Birmanie: une bombe artisanale explose dans une mosquée     Birmanie : Les ministres des Affaires étrangères d'Egypte et du Bangladesh discutent des moyens de protéger les musulmans Rohingyas     Canada : Un colloque sur l'islamophobie à Québec     Allemagne : l'entrée tonitruante de l’AfD, parti islamophobe et xénophobe, au Bundestag     France : Les Turcs abandonnent leur projet de mosquée à Quimper
 
Discussion en ligne avec l’administrateur du site (En cours de construction)
 
 
 
  

Il est donc interdit de les imiter en décalant une festivité de quelques jours, telle que la fête de Pâques ou de Noël...
L’Association cultuellede Sens et sa région a acheté à la commune un terrain...
Photo et commentaire  
 




 
Accueil>Le pèlerinage

Les erreurs commises par certains pèlerins lors du pèlerinage

Cheykh Al ‘Otheymine

 

La sacralisation  
Il a été rapporté de manière authentique d’après Ibn ‘Abbas que le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) avait fixé Dhoûl-Houleyfa comme lieu (mîqât) de consécration rituelle (ihrâm) pour les habitants de Médine ; Al-Djouhfa pour les habitants de Châm ; Qarn Al Manâzil pour les habitants de Najd ; et Yalamlam pour les habitants du Yémen. Ces lieux sont réservés aux populations susmentionnées et à tous les pèlerins qui passent près de ces localités et désirent accomplir le pèlerinage ou la ‘omra[1]. Aussi, d’après ‘Aicha le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) a fixé comme lieu de consécration rituelle pour les gens d’Irak Dhâtou ‘Irq[2].
 
Il est également rapporté de manière authentique d’après Abdoullah Ibn ‘Omar que le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) a dit : « Les habitants de Médine proclament leur entrée en état de sacralité par la formule de consécration (at-talbiya) à partir de Dhoul-Houleyfa, les habitants de Châm à partir d’Al Djouhfa et les habitants de Najd à partir d’Al Qarn ». Ces points géographiques qui ont été fixés par le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) représentent des limites d’institutions divine instaurées par la législation islamique et qu’il est interdit de remettre en question, de même qu’il est interdit de passer outre sans s’être mis en état de sacralité rituelle si l’on désire accomplir le pèlerinage et la ‘omra, car cela constitue une transgression aux ordres d’Allah. Allah certes dit : « Voilà les ordres d’Allah. Ne les transgressez donc pas. Et ceux qui transgressent les ordres d’Allah ceux-là sont les injustes »[3]. Ainsi, lorsque le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) nous informe des différents lieux de consécration rituelle, il s’agit en réalité d’une information qui a le sens d’un ordre.
 
Al ihlâl, qui signifie la proclamation de l’entrée en état de sacralité par la formule de consécration rituelle, ne doit avoir lieu qu’après la sacralisation. Cette sacralisation, à partir des différents lieux de consécration, est une obligation pour quiconque passe par ces points géographiques ou à proximité désirant accomplir le pèlerinage et la ‘omra, que ce soit par voie terrestre, maritime, ou aérienne. 
 
Si le pèlerin se rend à la Mecque par voie terrestre et passe par le mîqât ou à proximité, il se doit alors de s’y arrêter et effectuer ce qui est à accomplir comme rituels pour la sacralisation, tels que le lavage rituel, se parfumer le corps, et se vêtir des vêtements rituels. Ensuite, il se met intentionnellement en état de sacralité avant de quitter cet endroit.
 
Si le pèlerin se rend à la Mecque par voir maritime et que le bateau fait escale à proximité du mîqât, il devra effectuer ces préparatifs rituels à cet arrêt où il devra se mettre intentionnellement en état de sacralité avant de reprendre la route. Toutefois, si le bateau ne fait pas escale à proximité du mîqât, il lui faudra accomplir tous ces préparatifs rituels avant le passage à proximité du mîqât et se mettre intentionnellement en état de sacralité lorsque le bateau sera arrivé à hauteur du mîqât.
 
Enfin, si le pèlerin voyage par avion pour se rendre à la Mecque, il devra recourir au lavage rituel de sacralisation avant de monter à bord, et dès l’approche du mîqât, il se parfumera le corps et revêtira les vêtements rituels, puis se mettra intentionnellement en état de sacralité arrivé à hauteur de ce dernier. En outre, le pèlerin ne doit pas attendre de passer à proximité du mîqât pour se préparer aux rituels de sacralisation, étant donné que l’avion se déplace à grande vitesse et ne laisse donc pas l’occasion de recourir à tous ces préparatifs rituels. De plus, s’il se met en état de sacralité un peu avant le passage à hauteur du mîqât par précaution, il n’y a aucun mal.
 
D’autre part, parmi les erreurs commises lors de la sacralisation concernant les pèlerins ayant emprunté la voie aérienne, figure le fait de retarder l’entrée en état de sacralité lors de leur passage par le mîqât ou à proximité de ce dernier, jusqu’à leur arrivée à l’aéroport de Djeddah, ce qui est contraire au commandement du Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) et constitue une transgression aux ordres d’Allah.
 
Il a été authentiquement rapporté dans le recueil de l’imam Al Boukhari d’après Abdoullah Ibn ‘Omar que lorsque la région de Basra et de Koûfa en Iraq furent conquises, il fut interrogé en ces termes : « Ô prince des croyants, le Prophète a certes fixé Qarn comme mîqât pour les habitants de la région de Najd, et cet endroit est proche de notre passage lorsque nous prenons la route pour la Mecque mais nous éprouvons malgré tout des difficultés à nous y rendre. Abdoullah Ibn ‘Omar leur répondit : « Observez un endroit qui soit à proximité sur votre route [et rendez-vous y]». Le prince des croyants, qui fut un des quatre califes biens guidés, fixa donc un mîqât pour les gens passant à proximité d’un des cinq mîqât à condition qu’ils passent à proximité de l’un d’eux. De ce fait, quiconque y passe à proximité par avion est semblables à ceux qui y passent par voie terrestre.
 
Partant de là, si le pèlerin commet cette erreur et attend son arrivée à Djeddah pour se mettre en état de sacralité, il lui est alors une obligation de retourner au mîqât qu’il a survolé et de s’y mettre en état de sacralité. Dans le cas contraire, s’il procède à la sacralisation de Djeddah, il devra s’acquitter d’une compensation (fidyah) selon la majeure partie des gens de science, qui consiste à sacrifier une bête à la Mecque et la distribuer aux pauvres sur place, et de laquelle il ne pourra consommer, ni offrir aux riches, car il s’agit là d’un sacrifice assimilable à l’expiation.
 
La procession autour de la Ka’ba (tawâf)
Il a été rapporté que le Messager d’Allah (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) débuta la procession autour de la Ka’ba (tawâf) à partir de la pierre noire qui se trouve à l’angle Est du sanctuaire, et il a procédé à cette procession en passant à l’extérieur du Hijr. De plus, il marchait d’un pas rapide durant les trois premiers tours du tawâf d’entrée à la Mecque.
 
Il touchait la pierre noire durant cette procession, et l’embrassait, ou embrasait la main avec laquelle il la touchait. Il lui est également arrivé de la toucher avec sa canne puis embrassa la canne alors qu’il était sur sa monture et faisait la procession sur cette dernière. Il lui arrivait aussi de faire un signe en direction de la pierre noire à chaque tour. De plus, il est authentiquement rapporté qu’il passait sa main sur le coin yéménite.
 
En réalité, ses différentes façons de toucher la pierre dépendaient de son accessibilité à l’angle. Néanmoins, le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) accomplissait tous ces gestes par adoration pour Allah et vénération, non pas par conviction que la pierre avait le pouvoir de nuire ou d’être bénéfique. A ce sujet, il est rapporté dans les deux recueils authentiques que lorsqu’il embrassait la pierre, ‘Omar disait : « Je sais parfaitement que tu n’es qu’une simple pierre qui n’a ni le pouvoir de nuire, ni d’être bénéfique. Et si je n’avais pas vu le Prophète t’embrasser, jamais je ne t’aurais embrassée ».
 
Il donc est important d’attirer l’attention sur un certain nombre d’erreurs liées aux pratiques lors de cette procession, à savoir :
1 – Se positionner avant la pierre noire, entre celle-ci et le coin yéménite pour démarrer la procession rituelle (tawâf), car cela fait parti de l’exagération que le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) a interdit en matière de religion. En effet, cette pratique est assimilable au fait de commencer le jeûne du mois de Ramadan un jour ou deux avant son entrée réelle. Quant à la prétention qu’avancent certains pèlerins qu’ils accomplissent cela par précaution, elle n’est pas justifiée, car les précautions qu’il est légitime de prendre en matière d’adoration, sont celles dictées par la législation et qui se trouvent dans le fait de s’en tenir scrupuleusement aux injonctions d’Allah et de Son Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui).
 
2 – Accomplir la procession autour de la Ka’ba en passant à l’intérieur du Hijr. Ceci est une grave erreur qui rend la procession invalide car en réalité, dans ce cas de figure la procession n’est accomplie qu’en partie.
 
3 – Marcher d’un pas rapide durant les sept tours.
 
4 – Se bousculer dans la foule pour atteindre la pierre noire et l’embrasser, au point d’en arriver à se battre et s’insulter, ce qui entraîne disputes et injures qui ne sont pas dignes de cette œuvre d’adoration, ni de ce lieu saint qu’est la Mosquée Sacrée. De plus, cette attitude diminue la récompense de cette procession, voire même du rite du pèlerinage en entier. Allah dit à ce sujet : « Le pèlerinage a lieu dans des mois connus. Si l’on se décide de l’accomplir, alors point de rapport sexuel, point de perversité, point de dispute pendant le pèlerinage »[4]. Ainsi, ce genre d’attitudes éloignent le pèlerin de la concentration requise et distraient du rappel d’Allah qui sont les deux finalités les plus importantes du pèlerinage.
 
5 – La conviction que la pierre noire a un effet bénéfique, c’est pour cette raison que l’on voit un grand nombre de pèlerins essuyer la pierre et passer leurs mains sur tout leur corps et le corps des personnes qui les accompagnent, ce qui constitue en réalité  ignorance et égarement. Le pouvoir d’être bénéfique et de nuire appartient entièrement à Allah Seul. A ce propos nous avons cité précédemment la parole de ‘Omar Ibn Al Khattâb, prince des croyants : « Je sais parfaitement que tu n’es qu’une simple pierre qui n’a ni le pouvoir de nuire, ni d’être bénéfique. Et si je n’avais pas vu le Prophète t’embrasser, jamais je ne t’aurais embrassée ».
 

 

6 – Toucher tous les coins et angles de la Ka’ba, ainsi que tous les murs de ce sanctuaire et se frotter contre, car ceci est pure ignorance et relève de l’égarement. En réalité, le fait de toucher la pierre ou le coin yéménite est un acte d’adoration et une vénération d’Allah, il est donc impératif de s’en tenir à ce qui a été rapporté à ce sujet. En outre, le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) n’a jamais rien touché de la Ka’ba en dehors de la pierre noire et le coin yéménite. Dans la compilation de l’imam Ahmed, Moujâhid rapporte qu’Ibn ‘Abbas accomplit la procession autour de la Ka’ba en compagnie de Mou’awiya qui touchait tous les angles de la Ka’ba. Ibn ‘Abbas lui dit alors : « Pourquoi touches-tu ces deux angles (en dehors de l’angle où se trouve la pierre noire et l’angle où se trouve le coin yéménite) alors que le Prophète ne les touchait pas ? ». Mou’awiya répondit : « On ne doit pas délaisser une partie de ce sanctuaire ». Et Ibn ‘Abbas de répondre : « En effet, vous avez dans le Messager d’Allah un excellent modèle [à suivre]»[5]. Mou’awiya poursuivit : « Tu dis vrai ! ».

 

A Suivre ...

[1] Rapporté par Al Boukhari et Mouslim.
[2] Rapporté par Abou Daoud et At-Tirmidhi.
[3] Sourate 2 La vache verset 229.
[4] Sourate 2 La vache verset 197.
[5] Sourate 33 Les coalisés verset 21.

 

 

Notez  




Autres articles
Des célébrations organisées avant le départ ou au retour du Hadj?
Le mérite de la visite rituelle de Médine
Le sacrifice rituel est surérogatoire et non obligatoire
Les mérites des 10 premiers jours de Dhoul Hija
Les trois types de sacralisation
 

Nouveau commentaire


 
 
 
512 caractères max

Les commentaires sont modérés : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un modérateur du site.

Il est évident que les affirmations diffamatoires et les propos racistes, antisémites, islamophobes ne seront pas publiés. Les contributions trop longues ou n'ayant aucun rapport avec le sujet de l'article ou incorrecte d’un point de vue islamique ne seront pas prises en compte.


 
 
 
     
       
 
Website for Muslims
Website for non Muslims
Francais
Espanol
Chinese site
Pусский
 
Copyright © 2011 - Tout droits réservés - islammessage.com