Les enquêteurs de l'ONU exigent un accès illimité à la Birmanie     France : L'occupation de la mosquée jugée cinq ans après     Royaume-Uni : des policiers suscitent la colère en entrant dans une mosquée avec leurs chaussures     Achoura 2017 : date officielle     Abu Dhabi : Présentation de manuscrits rares du Coran dans le cadre d’une grande exposition
 
Discussion en ligne avec l’administrateur du site (En cours de construction)
 
 
 
  

Il est donc interdit de les imiter en décalant une festivité de quelques jours, telle que la fête de Pâques ou de Noël...
L’Association cultuellede Sens et sa région a acheté à la commune un terrain...
Photo et commentaire  
 




 
Accueil>Conseils et Points importants à savoir

La Conversion à l’Islam (4)

Jamaal al-Din M. Zarabozo

Récompenses et mesures spécifiques au converti

Il existe certaines paroles du Prophète (paix et bénédiction d'Allah sur lui) qui démontrent qu’il y a des récompenses et mesures spécifiques en faveur du converti à l’Islam.

De façon générale, c’est avec un passé plein de bonnes et mauvaises actions que l’on embrasse l’Islam. Le Prophète Muhammad (paix et bénédiction d'Allah sur lui) a eu à expliquer ce qui adviendra de l’individu par rapport à ces œuvres antérieures.

Al-Bukhari note dans sa collection des hadiths authentiques : Hakeem ibn Hizaam demanda un jour : « Ô Messager d’Allah, que penses-tu des actes de piété que j’accomplissais dans ma vie antéislamique, tels que : aumônes, affranchissement d’esclaves, bons offices à l’égard de proches. Serai-je récompensé pour ces diverses choses ? Le Messager d’Allah, Muhammad (paix et bénédiction d'Allah sur lui), lui répondit : « En embrassant l’Islam, tu conserves à ton actif, tous les biens faits précédemment »[1].

L’une des interprétations de ce hadith est que l’individu sera récompensé pour le bien qu’il aura accompli dans sa vie d’avant. Bien entendu, c’est pour avoir embrassé l’Islam qu’il bénéficiera de cette récompense. Il doit cependant être noté que le Prophète (paix et bénédiction d'Allah sur lui) ne lui a pas dit de façon explicite qu’il sera récompensé pour les actions qu’il à accomplit avant de devenir musulman. Pour qu’une œuvre soit agréée par Allah, elle doit être accomplie dans l’intention sincère de plaire à Allah et avec la certitude qu’elle est conforme aux lois d’Allah.

Manifestement, ces deux conditions sont généralement absentes lorsqu’on examine les œuvres des mécréants. D’où, l’existence d’une divergence d’interprétation de ce hadith. L’une de ces explications soutient que ces bonnes actions ont développé un bon caractère chez l’individu et illustrent sa propension à accomplir le bien dont il devra bénéficier énormément à présent qu’il est musulman. Cette tendance à accomplir le bien pourrait être ce qui l’a conduit à l’Islam. En fait, ce pourrait être du fait de ces œuvres qu’Allah lui aurait accordé sa bénédiction en le guidant à l’Islam. Ce hadith pourrait également signifier que la personne sera récompensée pour ces œuvres, mais dans ce bas monde. La grande miséricorde et la justice de l’Islam voudraient qu’Il ne laisse aucune œuvre sans récompense. Bien que ces actions accomplies par les non musulmans puissent ne pas remplir les conditions nécessaires à la récompense de la part d’Allah dans l’Au-delà, Allah ne les ignore pas et récompense ces mécréants dans la vie présente. Aussi, le Prophète Muhammad (Paix et bénédiction d'Allah sur lui) a dit : « Le mécréant est récompensé dans la vie présente à la mesure de ce qu’il aura fait de bien »[2].

Cependant, il existe une autre déclaration du Prophète Muhammad (paix et bénédiction d'Allah sur lui) qui affirme clairement que si un individu se convertit à l’Islam et fait de son mieux pour perfectionner sa foi, il sera en fait récompensé pour ses œuvres accomplies avant de devenir musulman. Cela semble relever d’une bonté spéciale qu’Allah a choisie de rependre sur ces gens et Allah accorde Sa bonté à qui Il veut. Ce hadith se présente comme suit : « Si un serviteur accepte l’Islam et perfectionne son Islam, Allah enregistrera toute bonne action qu’il aura accomplie avant [sa conversion à l’Islam] et effacera toute mauvaise action qu’il aura accomplie avant [sa conversion à l’Islam]. Puis, toute chose qui suivra fera l’objet d’une rétribution. Sa récompense pour toute bonne œuvre sera multipliée entre dix et sept cents. Et il en sera de même pour toute mauvaise action, à moins qu’Allah ne la lui pardonne »[3].

Ce hadith montre que l’individu sera récompensé pour les bonnes œuvres qu’il aura accomplies avant de devenir musulman. Ses mauvaises œuvres seront également effacées après sa conversion à l’Islam. Cependant, tout cela a un prix. Encore faut-il qu’il perfectionne et accomplisse son Islam. En d’autres termes, la condition est qu’il s’éloigne des mauvaises œuvres après sa conversion à l’Islam. Cette conception est davantage soutenue par un hadith rapporté à la fois dans le Sahih al-Bukhari et le Sahih Muslim selon lequel ibn Masoud demanda au Prophète Muhammad (paix et bénédiction d'Allah sur lui) s’ils allaient rendre compte des œuvres qu’ils avaient accomplies dans leur vie antéislamique. Le Messager d’Allah (paix et bénédiction d'Allah sur lui) lui répondit : « Celui d’entre vous qui fait preuve de beaucoup d’effort et d’engagement en Islam n’aura pas à en rendre compte. Mais celui qui commet de mauvaises actions [par rapport à son Islam] devra rendre compte de ce qu’il aura fait aussi bien avant qu’après sa conversion à l’Islam ».

Il existe également un hadith dans le Musnad Ahmad qui affirme que le Prophète s’est adressé à Arm ibn al-As en ces termes : « O Amr, ne sais-tu pas que l’Islam efface tous les péchés antérieurs à la conversion ? »[4]. Ce hadith doit être compris à la lumière des ceux précédemment évoqués : si un individu accomplit et perfectionne son Islam, alors tous ses péchés antérieurs seront effacés et oubliés. Dans le cas contraire, s’il continue à accomplir de mauvaises actions en Islam, ses actes antérieurs ne seront pas oubliés[5]. Cependant, cette mesure ne s’applique qu’aux péchés et mauvaises actions à l’encontre d’Allah. Elle n’intègre pas les obligations que l’on doit encore remplir, telles que les dettes ou des crimes pour lesquels l’on pourrait être sanctionné dans la vie présente.

A ce propos, le Qur'an se veut encore plus ferme dans un de ses passages : Allah dit : [Qui n’invoquent pas d’autre dieu avec Allah et ne tuent pas la vie qu’Allah a rendue sacrée, sauf à bon droit; qui ne commettent pas de fornication - car quiconque fait cela encourra une punition et le châtiment lui sera doublé, au Jour de la Résurrection, et il y demeurera éternellement couvert d’ignominie; sauf celui qui se repent, croit et accomplit une bonne œuvre; ceux-là Allah changera leurs mauvaises actions en bonnes, et Allah est Pardonneur et Miséricordieux] (25:68-70). Pour certains érudits, ce verset implique que les mauvaises actions antérieures seront transformées en bonnes. Cependant, pour d’autres, cela signifie que la personne accomplira alors de bonnes œuvres dans la vie présente. Pour d’autres encore, cela veut dire que dans l’Au-delà, les mauvaises actions seront transformées [en bonnes] et l’auteur en sera récompensé du fait de la gêne et du remords qu’il aura éprouvés après sa conversion à l’Islam.

En somme, le Musulman nouvellement converti fait face à une très grande opportunité. Il lui est accordé l’opportunité de voir tous ses méfaits et péchés effacés tout en étant éventuellement récompensé pour le bien qu’il aura accompli avant d’embrasser l’Islam. Il s’agit d’un acte de miséricorde et de grâce de la part d’Allah, un acte qui obéit cependant à un certain nombre de conditions. Le converti doit prendre son Islam au sérieux, le pratiquer correctement et rester un vrai Musulman faisant attention à ne plus sombrer dans le mal qu’il pratiquait avant sa conversion. S’il arrivait, d’une manière ou d’une autre, qu’il retombe dans les mauvaises pratiques d’antan, il perdrait alors cette grande opportunité gracieusement accordée par Allah.

Enfin, il existe un verset du Qur'an et un hadith qui traitent spécifiquement des membres de la communauté des Gens du livre qui se convertissent à l’Islam. Ces gens croyaient aux livres et aux prophètes antérieurs avant de prendre la nécessaire décision de croire également de tout cœur au dernier prophète et au dernier livre mentionnés par leurs prophètes et dans leurs livres. A leur sujet, Allah dit : [Nous leur avons déjà exposé la Parole (le Coran) afin qu’ils se souviennent. Ceux à qui, avant lui [le Coran], Nous avons apporté le Livre, y croient. Et quand on le leur récite, ils disent : “Nous y croyons. Ceci est bien la vérité émanant de notre Seigneur. Déjà avant son arrivée, nous étions Soumis”[6]. Voilà ceux qui recevront deux fois leur récompense pour leur endurance, pour avoir répondu au mal par le bien, et pour avoir dépensé de ce que Nous leur avons attribué] (28:51-54). Le Prophète Muhammad (paix et bénédiction d'Allah sur lui) a également dit : « Il existe trois [catégories de personnes] qui recevront doublement leurs récompenses. [Parmi ces catégories se trouve] un croyant issu des Gens du Livre qui croyait en son prophète et a cru par la suite en Muhammad. Celui-là sera doublement récompensé… »[7].

 

A suivre...

 


[1] Les explications à apporter au sujet de ce hadith s’appuient sur l’ouvrage d’Ahmad ibn Hajar, Fath al-Baari bi-Sharh Saheeh al-Bukhaari (Beyrouth : Daar al-Maridah), vol. 3, pp. 302-303; Badr al-Deen Al-Aini, Umdah al-Qaari (Beyrouth : Daar Ihyaa al-Turaath), vol. 8, p. 303.

[2] Rapporté par Muslim.

[3] Rapporté par Malik et al-Nasaai. D’après al-Albaani, il s’agit d’un hadith sahih. Al-Albani, Saheeh al-Jaami, vol. 1, p. 122.

[4] Ce récit est tiré de Musnad Ahmad. Sahih Muslim comporte pratiquement le même récit avec juste quelques modifications au niveau de la formulation.

[5] Ibn Rajab, Jaami, vol. 1, p. 296.

[6] Il s’agit d’une allusion à certains Juifs et Chrétiens qui avaient embrassé l’Islam.

[7] Rapporté par al-Bukhari et Muslim. Certains érudits affirment que ce hadith renvoie uniquement aux Chrétiens qui se convertissent à l’Islam, étant donné que le message du Prophète Jésus a abrogé celui des prophètes antérieurs. En d’autres termes, le Juif qui rejette Jésus (paix et bénédiction d’Allah sur lui) ne croit pas sincèrement en ses propres prophètes parce que Jésus avait également été envoyé à la Tribu d’Israël. En rejetant Jésus, il rejette par ricochet ce qu’a apporté son propre prophète. Il n’est par conséquent pas un vrai croyant et les termes du hadith ci-dessus ne s’appliquent pas à lui. Les propos du Prophète, cependant, son d’une portée plus générale que cela et doivent être compris dans leur sens général. Par ailleurs, il est confirmé que les versets cités ci-dessus s’appliquent autant aux Juifs qu’aux Chrétiens. Voir ibn Hajar, Fath, vol. 1, pp. 190-191.

 

Notez  




Autres articles
Les premières choses à faire après avoir embarrassé l'Islam?
Evitez cette pratique qui annule vos bonnes œuvres!!
La sagesse du Prophète Mohammad dans l'appel à l'Islam.
Les moyens de raffermissement du musulman sur sa religion.
Quel est l'impact de la sincérité sur la validité des bonnes œuvres du croyant?
 

Nouveau commentaire


 
 
 
512 caractères max

Les commentaires sont modérés : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un modérateur du site.

Il est évident que les affirmations diffamatoires et les propos racistes, antisémites, islamophobes ne seront pas publiés. Les contributions trop longues ou n'ayant aucun rapport avec le sujet de l'article ou incorrecte d’un point de vue islamique ne seront pas prises en compte.


 
 
 
     
       
 
Website for Muslims
Website for non Muslims
Francais
Espanol
Chinese site
Pусский
 
Copyright © 2011 - Tout droits réservés - islammessage.com