Les enquêteurs de l'ONU exigent un accès illimité à la Birmanie     France : L'occupation de la mosquée jugée cinq ans après     Royaume-Uni : des policiers suscitent la colère en entrant dans une mosquée avec leurs chaussures     Achoura 2017 : date officielle     Abu Dhabi : Présentation de manuscrits rares du Coran dans le cadre d’une grande exposition
 
Discussion en ligne avec l’administrateur du site (En cours de construction)
 
 
 
  

Il est donc interdit de les imiter en décalant une festivité de quelques jours, telle que la fête de Pâques ou de Noël...
L’Association cultuellede Sens et sa région a acheté à la commune un terrain...
Photo et commentaire  
 




 
Accueil>Conseils et Points importants à savoir

La Conversion à l’Islam (6)

Jamaal al-Din M. Zarabozo

Le fait de changer son nom suite à la conversion à l’Islam

Il est devenu courant dans certaines régions de voir les convertis changer leurs noms après être devenus musulmans. Parfois, cela est fait pour que le converti se sente plus attaché et plus intégré au sein de la communauté musulmane. La question qui se dégage clairement de cette situation est la suivante : Ce changement de nom, est-il requis, recommandé ou tout simplement autorisé ? Sur ce point, Abdul Aziz ibn Baz affirmait en réponse à une question qui lui avait été posée : « Je vous informe qu’il n’y a aucune preuve dans la législation islamique qui requiert que celui qu’Allah a guidé à l’Islam change de nom pour prendre un nom musulman. [L’exception est accordée au cas où] il y aurait une raison islamique qui nécessite un tel acte. Par exemple, si l’individu porte un nom qui implique l’adoration de quelqu’un d’autre qu’Allah, tel « Le Serviteur de Jésus », etc., ou si l’individu porte un nom qu’il n’est pas convenable d’avoir alors qu’il existe des noms bien meilleurs que celui-là. C’est ainsi qu’un nom comme « le Cruel » pourrait être changé en « le Doux ». Il en est de même pour tout autre nom qui est considéré comme inapproprié pour les hommes. Cependant, il est obligatoire de changer le nom qui implique l’adoration de tout être ou toute chose autre qu’Allah. Pour ce qui est d’autres noms [répugnants], il est tout simplement préférable et recommandé de les changer. Cette seconde catégorie intègre ces noms qui sont connus comme étant des noms chrétiens, ceux-là qui font penser à un chrétien lorsque l’on les entend. Il est convenable de changer son nom dans ces conditions[1].

 

Bilal Philips présente une appréhension plus profonde de cette question : « Les nouveaux Musulmans, sans aucune maîtrise du mode d’attribution de nom en Islam[2], adoptent souvent des noms arabes sur le style chaotique européen… En fait, ceux d’origine africaine suppriment même souvent leurs noms de famille prétextant que ces noms sont des vestiges de l’époque de l’esclavage. C'est-à-dire que certains de leurs ancêtres qui étaient des esclaves adoptaient généralement le nom de famille de leurs maîtres et ce sont ces noms de maîtres qui se transmettaient de génération en génération. Ainsi, un individu qui s’appellerait Clive Baron Williams tandis que le nom de son père était George Herbert Williams pourrait, après avoir embrassé l’Islam, changer son nom en Faisal ‘Umar Nkruma Mahdi. Cependant, son nom d’après le système d’attribution de nom en Islam, aurait dû être Faisal George Williams, c'est-à-dire, Faisal, fils de George Williams. Que « Williams » ait été le nom du propriétaire de la plantation de son ancêtre ou pas est sans conséquence aucune. Etant donné que son père s’appelait George Williams, il est, d’après le système d’attribution de nom en Islam, le fils de George Williams… Cette pratique qui consacre la suppression des noms de famille chez les nouveaux Musulmans a souvent suscité le mécontentement des membres non musulmans de leurs familles, un mécontentement qui aurait pu être facilement évité par l’adoption du système islamique d’attribution des noms.

 

En réalité, le nouveau Musulman n’a aucune obligation de changer son « nom même chrétien », à moins que ce dernier ne contienne une signification contraire aux préceptes de l’Islam. Ainsi, un nom comme Clive, qui veut dire cliff-dweller [habitant de falaise] n’a pas besoin d’être changé tandis que « Dennis » (fr. Denys), qui est une variante de Dionysius qui veut dire Adepte de Dionysos (le dieu grec de la vigne et de la fertilité qui était adoré avec des rites orgiaste) doit être changé…Cependant, il est tout à fait permis au Musulman, nouveau converti ou non, de changer son prénom. Le Prophète avait l’habitude de changer les prénoms des gens lorsque ces noms étaient très prétentieux, négatifs ou contraires aux préceptes de l’Islam. L’une des femmes du Prophète initialement appelé Barrah (la pieuse) avait changé son nom en Zaynab, conformément à ce que dit Allah dans le Qur'an : [Ne vantez pas vous-mêmes votre pureté; c’est Lui qui connaît mieux ceux qui [Le] craignent.]. Cependant, aussi contraires qu’ils pouvaient être par rapport aux préceptes islamiques, le messager d’Allah ne changeait jamais le nom des pères des gens… L’on pourrait ainsi conclure que la suppression de son nom de famille va à l’encontre de la lettre et de l’esprit de la législation islamique. Les prénom et nom du père doivent être retenus et, si le père est inconnu, ceux de la mère doivent suivre le nom musulman attribué ou choisi »[3].

 

Les fruits de la conversion à l’Islam

Plusieurs des plus importants attributs de l’Islam ont déjà été abordés jusqu’ici. Avant de conclure le présent chapitre, il convient de souligner certaines retombées importantes engrangées par le Musulman suite à sa conversion et à sa dévotion à l’Islam.

 

Il est important de relever pour s’en féliciter que c’est l’homme qui tire tous les avantages de l’Islam. C’est uniquement pour son propre bien qu’Allah a octroyé Sa guidée à l’humanité. Allah, Lui-même, n’a nullement besoin d’être adoré par l’humanité. Il est exempt de tout besoin. Or, de par Sa miséricorde, Il a montré à l’homme le type de comportement qu’il faut pour obtenir Son agreement. Aussi souligne-t-Il : [Quiconque prend le droit chemin ne le prend que pour lui-même; et quiconque s’égare, ne s’égare qu’à son propre détriment. Et nul ne portera le fardeau d’autrui] (17:15).

 

Par ailleurs, ceux qui rejettent l’Islam ne font du tort qu’à eux-mêmes. Allah dit à cet effet: [En vérité, Allah n’est point injuste à l’égard des gens, mais ce sont les gens qui font du tord à eux-mêmes] (10:44).

 

Connaître Allah, son Dieu, Seigneur et Créateur

Le plus grand avantage à devenir musulman et de s’affermir en Islam réside en ce que l’individu est à même de connaître véritablement Allah. Ce n’est pas dans un sens quelque peu vague, stérile et philosophique que le croyant connaît Allah. Le croyant apprend à Le connaître profondément au travers de Ses Noms et Attributs, une connaissance qu’Allah a gracieusement offerte dans le Qur'an et la Sunnah. Chacun des noms d’Allah doit susciter pour Lui davantage d’amour et de crainte, doublé d’un effort visant à se rapprocher davantage de Lui à travers ces importants attributs, en accomplissant de bonnes actions[4].

 

Ibn Taimiyyah observe que « Quiconque connaît les noms d’Allah et leurs significations, et croit en cela, aura une foi plus complète que celui qui ne les connaît pas, mais croit juste a cela de manière générale »[5]. Ibn Saadi relève également que « Chaque fois que la connaissance des merveilleux noms et attributs d’Allah augmente chez un individu, sa foi augmente également et sa certitude se consolide davantage »[6]. Une bonne connaissance des noms et attributs d’Allah permet de comprendre ce qui se déroule au sein de cette création. Ce fait a été merveilleusement exprimé par ibn al-Qayyim lorsqu’il dit : «Quiconque connaît Allah, connaît toute autre chose que Lui. Et quiconque ignore son Seigneur est encore plus ignorant de toute autre chose que Lui»[7].

 

En réalité, les effets de cette connaissance doivent être si importants qu’une véritable compréhension de ces noms et une vie conformes à leurs implications doivent conduire directement l’individu vers l’agrément d’Allah et au paradis. En fait, le Messager d’Allah (Paix et bénédiction d'Allah sur lui) a clairement dit à la nation musulmane : « Allah porte quatre-vingt-dix-neuf noms, [c'est-à-dire] cent moins un. Quiconque les apprend tous par cœur accédera au Paradis »[8].

 

Le Prophète (paix et bénédiction d'Allah sur lui) a présenté le type de transformation qui s’opère lorsque l’individu connaît réellement Allah et goûte véritablement de ce fait à la douceur de la foi. Le Prophète (paix et bénédiction d'Allah sur lui) a dit : « [Il existe] trois caractéristiques par lesquelles un individu aura goûté à la douceur de la foi, s’il les a : le fait qu’Allah et Son Messager lui soient plus chers que toute autre chose ; le fait qu’il aime une personne et ne l’aime que pour la cause d’Allah ; et le fait qu’il haïsse l’idée de retourner dans la mécréance autant qu’il hait l’idée d’être jeté dans le Feu »[9].

 

Il y a un autre aspect encore plus important et plus fascinant. Il s’agit d’un aspect que certains semblent ignorer bien qu’Allah l’ait mentionné dans nombre de passages du Qur'an. Cet Islam engendre chez l’homme un type de relation spéciale avec son Créateur et Dieu. Il s’agit d’une relation qui, comme la présente Allah Lui-même, conduit l’individu vers la satisfaction envers son Seigneur. En d’autres termes, l’individu développe un sentiment d’affection envers Allah. Allah devient cher à ses yeux. L’individu devient satisfait d’Allah parce qu’il commence à comprendre la beauté, l’excellence et la perfection d’Allah et tout ce que veut Allah. Ça devient, non plus une question de soumission à Celui qui mérite une telle soumission et obéissance. Ça devient une question d’appréciation de qui est Allah, de ce qu’Allah a décrété, de ce qu’Allah a commandé et de ce qu’Allah fera aux hommes. L’individu se rend compte qu’il ne peut ressentir rien d’autre que de la satisfaction envers Allah.

 

L’Islam permet ainsi à l’homme de comprendre et apprécier véritablement son Seigneur et Créateur, de telle sorte qu’il devient satisfait de son Seigneur, ce qui le conduit ainsi à rechercher en retour l’agrément de son Seigneur. A ce propos, Allah dit par exemple : [Les tout premiers [croyants] parmi les émigrés et les Auxiliaires et ceux qui les ont suivis dans un beau comportement, Allah les agrée, et ils l’agréent. Il a préparé pour eux des Jardins sous lesquels coulent les ruisseaux, et ils y demeureront éternellement. Voilà l’énorme succès !] (9:100); [Allah dira : “Voilà le jour où leur véracité va profiter aux véridiques : ils auront des Jardins sous lesquels coulent les ruisseaux pour y demeurer éternellement.” Allah les a agréés et eux L’ont agréé. Voilà l’énorme succès] (5:119); (voire également 58:22 et 98:8).

 

A Suivre...

 


[1] Compilé par Ali Abu Lauz, Answers to Common Questions from New Muslims (Ann Arbor, MI: IANA, 1995), pp. 22-23.

[2] Le système d’attribution de nom en Islam auquel il fait allusion celui qui voudrait que l’individu soit appelé « Untel, fils de untel. » Après quoi, un nom ethnique ou régional pourrait également y être ajouté.

[3] Bilal Philips, Tafseer of Soorah al-Hujuraat (Riyad : International Islamic Publishing House, 1988), pp. 120-122.

[4] Ibn al-Qayyim observe que chacun des noms d’Allah impose une forme d’adoration spécifique de la part de l’homme en réponse à ce nom et attribut d’Allah. Se référer à Muhammad ibn al-Qayyim, Miftaah Daar al-Saadah (Beyrouth : Daar al-Fikr, aucune information relative à la publication), vol. 2, p. 90.

[5] Ahmad Ibn Taimiyyah, Majmoo Fatawaa Shaikh al-Islam Ibn Taimiyyah (une compilation de Abdul Rahmaan Qaasim et son fils Muhammad, aucune information relative à la publication), vol. 7, p. 234. Cité par Fauz bint Abdul Lateef al-Kurdi, dans Tahqeeq al-Uboodiyyah bi-Marifah al-Asmaa wa al-Sifaat, (Riyad : Daar Taïba, 1421 A.H.), p. 163.

[6] Cité par al-Kurdi, p. 164.

[7] Ibn al-Qayyim, Mudaarij al-Saalikeen bain Manaazil Iyyaaka Nabudu wa Iyyaaka Nastaeen (Beyrouth : Daar al-Kitaab al-Arabi, aucune information relative à la publication) vol. 3, p. 351.

[8] Rapporté par al-Bukhari et Muslim. Il s’agit d’une traduction de Muhammad Muhsin Khan. Au bas de la page, il ajoute également la note suivante : « Apprendre par cœur les noms d’Allah signifie croire aux Qualités d’Allah véhiculées par ces Noms, une croyance qui doit s’accompagner de bonnes œuvres prescrites par Allah. Le simple fait de croire aux Noms d’Allah par cœur ne fera pas entrer un homme malveillant au Paradis. Ainsi, dans ce hadith, le mot ‘apprendre par cœur’ signifie se comporter conformément aux implications des noms d’Allah. Muhammad Muhsin Khan, The Translation of the Meanings of Sahih al-Bukhari (Riyad: Darussalam Publishers and Distributors, 1997), vol. 9, p. 296.

[9] Rapporté par al-Bukhari et Muslim.

 

Notez  




Autres articles
Les premières choses à faire après avoir embarrassé l'Islam?
Evitez cette pratique qui annule vos bonnes œuvres!!
La sagesse du Prophète Mohammad dans l'appel à l'Islam.
Les moyens de raffermissement du musulman sur sa religion.
Quel est l'impact de la sincérité sur la validité des bonnes œuvres du croyant?
 

Nouveau commentaire


 
 
 
512 caractères max

Les commentaires sont modérés : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un modérateur du site.

Il est évident que les affirmations diffamatoires et les propos racistes, antisémites, islamophobes ne seront pas publiés. Les contributions trop longues ou n'ayant aucun rapport avec le sujet de l'article ou incorrecte d’un point de vue islamique ne seront pas prises en compte.


 
 
 
     
       
 
Website for Muslims
Website for non Muslims
Francais
Espanol
Chinese site
Pусский
 
Copyright © 2011 - Tout droits réservés - islammessage.com