France : Dix individus liées à l'extrême droite arrêtées pour projet d'attentats contre des mosquées     Arabie Saoudite : Le TGV Haramain arrive enfin à Makkah     France : Une chroniqueuse britannique critiquée pour son tweet anti-musulmans dans le sillage du scandale Weinstein     Lausanne : 500 personnes réunies contre l'islamophobie après la profanation du carré musulman     Canada : un lycée autorise le port du hijab pour la fine fleur de ses athlètes musulmanes
 
Discussion en ligne avec l’administrateur du site (En cours de construction)
 
 
 
  

Il est donc interdit de les imiter en décalant une festivité de quelques jours, telle que la fête de Pâques ou de Noël...
L’Association cultuellede Sens et sa région a acheté à la commune un terrain...
Photo et commentaire  
 




 
Accueil>Dossier du mois

Non l’Islam ne permet ni ne tolère l’homosexualité !

Le message de l'Islam

 

Parmi les questions sensibles qui concernent les musulmans vivant en Occident, et singulièrement en France, il y a la position de l’islam concernant l’homosexualité. C’est aujourd’hui un sujet d’actualité, à l’heure où le débat sur la légalisation du mariage gay fait l’objet d’une grande controverse au sein de la sphère politique. Dans certains contextes, l’acceptation de mariage serait une clef d’une possible «intégration» des musulmans à la culture occidentale. D’où l’émergence d’un nouveau courant qui prône la banalisation de l’homosexualité au sein de la communauté musulmane, à l’instar du mouvement mené par Ludovic-Mohamed Zahed – fondateur et porte-parole de l’association « homosexuels musulmans de France ».

 

Il semble impératif de faire la lumière sur cette nouvelle doctrine prêchée par ce militant qui tente envers et contre tout de nous démontrer que la pratique de l’homosexualité est tout à fait permise en Islam.

 

Allah a envoyé de nombreux prophètes pour transmettre aux hommes Sa législation divine, et les éclairer au sujet de ce qu’Il aime, agrée et nous rapproche de Lui, Allah dit : « Nous avons envoyé dans chaque communauté un Messager, [pour leur dire]: «Adorez Allah et écartez-vous du tâghoût[1] »[2], et Il dit : «  Nous avons effectivement envoyé Nos Messagers avec des preuves évidentes, et fait descendre avec eux le Livre et la balance, afin que les gens établissent la justice »[3].

 

C’est en ce sens que l’envoi des messagers en tant qu’annonciateurs et avertisseurs transmettant aux hommes la législation divine, découle de la sagesse d’Allah : « En tant que messagers, annonciateurs et avertisseurs, afin qu’après la venue des messagers il n’y eût pour les gens point d’argument devant Allah. Allah est Puissant et Sage »[4]. De ce fait, il incombe donc à l’homme d’adhérer au message divin et de se référer à la révélation émanant du Sage Eternel, qui a établit une législation dans l’intérêt des hommes : « Ne connaît-Il pas ce qu’Il a créé alors que c’est Lui le Compatissant, le Parfaitement Connaisseur »[5].

 

Aussi, la législation d’Allah se distingue par trois caractéristiques qui lui sont propres : la perfection, la globalité et la pérennité. De ce fait, rendre licite une interdiction unanimement  établie et d’institution divine relève de la mécréance, étant donné que cela implique le fait de démentir la révélation. En effet, les preuves de l’interdiction de cette pratique contre nature sont trop évidentes pour être discutées. Néanmoins, l’objectif de notre approche dans cet humble exposé n’a pas pour but de convaincre les lecteurs du caractère effectif de cette interdiction, mais de rectifier certains arguments fallacieusement utilisés pour justifier l’injustifiable. Car, non seulement Mr Zahed prône la licéité de l’homosexualité en Islam, mais il va même jusqu’à projeter d’ouvrir une mosquée gay au cœur de Paris dans laquelle il compte célébrer des mariages. Remarquez, il essaie sans doute d’être quelque peu cohérent dans sa démarche ! Effectivement, légaliser une union jusque là totalement prohibée par les musulmans « dogmatiques » comme il les surnomme, ne mériterait pas de voir le jour si ce n’est pour s’en tenir à des rapports adultérins. Alors, autant aller jusqu’au bout et s’unir par les liens « sacrés » du mariage ! Voilà ce qui à pousser notre militant à aller jusqu’au bout de ses convictions.

 

Allah dit : « Ne te tiens jamais dans (cette mosquée). Car une Mosquée fondée dès le premier jour, sur la piété, est plus digne que tu t’y tiennes debout [pour y prier]. On y trouve des gens qui aiment bien se purifier, et Allah aime ceux qui se purifient . 109. Lequel est plus méritant? Est-ce celui qui a fondé son édifice sur la piété et l’agrément d’Allah, ou bien celui qui a placé les assises de sa construction sur le bord d’une falaise croulante et qui croula avec lui dans le feu de l’Enfer? Et Allah ne guide pas les gens injustes »[6]. Et en quoi l’union entre deux hommes serait-elle signe de pureté ? N’importe quel musulman de la masse aurait du mal à concevoir un acte aussi odieux. Souiller la demeure d’Allah par un acte aussi abject que grotesque. Quelle aberration ! Il est tout à fait normal de se sentir outré par de telles initiatives.

 

Néanmoins, notre militant semble avoir étudié la question, du moins en apparence, et ce qui a attiré notre attention figure dans l’essai dont il est l’auteur,  présent sur le site officiel de son association « HM2F » intitulé : « L'homosexualité n'est pas un péché par nature pour l'islam ni un crime, ni une perversion, ni un déséquilibre ».

 

Pour commencer, selon lui tous les versets dans le Coran relatifs à l’histoire du Prophète Lot n’affirmeraient pas le caractère illicite de cette pratique. Il dit : « Nulle part ni dans le coran ni dans la sunna –tradition orale des hadiths du Prophète- l'homosexualité n'est condamnée en tant que telle »[7]. « Précisons tout d’abord que les versets du Coran citant le « peuple de Loth » ne parlent jamais d'homosexualité en tant que telle ; une homosexualité  - المثلية الجنسية - qui n’est pas citée une seule fois, nulle part. Le Coran fait mention de pratiques sexuelles violentes, dominatrices, inhumaines pratiquaient par ce peuple de Sodome et Gomorrhe, entre autres pratiques criminelles qui n'ont rien à voir avec l'homosexualité ». Il semblerait donc que dès lors que cela est consentit, l’interdiction n’aurait pas lieu d’être.

 

Citons donc ces versets afin d’y voir plus clair. Allah dit : « Et Lot, quand il dit à son peuple: «Vous livrez vous à cette turpitude que nul, parmi les mondes, n’a commise avant vous?  81. Certes, vous assouvissez vos désirs charnels avec les hommes au lieu des femmes ! Vous êtes bien un peuple outrancier 82. Et pour toute réponse, son peuple ne fit que dire: «Expulsez-les de votre cité. Ce sont des gens qui veulent se garder purs ! » 83. Or, Nous l’avons sauvé, lui et sa famille, sauf sa femme qui fut parmi les exterminés. 84. Et Nous avons fait pleuvoir sur eux une pluie. Regarde donc ce que fut la fin des criminels!  »[8].

 

« Et Nos émissaires sont, certes, venus à Abraham avec la bonne nouvelle, en disant: «Salâm!». Il dit: «Salâm!», et il ne tarda pas à apporter un veau rôti. 70. Puis, lorsqu’il vit que leurs mains ne l’approchaient pas, il fut pris de suspicion à leur égard et ressentit de la peur vis-à-vis d’eux. Ils dirent: «N’aie pas peur, nous sommes envoyés au peuple de Lot». 71. Sa femme était debout, et elle rit alors; Nous lui annonçâmes donc (la naissance d’) Isaac, et après Isaac, Jacob. 72. Elle dit: «Malheur à moi! Vais-je enfanter alors que je suis vieille et que mon mari, que voici, est un vieillard? C’est là vraiment une chose étrange!» 73. Ils dirent: «T’étonnes-tu de l’ordre(1) d’Allah? Que la miséricorde d’Allah et Ses bénédictions soient sur vous, gens de cette maison! Il est vraiment, digne de louange et de glorification!» 74. Lorsque l’effroi eut quitté Abraham et que la bonne nouvelle l’eut atteint, voilà qu’il discuta avec Nous (en faveur) du peuple de Lot. 75. Abraham était, certes, longanime, très implorant et repentant. 76. Ô Abraham, renonce à cela; car l’ordre de Ton Seigneur est déjà venu, et un châtiment irrévocable va leur arriver». 77. Et quand Nos émissaires (Anges) vinrent à Lot, il fut chagriné pour eux, et en éprouva une grande gêne. Et il dit: «Voici un jour terrible». 78. Quant à son peuple, ils vinrent à lui, accourant. Auparavant ils commettaient des mauvaises actions. Il dit: «Ô mon peuple, voici mes filles: elles sont plus pures pour vous. Craignez Allah donc, et ne me déshonorez pas dans mes hôtes. N’y a-t-il pas parmi vous un homme raisonnable?» 79. Ils dirent: Tu sais très bien que nous n’avons pas de droit sur tes filles. Et en vérité, tu sais bien ce que nous voulons». 80. Il dit: «[Ah!] si j’avais de la force pour vous résister! ou bien si je trouvais un appui solide!» 81. Alors [les hôtes] dirent: « Ô Lot, nous sommes vraiment les émissaires de ton Seigneur. Ils ne pourront jamais t’atteindre… »[9].

 

« Et informe-les au sujet des hôtes d’Abraham 52. Quand ils entrèrent chez lui et dirent: «Salâm» - Il dit: «Nous avons peur de vous». 53. Ils dirent: «N’aie pas peur! Nous t’annonçons une bonne nouvelle, [la naissance] d’un garçon plein de savoir».  54. Il dit: «M’annoncez-vous [cette nouvelle] alors que la vieillesse m’a touché? Que m’annoncez-vous donc? » 55. - Ils dirent: «Nous t’annonçons la vérité. Ne sois donc pas de ceux qui désespèrent». 56. - Il dit: «Et qui désespère de la miséricorde de son Seigneur, sinon les égarés?» 57. Et il [leur] dit: «Que voulez-vous, ô envoyés d’Allah? 58. - Ils dirent: «nous sommes envoyés à des gens criminels, 59. à l’exception de la famille de Lot que nous sauverons tous 60. sauf sa femme.« Nous (Allah) avions déterminé qu’elle sera du nombre des exterminés. 61. Puis lorsque les envoyés vinrent auprès de la famille de Lot 62. celui-ci dit: «Vous êtes [pour moi] des gens inconnus». 63. - Ils dirent: «Nous sommes plutôt venus à toi en apportant (le châtiment) à propos duquel ils doutaient. 64. Et nous venons à toi avec la vérité. Et nous sommes véridiques. 65. Pars donc avec ta famille en parie de nuit et suis leurs arrières; et que nul d’entre vous ne se retourne. Et allez là où on vous le commande». 66. Et Nous lui annonçâmes cet ordre: que ces gens-là, au matin, seront anéantis jusqu’au dernier. 67. Et les habitants de la ville (Sodome) vinrent [à lui] dans la joie. 68. - Il dit: «Ceux-ci sont mes hôtes, ne me déshonorez donc pas. 69. Et craignez Allah. Et ne me couvrez pas d’ignominie.» 70. Ils dirent: «Ne t’avions-nous pas interdit de [recevoir] du monde?» 71. Il dit: «Voici mes filles(1), si vous voulez faire [quelque chose]!» 72. Par ta vie! ils se confondaient dans leur délire. 73. Alors, au lever du soleil le Cri (la catastrophe) les saisit. 74. Et Nous renversâmes [la ville] de fond en comble et fîmes pleuvoir sur eux des pierres d’argile dure.75. Voilà vraiment des preuves, pour ceux qui savent observer! 76. Elle [cette ville] se trouvait sur un chemin connu de tous(2). 77. Voilà vraiment une exhortation pour les croyants! »[10].

 

« Et Nous le sauvâmes, ainsi que Lot, vers une terre que Nous avions bénie pour tout l’univers. 72. Et Nous lui donnâmes Isaac et, de surcroît Jacob, desquels Nous fîmes des gens de bien. 73. Nous les fîmes des dirigeants qui guidaient par Notre ordre. Et Nous leur révélâmes de faire le bien, d’accomplir la prière et d’acquitter la Zakāt. Et ils étaient Nos adorateurs 74. Et Lot! Nous lui avons apporté la capacité de juger et le savoir, et Nous l’avons sauvé de la cité où se commettaient les vices; ces gens étaient vraiment des gens du mal, des pervers ». [11]

« 54. [Et rappelle-leur] Lot, quand il dit à son peuple: «Vous livrez-vous à la turpitude alors que vous voyez clair». 55. Vous allez aux hommes au lieu de femmes pour assouvir vos désirs? Vous êtes plutôt un peuple ignorant. 56. Puis son peuple n’eut que cette réponse: «Expulsez de votre cité la famille de Lot! Car ce sont des gens qui affectent la pureté. »[12]

 

« Le peuple de Lot traita de menteurs les Messagers, 161. quand leur frère Lot leur dit: «Ne craindrez-vous pas [Allah]? 162. Je suis pour vous un messager digne de confiance. 163. Craignez Allah donc et obéissez-moi. 164. Je ne vous demande pas de salaire pour cela; mon salaire n’incombe qu’au Seigneur de l’univers. 165. Accomplissez-vous l’acte charnel avec les mâles de ce monde? 166. Et délaissez-vous les épouses que votre Seigneur a créées pour vous? Mais vous n’êtes que des gens transgresseurs». 167. Ils dirent: «Si tu ne cesses pas, Lot, tu seras certainement du nombre des expulsés». 168. Il dit: «Je déteste vraiment ce que vous faites. 169. Seigneur, sauve-moi ainsi que ma famille de ce qu’ils font »[13].

 

« Et Lot, quand il dit à son peuple : «Vraiment, vous commettez la turpitude où nul dans l’univers ne vous a précédés. 29. Aurez-vous commerce charnel avec des mâles ? Pratiquerez-vous le brigandage? Commettrez-vous le blâmable dans votre assemblée?» Mais son peuple ne fit d’autre réponse que: «Fais que le châtiment d’Allah nous vienne, si tu es du nombre des véridiques». 30. Il dit: «Seigneur, donne-moi victoire sur ce peuple de corrupteurs!» 31. Et quand Nos Anges apportèrent à Abraham la bonne annonce, ils dirent: «Nous allons anéantir les habitants de cette cité car ses habitants sont injustes». 32. Il dit: «Mais Lot s’y trouve!» Ils dirent: «Nous savons parfaitement qui y habite: nous le sauverons certainement, lui et sa famille, excepté sa femme qui sera parmi ceux qui périront». 33. Et quand Nos Anges vinrent à Lot, il fut affligé pour eux, et se sentit incapable de les protéger. Ils lui dirent: «Ne crains rien et ne t’afflige pas... Nous te sauverons ainsi que ta famille, excepté ta femme qui sera parmi ceux qui périront. 34. Nous ferons tomber du ciel un châtiment sur les habitants de cette cité, pour leur perversité». 35. Et certainement, Nous avons laissé (des ruines de cette cité) un signe (d’avertissement) évident pour des gens qui comprennent »[14]

« 31. Alors [Abraham] dit: «Quelle est donc votre mission, ô envoyés?» 32. Ils dirent: «Nous avons été envoyés vers des gens criminels, 33. pour lancer sur eux des pierres de glaise, 34. marquées auprès de ton Seigneur à l’intention des outranciers». 35. Nous en fîmes sortir alors ce qu’il y avait comme croyants, 36. mais Nous n’y trouvâmes qu’une seule maison de gens soumis. 37. Et Nous y laissâmes un signe pour ceux qui redoutent le douloureux châtiment »[15].

 

D’après Ludovic-Mohamed Zahed, en aucun cas il n’est question dans tous ces versets de l’acte en lui-même, mais ce qu’Allah réprimande serait tout simplement le caractère agressif et violent auquel se livrait le peuple de Lot !!! Pourtant Allah qualifie clairement cette pratique de turpitude « Vous livrez vous à cette turpitude… », d’impureté lorsque le peuple de Lot semble lui-même l’avouer : « Son peuple ne fit que dire : «Expulsez-les de votre cité. Ce sont des gens qui veulent se garder purs ».

 

Si cette interdiction n’était pas si claire comme l’affirme notre militant, comment se fait-il qu’aucun jurisconsulte digne de ce nom, pas un seul, ancien ou contemporain, (à l’exception du recteur de la mosquée de Bordeaux, l’imam Tarek Oubrou qui semble faire autorité pour Mr Zahed) n’ait fait mention de la licéité de cette pratique.

 

Il aura donc fallu attendre 1400 ans pour qu’un illuminé des fins fond d’une banlieue française viennent nous faire remarquer que personne n’avait rien compris jusqu’à présent et qu’en fait, Allah n’a pas fait mention de la perversité et de la turpitude du peuple de Lot dans le but d’interdire l’homosexualité en tant que telle, mais afin de nous laisser croire que cette pratique n’a jamais été un péché !!! Curieux, vous ne trouvez pas ? Ne devrions-nous pas plutôt tirer enseignement du récit des envoyés d’Allah comme nous Il nous l’enjoint lorsqu’Il dit : « Dans leurs récits il y a certes une leçon pour les gens doués d’intelligence. Ce n’est point là un récit fabriqué. C’est au contraire la confirmation de ce qui existait déjà avant lui, un exposé détaillé de toute chose, un guide et une miséricorde pour des gens qui croient »[16].

 

Au lieu de ça, « Il s’agirait plus vraisemblablement… de pratiques sexuelles dominatrices, violentes, qui peuvent être assimilée à de la prostitution en publique ». Voilà la seule interprétation saugrenue que notre militant trouve à nous avancer pour justifier la licéité du choix de son orientation sexuelle.

 

Il faut savoir par ailleurs que l’Islam en tant que dernière religion révélée aux hommes a pour principales source les textes du Coran et de la Sounnah qui vont de paire. Rappelons que ces deux éléments fondamentaux forment la principale source de la législation islamique et sont indissociables, et ce, car en réalité, la Sounnah n'est qu'une révélation divine, Allah dit : « Allah a fait descendre sur toi le Livre et la Sagesse »[17], l’imam Ibn Kathîr dit dans son exégèse à propos de ce verset : « Allah a fait descendre sur toi le Livre, c'est-à-dire le Coran ; et la sagesse, c’est à dire la Sounnah ». « Et il ne prononce rien sous l'effet de la passion ; ce n'est rien d'autre qu'une révélation inspirée »[18], l’imam Ibn Sa’di dit dans son exégèse à propos de verset : « Ceci indique que la Sounnah est une révélation d’Allah ».

 

D’après Al-Miqdâd Ibn Ma’di Yakrib, le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) a dit : « Certes, il m'a été donné le Livre (Coran) et son semblable (la Sounnah) avec lui. Il viendra un jour où un homme allongé sur son divan dira : « Prenez (seulement) le Coran, rendez licite ce que vous y trouvez de licite et illicite ce que vous y trouvez d'illicite ». Bien au contraire, l’interdiction du Messager d’Allah est [juridiquement] semblable à l’interdiction d’Allah »[19].

 

Et l’imam Ad-Dârimi rapporte d’après Hassan ibn ‘Outayya les propos suivant : « Djibrîl descendait auprès du Messager d’Allah avec la Sounnah comme il le faisait pour le Coran »[20]. Il faut donc bien comprendre que ces deux sources sont indissociables. Or, de nombreux versets renferment un sens général et nécessitent par conséquent un éclaircissement quant à leur application conformément à la parole d'Allah : « Et vers toi nous avons fait descendre le Rappel (le Coran), pour que tu exposes clairement aux gens ce qu'on a fait descendre pour eux et afin qu'ils réfléchissent »[21]. L’imam Al Baghawi dit dans son célèbre exégèse à propos de ce verset : « Le sens voulu par le « Rappel » ici, désigne la révélation, et le Messager d’Allah était celui exposait aux gens cette révélation par le biais de la Sounnah ».

 

Par conséquent, la Sounnah confirme le Coran, en explique le sens par la description et le détail de ses généralités, elle peut abroger un verset et peut même légiférer un point que le Coran n'a pas mentionné, tel que l'interdiction de l'or et de la soie pour les hommes.

 

Ainsi, si les versets relatant le récit du Prophète Lot ne stipule pas assez clairement l’interdiction, il était du devoir de notre militant de revenir à la Sounnah pour savoir ce qu’a dit le Messager d’Allah (Paix et bénédiction d’Allah sur lui). Mais là encore, c’est par un tour assez simplet que notre militant pense justifier l’absence d’interdiction. Il lui suffit tout simplement de remettre en cause l’authenticité d’une partie des hadiths qu’il mentionne dans son essai. Mais, Mr Zahed ne s’en tient pas là, il va même jusqu’à incriminer le noble compagnon qui rapporte le hadith en question et l’accuser de comportements plus qu’étrange : « Sans compter que ce hadith a été rapporté par l’un des compagnons du Prophète, Abu Houreyra, à la réputation la plus sulfureuse, qui lui-même était impliqué à titre personnel au sujet de l’homosexualité »[22]. Comment oser s’attaquer à ce grand compagnon du Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) qui fait partie des sept principaux transmetteurs de hadîths, il passait la grande partie de son temps en compagnie du Prophète pour mémoriser et écrire toutes ses paroles. Durant son califat, Omar Ibn Al Khattâb, qui était très pointilleux dans ses choix de gouverneurs, le désigna gouverneur de Bahrayn. Comment un musulman peut en arriver à entacher l’image et rabaisser la valeur d’un seul des compagnons du Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui), sachant que ce dernier à dit : « N'insultez pas mes compagnons, car je jure par Celui qui détient mon âme entre Ses Mains que si vous donniez l'aumône l'équivalent du Mont Ouhoud en or, vous n'atteindriez même pas une poignée de l'un d'entre eux, ni même la moitié »[23]. Notre militant affirme pourtant que : « …la réputation des compagnons est considérée comme sacrée pour la majorité des musulmans »[24], à croire qu’il ne se considère pas de cette majorité !

 

Ces propos ignobles ne s’arrêtent pas là : « D’autant plus qu’Abu Houreyra, ce compagnon du Prophète Mahomet…semblait lui-même être en questionnement à propos de sa sexualité ; il en parla au Prophète Mahomet  qui, loin de le condamner, l’enjoignit d’accepter sa destinée [10] », puis il poursuit en commentant en bas de page : « Lors d’un entretien privé avec le Prophète Mahomet, Abu Houreyra lui dit ceci : « je suis un jeune homme et je crains les tourments de son âme, mais je ne trouve pas les moyens d'épouser une femme ». Le Prophète  garda le silence, même après qu’Abu Houreyra ait réitéré sa déclaration trois fois. Enfin, après la quatrième fois, Mahomet  dit : « O Abu Houreyra, la plume est sèche en ce qui concerne ce qui peut être convenable pour ceux d’entre vous. Alors, soit eunuque pour cette raison ou abandonne »[25]. Preuve flagrante et incontestable que notre militant n’a aucune maîtrise de la langue arabe !

 

Revenons au hadith tel qu’il est consigné dans les recueils authentique :

وعن أبي هريرة - رضي الله عنه - قال : قلت يا رسول الله ! إني رجل شاب ، وأنا أخاف على نفسي العنت ، ولا أجد ما أتزوج به النساء - كأنه يستأذنه في الاختصاء - قال : فسكت عني ، ثم قلت مثل ذلك ، فسكت عني ، ثم قلت مثل ذلك ، فقال النبي - صلى الله عليه وسلم - ( يا أبا هريرة جف القلم بما أنت لاق ، فاختص على ذلك ، أو ذر ) رواه البخاري .

Ici, cet ignorant utilise, volontairement ou non, la traduction du terme « ‘anatt » employé dans le hadith par : « les tourments de son âme ». Or, il suffit de consulter les commentaires les plus connus pour s’apercevoir de la duperie de celui qui s’est permis de traduire de la sorte. En effet, l’éminent savant Ibn Hadjar Al ‘Asqalâni dit dans son célèbre commentaire au sujet de ce terme :

قوله ( العنت ) بفتح المهملة والنون ثم مثناة هو الزنا هـنا ، ويطلق على الإثم والفجور والأمر الشاق والمكروه ، وقال ابن الأنباري : أصل العنت الشدة .

 

Traduction : « Sa parole : « al ‘anatt » désigne ici l’adultère, on emploi ce terme pour désigner aussi le péché, la perversité, mais aussi la difficulté lorsqu’elle est grande ».

De ce fait, on peut s’apercevoir qu’Abou Houreyra qui était un jeûne homme craignais comme tous les jeunes de son âge d’être tenter par les femmes, c’est pourquoi il adressa cette demande au Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui).

 

Quant à la fin du hadith relatif à la réponse du Prophète, la traduction choisie encore une fois est de très mauvaise qualité, le traducteur nous laisse confus, sans comprendre réellement les propos du Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui). Ainsi, en revenant au commentaire de l’imam Ibn Hadjar, on comprend immédiatement qu’il est question du décret divin, et qu’en aucun cas le Prophète autorise ou non la castration :

فليس الأمر فيه لطلب الفعل بل هو للتهديد ، وهو كقوله تعالى »و قل الحق من ربكم فمن شاء فليؤمن ومن شاء فليكفر  « والمعنى إن فعلت أو لم تفعل فلا بد من نفوذ القدر ، وليس فيه تعرض لحكم الخصاء . ومحصل الجواب أن جميع الأمور بتقدير الله في الأزل ، فالخصاء وتركه سواء ، فإن الذي قدر لا بد أن يقع وليس إذنا في الخصاء ، بل فيه إشارة إلى النهي عن ذلك ، كأنه قال إذا علمت أن كل شيء بقضاء الله فلا فائدة في الاختصاء ، وقد تقدم أنه صلى الله عليه وسلم نهى عثمان بن مظعون لما استأذنه في ذلك . وكانت وفاته قبل هجرة أبي هريرة بمدة .

 

Traduction : « Il n’est pas question ici de la demande de castration en elle-même, mais il s’agit plutôt d’une mise en garde, comme dans le verset : « Et dis: « La vérité émane de votre Seigneur». Quiconque le veut, qu’il croie, quiconque le veut qu’il mécroie »[26]. Ainsi, le sens de sa parole est : « Que tu ais recours à la castration ou non, le décret d’Allah aura lieu ». Il n’est donc pas question ici de la licéité de cette pratique ou non, sa réponse indique plutôt que tout ce qui se réalise dépend du décret d’Allah préalablement établit. Se castrer ou s’en abstenir ne changera rien au décret d’Allah…Ce n’est donc pas une permission de se castrer mais plutôt une interdiction de pratiquer cela, comme si le Prophète voulait dire : « Si tu sais que tout dépend du décret d’Allah, il n’y a alors aucun utilité de se castrer. Et nous avons déjà vu auparavant que le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) avait refusé à ‘Othmâne Ibn Madh’oûn lorsqu’il adressa la même demande, alors que celui-ci est mort bien avant l’émigration d’Abou Houreyra ».

 

Au passage, c’est bien de ‘Othmâne Ibn Madh’oûn et non pas du quatrième calife ‘Othmâne Ibn ‘Affân qu’il s’agit, comme l’écrit Mr Zahed dans ses commentaires de bas de page !

 

Force est de constater que le noble Compagnon Abou Houreyra est innocent des ses accusations absolument infondées avancées par notre militant impudent. Ce dernier ajoute que des altercations eurent lieu entre ‘Aicha la mère des croyants et Abou Houreyra, ou encore que ‘Omar Ibn Al Khattâb aurait tenu des propos désobligeant à son encontre,  je cite : « Omar Ibn Al-Khattâb, second khalif de l’Islam, aurait fait la réflexion suivante : « nous avons beaucoup de choses à dire, mais nous avons peur de les dire, et cet homme là n’a aucune retenue »[27] ; et qu’Al Boukhâri a dit au sujet d’Abou Houreyra : « les gens disaient qu’Abu Huraïra racontait trop de hadiths », néanmoins ses propos sont consignés d’après notre militant dans un ouvrage intitulé « Difaa’ ‘An-Abi Huraïra » ou (défense d’Abou Houreyra) dans lequel son auteur Abdal-Moun’îm Sâlih Al’ali Al’Izziy prend la défense de ce noble compagnon contre les accusation qui lui sont portées !!

 

D’autre part, Mr Zahed n’a trouvé d’arguments pour appuyer ses dires si ce n’est en citant les paroles de Fatima Mernissi sociologue, écrivaine et féministe marocaine lorsqu’il dit : « Ces incohérences de la part d’Abu Huraïra ont déjà été mises en exergue dès 1983 par la très célèbre féministe musulmane, Fatima Mernissi dans son fameux livre : « Le harem politique ; le Prophète et les femmes ». Cela se passe de commentaires !

 

En réalité, ce que Mr Zahed ne sait peut-être pas, c’est que les seuls à s’acharner sur la réputation de ce compagnons sont les chiites, dont les grands aspects de la croyance consistent à insulter les compagnons du Prophète à l’exception d’une poignée d’entre eux (les compagnons) et les taxer de mécréants.

 

Al Koulayni rapporte dans son ouvrage « Les annexes du Kâfy » que Jaafar a dit : «Les gens, après le Prophète sont devenus apostats à l’exception de trois personnes : Al Miqdâd ibn Al Aswad, Abou Dhar Al Ghifâry et Salman Al Farisy»[28].

 

Ils disent que le Coran que l’on possède n’est pas celui qui fut révélé à Mohammed, mais qu’il a été altéré, modifié et qu’on a opéré des rajouts et des suppressions. Les pires d’entre eux, les rawâfidhs, prétendent que leurs imams sont infaillibles et connaissent l’invisible. Al Kulayni, dans ses « Fondements du Kafy » rapporte ce qui suit : « L’imam Jaafar Al Sadiq a dit : Nous sommes les détenteurs de la science divine, nous sommes les interprètes de l’Ordre divin, nous sommes infaillibles. Il a été ordonné de nous obéir et interdit de nous désobéir. Nous sommes la preuve éloquente d’Allah pour ceux qui sont sous les cieux et sur terre  »[29].

 

Al Kulayni souligne dans son ouvrage « Al Kafy », chapitre « si les imams veulent savoir une chose alors ils la connaissent », que Jaafar a dit : « Si l’imam désire savoir une chose alors il la connait et que les imams connaissent le jour de leur mort et qu’ils ne meurent que par leur volonté  »[30]. Qu’Allah nous préserve de cette outrance et de ces déviations manifestes !

 

Pour en revenir à notre sujet, il convient de citer aux lecteurs les paroles du Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) rapportées de manière authentiques et indiquant sans équivoque, ni interprétation fantaisiste, que l’homosexualité est bel et bien un acte interdit et contre nature.

 

Jâbir Ibn ‘Abdillah rapporte que le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) a dit: «Ce que je crains le plus pour ma Communauté, c'est la pratique du peuple de Lot»[31].

 

D'après Ibn Abbas (qu'Allah les agrée), le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) a dit : « Maudit est celui qui insulte son père, maudit est celui qui insulte sa mère, maudit est celui qui égorge pour un autre qu'Allah, maudit est celui qui change les limites des terres, maudit est celui qui égare un aveugle du chemin, maudit est celui qui a un rapport sexuel avec un animal, maudit est celui qui pratique l'acte du peuple de Lot »[32].

 

D'après Abou Houreyra, le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) a dit : «Maudit est celui qui commet l'acte du peuple de Lot, maudit est celui qui commet l'acte du peuple de Lot, maudit est celui qui commet l'acte du peuple de Lot, maudit est celui qui sacrifie pour autre qu'Allah, maudit est celui qui a un rapport sexuel avec un animal, maudit est celui qui se comporte mal avec ses parents, maudit est celui qui change les limites de la terre et maudit est celui qui prétend descendre d'autres que de ses parents »[33].

D'après Ibn ‘Abbâs, le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) a dit : « Allah ne regarde pas un homme qui a un rapport anal avec un homme ou avec une femme »[34].

 

D'après Ibn Abbas, le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) a dit : « Celui que vous trouvez qui pratique l'acte du peuple de Lot, alors tuez celui qui pratique l'acte et celui sur qui il est pratiqué »[35].

 

Hormis la Sounnah, on compte également parmi les preuves indiquant l’interdiction de l’homosexualité, le consensus de la communauté qui est une des sources référentielles du droit musulman faisant autorité légale, après le Coran et la Sounnah. Le consensus juridique, idjmâ`, est une preuve islamiquement légale pour toutes les écoles de jurisprudence. Plus d’un savant spécialiste de la jurisprudence affirme catégoriquement l’unanimité de l’interdiction de cette pratique. Parmi lesquels :

 

-       L'imam Al Bayhaqi (mort en 458) qui dit dans son ouvrage « As-Sounan al koubrâ » vol 8 p 402: « Chapitre: Ce qui est rapporté concernant l'interdiction de l'homosexualité et l'interdiction d'avoir un rapport sexuel avec un animal en plus du fait que ces deux choses sont interdites par consensus ».

 

-       L'imam Al Qourtoubi (mort en 671) qui dit dans son exégèse du Coran vol 9 p 274: « Les savants sont en divergence sur la manière dont doit être appliquée la peine de celui qui a commis le péché de l'homosexualité, bien qu’ils soient unanimes sur l'interdiction de cette pratique ».

 

-       L'imam Dhahabi (mort en 748) qui dit dans son ouvrage « Les grands péchés » p 201 : « Les musulmans sont unanimes sur le fait que l'homosexualité fait partie des grands péchés ».

 

D’autre part, sachez que lorsqu’ils sont commis en public et au grand jour, les péchés sont d’autant plus grave aux yeux d’Allah. Le prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) a dit : « Toute ma nation est graciée (ou se porte bien) sauf les divulgateurs (des turpitudes). Est considérée comme divulgation l’individu qui commet un péché pendant la nuit et au lever du jour - tandis qu’Allah l’a voilé- il dit : « Ô untel ! La nuit passée j’ai fait ceci et cela.» Alors qu’il a passé la nuit voilé par son Seigneur; au matin il révèle ce qu’Allah a couvert ! »[36]. Que dire du fait de revendiquer la licéité d’un acte répréhensible et de prôner sa légitimité au monde entier en inaugurant l’ouverture d’une mosquée « gay », dans le but de célébrer une union que la saine raison ne peut admettre.

 

L’imam Ibn Al Qayyim dit dans son ouvrage « La maladie spirituelle et son remède » au sujet de l’homosexualité : « Allah insiste sur le caractère ignominieux de l’homosexualité en démontrant que les gens qui se livrent à cette pratique ont inversé la saine nature qu’Allah a originellement donnée aux hommes en inversant cette nature qu’Allah à ancré dans les individus de sexe masculin qui les poussent à être attirés par le sexe opposé. Ils ont donc inversé la donne en s’adonnant aux plaisirs avec les hommes au lieu des femmes, c’est pour cette raison qu’Allah à renversé leur cité en la retournant de sorte que leurs maisons se trouvèrent dans les airs à l’envers et furent eux-mêmes renversés dans le châtiment »[37]. Allah dit : « Et, lorsque vint Notre ordre, Nous renversâmes [la cité] de fond en comble, et fîmes pleuvoir sur elle en masse, des pierres d’argile succédant les unes aux autres »[38].

 

Aussi, lorsqu’il lui arrive de commettre une turpitude, le musulman sincère doit s’empresser de se repentir sincèrement conformément à la parole d’Allah : « … ceux qui, s'ils ont commis quelque turpitude ou causé quelque préjudice à leurs propres âmes (en désobéissant à Allah), se souviennent d'Allah et demandent pardon pour leurs péchés - et qui est-ce qui pardonne les péchés sinon Allah ? - et qui ne persistent pas sciemment dans le mal qu'ils ont fait »[39]. Allah dit aussi dans un hadith Qoudsi : « […]. Ô Mes serviteurs, vous péchez de nuit comme de jour et Moi Je pardonne tous les péchés, demandez-Moi donc de vous pardonner, et Je vous pardonnerai ». Le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) a dit : « Crains Allah là où tu te trouves, fais suivre la mauvaise action par une bonne, elle l’effacera, et comporte-toi avec les gens de belle manière »[40]. Il ne doit pas s’obstiner à perpétuer ce qui ne plait à Son Seigneur en essayant de philosopher dans le but de parvenir à quelconque justification de ce que lui insuffle son âme, « Je ne m’innocente cependant pas, car l’âme est très incitatrice au mal, à moins que mon Seigneur, par miséricorde, [ne la préserve du péché]. Mon Seigneur est certes Pardonneur et très Miséricordieux »[41].

 

Tous ces textes concernent l’évocation en public des péchés. Quant au fait de se montrer fier de ces actes, les conséquences en sont beaucoup plus graves et peuvent conduire à l’apostasie dans le sens où l’individu risque d’être amener à considérer ce qu’il commet comme licite.

 

Et telles sont les conséquences que peuvent subir le cœur du croyant lorsque ce dernier se laisse guider par ses passions au point d’en faire sa divinité, Allah dit : « Vois-tu celui qui prend sa passion pour sa propre divinité? Et Allah l’égare sciemment et scelle son ouïe et son cœur et étend un voile sur sa vue. Qui donc peut le guider après Allah? Ne vous rappelez-vous donc pas? »[42], et Il dit également : « Pas du tout, mais ce qu’ils ont accompli (les péchés) a couvert leurs cœurs. 15. Qu’ils prennent garde! En vérité ce jour-là un voile les empêchera de voir leur Seigneur ». Les péchés ont des effets néfastes et désastreux pour le cœur du croyant, et cultive en lui l’insouciance. La désobéissance ne cesse d’affaiblir le cœur du croyant, jusqu'à ce que la vie du cœur cesse totalement. En effet, les péchés affaiblissent la volonté et les décisions du cœur, de sorte que le désir pour la désobéissance devienne de plus en plus fort et le désir du repentir devienne de plus en plus faible, au point que le désir du repentir disparaisse complètement du cœur.

 

Par ailleurs, il faut savoir que de telles conséquences amènent parfois l’homme à sombrer et à conduire son âme à la perte en considérant ce qu’il comptait comme péché comme un acte légitime. Il est à craindre pour lui dans une telle situation la mécréance et l’apostasie. Le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) parle de ce genre d’individu dans un hadith : « Certes, il y aura parmi ma communauté des gens qui rendront licite l'adultère, la soie, l'alcool et les instruments de musique »[43]. C’est peut-être le cheminement suivi par les militants de la conciliation entre l’homosexualité et l’Islam qui, au lieu de reconnaître leur péché et s’efforcer d’implorer le pardon du Seigneur des mondes, persistent et tentent en vain de justifier leur acte abject. Et il convient de souligner que les meilleurs ouvrages à ce sujet sont ceux de l’imam Ibn Qayyim qui excelle avec une sagacité remarquable dans le traitement spirituel de l’âme. Nous conseillons donc vivement aux lecteurs de consulter ses écrits.

 

En conclusion, il ne convient pas à un musulman de douter un seul instant de la sagesse de la loi d’Allah. Il doit savoir que les injonctions et les proscriptions divines reposent sur une sagesse parfaite et tracent le chemin droit, le seul dans le cadre duquel l’homme peut vivre dans la sécurité et la quiétude, et préserver son honneur, sa raison et sa santé, tout en étant en parfaite harmonie avec la nature dont Allah a doté l’homme. De ce fait, l’homosexualité est contraire à la nature originelle de l’homme.

 

La propagation de ces pratiques a d’ailleurs entraîné l’éclosion de nombreuses maladies que ni l’Orient ni l’Occident ne peuvent ignorer, le SIDA en est la plus grande preuve. De plus, cette pratique tend à l’éclatement du cocon familial. Pour définir la position de l’Islam et non la conception infondée et illégitime que certains se font de cette religion, nous disons que l’Islam condamne cette pratique et la considère comme une dépravation morale en vertu des textes issus du Coran et de la Sounnah, ainsi que du consensus et de la raison.

 


[1] L’imam Ibn Al Qayyim définit ce terme en disant : « Il s’agit de tout ce par le biais duquel le serviteur outrepasse ses limites, qu’il s’agisse d’un être suivi, obéi ou adoré »

[2] Sourate 16 Les abeilles, verset 36

[3] Sourate 57 Le fer, verset 25

[4] Sourate 4 Les femmes, verset 165

[5] Sourate 67 La royauté, verset 14

[6] Sourate 9 Le repentir, versets 108 et 109

[7] http://www.homosexuels-musulmans.org/homosexualite-n-est-pas-un-crime-perversion-desequilibre-peche-selon-islam__homosexuality-is-not-a-sin-perversion-according-to-islam.html

[8] Sourate 7 Al A’râf, versets 80 et 84

[9] Sourate 11 Hoûd, versets 69 à 83

[10] Sourate 15 Al Hijr, versets 51 à 77

[11] Sourate 21 Les prophètes, versets 71 à 74

[12] Sourate 27 Les fourmis, versets 54 à 56

[13] Sourate 26 Les poètes, verset 160 à 169

[14] Sourate 29 L’araignée, versets 28 à 35

[15] Sourate 51 Adh-Dhâriyâtt, versets 31 à 37

[16] Sourate 12 Yoûssouf, verset 111

[17] Sourate 4 Les femmes verset 113

[18] Sourate 53 L’étoile versets 3 et 4

[19] Rapporté par At-Tirmidhi (2664)

[20] Rapporté par Ad-Dârimi dans « As-sounan » (588)

[21] Sourate 16 Les abeilles verset 44

[22]http://www.homosexuels-musulmans.org/homosexualite-n-est-pas-un-crime-perversion-desequilibre-peche-selon-islam__homosexuality-is-not-a-sin-perversion-according-to-islam.html

[23] Rapporté par Al-Boukhâri (3362), et Mouslim (2541)

[24]http://www.homosexuels-musulmans.org/homosexualite-n-est-pas-un-crime-perversion-desequilibre-peche-selon-islam__homosexuality-is-not-a-sin-perversion-according-to-islam.html

[25]http://www.homosexuels-musulmans.org/homosexualite-n-est-pas-un-crime-perversion-desequilibre-peche-selon-islam__homosexuality-is-not-a-sin-perversion-according-to-islam.html

[26] Sourate 18 La caverne, verset 29

[27]http://www.homosexuels-musulmans.org/homosexualite-n-est-pas-un-crime-perversion-desequilibre-peche-selon-islam__homosexuality-is-not-a-sin-perversion-according-to-islam.html

[28] « Furu’ al-kafy » (Les annexes du Kafy) Kulayni, p. 115

[29] « Usul al-kafy » Kulayni v. I p. 165

[30] idem p. 258

[31] Sahih Ibn Mâjah (2093)

[32] Rapporté par Ahmed et authentifié par Cheykh Al Albani dans « Sahih Al Djâmi’ » (5891)

[33] Rapporté par At-Tabarâni et authentifié par Cheykh Al Albani dans « Sahih Targhîb » n°2420)

[34] Rapporté par At-Tirmidhi (1165) qui l'a authentifié et il a également été authentifié par Cheykh Al Albâni dans sa correction de Sounan At-Tirmidhi

[35] Rapporté par Abou Daoud (4462) et authentifié par Cheykh Al Albani dans sa correction de « Sounan Abi Daoud ». Cependant, certains spécialistes du hadîth l’ont jugé faible.

[36] Rapporté par Boukhâri (5721) et Mouslim (2990)

[37] P. 401

[38] Sourate 11 Hoûd, verset 82

[39] Sourate 3 La famille d’Imrân, verset 135

[40] Rapporté par At-Tirmidhi

[41] Sourate 12 Yoûssouf, verset 53

[42] Sourate 45 L’agenouillé, verset 23

[43] Rapporté par Al Boukhâri

 

Notez  




Autres articles
Le jugement de l’Islam au sujet de la célébration des fêtes de fin d’année : Noël
CONSEIL AUX ENFANTS D’ALGERIE
Exégèse Du prologue et les courtes sourates
Le jugement de l’Islam au sujet de la célébration des fêtes de fin d’année
Célébrer le jour de Saint-Valentin
 

Nouveau commentaire


 
 
 
512 caractères max

Les commentaires sont modérés : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un modérateur du site.

Il est évident que les affirmations diffamatoires et les propos racistes, antisémites, islamophobes ne seront pas publiés. Les contributions trop longues ou n'ayant aucun rapport avec le sujet de l'article ou incorrecte d’un point de vue islamique ne seront pas prises en compte.


 
 
 
     
       
 
Website for Muslims
Website for non Muslims
Francais
Espanol
Chinese site
Pусский
 
Copyright © 2011 - Tout droits réservés - islammessage.com