Birmanie: une bombe artisanale explose dans une mosquée     Birmanie : Les ministres des Affaires étrangères d'Egypte et du Bangladesh discutent des moyens de protéger les musulmans Rohingyas     Canada : Un colloque sur l'islamophobie à Québec     Allemagne : l'entrée tonitruante de l’AfD, parti islamophobe et xénophobe, au Bundestag     France : Les Turcs abandonnent leur projet de mosquée à Quimper
 
Discussion en ligne avec l’administrateur du site (En cours de construction)
 
 
 
  

Il est donc interdit de les imiter en décalant une festivité de quelques jours, telle que la fête de Pâques ou de Noël...
L’Association cultuellede Sens et sa région a acheté à la commune un terrain...
Photo et commentaire  
 




 
Accueil>Le pèlerinage

Les erreurs commises par certains pèlerins lors du pèlerinage (3)

Cheykh Al ‘Otheymine

 
La procession rituelle entre les monticules As-Safâ et Al-Marwa
Il a été rapporté de manière authentique que lorsqu’il s’approcha de Safâ, le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) récita :
 
 »  إِنَّ الصَّفَا وَالْمَرْوَةَ مِنْ شَعَائِرِ اللَّهِ ۖ فَمَنْ حَجَّ الْبَيْتَ أَوِ اعْتَمَرَ فَلَا جُنَاحَ عَلَيْهِ أَنْ يَطَّوَّفَ بِهِمَا ۚ وَمَنْ تَطَوَّعَ خَيْرًا فَإِنَّ اللَّهَ شَاكِرٌ عَلِيم «  
 
« As-Safâ et Al-Marwa sont vraiment parmi les lieux sacrés d’Allah, Donc, quiconque fait pèlerinage à la Maison ou fait l’Oumra ne commet pas de péché en faisant le va-et-vient entre ces deux monts. Et quiconque fait de son propre gré une bonne œuvre, alors Allah est Reconnaissant, Omniscient »[1]. Ensuite, il y grimpait légèrement jusqu’à voir la Ka’ba vers laquelle il se dirigeait en levant les mains pour formuler différentes formes de louange et invoquer Allah. C’est ainsi qu’il disait :
 
 
  »لا إله إلا الله, الله أكبر, الله أكبر,  الله أكبر, لا إله إلا الله وحده لا شريك له ، له الملك وله الحمد وهو على كل شيء قدير ، لا إله إلا الله وحده ، أنجز وعده ، ونصر عبده ، وهزم الأحزاب وحده « 
 
« Il n'y a d'autre divinité que Allah, l'Unique sans associé. A Lui la Royauté, A Lui La Louange et Il est toute chose capable. Il n'y a point de divinité en dehors d'Allah. Il a tenu sa promesse, accordé la victoire à Son serviteur et a vaincu les alliés »
 
Entre ces différentes prières, le pèlerin pourra faire les invocations de son choix et répètera tout cela trois fois. Puis, il descendait et marchait jusqu’à arriver au lit de la rivière sèche [qui se trouvait entre les deux monticules du temps du Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) et qui correspond aujourd’hui aux deux panneaux lumineux verts] où il accélérait le pas, et une fois de l’autre côté il reprenait sa marche jusqu’Al-Marwa. Il accomplissait à Al-Marwa ce qu’il avait accomplit à As-Safâ.
 
Parmi les erreurs que l’on peut relever concernant cette partie du rite, le fait de voir certains pèlerins grimper les deux monticules et dire : « Allahou Akbar » à trois reprises à la façon de celui qui accomplit sa prière en levant les mains et se baissant légèrement, pour ensuite descendre et effectuer leur procession. Ceci est contraire à la pratique du Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui), les pèlerins se doivent par conséquent de s’en tenir à ce qui a été rapporté et délaisser se genre de pratique (qui n’a aucun fondement) et ne pas innover en matière de culte.
Figure également parmi les erreurs, le fait qu’une partie d’entre eux accélère le pas durant toute la procession, ce qui est également en opposition à la Sounnah, car l’on doit accélérer les pas uniquement entre les deux panneaux lumineux, le reste de la procession doit être accomplit en marchant normalement. Néanmoins, la plupart de ceux qui commettent cette erreur, le font par ignorance, ou par souci de se débarrasser au plus vite de cette partie du rite, et Allah est Celui dont on implore le secours.
 
 
 
La station à ‘Arafa
Il a été rapporté de manière authentique que le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) fit une pause le jour de ‘Arafâ à Namira jusqu’au zénith, puis il poursuivit son chemin et s’arrêta [à ‘Ourana] pour accomplir la prière de Adh-Dhouhôur et Al ‘Asr, raccourcies et regroupées à l’entrée du temps de la prière de Adh-Dhouhôur avec un seul appel à la prière et deux iqâmas. Ensuite, il reprit sa monture, poursuivit son chemin jusqu’à arriver à la plaine de ‘Arafa où il stationna et dit : « J’ai fait station ici et la plaine de ‘Arafa toute entière est un lieu de stationnement »[2]. Il ne cessa de se tenir debout en direction de la Qibla les mains levées à réciter des formules de rappel et invoquer son Seigneur, et ce, jusqu’au coucher de soleil et la disparition de son disque, il quitta alors la plaine de ‘Arafa pour rejoindre Mouzdalifa.
 
Il est des erreurs commises par certains pèlerins, parmi lesquelles :
 
1 – La station en dehors des limites de la plaine de ‘Arafa dans des lieux de campement où les pèlerins demeurent jusqu’au coucher de soleil. Ils rejoignent ensuite Mouzdalifa sans avoir stationner à ‘Arafa. C’est là une erreur monumentale qui invalide leur pèlerinage car la station à ‘Arafa constitue un pilier sans lequel le pèlerinage ne peut être valable. Par conséquent, quiconque ne stationne pas à ‘Arafa en temps voulu verra son pèlerinage invalide en vertu de la parole du Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) : « Le pèlerinage, c’est la station à ‘Arafa et quiconque atteint cette plaine avant l’aube [au plus tard] la nuit [de Mouzdalifa] aura accompli cette station »[3].
 
L’une des causes de cette erreur manifeste reste principalement l’imitation mutuelle des pèlerins les uns vis-à-vis des autres. Ainsi, quand une partie d’entre eux stationne avant d’être arrivé dans les limites de ‘Arafa, sans s’assurer d’y avoir réellement pénétrer, ils sont imités aveuglément par de nombreux autres pèlerins. Ils invalident leur pèlerinage et induisent par la même occasion en erreur leurs semblables. Ainsi, il serait profitable que les responsables des lieux saints transmettent ouvertement des communiqués par le biais des différents moyens de communication et de manière continue, visant à mettre en garde les pèlerins contre cette erreur, en invitant les guides à faire de même, afin que les pèlerins soient conscients et qu’ils accomplissent leur pèlerinage de la meilleure manière.
 
2 – Quitter ‘Arafa avant le coucher de soleil, ce qui est interdit car ceci est contraire à la Sounnah. En effet, le Messager d’Allah (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) stationna en ce lieu jusqu’à ce que le disque solaire disparaisse. De plus, le fait de quitter ‘Arafa avant le coucher, fait parti des œuvres de la période préislamique.
 
3 – Se tourner vers le mont ‘Arafa lors des invocations formulées ce jour, laissant la Qibla dans son dos, à sa droite ou à sa gauche, ce qui est contraire à la Sounnah, qui est de se tourner vers la Qibla comme le faisait le Messager d’Allah (Paix et bénédiction d’Allah sur lui).


[1] Sourate 2 La vache verset 158.
[2] Rapporté par Mouslim (1218).
[3] Rapporté par Abou Daoud (1949), At-Tirmidhi (889), An-Nassa’i (3044) et Ibn Mâjah (3015).

Notez  




Autres articles
Des célébrations organisées avant le départ ou au retour du Hadj?
Le mérite de la visite rituelle de Médine
Le sacrifice rituel est surérogatoire et non obligatoire
Les mérites des 10 premiers jours de Dhoul Hija
Les trois types de sacralisation
 

Nouveau commentaire


 
 
 
512 caractères max

Les commentaires sont modérés : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un modérateur du site.

Il est évident que les affirmations diffamatoires et les propos racistes, antisémites, islamophobes ne seront pas publiés. Les contributions trop longues ou n'ayant aucun rapport avec le sujet de l'article ou incorrecte d’un point de vue islamique ne seront pas prises en compte.


 
 
 
     
       
 
Website for Muslims
Website for non Muslims
Francais
Espanol
Chinese site
Pусский
 
Copyright © 2011 - Tout droits réservés - islammessage.com