Birmanie: une bombe artisanale explose dans une mosquée     Birmanie : Les ministres des Affaires étrangères d'Egypte et du Bangladesh discutent des moyens de protéger les musulmans Rohingyas     Canada : Un colloque sur l'islamophobie à Québec     Allemagne : l'entrée tonitruante de l’AfD, parti islamophobe et xénophobe, au Bundestag     France : Les Turcs abandonnent leur projet de mosquée à Quimper
 
Discussion en ligne avec l’administrateur du site (En cours de construction)
 
 
 
  

Il est donc interdit de les imiter en décalant une festivité de quelques jours, telle que la fête de Pâques ou de Noël...
L’Association cultuellede Sens et sa région a acheté à la commune un terrain...
Photo et commentaire  
 




 
Accueil>Moyens de rapprochement et d'obtentions de bienfaits

Les causes et les œuvres par lesquelles les récompenses sont décuplés

Cheykh Abderrahmane ibn Nâssir As Sa’di

Question : Quelles sont les causes et les œuvres qui décuplent la récompense de ce que nous accomplissons ?

 

Réponse : Pour commencer, il faut savoir qu’en matière de récompense, chaque œuvre pieuse accomplie en vaut dix, en vertu de la parole d’Allah : «Quiconque viendra avec le bien aura dix fois autant; et quiconque viendra avec le mal ne sera rétribué que par son équivalent. Et on ne leur fera aucune injustice»[1]. Quant au décuplement qui va au-delà, dont il est question ici, cela dépend d’un certain nombre de cause relatives à l’auteur de cette œuvre, de l’œuvre elle-même, du temps et du lieu où elle est accomplie, ou encore des conséquences qui découlent de cette dernière.

 

Parmi les causes les plus notoires qui décuplent la récompense de ce que nous accomplissons, figure le fait de parfaire la pureté de notre intention et le suivi du Messager d’Allah. Ainsi, dès lors que l’œuvre accomplie fait partie des œuvres légiférées, que le serviteur n’a d’autre intention que d’aspirer à l’agrément d’Allah et Sa récompense, et qu’il concrétise cette intention par le fait de faire en sorte qu’elle soit la seule raison et le seul but qui le pousse à accomplir cette œuvre, [la récompense de son œuvre sera alors décuplée].

 

De plus, pour ce faire, cela implique une œuvre provenant d’une foi en Allah et en Son Messager, de se plier à l’ordre du Législateur, tout en ayant pour seul but la recherche de Sa face et son agrément, comme l’indiquent de nombreux versets et ahâdîths parmi lesquels la parole d’Allah : «Allah n’accepte que de la part des pieux»[2], c'est-à-dire ceux qui craignent Allah dans l’accomplissement de leurs œuvres en parfaisant la pureté de leur intention et le suivi du Messager d’Allah ; et la parole du Prophète : « Quiconque observe le jeûne du mois de Ramadan avec foi et conviction d'être récompensé verra ses péchés antérieurs pardonnés et quiconque observe les prières durant le mois de Ramadan avec foi et conviction d’être récompensé verra ses péchés antérieurs pardonnés. »[3], et bien d’autres textes. Ainsi, un petit nombre d’œuvres accomplis accompagnés d’une sincérité parfaite vaut beaucoup plus qu’un grand nombre d’œuvres accomplies sans cette force de sincérité. C’est pourquoi les œuvres apparentes occupent différents degrés auprès d’Allah en fonction de la foi et de la sincérité qui habite le cœur du serviteur. Entrent dans ces œuvres pieuses qui occupent différents degrés auprès d’Allah en fonction de la pureté de l’intention du cœur, le délaissement de ce que l’âme désire comme plaisirs interdits, à condition de les délaisser sincèrement, et que rien d’autre que la pureté de cette intention n’ait poussé l’individu à les délaisser, et l’histoire des gens de la grotte en témoigne[4].

 

Parmi les causes du décuplement de la récompense de nos œuvres, figurent la croyance authentique, la foi inébranlable en Allah et Ses attributs, une détermination ferme du croyant et un engouement à œuvrer dans le bien, ce qui ne constituent en réalité rien d’autres que la base et le fondement de ce que nous avons cité auparavant. En effet, les gens de la Sounnah et du groupe, les savants dotés d’une science parfaite et détaillée concernant les noms et attributs d’Allah et du désir immense de rencontrer leur Seigneur, voient la récompenses de leurs œuvres décuplée d’une façon qui n’a pas d’égal, ni même de ressemblance de la part de ceux qui ne partagent pas la même foi et la même force de conviction. C’est pourquoi les pieux prédécesseurs disaient : « Les gens de la Sounnah : même si leurs œuvres sont insuffisantes, leur croyance les sauvera ; les gens de l’innovation : même si leurs œuvres sont nombreuses leur croyance causera leur perte ». On explique cela par le fait que les gens de la Sounnah sont bien guidés, tandis que les gens de l’innovation sont égarés. La différence entre ceux qui marchent sur le droit chemin et ceux qui en ont déviés et ont emprunté les chemins qui mènent en Enfer est évidente, et la pire de ces déviation est d’être égaré par de fausses interprétations [en matière de dogme].

 

Parmi les causes du décuplement de la récompense de nos œuvres, le fait qu’il s’agisse d’œuvres dont l’utilité envers l’Islam et les musulmans est effective, et dont les effets utiles et bénéfiques sont immenses, tel que le djihad dans le sentier d’Allah, le djihâd avec sa personne, avec ses biens, avec la parole pour débattre avec les déviants du droit chemin. Ainsi, Allah a mentionné la récompense de ceux qui luttent pour Sa cause et le décuplement de cette dernière jusqu’à sept cents fois. Et le plus grand des djihâds consiste à emprunter les chemins de l’apprentissage [de la science religieuse] et de l’enseignement, car s’adonner à cette occupation avec une intention purement vouée à Allah, n’est égalable par aucune autre œuvre en raison de ce que cette lutte comporte comme perpétuation de la science et de la religion, comme orientation pour les ignorants, comme appel au bien, interdiction du mal, et le bien de manière générale dont les serviteurs ne peuvent se passer. De ce fait, quiconque emprunte un chemin à travers lequel il recherche une science, Allah lui facilitera l’accès à un chemin qui mène au Paradis. Parmi ce type d’œuvres, on compte les projets de bienfaisance dans lesquels il y a un soutien pour les musulmans dans leur religion et leur vie mondaine, et dont les bienfaits perdurent et se répètent, comme cela est mentionné dans le hadith authentique : «Lorsque le fils d’Adam meurt, toutes ses œuvres s’arrêtent hormis trois : une aumône dont les bienfaits perdurent, un savoir utile aux gens après lui et un enfant pieux qui invoque Allah en sa faveur»[5].

 

Parmi les œuvres dont la récompense est décuplée, l’œuvre qui lorsqu’elle est accomplie, est imitée par les autres. La récompense de cette dernière sera augmentée en fonction du nombre de personnes l’ayant accomplie. Quiconque est la cause ayant poussé ses frères musulmans à l’imiter dans une œuvre pieuse, verra la récompense de l’œuvre en question considérablement augmentée contrairement au cas où il accompli une œuvre que personne n’imite et qui se limite à son auteur. C’est pourquoi les jurisconsultes accordent plus de mérites aux œuvres de l’individu dont les effets sont collectifs parmi lesquels le fait de sauver une personne en péril, la soulager d’un mal, ou dissiper ses soucis, dont les fruits des répercussions est immense. Combien d’œuvres de ce type furent la principale cause épargnant leurs auteurs du châtiment, et leur permirent de réussir à accéder à l’énorme récompense [auprès d’Allah]. Ceci concerne même les animaux, dès lors que le serviteur apaise une bête d’un mal, celui-ci obtiendra alors une énorme récompense et le récit de la prostituée qui abreuva un chien qui faillit mourir de soif par lequel elle obtint le pardon d’Allah, en est le meilleur témoin[6].

 

Parmi les cause du décuplement de la récompense de nos œuvres, il y a le fait que le serviteur ait une belle pratique de l’Islam et une bonne manière d’agir, qu’il s’éloigne des péchés et qui ne persistent jamais sciemment dans le mal qu’il a fait. La récompense des œuvres de ce dernier sera alors décuplée comme cela est rapporté dans le hadith authentique : « Lorsque l’un d’entre vous parfait son islam, chaque bonne action qu’il accompli lui sera inscrite dix fois jusqu’à sept cent fois »[7].

 

Parmi ces causes figure le haut rang qu’occupe le serviteur auprès d’Allah, et sa place honorable au sein de l’Islam. Car Allah est certes Pardonneur et Reconnaissant, c’est pourquoi les épouses du Prophète jouiront d’une récompense qui sera double. Allah dit : «Et celle d’entre vous qui est entièrement soumise à Allah et à Son messager et qui fait le bien, Nous lui accorderons deux fois sa récompense»[8]. Il en est de même concernant le savant éducateur (ar-rabbâni) qui est le savant qui met en pratique la science acquise et qui l’enseigne aux gens, dont la récompense des œuvres dépendra du rang qu’il occupe auprès d’Allah. En revanche, s’ils commettent des péchés, leur impact sera d’autant plus grave que lorsque les même péchés sont commis par autrui, car ils ont l’obligation de faire preuve de plus de précautions, et de se montrer d’avantage reconnaissants à l’égard d’Allah en raison des bienfaits dont Il les a comblés.

 

Parmi ces causes, il y a l’aumône accomplie à partir de biens acquis licitement, comme le mentionnent les textes. Il y a également les temps qui jouissent d’un mérite particulier, tel le mois de Ramadan, les dix premiers jours du mois de Dhoul Hidja, et autres ; mais aussi les lieux qui jouissent d’un mérite particulier telle que l’adoration observée dans les trois saintes mosquées. Figurent également les moments méritoires que le Législateur nous à inciter à convoiter, tel que la prière accomplie lors du dernier tiers de la nuit, le jeûne observé durant certains jours particuliers, etc. Néanmoins, tout cela dépend de la perfection du suivi du Messager accompagnée d’une intention purement voué à Allah dans ces œuvres, qui sont les deux principaux facteurs du décuplement de la récompense auprès d’Allah.

 

Parmi les causes de ce décuplement, on compte l’observation d’œuvres pieuses malgré les difficultés liées à la personne, ou à d’autres éléments extérieurs. Ainsi, plus les difficultés sont grandes et les incitations au délaissement sont nombreuses, et plus l’œuvre accomplie approche la perfection et jouit d’une récompense qui sera décuplée. Et les exemples illustrant cela sont très nombreux, cependant tel est le paramètre.

 

Parmi les causes les plus importantes entraînant l’augmentation de la récompense d’une œuvre, il y a le fait de s’efforcer à parvenir au stade de l’excellence (qui est d’adorer Allah comme si on le voyait) et du croyant qui garde constamment à l’esprit qu’Allah l’observe en permanence, ceci, accompagné de la présence du cœur au cours de l’accomplissement de l’œuvre. Plus ces trois points se rapprochent du summum et plus la récompense des œuvres sera décuplée. C’est pourquoi il est rapporté dans le hadith : « Tu n’obtiendra de récompenses de ta prière qu’en fonction de la concentration que tu aura fournie durant celle-ci ». De ce fait, en ce qui concerne la prière ainsi que toutes les autres adorations, dès lors que le croyant l’accompli correctement en apparence, s’acquitte des ses obligations apparentes et intérieures, n’empêche que son acceptation complète, sa pleine récompense, l’augmentation des récompenses qui en découle, l’élévation en degré, l’expiation des péchés et l’augmentation de la lumière de la foi dont elle est responsable va dépendre de la présence du cœur. Par conséquent, parmi les causes du décuplement de la récompense figure les effets bénéfiques faisant l’intérêt du serviteur, l’augmentation de sa foi, la douceur de son cœur, la quiétude, et tous les aspects louables en faveur du cœur qui sont issu des effets de l’œuvre accomplie. En effet, plus les œuvres sont accomplies à la perfection et plus leurs effets bénéfiques sur le cœur seront considérables, et c’est Allah qui accorde la réussite.

 

Parmi les subtilités du décuplement de la récompense des œuvres, il y a aussi le fait qu’œuvrer en secret peut être la cause de cette augmentation, comme dans le hadith des sept personnes qu’Allah couvrira sous Son ombre le jour de la résurrection parmi lesquelles figurent : « Un homme qui donne l'aumône en secret au point que sa main droite ignore ce que vient de dépenser sa main gauche ; et celui qui dans sa solitude verse des larmes en pensant à son Seigneur »[9]. Néanmoins, œuvrer en public peut également être la cause de cette augmentation, comme les œuvres qui sont imitées, ce qui entre dans la règle bien connue : « Les intérêts obtenus par certaines œuvres peuvent en faire les œuvres les plus méritantes, même si à la base cette œuvre n’était pas des plus méritoires ».

 

Par ailleurs, il semble unanime au sein des savants éducateurs que l’association de la force de la sincérité, l’amour du bien en faveur des musulmans accompagné de l’évocation constante d’Allah ne peut être égalé lorsque cette association est perpétuelle. De telles personnes dépassent tout le monde en termes de mérite et de récompense, et toutes les œuvres qu’ils accomplissent viennent seconder ces trois vertus. Par conséquent, les personnes qui se caractérisent par la sincérité, l’excellence, et l’évocation sont les premiers rapprochés d’Allah qui entreront dans les jardins des délices.

 


[1] Sourate 6 Les bestiaux, verset 160

[2] Sourate 5 La table servie, verset 27

[3] Rapporté par Al Boukhâri et Mouslim

[4] Il s’agit du récit de trois hommes qui furent pris au piège à l’intérieur d’une grotte et qui invoquèrent Allah par l’accomplissement d’une œuvre qu’ils avaient sincèrement voué à Allah. Rapporté par Al Boukhâri et Mouslim

[5] Rapporté par Mouslim

[6] Rapporté par Al Boukhâri et Mouslim

[7] Rapporté par Al Boukhâri et Mouslim

[8] Sourate 33 Les coalisés, verset 31

[9] Rapporté par Al Boukhâri et Mouslim

 

Notez  




Autres articles
Les deux sortes d'injustice
Le mérite de la salutation
Comment faire disparaitre la tristesse et l'angoisse?
Le mérite de rendre visite au malade
La mauvaise passion est le véritable ennemi du croyant
 

Nouveau commentaire


 
 
 
512 caractères max

Les commentaires sont modérés : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un modérateur du site.

Il est évident que les affirmations diffamatoires et les propos racistes, antisémites, islamophobes ne seront pas publiés. Les contributions trop longues ou n'ayant aucun rapport avec le sujet de l'article ou incorrecte d’un point de vue islamique ne seront pas prises en compte.


 
 
 
     
       
 
Website for Muslims
Website for non Muslims
Francais
Espanol
Chinese site
Pусский
 
Copyright © 2011 - Tout droits réservés - islammessage.com