Les enquêteurs de l'ONU exigent un accès illimité à la Birmanie     France : L'occupation de la mosquée jugée cinq ans après     Royaume-Uni : des policiers suscitent la colère en entrant dans une mosquée avec leurs chaussures     Achoura 2017 : date officielle     Abu Dhabi : Présentation de manuscrits rares du Coran dans le cadre d’une grande exposition
 
Discussion en ligne avec l’administrateur du site (En cours de construction)
 
 
 
  

Il est donc interdit de les imiter en décalant une festivité de quelques jours, telle que la fête de Pâques ou de Noël...
L’Association cultuellede Sens et sa région a acheté à la commune un terrain...
Photo et commentaire  
 




 
Accueil>Dans le couple

L’Islam contrairement aux idées reçues interdit la violence domestique

Abdel Aziz Ibn Abdallah Ale Sheikh

 

La wilâya (autorité de l’homme sur son épouse) et la qiwâma (qualité de soutien et chef de la famille) ne signifient pas l’arbitraire, la tyrannie, l’oppression et l’autoritarisme. Tout détenteur de la qiwâma et de la wilâya est garant [du bien-être, des intérêts] de ceux qui lui ont été confiés, aussi ne doit-il faire que ce qui comporte un bénéfice pour eux.
 
L’islam a établi un équilibre entre les droits et les devoirs. De même que chaque membre du couple a des droits, il a aussi des devoirs qu’il doit accomplir et dont il doit s’acquitter conformément à ce que recommandent les usages, en adoptant un comportement respectueux et en ayant une relation familiale sereine, ceci afin que se perpétuent la concorde, l’amour, le bonheur et la stabilité entre les époux. Allah  dit : [Elles jouissent [de la part de leur mari], conformément à l’usage, de l’équivalent de ce qu’il leur incombe [envers leur mari]][1].
 
Quant à sa manière [au prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui)] de se comporter avec ses enfants et les enfants en général, elle était pleine de miséricorde, de tendresse, d’amour, de compassion et de douceur. Sa vie édifiante regorge de faits mémorables qui constituent un exemple unique dans le domaine de l’éducation et de l’enseignement. Il convient que les éducateurs, les pères, les mères et les tuteurs, s’en inspirent, qu’ils en suivent les traces et qu’ils le mettent en application dans l’éducation de leurs enfants. Du fait de son amour des enfants et sa tendresse envers eux, il embrassait al-Ħasan et al-Ħusayn, les deux fils de sa fille Fâţima, qu’Allah leur accorde à tous sa satisfaction. Abû Hurayra relate que le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) a embrassé al-Ħasan ibn `Alî en présence d’al-Aqra` ibn Ħâbis le tamimite qui était assis là. Celui-ci a dit : « J’ai dix enfants. Je n’en ai embrassé aucun ». Le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) le regarda puis dit : « Qui ne fait pas miséricorde n’en obtient pas (qui ne donne pas d’affection n’en reçoit pas) »[2].
 
`Â’icha, qu’Allah soit satisfait d’elle, raconte que des bédouins sont arrivés auprès du Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) et demandèrent : « Embrassez-vous vos enfants ? ». Ils (les Compagnons présents) affirmèrent que oui, à quoi les autres répondirent : « Nous jurons par Allah qu’en ce qui nous concerne, on ne le fait pas ». Le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) réagit : « Je ne vous suis d’aucun secours si Allah a décidé d’ôter la bonté de votre cœur »[3].
 
Le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) a aussi dit : « Le Tout-Miséricordieux sera bon avec ceux qui font preuve de bonté. Soyez bons avec ceux qui sont sur la terre et celui qui est au ciel sera bon envers vous ». La fille de sa fille, Umâma, venait à lui et le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) la prenait dans ses bras tandis qu’il était en pleine prière. Il la prenait quand il était en station debout et la posait quand il se prosternait. Même chose quand il voyait al-Ħasan et al-Ħusayn tandis qu’il était sur le minbar (la chaire du haut de laquelle il prononçait le sermon du vendredi) : il en descendait et les portaient dans ses bras. Ibn Mas`ûd raconte que le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) était en train de faire la şalât[4] et quand il se prosternait, al-Ħasan et al-Ħusayn se précipitaient pour monter sur son dos. Quand les personnes présentes voulurent les en empêcher, il leur fit un geste signifiant de les laisser. Quand il eut fini sa prière, il les posa sur ses genoux et dit : « Qui m’aime doit aimer ces deux que voici »[5].
 
Comme preuve de miséricorde envers les filles, il disait : « Celui qui subvient aux besoins de deux filles [à leur entretien matériel et à leur éducation] jusqu’à ce qu’elles atteignent leur majorité, viendra le jour du jugement tandis que nous serons, moi et lui, [proches l’un de l’autre] tels [ceux-là]… ». Et il joignit ses doigts[6].
 
Le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) enseignait aux enfants les bonnes manières concernant le manger et tout ce qui leur apporte un bénéfice dans les affaires religieuses ou terrestres. Il est rapporté que le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) a dit : « N’est pas des nôtres celui qui envers nos jeunes n’est pas attentionné et ne reconnait pas l’honneur dû à nos ainés ». Anas affirme : « Je n’ai jamais vu quelqu’un faire preuve d’autant de miséricorde envers les gens de sa famille que le Messager d’Allah (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) »[7].
 
Le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) était ému et pleurait quand un enfant mourrait. Il plaisantait avec eux et leur attribuait des kunya (surnoms donnés généralement aux adultes par respect) pour leur donner confiance en eux-mêmes et gagner leur sympathie. Anas ibn Mâlik a dit : « Le Messager d’Allah (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) était le plus agréable des hommes. En effet, mon frère jouait avec un nughayr (oisillon d’une espèce de passereaux) et quand le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) venait, il lui disait : « Ô Abû `Umayr, qu’est devenu ton nughayr ?».
 
Quand le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) revenait de voyage, les enfants accouraient à sa rencontre et s’attachaient à lui, tant ils trouvaient en lui compassion et affection. Il installait certains d’entre eux devant lui et d’autres en croupe. Il les embrassait tendrement et affectueusement, les prenait dans ses bras, les humait[8] et demandait à ses Compagnons de faire de même.
 
Il convient donc que tout musulman et toute musulmane se conforment à l’exemple du Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui), qu’ils adoptent ses qualités et qu’ils s’inspirent de sa vie modèle qu’il a vécue avec ses épouses, ses enfants et les gens en général. Le musulman, dans sa façon d’agir avec sa femme, ses enfants et ceux qui sont à sa charge, doit avoir une attitude modérée, éloignée des extrêmes que sont d’une part la dureté, la force et la domination et d’autre part le laisser-aller et la souplesse excessive poussée jusqu’au laxisme, soit une attitude marquée par la douceur, la bonté et la tendresse, accompagnée de conseil, d’éducation islamique et d’incitation à se plier à la vérité.
 
Celui qui agit envers les membres de sa famille avec douceur mais les dorlote exagérément et les abandonne sans les orienter, sans les éduquer ou les néglige en se laissant distraire par diverses occupations ou bien celui qui est excessif dans ses agissements en usant de dureté, de force, de domination, de hurlements et de coups violents et qui leur cause des préjudices de toutes sortes pour un motif futile qu’il est possible d’arranger avec une parole agréable et une attitude respectueuse, une telle personne n’a alors pas respecté le dépôt qu’Allah lui a confié et devra lui rendre des comptes pour n’avoir pas assumé ses obligations vis-à-vis des gens dont elle était responsable. Ma`qil ibn Yasâr affirme avoir entendu le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) dire : « Tout homme à qui Allah a donné l’autorité sur des personnes et qui, jusqu’au jour de sa mort, ne cesse de trahir les intérêts de ceux dont il a la responsabilité, Allah lui interdira l’entrée au paradis »[9].
 
En conséquence, celui qui a été coupable de violence envers un membre de sa famille doit sans délai se repentir sincèrement de ce qu’il a commis, se montrer bon envers la personne à qui il a fait du mal, réparer le tort, se réfugier auprès d’Allah en multipliant les demandes de pardon et les adorations surérogatoires dans l’espoir qu’Allah accepte son repentir et remplace ses péchés par de bonnes actions et remercier le Seigneur pour les bienfaits qu’il lui a octroyés comme la santé, la force physique et la capacité de se mouvoir et doit savoir (avoir bien conscience) qu’il a reçu cela d’Allah et que s’il continue à en jouir c’est par la volonté divine aussi doit-il en user dans ce qu’Allah permet et s’interdire d’en faire usage pour tyranniser les personnes qui sont sous son autorité ou pour transgresser les interdits en leur faisant du tort ou en niant leurs droits, car (Allah) le Détenteur de la Grandeur, le Souverain Puissant, le Fort, le Dominateur, est parfaitement capable de lui reprendre tout cela (sa santé, sa force etc…). Il se peut qu’Allah laisse agir l’oppresseur à sa guise mais quand il veut le châtier, il ne le manque pas. Quant à la victime de violence, elle fera preuve de patience et escomptera recevoir en contrepartie de cela une récompense chez Allah. Elle ne répondra pas à cela avec de la dureté et de la violence, ce qui pourrait lui causer en retour un préjudice encore plus grand. Allah lui apportera sans l’ombre d’un doute son assistance et son aide contre son oppresseur. Selon Abû Hurayra, un homme a dit : « Ô Messager d’Allah, je maintiens et respecte les liens avec certains de mes proches mais eux rompent avec moi. Je suis bon avec eux mais eux sont mauvais avec moi. Je fais preuve d’indulgence à leur égard mais eux agissent durement à mon encontre ». Le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) a alors dit : « Si tu es vraiment comme tu l’affirmes, alors c’est comme si tu leur faisais avaler de la cendre brulante et Allah te donnera un défenseur qui ne cessera d’être à tes côtés pour leur faire face et ce tant que tu demeures ainsi »[10]. Allah dit : [La bonne action et la mauvaise ne sont pas pareilles. Répond (au mal qu’on te fait) de la meilleure des façons et voilà que celui qui était ton ennemi devient alors tel un ami chaleureux. Elle n’est accordée (cette qualité) qu’à ceux qui savent endurer. Elle n’est accordée qu’à quelqu’un qui bénéficie d’une grâce immense][11].
 
Si, malgré le bon comportement qu’on adopte envers lui et malgré le conseil qu’on lui prodigue en usant de belles paroles d’exhortation, l’auteur de la violence ne cesse pas, alors il faut transmettre l’affaire devant les services compétents peu importe que ce soit la victime qui le fasse ou une personne qui a connaissance de la chose. En effet, cet acte revient à s’entraider dans la bienfaisance et la piété, à réprimer le mal, à secourir les victimes d’oppression et à empêcher les agresseurs de persister dans leur injustice.
 
Qu’Allah bénisse notre prophète Muħammad, sa famille et tous ses Compagnons.
 
Abdel Aziz Ibn Abdallah Ale Sheikh mufti du royaume d’Arabie Saoudite


[1] 02 : al-Baqara : 228.
[2] Rapporté par al-Bukhârî, Muslim, Abû Dâwûd et at-Tirmidzî.
[3] Rapporté par l’imam Muslim.
[4] Salât = prière.
[5] Rapporté par Abû Ya`lâ dans son Musnad et Ibn Khuzayma dans son Şaħîħ. Il a été qualifié de « ħasan » (bon, valable, authentique) par al-Albânî dans sa Şaħîħa.
[6] Hadith rapporté par l’imam Muslim.
[7] Rapporté par Muslim.
[8] NDT : C’est une façon de se saluer quand on se rencontre qui consiste à approcher son visage de l’autre visage comme si on le flairait (voir Mirqât al-mafâtîħ charħ michkât al-maşâbîħ).
[9] Rapporté par l’imam Muslim.
[10] Rapporté par Muslim.
[11] 41 : Fuşşilat : 34 & 35.

 

Notez  




Autres articles
Le droit de la femme à l'égard de son époux après le divorce
Les moyens remédiant aux divergences conjugales
L'islam préfère la durabilité du mariage à la répudiation
L'équité envers ses épouses est une obligation religieuse et un devoir social.
La sentence religieuse sur l'avortement ?
 

Nouveau commentaire


 
 
 
512 caractères max

Les commentaires sont modérés : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un modérateur du site.

Il est évident que les affirmations diffamatoires et les propos racistes, antisémites, islamophobes ne seront pas publiés. Les contributions trop longues ou n'ayant aucun rapport avec le sujet de l'article ou incorrecte d’un point de vue islamique ne seront pas prises en compte.


 
 
 
     
       
 
Website for Muslims
Website for non Muslims
Francais
Espanol
Chinese site
Pусский
 
Copyright © 2011 - Tout droits réservés - islammessage.com