Les enquêteurs de l'ONU exigent un accès illimité à la Birmanie     France : L'occupation de la mosquée jugée cinq ans après     Royaume-Uni : des policiers suscitent la colère en entrant dans une mosquée avec leurs chaussures     Achoura 2017 : date officielle     Abu Dhabi : Présentation de manuscrits rares du Coran dans le cadre d’une grande exposition
 
Discussion en ligne avec l’administrateur du site (En cours de construction)
 
 
 
  

Il est donc interdit de les imiter en décalant une festivité de quelques jours, telle que la fête de Pâques ou de Noël...
L’Association cultuellede Sens et sa région a acheté à la commune un terrain...
Photo et commentaire  
 




 
Accueil>Conseils et Points importants à savoir

La Conversion à l’Islam (3)

Jamaal al-Din M. Zarabozo

Autres faits liés à l’acte de conversion à l’Islam

L’attestation de foi est souvent accompagnée d’un certain nombre d’autres actes. Il s’agit:

1- d’un bain complet ;

2- du rasage de tous ses cheveux de sa vie préislamique

3- de la circoncision.

 

Tous ces éléments méritent d’être abordés séparément. Cependant, avant d’y arriver, il convient de relever qu’aucun de ces actes ne doit contribuer à retarder la conversion à l’Islam. En fait, une fois qu’un individu a décidé d’embrasser l’Islam, cet événement ne doit pas être ajourné, par exemple, à un moment plus approprié ou à un moment où il y aura plus de témoins, etc. En réalité, personne ne sait quand viendra la mort et, par conséquent, une fois qu’un individu se décide fermement à embrasser l’Islam, il doit le faire immédiatement en prononçant l’attestation de foi.

 

1- Le bain complet : Il existe, en fait, quatre opinions chez les érudits pour ce qui est du bain complet en rapport avec la conversion à l’Islam. Sans rentrer profondément dans les détails[1], ces positions pourraient être résumées comme suit : Le premier groupe soutient que le bain est obligatoire pour toute personne qui embrasse l’Islam. Il s’agit d’une des positions défendues par l’école malikite et de la fameuse position de l’école hanbalite. Un autre groupe affirme que ce bain n’est aucunement obligatoire. Cette opinion est partagée par certains tenants de l’école hanbalite. Un troisième groupe soutient que ce bain est recommandé pour toute personne qui embrasse l’Islam. Il s’agit d’une des opinions partagées par les écoles hanafite, malikite et hanbalite. Un dernier groupe soutient que ce bain n’est que recommandé, et ne devient obligatoire que si l’on se trouve en état d’impureté sexuelle ou s’il s’agit d’une femme qui sort d’un état de menstrues ou de lochies. Dans ces cas, ce bain est nécessaire pour passer à l’état de pureté rituelle préalable à la prière.

La divergence d’opinion sur cette question s’explique par certains hadiths dans lesquels le Prophète Muhammad (paix et bénédiction d'Allah sur lui) avait invité certains individus ayant embrassé l’Islam à accomplir un bain complet. Cependant pour que de tels récits (ou hadiths) soient crédibles en Droit islamique, ils doivent remplir un certain nombre de conditions rigoureuses.

Tous ces récits présentent certains manquements et sont considérés comme faibles par un certain nombre de spécialistes des hadiths[2]. En outre, certains spécialistes observent que de nombreuses personnes embrassaient l’Islam à l’époque du Prophète (paix et bénédiction d'Allah sur lui). Or, il n’y a aucun récit indiquant l’existence systématique d’un ordre ou d’une interprétation invitant ces personnes à prendre un bain dans le cadre de leur processus de conversion à l’Islam. Par ailleurs, au vu de ce qui précède, les récits selon lesquels le Prophète (paix et bénédiction d'Allah sur lui) invitait certains individus à prendre un bain pourraient tout simplement indiquer que ce bain est recommandé, et pas obligatoire.

Parallèlement, le nouveau Musulman sera appelé à accomplir des prières[3]. Or, l’une des conditions de la prière est que l’individu soit en état de pureté corporelle et le bain en lui-même est conditionné par l’intention d’entrer dans un état de pureté, par opposition au simple bain usuel. Bien que certains érudits affirment que l’Islam ne prend pas en considération l’état antérieur de l’individu, cet argument ne nous semble pas assez solide à ce niveau. Si l’individu est en état d’impureté sexuelle ou si une femme sort d’une période de menstrues ou de lochies, ils devront prendre un bain complet avant d’accomplir la prière.

En somme, au vu de tous ces arguments, l’on peut affirmer que le bain qui suit l’attestation de foi est, au mieux, un acte recommandé et non un acte obligatoire. L’on ne doit pas le considérer comme un simple acte, sans signification aucune. L’individu qui embrasse l’Islam décide de procéder à une renaissance spirituelle et s’engage dans une transformation de sa vie. En fait, pour la plupart des convertis, l’Islam est vraiment une transformation de la vie qui se démarque tout à fait de leur mode de vie antérieur. D’où, la nécessité d’une préparation psychologique, émotionnelle et corporelle. D’un point de vue métaphorique, ce bain débarrasse le converti de toutes ces différentes sortes d’impureté qui pourraient persister en lui. Il devient alors prêt à cheminer sur sa nouvelle voie.

Quoi qu’il en soit –du moins, pour s’accorder toutes les chances d’être du bon côté–, avant de prier, l’on doit être en état de pureté corporelle et donc d’avoir recours a un bain complet de la part de ceux qui ont eues des rapports sexuelles ou des femmes qui sortent d’un état de menstrues ou de lochies.

 

2- Le rasage de tous ses cheveux de sa vie préislamique : Il s’agit également d’un acte qui s’appuie sur un hadith rejeté par la grande majorité des spécialistes qui le considèrent comme faible. Il s’agit d’un hadith dans lequel le Prophète (paix et bénédiction d'Allah sur lui) aurait dit à un homme qui venait juste de l’informer qu’il avait embrassé l’Islam : « Débarrasse-toi des [rase-toi les] cheveux de [la période de] la mécréance »[4].

Une fois de plus, même si ce hadith est tenu pour authentique, il ne s’agit pas d’un acte reconnu avoir été couramment pratiqué à l’époque du Prophète (paix et bénédiction d'Allah sur lui) ou après lui. Ainsi, pour certains érudits, ce hadith ne s’applique que pour ceux qui auraient laissé pousser leurs cheveux pour une raison religieuse [de leur religion d’avant]. Dans ce cas, ils doivent raser leurs cheveux une fois devenus musulmans[5]. Par exemple, à l’époque contemporaine, nul n’ignore que, dans le cadre de leur fraternité, les Sikhs ne coupent aucun brin de leurs cheveux ou aucun poil de leur corps. Cependant, rien d’explicite dans ce texte ne permettrait cette interprétation. Aussi, une fois de plus, soit ce hadith est faible soit, s’il est accepté, il pourrait être entendu comme un acte recommandé et non un acte nécessaire. À l’image du bain, il s’agit d’un acte à travers lequel l’on se débarrasse des vestiges de sa vie antéislamique afin de s’engager dans sa nouvelle vie en tant que musulman et serviteur de Dieu.

 

3- La Circoncision : Dans certains des récits affirmant que le Prophète (paix et bénédiction d'Allah sur lui) demandait au nouveau converti de se débarrasser des cheveux de sa vie antéislamique, il est également demandé à l’individu de se faire circoncire[6]. Un autre récit rapporte que « Quiconque embrasse l’Islam doit être circoncis, même s’il est d’un âge avancé ». Cependant, il s’agit encore d’un récit qui ne peut être établi, preuves à l’appui, comme étant une déclaration du Prophète (paix et bénédiction d'Allah sur lui).

La circoncision est indubitablement une pratique établie de l’Islam. Il s’agit d’un acte obligatoire ou fortement recommandé[7]. Cependant, rien n’atteste que l’on doit immédiatement accomplir cet acte après sa conversion à l’Islam. Il y a des exceptions qui exemptent l’individu de l’accomplissement de cet acte. Autrefois, les érudits évoquaient le cas d’un adulte qui embrasse l’Islam et craint des conséquences négatives qu’engendrerait le processus de circoncision[8]. Bien entendu, à l’époque contemporaine, cette possibilité se voit réduite, étant donné que la circoncision constitue de nos jours un acte médical précis et sans risque. Cependant, elle est coûteuse dans certaines parties du monde, plus particulièrement si elle est considérée comme un acte optionnel. Cette charge financière pourrait être hors de portée de certains convertis, auquel cas, ceux-ci peuvent retarder cet acte jusqu’à ce qu’ils soient à même de s’en procurer les moyens. Et seul, Allah sait mieux que quiconque.

A suivre...

 


[1] Pour plus de détails sur cette question, voir Dubyaan al-Dubyaan, Ahkaam al-Tahaarah: al-Ghusl (Riyad : Maktabah al-Rushd, 2004), pp. 113-128. Yahya al-Nawawi, Al-Majmoo Sharh al-Muhadhib, (Beyrouth : Daar al-Fikr, 1997), vol. 2, p. 153-154; Ibn Qudaamah, al-Mughni, vol. 1, pp. 350f.

[2] Cependant, le très respecté al-Albaani qui est un spécialiste des hadiths voit que, ces récits sont authentiques. Voir, Muhammad Naasir al-Deen al-Albaani, notes de bas de page de Mishkaat al-Masaabeeh, vol. 1, p. 118.

[3] Si une femme se trouve en état de menstrues ou de lochies au moment où elle embrasse l’Islam, elle ne sera pas invitée à la prière jusqu’à ce qu’elle sorte de cet état.

[4] Rapporté par Ahmad, Abdul-Razzaaq, Abu Dawood, al-Tabaraani, al-Haakim, al-Baïhaqi et les autres. Ces docteurs ont jugé ce hadith comme étant faible: al-Nawawi, ibn Hajar, al-Dhahabi, al-Munaawi, al-Mundhiri, al-Shaukaani, al-Adheemabaadi, al-Mubaarakfooti, et al-Dubyaan. Pour al-Albaani, cependant, il s’agit une fois de plus d’un récit authentique. Voir, Muhammad Naasir al-Deen al-Albaani, Silsilat al-Ahaadeeth al-Saheehah (Riyad: Maktabah al-Maaarif), vol. 6, p. 476.

[5] De telles explications ont été apportées par al-Adheemabaadi et al-Mubaarakfooti. Cf., Muhammad Shams al-Haqq al-Adheemabaadi, Aun al-Mabood Sharh Sunan Abi Dawood (Beyrouth: Dar al-Kutub al-Ilmiyya, 1995), vol. 2, p. 15; Muhammad al-Mubaarakfoori, Tuhfah al-Ahwadhi (Beyrouth : Daar al-Kutub al-Ilmiyya, aucune information relative à la publication), vol. 3, p. 183.

[6] Rapporté par Ahmad, Abdul-Razzaaq, Abu Dawood, al-Tabaraani et al-Baïhaqi. Il s’agit, une fois encore, d’un hadith faible, d’après la majorité des spécialistes, bien qu’approuvé par al-Albaani.

[7] Pour un développement plus approfondi de cette question, voir Dubyaan al-Dubyaan, Ahkaam al-Tahaaraah: Sunan al-Fitra (2000), pp. 91-110.

[8] Cf., Al-Dubyaan, Ahkaam al-Tahaaraah: Sunan al-Fitra, p. 137.

 

Notez  




Autres articles
Les premières choses à faire après avoir embarrassé l'Islam?
Evitez cette pratique qui annule vos bonnes œuvres!!
La sagesse du Prophète Mohammad dans l'appel à l'Islam.
Les moyens de raffermissement du musulman sur sa religion.
Quel est l'impact de la sincérité sur la validité des bonnes œuvres du croyant?
 
aïssa ayun's annas
samedi 29 décembre 2012
A tous convertis de l'Islam il n'y a de guide que Mohammed (psb) et la lecture pour la compréhension du Saint Coran dans sa langue maternelle.Pour les besoins d'un guide physique choisisez un homme qui a de la science s'il a peu de connaissance regardez son comportement et celui qui aura la sciences ses paroles seront identiques a son comportement. Apprendre a lire le Saint Coran en Arabe afin d'exercer un rappel a tous ceux qui ont un mauvais comportement.

Nouveau commentaire


 
 
 
512 caractères max

Les commentaires sont modérés : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un modérateur du site.

Il est évident que les affirmations diffamatoires et les propos racistes, antisémites, islamophobes ne seront pas publiés. Les contributions trop longues ou n'ayant aucun rapport avec le sujet de l'article ou incorrecte d’un point de vue islamique ne seront pas prises en compte.


 
 
 
     
       
 
Website for Muslims
Website for non Muslims
Francais
Espanol
Chinese site
Pусский
 
Copyright © 2011 - Tout droits réservés - islammessage.com