Les enquêteurs de l'ONU exigent un accès illimité à la Birmanie     France : L'occupation de la mosquée jugée cinq ans après     Royaume-Uni : des policiers suscitent la colère en entrant dans une mosquée avec leurs chaussures     Achoura 2017 : date officielle     Abu Dhabi : Présentation de manuscrits rares du Coran dans le cadre d’une grande exposition
 
Discussion en ligne avec l’administrateur du site (En cours de construction)
 
 
 
  

Il est donc interdit de les imiter en décalant une festivité de quelques jours, telle que la fête de Pâques ou de Noël...
L’Association cultuellede Sens et sa région a acheté à la commune un terrain...
Photo et commentaire  
 




 
Accueil>Le pèlerinage

Le Mont ‘Arafa

Ecrit et révisé par un groupe de Savants

 
Premièrement : sa présentation
C’est un petit mont bien modeste comparé aux imposantes montagnes qui se trouvent alentour. Il est composé de grandes roches dures et fragmentées, disposées les une sur les autres. Il n’est donc pas constitué d’une roche monolithique dure ou d’une roche friable, qui se désagrège en petits cailloux. Il se trouve à l’est du territoire de `Arafât, à l’ombre de la montagne Sa`d. Il fait 65 mètres depuis la partie sud de sa base jusqu’à son sommet.
 
On l’appelle le mont Ilâl, le mont `Arafa, le mont de la miséricorde (ar-Raħma), le mont de l’invocation (ad-Du`â’), le mont des marcheurs (al-Muchât), le mont Kabkab et le mont al-Qurayn. Seul deux noms sont bien attestés à savoir : le mont Ilâl et le mont `Arafa.
 
 
 
Deuxièmement : Ce qu’il est réellement
Les hommes de science, des diverses écoles, disent qu’il n’y a pas de texte authentique particulier concernant ce mont mais qu’il est à l’instar du territoire de `Arafa. Ils ont aussi dit qu’il n’est pas prescrit de monter dessus et qu’il n’est concerné par aucun rite.
 
 
L’illustre savant hanafite al-Mullâ `Alî Qârî, qu’Allah lui accorde sa miséricorde, a dit dans le commentaire d’al-Lubâb en page 84 : « Quant à l’ascension du mont, elle est sans fondement (religieux). C’est plutôt une innovation détestable ». Il dit aussi en page 224 : « Le mieux est de camper (de stationner) dans un endroit tel que sa présence (à `Arafa) est comptée comme valable, sans faire preuve ni de négligence ni de paresse. En revanche, que les gens montent sur le mont, cela n’a aucun fondement. De même, y stationner avant le début du temps légal et bien après, cela fait aussi partie des innovations détestables ».
 
 
L’imam malikite Ibn al-Ħâjib, qu’Allah lui accorde sa miséricorde, a dit en énumérant les choses qui ont été innovées par les gens et qu’ils pratiquent auprès de ce mont : « Au nombre de ces choses, il y a le fait qu’ils allument des feux sur le mont, pendant la nuit qui précède le jour de `Arafa, qu’ils donnent une grande importance à cela au point d’amener jusqu’à lui depuis chez eux des chandelles, le fait que les hommes et les femmes se mélangent lorsqu’ils montent ou descendent de ce mont, etc. C’est là un égarement qui les fait ressembler aux idolâtres dans un lieu respectable comme celui-là ».

Ach-Chinqîţî, le malikite, qu’Allah lui accorde sa miséricorde, a dit dans Ađwâ’ al-bayân (5/263) : « Saches que l’ascension du mont ar-Raħma pratiquée par beaucoup de gens de la masse n’a aucun fondement, ne comporte aucun bénéfice religieux, car il n’existe rien dans les textes qui en fasse un endroit particulier car c’est un lieu qui est au même titre que tout autre endroit du territoire de `Arafa. Or, tout le territoire de `Arafa sert valablement de lieu de campement (station rituelle) ».

 
 

 

Al-Juwaynî ; le chafi`ite, qu’Allah lui accorde sa miséricorde, a dit : « Au centre de la terre de `Arafa, il y a un mont appelé le mont de la miséricorde. Aucun rite ne demande de l’escalader, même si les gens ont pris l’habitude de le monter ».
 
 

 

An-Nawawî ; le chafi`ite, qu’Allah lui accorde sa miséricorde, a dit dans al-Majmû` (8/107) : « Concernant la pratique répandue chez les gens de la masse consistant à prêter une importance au fait d’effectuer leur station rituelle sur le mont de la miséricorde qui se trouve au milieu du territoire de `Arafa, comme expliqué plus haut, et le fait qu’ils préfèrent cet endroit précis plutôt que tout autre ailleurs sur la terre de `Arafa au point que certains ignorants parmi eux pensent que la station rituelle n’est valable que là, tout cela est une erreur évidente (de leur part) et une pratique contraire à la sunna. Aucune personne faisant autorité n’a cité de mérite particulier à escalader ce mont qui a le même statut que tout autre lieu de `Arafa ».
 
 

 

Al-Muħibb aţ-Ţabarî, le chafi`ite, qu’Allah lui accorde sa miséricorde, a dit dans al-Qirâ, en page 386 : « Concernant le mont que les gens s’attachent à escalader, il n’existe aucune information ou tradition fiable ».
 
 

 

Ibn Jamâ`a, le chafi`ite, qu’Allah lui accorde sa miséricorde, a dit dans Hidâyatu-s-sâlik : « Ce qui s’est répandu chez la masse à savoir : préférer accomplir la station rituelle sur le mont de la miséricorde plutôt qu’ailleurs, penser qu’il faut obligatoirement y faire sa station, se rassembler dessus pour faire la station avant le temps réglementaire de celle-ci, allumer des chandelles dessus la veille du jour de `Arafa, le fait qu’ils y accordent une telle importance qu’ils ramènent ces chandelles de leur pays et le fait que hommes et femmes se mélangent lors de la montée et de la descente, tout cela est une erreur, une preuve d’ignorance et une innovation mauvaise qui est apparue après l’extinction des pieux prédécesseurs. Nous prions Allah qu’il la supprime et toute les autres innovations ».
 
Ibn Taymiyya, le hanbalite, a dit dans Majmû` al-fatâwâ (26/133) : « En revanche, monter sur le mont qui se trouve là-bas n’est pas conforme à la sunna… ».
 
 

 

Il a aussi dit dans al-Ikhtiyârât al-`ilmiyya (p. 96) : « D’un avis unanime, il ne fait pas partie des prescriptions religieuses d’escalader le mont de la miséricorde (ar-Raħma) ».
 
 

 

Al-Mardâwî, le hanbalite, a dit dans al-Inşâf (4/29) : « Ce qui est conforme à la sunna c’est de faire la station rituelle dans l’endroit où le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) l’a faite mais aucun texte n’est authentique s’agissant du mont de la miséricorde (c’est-à-dire qu’il n’y a pas de preuve textuelle incitant à y faire sa station) ».
 
 

 

Troisièmement : les innovations et infractions commises sur ce mont par certains pèlerins
Certains pèlerins se rendent fautifs d’un certain nombre d’innovations et d’infractions sur le mont `Arafa parce qu’ils croient que ce mont est sacré ou qu’il a des vertus spéciales. Ci-dessus, les paroles des hommes de science ont montré la fausseté de cette croyance. Aussi, afin que le pèlerin soit attentif à ne pas tomber dans ces innovations et infractions, nous en évoquons ici quelques unes :
1-        Croire qu’il est préférable d’effectuer sa station rituelle sur le mont plutôt qu’ailleurs sur le territoire de `Arafa.
 
2-        Accomplir la prière (şalât) et prononcer le sermon sur le mont.
 
3-        Allumer, la veille du jour de `Arafa, des chandelles et des feux sur le mont.
 
4-        Prendre avec soi un peu de la terre du mont.
 
5-        Se frotter à la balise [borne se trouvant au sommet du mont] et l’embrasser.
 
6-        Prier en direction de la balise.
 
7-        Choisir spécialement de faire ses invocations à proximité de la balise et lever ses mains en sa direction lors de l’invocation.
 
8-        Écrire sur la balise.
 
9-        Tourner autour de la balise [comme les circumambulations autour de la Kaaba].
 
10-    Y nouer des morceaux de tissu.
 
11-    Déposer des messages écrits sur des bouts de papier, des touffes de cheveux, des pièces de monnaie, des photos ou des chiffons dans les fentes des rochers en raison de diverses croyances comme croire que par cet acte on s’assure de revenir une prochaine fois, que de cette façon telle ou telle personne fera le hadj ou que tel malade sera guéri ou que par ce moyen la femme qui n’a pas eu d’enfant tombera enceinte.
 
12-    Faire un appel depuis le mont pour que ceux qui n’ont pas encore effectué le hadj, le fassent.
 
Il y a d’autres exemples d’infractions et de superstitions qu’Allah n’approuve pas et pour lesquelles il n’a pas donné son assentiment[1].



[1]Pour plus d'informations, voir le livre : Jabal ilâl bi-`arafât taħqîqât târîkhiyya char`iyya du Dr. Bakr ibn `Abdullâh Abû Zayd.


Notez  




Autres articles
Des célébrations organisées avant le départ ou au retour du Hadj?
Le mérite de la visite rituelle de Médine
Le sacrifice rituel est surérogatoire et non obligatoire
Les mérites des 10 premiers jours de Dhoul Hija
Les trois types de sacralisation
 

Nouveau commentaire


 
 
 
512 caractères max

Les commentaires sont modérés : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un modérateur du site.

Il est évident que les affirmations diffamatoires et les propos racistes, antisémites, islamophobes ne seront pas publiés. Les contributions trop longues ou n'ayant aucun rapport avec le sujet de l'article ou incorrecte d’un point de vue islamique ne seront pas prises en compte.


 
 
 
     
       
 
Website for Muslims
Website for non Muslims
Francais
Espanol
Chinese site
Pусский
 
Copyright © 2011 - Tout droits réservés - islammessage.com