:15).

 

De même, le Messager d’Allah a dit : « Nul ne va à la rencontre d’Allah ayant attesté que nul n’est digne d’adoration en dehors d’Allah et que je suis Son Messager, et en ayant aucun doute sur sa déclaration, sans avoir accès au Paradis »[5]. En revanche, Allah présente les hypocrites comme ces gens dont les cœurs sont dans le doute. Allah dit, par exemple : [Ne te demandent permission que ceux qui ne croient pas en Allah et au Jour dernier, et dont les cœurs sont emplis de doute. Ils ne font qu’hésiter dans leur incertitude] (9:45).

 

La troisième condition de l’attestation de foi est l’acceptation. Les conditions de la connaissance et de la certitude doivent être suivies par l’acceptation, par la bouche et le cœur, de tout ce qu’implique ce témoignage. Quiconque refuse d’accepter l’attestation de foi avec toutes ses implications, même s’il est sûr et certain de sa vérité, est un mécréant. Ce refus est parfois sous-tendu par l’orgueil, l’envie ou bien d’autres raisons. Quoi qu’il en soit, le témoignage n’est pas acceptable s’il ne bénéficie pas d’une acceptation inconditionnelle.

 

Cette condition veut également dire que le Musulman croit en tout ce qui est dit dans le Qur'an ou déclaré par le Prophète Muhammad (r), sans avoir aucun droit de choisir ce en quoi il veut croire et ce qu’il veut rejeter. Allah dit dans le Qur'an : [Croyez-vous donc en une partie du Livre et rejetez-vous le reste ? Ceux d’entre vous qui agissent de la sorte ne méritent que l’ignominie dans cette vie, et au Jour de la Résurrection ils seront refoulés au plus dur châtiment] (2:85). Allah dit également : [Il n’appartient pas à un croyant ou à une croyante, une fois qu’Allah et Son messager ont décidé d’une chose d’avoir encore le choix dans leur façon d’agir. Et quiconque désobéit à Allah et à Son messager, s’est égaré certes, d’un égarement évident] (33:36).

 

La quatrième condition est celle de la soumission et de l’obéissance. Ce qui suppose la véritable traduction en acte. Il s’agit de l’une des principales significations du mot Islam lui-même, « la soumission à la volonté et aux prescriptions d’Allah ». Allah ordonne dans le Qur'an : [Et revenez repentant à votre Seigneur, et soumettez-vous à Lui] (39:54).

 

Allah a fait de la soumission à Ses prescriptions et à celles de Son messager une des conditions de la foi. Allah dit, en effet : [Non ! ... Par ton Seigneur ! Ils ne seront pas croyants aussi longtemps qu’ils ne t’auront demandé de juger de leurs disputes et qu’ils n’auront éprouvé nulle angoisse pour ce que tu auras décidé, et qu’ils se soumettent complètement [à ta sentence]] (4:65).

 

Ce qui ne signifie pour autant pas que le vrai croyant ne tombe jamais dans le péché. En vérité, les vrais croyants commettent eux aussi des péchés. Cependant, aussi longtemps qu’ils reconnaissent que ce qu’ils ont fait est incorrect et non-conforme à leur obligation de soumission à Allah, ils n’auront pas violé l’orthodoxie de leur témoignage.

 

La cinquième condition est la sincérité par opposition à l’hypocrisie et à la malhonnêteté. C’est dire que lorsque l’on déclare l’attestation de foi, on le fait en toute honnêteté et en toute sincérité. L’individu ne doit pas mentir sur l’attestation de foi ni chercher à tromper ou duper qui que ce soit. Le Prophète Muhammad (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) a dit : « Personne n’atteste du fait que nul n’est digne d’adoration en dehors d’Allah, en toute sincérité, sans qu’Allah l’épargne du feu de l’Enfer »[6].

 

La sixième condition est celle de la pureté ou le fait de déclarer cette attestation de foi uniquement pour la cause d’Allah. L’on ne doit pas la faire pour une quelconque autre raison que la cause d’Allah. De cette façon, la pureté doit se concevoir par opposition à l’association d’Allah. L’on devient et demeure musulman uniquement pour servir Allah, éviter Sa colère et Son châtiment et obtenir Sa miséricorde et Sa récompense. Allah dit dans le Qur’an: [Adore donc Allah en Lui vouant un culte exclusif] (39:2). Le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) dit également : « Allah a interdit au feu de l’Enfer a toute personne qui dit ‘Nul n’est digne d’adoration excepté Allah’, et le dit dans le but d’obtenir la satisfaction et [le plaisir] d’Allah »[7].

 

La septième condition est l’amour. C'est-à-dire que le croyant doit aimer l’attestation de foi, aimer accomplir cet acte, aimer ses implications et conditions et aimer ceux qui œuvrent et se battent dans ce cadre. Il s’agit d’une condition nécessaire de l’attestation de foi. La foi d’un individu qui prononce l’attestation de foi, sans pour autant aimer cet acte et ce qu’il représente, reste en fait incomplète. Il ne s’aurait s’agir de la foi d’un vrai croyant. S’il n’aime pas du tout cette attestation ou s’il hait cet acte en réalité, il aura renié son attestation.

 

Pour le vrai croyant, nul autre ne doit bénéficier du même degré d’amour qu’Allah. Allah dit dans le Qur’an : [Parmi les hommes, il en est qui prennent, en dehors d’Allah, des égaux à Lui, en les aimant comme on aime Allah. Or les croyants sont les plus ardents en l’amour d’Allah] (2:165). Dans un autre passage, Allah dit : [Dis : “Si vos pères, vos enfants, vos frères, vos épouses, vos clans, les biens que vous gagnez, le négoce dont vous craignez le déclin et les demeures qui vous sont agréables, vous sont plus chers qu’Allah, Son messager et la lutte dans le sentier d’Allah, alors attendez qu’Allah fasse venir Son ordre. Et Allah ne guide pas les gens pervers”] (9:24).

A Suivre …

 



[1] Une possible exception pourrait être le cas d’un homme qui craint d’être tué immédiatement après avoir dévoilé son Islam. Dans le cas contraire, l’on est appelé à professer ouvertement l’Islam même s’il faut craindre une certaine adversité ou de dures épreuves sur son chemin. C’est de cette façon que se comportaient le Prophète (r) et ses Compagnons.

[2] Ibn Abu al-Izz, vol. 2, pp. 471. La traduction utilisée ici est un pré-tirage de Commentary on the Creed of at-Tahawi by ibn Abi al-Izz de Muhammad Abdul Haq Ansari, trad., (Riyad: Ministère de l’Enseignement supérieur, 200). Par souci de numérotation de pages, nous allons nous référer à la version publiée par Muassasat al-Rissaalah.

[3] Les conditions de l’attestation de foi sont bien connues et abordées dans de nombreux ouvrages. Voir, par exemple, Haafidh ibn Ahmad Hakimi, Maarij al-Qubool bi-Sharh Sullim al-Wusool ila Ilm al-Usool fi al-Tawhid (Beyrouth: Dar al-Kutub al-Ilmiyya, 1983), vol. 1, pp. 307-315; Abdullah ibn Jibreen, al-Shahadataan (Noms de la ville et de l’éditeur absents, 1990), pp. 77-86; nous avons également présenté la plupart de ces conditions dans le deux parties de la shahaadah dans l’ouvrage intitulé The Friday Prayer: Part II: Khutbahs (I) (Aurora, CO: IANA, 1994), pp. 4-19; The Friday Prayer: Part III: Khutbahs (II) (Ann Arbor, MI: IANA, 1995), pp. 35-42.

[4] Excepté le cas d’ignorance dans laquelle l’homme entretient des doutes au sujet de quelque chose, ne sachant pas que cela est prouvé dans le Qur'an et la Sunnah. Une fois que l’homme sait que quelque chose est effectivement confirmé dans le Qur'an et la Sunnah, aucun doute sur ce fait ne lui est plus pardonnable.

[5] Rapporté par Muslim.

[6] Rapporté par al-Bukhari.

[7] Rapporté par Muslim.

 

Notez  




Autres articles
Les premières choses à faire après avoir embarrassé l'Islam?
Evitez cette pratique qui annule vos bonnes œuvres!!
La sagesse du Prophète Mohammad dans l'appel à l'Islam.
Les moyens de raffermissement du musulman sur sa religion.
Quel est l'impact de la sincérité sur la validité des bonnes œuvres du croyant?
 

Nouveau commentaire


 
 
 
512 caractères max

Les commentaires sont modérés : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un modérateur du site.

Il est évident que les affirmations diffamatoires et les propos racistes, antisémites, islamophobes ne seront pas publiés. Les contributions trop longues ou n'ayant aucun rapport avec le sujet de l'article ou incorrecte d’un point de vue islamique ne seront pas prises en compte.


 
 
 
     
       
 
Website for Muslims
Website for non Muslims
Francais
Espanol
Chinese site
Pусский
 
Copyright © 2011 - Tout droits réservés - islammessage.com