Birmanie: une bombe artisanale explose dans une mosquée     Birmanie : Les ministres des Affaires étrangères d'Egypte et du Bangladesh discutent des moyens de protéger les musulmans Rohingyas     Canada : Un colloque sur l'islamophobie à Québec     Allemagne : l'entrée tonitruante de l’AfD, parti islamophobe et xénophobe, au Bundestag     France : Les Turcs abandonnent leur projet de mosquée à Quimper
 
Discussion en ligne avec l’administrateur du site (En cours de construction)
 
 
 
  

Il est donc interdit de les imiter en décalant une festivité de quelques jours, telle que la fête de Pâques ou de Noël...
L’Association cultuellede Sens et sa région a acheté à la commune un terrain...
Photo et commentaire  
 




 
Accueil>Histoire et Géographie de l'islam

Détruire d’anciennes bâtisses pour l’agrandissement de la mosquée Al-Haram de la Mecque n’est pas une destruction de l’Histoire de cette ville !

Cheykh Salih El Fawzan

 

La louange est à Allah Seigneur des mondes. Que les éloges et le salut soient sur notre Prophète Mohammed. La préservation des vestiges présents à la Mecque, qu’Allah l’honore, fait l’objet de beaucoup de débats, car ce serait une manière de conserver son Histoire, comme certains le prétendent, et perdre cette Histoire c’est perdre l’Histoire même de la communauté.

 

Quant à nous, nous disons que la préservation de la Mecque et de ses lieux sacrés est une obligation qu’il incombe à chaque musulman de respecter, ce qui passe par la préservation du caractère spécifique qu’Allah lui a attribué qui est entre autres la présence de l’Antique Maison, des lieux rituels et des délimitations de sa terre sacrée. Allah dit : « Ton Seigneur crée ce qu’Il veut et Il choisit »[1]. Il a certes choisi parmi les endroits la ville honorable de la Mecque pour ce qu’elle renferme comme sanctuaire, lieux rituels, et lieux sûres autour d’elle. Allah dit : « Ne voient-ils pas que vraiment Nous avons fait un sanctuaire sûr [la Mecque], alors que tout autour d’eux on enlève les gens ? »[2]. Et dans l’enceinte de ces lieux saints, il y a l’Antique Maison qui est un lieu de visite et un asile pour les gens.

 

Allah a imposé aux musulmans de se tourner vers ce sanctuaire pour accomplir leurs prières et y a rendu le pèlerinage obligatoire. Allah dit : « Et c’est un devoir envers Allah pour les gens qui ont les moyens, d’aller faire le pèlerinage de la Maison »[3]. En effet, il n’est pas permis d’accomplir le pèlerinage dans un autre endroit, ni d’observer une prière en direction d’un autre lieu. Dans cette enceint se trouvent également les lieux rituels qui sont Minâ, Mouzdalifah, et ‘Arafat dans lesquels se déroulent les rites du pèlerinage. De plus, l’enceinte sacrée est délimitée par des frontières à l’intérieur desquelles il est interdit d'y provoquer un gibier, de faire ses besoins dans sa direction, ni de ramasser ce que l’on trouve sauf pour qui veut les annoncer « et quiconque y entre est en sécurité »[4], même le gibier.

 

De plus, ce sanctuaire a été bâtit sur le monothéisme pur qu’incarne l’adoration d’Allah Seul sans associés comme l’indique la parole d’Allah : « Et quand Nous indiquâmes pour Abraham le lieu de la Maison (La Ka’ba) [en lui disant]: « Ne M’associe rien; et purifie Ma Maison pour ceux qui tournent autour, pour ceux qui s’y tiennent debout et pour ceux qui s’y inclinent et se prosternent »[5]. Aussi, Allah a interdit aux polythéistes l’accès à la mosquée sacrée en ces termes : « Ô vous qui croyez! Les associateurs ne sont qu’impureté: qu’ils ne s’approchent plus de la Mosquée sacrée, après cette année-ci »[6]. Après quoi, le Messager d’Allah envoya Ali Ibn Abi Tâlib proclamer durant le saison du pèlerinage : « Qu’aucun polythéiste n’approche la mosquée sacrée l’année prochaine, et que nul ne tourne autour du sanctuaire nus ». Est considéré comme polythéiste toute personne qui invoque autre qu’Allah qu’il s’agisse d’une statue, d’une tombe, d’un prophète, d’un saint, d’un djinn, d’un homme… Ainsi, la Mecque fut bâti sur le monothéisme pur, et c’est de là que fut envoyé le Prophète Mohammed, que les éloges et le salut soient sur lui. Certes, le prophète Ibrâhîm et son fils Ismâ’îl l’avaient bâti auparavant sur ce même principe, c’est pourquoi la Mecque doit rester source de monothéisme pour quiconque accompli le pèlerinage, la ‘omra, désire y séjourner et tous ceux qui rejoignent leur contrée venant de toute part.

 

Les arabes qui avaient conquis ce sanctuaire sacré durant la période antéislamique, y avaient entreposé 360 statues. Sur les monticules Safâ et Marwâ se trouvaient les idoles Issâfâ et Nâ’ilah ; autour de la Ka’ba se trouvaient Al-Lât, Al-‘Ouzzâ et Manât. Puis, quand le Prophète conquis la Mecque, il brisa toutes ces statues, et les brûla tout en récitant la parole d’Allah : « Et dis: «La Vérité (l’Islam) est venue et l’Erreur a disparu. Car l’Erreur est destinée à disparaître »[7]. Il ordonna que l’on détruise les trois statue érigées autour de la Ka’ba, et ainsi le sanctuaire et ses alentours fut dépourvu de toute statue et il fut interdit aux associateurs de s’en s’approcher.

 

Au même titre qu’Allah a purifié Sa Maison du polythéisme et de ses emblèmes apparentes, le Prophète fit de même en coupant tout moyen pouvant conduire au polythéisme, à savoir la vénération des vestiges qu’incarne la vénération des maisons considérées comme maisons du Prophète, de sa famille et ses compagnons. Jamais, il n’a cherché à les conserver tel quel, et n’a jamais ordonné qu’elles soient préservées.

Quand il fut interrogé l’année de la conquête, « Vas-tu occuper ta maison demain ? ». Il répondit : « Et ‘Aqîl nous a-t-il laissé une maison ? ». ‘Aqîl était le fils de son oncle Abou Tâlib, le cousin du Prophète. En effet, il avait vendu la maison du Prophète, et ce dernier n’ordonna pas qu’on la lui rende, il consentit qu’elle soit vendue, achetée, habitée en fonction des besoins, ou encore qu’elle soit détruite si besoin est. Et ce, particulièrement s’il s’agit de contribuer à l’agrandissement de la Mosquée, il est alors permis aux autorités de ce pays d’agrandir la mosquée, le cas échéant de détruire ce qui il y a autour comme demeures si besoin est, sans que l’on ait à les blâmer pour cela. De plus, jamais personne n’a dit que cela revenait à faire disparaître l’Histoire de la Mecque.

 

Par ailleurs, le Prophète n’est jamais retourné à la grotte de Hirâ, après avoir reçu la révélation, ou à la grotte de Thawr après l’émigration, et ses compagnons n’ont jamais fait une telle chose. Aussi, il n’y a aucun endroit où le Prophète, ni ses compagnons se rendaient à la Mecque dans le but de vénérer et chercher la bénédiction de quelconque vestige, à l’exception des lieux rituels Minâ, Mouzdalifah, et ‘Arafat pour y accomplir les rites du pèlerinage légiférés uniquement durant cette période afin de barrer l’accès à tout moyen pouvant conduire au polythéisme, et que soit ajouter à la religion ce qu’Allah n’ a pas légiféré.

 

C’est pourquoi les musulmans d’aujourd’hui doivent s’en tenir à ce à quoi s’en sont tenus le Prophète et ses compagnons, et le succès des dernières générations ne s'obtiendra qu'à travers ce qui a fait le succès de la première génération de cette communauté. Le Messager d’Allah, que les éloges et le salut soient sur lui, a dit : « Quiconque vivra parmi vous, verra de nombreuses divergences, accrochez vous donc à ma Sunna et la Sunna des califes bien guidés, mordez-y avec vos molaires. Et prenez garde aux nouvelles choses, car toute nouveauté est une hérésie, et toute hérésie est un égarement ».

 

Quant à l’Histoire de la Mecque, Allah la préservée à travers le Coran en mentionnant l’Antique Maison. Allah dit : « La première Maison qui ait été édifiée pour les gens, c’est bien celle de Bakka (la Mecque) bénie et une bonne direction pour l’univers. 97. Là sont des signes évidents, parmi lesquels l’endroit où Abraham s’est tenu debout; et quiconque y entre est en sécurité. Et c’est un devoir envers Allah pour les gens qui ont les moyens, d’aller faire le pèlerinage de la Maison. Et quiconque ne croit pas... Allah Se passe largement des mondes »[8], Il dit aussi : « Ne les avons-Nous pas établis dans une enceinte sacrée, sûre, vers laquelle des produits de toute sorte sont apportés comme attribution de Notre part ? »[9], Il dit aussi : « Ne voient-ils pas que vraiment Nous avons fait un sanctuaire sûr [la Mecque], alors que tout autour d’eux on enlève les gens ? », Il dit aussi au sujet d’Ibrâhîm : « Ô mon Seigneur, fais de cette cité un lieu de sécurité, et fais attribution des fruits à ceux qui parmi ses habitants auront cru en Allah et au Jour dernier »[10], Il dit au sujet de Son Messager Mohammed : « Il m’a été seulement commandé d’adorer le Seigneur de cette Ville (la Mecque) qu’Il a sanctifiée »[11], Il dit également : « Mais ceux qui mécroient et qui obstruent le sentier d’Allah et celui de la Mosquée sacrée, que Nous avons établie pour les gens: aussi bien les résidents que ceux de passage... Quiconque cherche à y commettre un sacrilège injustement, Nous lui ferons goûter un châtiment douloureux »[12].

 

De même, le Prophète a dit : « Cette ville, Allah l’a certes rendue sacrée le jour où Il a créé les cieux et la terre. Elle est donc sacrée de par la sacralisation d’Allah à son égard et continuera de l’être jusqu’au Jour Dernier ».

 

C’est une terre de monothéisme et le berceau de l’Islam, c’est pourquoi il est impératif qu’elle reste comme Allah l’a créée et comme la laissé le Prophète l’année de la conquête, tel un lieu de visite et un asile pour les gens, dans laquelle les gens qui s’y rendent et apprennent la croyance monothéiste et la Sounnah, et le délaissement du polythéisme et des innovations, en vertu de l’œuvre des deux amis intimes d’Allah, Ibrâhîm et Mohammed, qui purifièrent ce sanctuaire selon l’ordre d’Allah du polythéisme et des moyens qui y conduisent parmi les hérésies. Dans l’enceinte de cette ville, il ne sied pas d’accepter la présence de polythéistes, ni des innovateurs, tout comme il ne sied pas de vénérer autre choses que l’Antique Maison, les lieux rituels de pèlerinage et ses alentours. C’est le point de départ du Message, le lieu de la descente de la révélation, la demeure du monothéisme et de l’adoration, le cœur de la bonne croyance qui s’étend à toutes les contrées du monde.

 

Qu’Allah lui accorde sa protection, et accorde à ses habitants, ses gouvernants, ses savants, ses historiens, tous ceux qui se mettent au service de cette ville, et tous ceux qui s’y rendent la connaissance bénéfique, la prédication avec clairvoyance.

 

Que les éloges et le salut soient sur notre Prophète Mohammed, sa famille, et ses compagnons.

 

Sâlih Al Fawzân

Membre du comité des grands savants

02/07/1433

 


[1] Sourate 28 Le récit, verset 68

[2] Sourate 29 L’araignée, verset 67

[3] Sourate 3 La famille d’Imrân, verset 97

[4] Sourate 3 La famille d’Imrân, verset 97

[5] Sourate 22 Le pèlerinage, verset 26

[6] Sourate 9 Le repentir, verset 28

[7] Sourate 17 Le voyage nocturne, verset 81

[8] Sourate 3 La famille d’Imrân, versets 96-97

[9] Sourate 28 Le récit, verset 57

[10] Sourate 2 La vache, verset 126

[11] Sourate 27 Les fourmis, verset 91

[12] Sourate 22 Le pèlerinage, verset 25

 

Notez  




Autres articles
La modestie du Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui)
Quelques traits du comportement de notre prophète avec les gens
Histoire d'Oumar avec le Nil d'Egypte
L'histoire des premières heures de la révélation du Coran
Salâhuddîn Al-Ayyûbî, le sauveur de Palestine
 

Nouveau commentaire


 
 
 
512 caractères max

Les commentaires sont modérés : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un modérateur du site.

Il est évident que les affirmations diffamatoires et les propos racistes, antisémites, islamophobes ne seront pas publiés. Les contributions trop longues ou n'ayant aucun rapport avec le sujet de l'article ou incorrecte d’un point de vue islamique ne seront pas prises en compte.


 
 
 
     
       
 
Website for Muslims
Website for non Muslims
Francais
Espanol
Chinese site
Pусский
 
Copyright © 2011 - Tout droits réservés - islammessage.com