Les enquêteurs de l'ONU exigent un accès illimité à la Birmanie     France : L'occupation de la mosquée jugée cinq ans après     Royaume-Uni : des policiers suscitent la colère en entrant dans une mosquée avec leurs chaussures     Achoura 2017 : date officielle     Abu Dhabi : Présentation de manuscrits rares du Coran dans le cadre d’une grande exposition
 
Discussion en ligne avec l’administrateur du site (En cours de construction)
 
 
 
  

Il est donc interdit de les imiter en décalant une festivité de quelques jours, telle que la fête de Pâques ou de Noël...
L’Association cultuellede Sens et sa région a acheté à la commune un terrain...
Photo et commentaire  
 




 
Accueil>Conseils et Points importants à savoir

La position de l’Islam face aux augures

Cheykh Housseyn Ali Ach-Cheykh

 

Ô Hommes ! Je vous recommande, ainsi qu’à moi-même, la crainte d’Allah, le Puissant et le Haut, car celui qui Le craint et place sa confiance en Lui jouira de Sa protection.

 

Ô Musulmans ! Parmi les exigences d’une foi correcte et d’une croyance en l’unicité d’Allah complète, le fait que l’homme évite tout ce qui a un mauvais effet sur sa croyance et qui annule sa foi en Allah (qu'Il soit glorifié et exalté), et parmi ces choses figurent la superstition dans tous ses aspects et les égarements sous toutes leurs formes.

 

Parmi ces superstitions : la croyance au mauvais augure pendant le mois de Safar, ou le jour du mercredi du mois de Safar ou d’autres parties de ce mois. Certains gens imaginent que beaucoup de calamités et de malheurs se produisent pendant ce mois et qu’ils n’obtiendront  pas la réussite dans ce qu’ils entreprennent. C’est pourquoi ils ne se marient pas durant ce mois, ils ne voyagent pas, et n’entreprenne aucun projet.

 

Ô Musulmans ! La croyance au mauvais augure pendant le mois de Safar et autres, est une forme de croyance parmi les croyances de l’ignorance de l’époque préislamique, c’est une superstition des polythéistes païens ; cette croyance influe sur leurs projets, met un terme à leurs déterminations et les empêchent de combler leurs besoins et leurs intérêts. Ainsi, la législation islamique qui est la législation de la croyance en l’unicité d’Allah, est venue annuler tout cela, en détruisant sa construction depuis sa base, en délivrant les cerveaux de l’esclavage du paganisme et des égarements de l’ignorance préislamique. De là, nous allons nous pencher sur cette question importante qui est la superstition et la croyance au mauvais augure, ainsi que la position de l’Islam face à cela.

 

Premièrement : « at-tiyarah » signifie le mauvais augure concernant ce que l’homme réprouve de ce qu’il voit ou entend. De ce fait, quiconque désire entreprendre un projet comme le voyage, le mariage ou autre, puis annule la poursuite de ce projet à cause d’une mauvaise chose qu’il a vu, d’une parole qu’il a entendu, ou la présence d’un élément comme le mois de Safar ou autre parmi les périodes ou les endroits, aura cédé au mauvais augure que l’Islam a interdit. Et la compréhension de l’augure en l’Islam se définit comme étant ce qui pousse l’homme à poursuivre ce qu’il voulait faire parce que son cœur s’en est remis à ce qu’il a vu ou entendu, en agissant ainsi, il cède alors à la superstition et la croyance au mauvais augure. Il est rapporté que le Prophète, que les éloges et le salut soient sur lui, a dit : « L’augure est ce qui t’encourage à mener à bien ton projet, ou t’en dissuade »[1].

 

Deuxièmement : en Islam, la croyance au mauvais augure relève de l’illusoire, l’absurde et l’imaginaire qu’il est impératif de combattre et d’éradiquer depuis ses racines et sa base. A ce sujet, le Prophète, que les éloges et le salut soient sur lui, a dit : « Pas de contagion (‘Adwâ), ni d’augure (Tiyarah), ni d’oiseaux de mauvaise augure (Hâmah), et le mois de Safar ne porte pas malheur »[2].

 

La négation ici concerne la permission ainsi que l'effet, c'est-à-dire que ces choses n'ont aucun effet par elles-mêmes dans l’obtention du bien ou la dissipation du mal. De plus, l’augure -serviteurs d'Allah- fait partie du polythéisme qui s’oppose à la complétude nécessaire de la foi. En effet, d'après Ibn Mass’oûd, qu'Allah soit satisfait de lui,  le Prophète, que les éloges et le salut soient sur lui, a dit : « L’augure est du polythéisme, l’augure est du polythéisme ! »[3].

 

En revanche, si l’individu croit que la chose de laquelle il tire mauvaise augure est la seule responsable et influe d’elle-même en dehors d’Allah, il s’agit alors du polythéisme majeure, car dans ce cas, il l'en fait un associé à Allah dans la création.

 

Cher frère musulman !

Le superstitieux qui croit au mauvais augure rentre forcément dans l’un des deux cas de figures suivants :

 

1 - Il arrête de poursuivre ce qu'il voulait entreprendre à cause de qu'il a vu, entendu, ou à cause d'une période ou d'un endroit, en pensant que ceci est une cause qui compromet la réussite de son projet et par peur que ses affaires et ses besoins n’aboutissent pas ; dans ce cas il s’agit donc de l’augure et de la superstition la plus grave. A ce propos, il a été rapporté que le Prophète, que les éloges et le salut soient sur lui, a dit : « Celui qui se laisse détourner de son but par l’augure a commis un acte de polythéisme »[4].

 

2 - Il poursuit ce qu'il veut entreprendre mais avec inquiétude et anxiété, il craint que l’objet de son augure soit la cause qui compromette la réalisation de son besoin ; ceci est également interdit, et c'est une faille dans la croyance en l'unicité d'Allah et dans le fait de s'en remettre à Lui.

 

Ô Musulmans ! Celui qui ressent dans son cœur quelque chose concernant l’augure, doit s'en méfier et doit le repousser en plaçant sa confiance en Allah (qu'Il soit exalté) et en s'en remettant à Lui. D'après Ibn Mass’oûd (qu'Allah soit satisfait de lui) le Prophète, que les éloges et le salut soient sur lui, a dit : « Hélas, personne d’entre nous (n’en est épargné)…mais Allah l’efface par la confiance que l’on place en Lui »[5].

 

Ainsi, quiconque ressent dans son cœur quelque chose provenant de l’augure, doit s’en remettre à Allah (qu'Il soit exalté), et doit L'invoquer par ce qui a été rapporté du Prophète, que les éloges et le salut soient sur lui, comme le rapporte Abou Dâoûd d'après 'Ouqbah ibn 'Amir (qu'Allah soit satisfait de lui) qui a dit : « Les augures furent citées en présence du Prophète, que les éloges et le salut soient sur lui, qui dit : « Le meilleur des augures est l’optimisme (al fa’l). Et l’augure ne dissuade pas le musulman (de mener ses projets à bien). Si l’un d’entre vous voit une chose qu’il répugne qu’il dise donc : « Ô Allah ! Personne n’apporte d’évènements heureux ni ne repousse les malheurs si ce n’est Toi, et nous ne tirons notre puissance et notre force que de Toi » ». Et la parole du Prophète, que les éloges et le salut soient sur lui : « Ô Seigneur ! Il n'y a pas de bien si ce n’est le Tien, il n'y a pas d’augure si ce n’est ce que Tu as prédestiné, et il n'y a pas d'autre divinité que Toi ».

 

Ainsi, celui qui place sa confiance en Allah, en rattachant son cœur à Lui par crainte et espoir en Lui, ne prête aucune attention à ces choses, puis dit les invocations qu'on lui a ordonné de dire tout en poursuivant ce qu'il veut entreprendre, l’augure ne lui causera aucun tort, par la grâce d'Allah.

 

En revanche, celui qui ne voue pas sa confiance en Allah (qu'Il soit exalté) de manière exclusive et se fie au diable quant au mauvais augure qu’il lui insuffle, subira la chose qu’il répugnait en guise de punition, pour s’être détourné de l'obligation de la foi en Allah qui détient tout bien dans Ses mains, Il est celui qui l'accorde au serviteur par Sa volonté, et Il est celui qui éloigne les préjudices du serviteur par Sa puissance, Sa douceur et Sa bienfaisance.

 

Ô Musulmans ! Le dernier point concernant ce sujet figure dans ce qui a été rapporté dans les deux recueils de hadiths authentiques selon lequel le Prophète, que les éloges et le salut soient sur lui, a dit : « Pas de contagion (‘Adwâ), ni d’augure (Tiyarah). En revanche, l’optimisme (al fa’l) me plait ». Les compagnons dirent « Qu’est ce que l’optimisme ? ». Le Prophète, que les éloges et le salut soient sur lui, répondit : « C’est la bonne parole »[6].

 

L’optimisme, c’est tout ce qui encourage à l'homme à mener à bien ses projets parmi les bonnes paroles et les bonnes œuvres sans prêter attention à ces choses, mais en s'en remettant à leur Créateur et Celui qui est à l'origine de ces choses, Allah (qu'Il soit exalté). Certains savants ont dit : « Le bon augure plaisait au Messager d’Allah, que les éloges et le salut soient sur lui, car la croyance au mauvais augure revient à avoir une mauvaise pensée d'Allah (qu'Il soit exalté) ; et le bon augure [l'optimisme] correspond à avoir une bonne pensée de Lui (qu'Il soit exalté). Or, le musulman doit toujours penser du bien d'Allah (qu'Il soit exalté) dans toutes les situations ».

 

L’optimisme -serviteur d'Allah- augmente l'énergie et le courage de l'homme dans ce qu'il entreprend. Ainsi, sa poitrine s'épanouit et son cœur se réjouit, et l'étroitesse que le diable met dans son cœur disparaît. Tandis que la croyance au mauvais augure fait que l'homme soit accroché à la chose qui le rend superstitieux, et cela signifie que sa confiance en Allah (qu'Il soit exalté) est faible, et qu'il arrête d'accomplir ce qu'il voulait entreprendre à cause des mauvaises choses qu'il a vu ou entendu. L’imam At-Tirmidhi a rapporté d'après Anas (qu'Allah soit satisfait de lui) que le Prophète, que les éloges et le salut soient sur lui, aimait entendre lorsqu'il sortait pour entreprendre quelque chose : « Ô bien guidé ! Ô Toi qui est favorisé par le succès ! ».

 

Ô musulmans, craignez donc Allah, et sachez que ce qui vous a atteint ne pouvait pas vous manquer, et que ce qui vous a manqué ne pouvait pas vous atteindre ; placez donc votre confiance en Allah (qu'Il soit exalté), en vous remettant à Lui.

Qu’Allah nous accorde Sa bénédiction par le Coran, qu’Il fasse que ses versets nous soient profitables, j’implore Son pardon ainsi que pour tous les musulmans contre tout péché, implorez-le donc, Il est le Pardonneur, le très Miséricordieux.

 

La louange est à Allah pour Ses bienfaits, à Lui la reconnaissance pour les privilèges qu’Il nous accorde. Je témoigne qu’il n’y a pas de divinité en droit d’être d’adoré si ce n’est Allah, Seul sans associés, et je témoigne que Mohammed est Son serviteur et messager, il a appelé à son agrément, que les éloges et le salut soient sur lui, sa famille et ses compagnons.

 

Ô Musulmans ! Je vous enjoins la recommandation d'Allah (qu'Il soit exalté) à Ses serviteurs nuit et jour, en secret et en public, qui est la crainte d'Allah (qu'Il soit exalté) et l’assiduité dans Son obéissance.

 

Ô Musulmans ! Celui qui s'accroche à la croyance en l'unicité d'Allah qui est l'anse la plus solide, au câble d'Allah, et place sa confiance en Lui, dissipera toute augure avant qu’il n’habite le cœur et il ne laissera pas ses insufflations s’achever.

 

Ik'rimah a dit : « Nous étions assis dans l'assemblée d'Ibn Abbâs (qu'Allah soit satisfait de lui et de son père), un oiseau passa alors en criant ; un homme dit : « C'est un bien » [par optimisme]. Ibn Abbâs lui dit alors : « Ni bien, ni mal ». Il s'empressa de le désapprouver afin qu'il ne croit pas que ceci avait un effet en bien ou en mal.

 

Tâwoûs (qu'Allah lui fasse miséricorde) sortit avec un ami en voyage, puis un corbeau cria, l'homme dit alors : « C'est un bien » [par optimisme]. Tâwoûs dit alors : « Quel bien y a-t-il en cela ? Ne m'accompagne pas ! ».

 

Et sachez -serviteurs d'Allah- que le temps est une création d'Allah (qu'Il soit exalté) ; au cours de ce temps, se produisent les actions des fils d'Adam, et chaque moment que le croyant passe dans l'obéissance à Allah (qu'Il soit exalté) est un temps béni pour lui ; et chaque moment qu’il utilise dans Sa désobéissance est une période de malheur pour lui. Et sachez que les périodes qui ont le plus de bénédictions sont celles qui sont passées dans l'obéissance d'Allah (qu'Il soit exalté).

 

Que les éloges, le salut et les bénédictions d’Allah soient sur notre Prophète Mohammed, sur sa famille et ses compagnons.

 


[1] Rapporté par Ahmed

[2] Rapporté par Al-Boukhâri (5771), Mouslim (2220), Abou Dâoûd (3911), et Ahmad (2/327)

[3] Rapporté par Abou Dâoûd (3910) et At-Tirmidhi (1614)

[4] Rapporté par Ahmed

[5] Rapporté par Tirmidhi

[6] Rapporté par Al-Boukhâri (5756), Mouslim (2224)

 

Notez  




Autres articles
Les premières choses à faire après avoir embarrassé l'Islam?
Evitez cette pratique qui annule vos bonnes œuvres!!
La sagesse du Prophète Mohammad dans l'appel à l'Islam.
Les moyens de raffermissement du musulman sur sa religion.
Quel est l'impact de la sincérité sur la validité des bonnes œuvres du croyant?
 

Nouveau commentaire


 
 
 
512 caractères max

Les commentaires sont modérés : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un modérateur du site.

Il est évident que les affirmations diffamatoires et les propos racistes, antisémites, islamophobes ne seront pas publiés. Les contributions trop longues ou n'ayant aucun rapport avec le sujet de l'article ou incorrecte d’un point de vue islamique ne seront pas prises en compte.


 
 
 
     
       
 
Website for Muslims
Website for non Muslims
Francais
Espanol
Chinese site
Pусский
 
Copyright © 2011 - Tout droits réservés - islammessage.com