Birmanie: une bombe artisanale explose dans une mosquée     Birmanie : Les ministres des Affaires étrangères d'Egypte et du Bangladesh discutent des moyens de protéger les musulmans Rohingyas     Canada : Un colloque sur l'islamophobie à Québec     Allemagne : l'entrée tonitruante de l’AfD, parti islamophobe et xénophobe, au Bundestag     France : Les Turcs abandonnent leur projet de mosquée à Quimper
 
Discussion en ligne avec l’administrateur du site (En cours de construction)
 
 
 
  

Il est donc interdit de les imiter en décalant une festivité de quelques jours, telle que la fête de Pâques ou de Noël...
L’Association cultuellede Sens et sa région a acheté à la commune un terrain...
Photo et commentaire  
 




 
Accueil>Le pèlerinage

Les erreurs commises par certains pèlerins lors du pèlerinage (4)

Cheykh Al ‘Otheymine

La lapidation des stèles

Il a été authentiquement rapporté que le Messager d’Allah (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) a lapidé la grande stèle qui est la plus éloignée des stèles et la plus proche de la Mecque, avec sept cailloux, le matin du jour du sacrifice. Il prononçait la formule de takbîr à chaque jet. Pour ce faire, les cailloux utilisés doivent être à peine plus grand qu’un pois chiche. De plus, il a été rapporté dans le recueil de l’imam An-Nassa’i d’après Al Fadl ibn ‘Abbas qui était en compagnie du Messager d’Allah (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) durant le trajet de Mouzdalifa à Mina, que le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) descendit la rivière de Mouhassir et dit : « Munissez-vous des cailloux avec lesquels vous procèderez à la lapidation de la stèle ». Fadl ibn ‘Abbas poursuivit en disant que le Messager d’Allah montrait avec sa main la manière de lancer ».

 
De même, il est rapporté dans le recueil de l’imam Ahmed, d’après Ibn ‘Abbas que le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) a dit : « Demain sera le jour de la grande stèle », alors qu’il se tenait sur sa monture. Il me dit alors : « Trouves-moi des cailloux ». Je lui trouvai alors des cailloux [de petite taille]  qu’il prit dans sa main et dit à deux reprises : « Voilà comment doivent être les cailloux à lancer ».Puis, Il leva sa main et dit « Prenez garde à l’exagération, car ceux d’avant vous ont péri à cause de l’exagération dont ils faisaient preuve dans leur religion ».
 
Selon l’imam Ahmed, d’après Oum Souleyman ibn ‘Amr ibn Al Ahwas qui relate les faits suivants en ces termes : « Je vis le Prophète lapider la grande stèle le jour du sacrifice alors qu’il disait : « Ô hommes ! Ne vous entretuez pas, lorsque vous lapidez les stèles, faites-le à l’aide de petits cailloux ».
 
L’imam Al Boukhari rapporte d’après Ibn ‘Omar que ce dernier lapidait la petite stèle avec sept petits cailloux et prononçait la formule de takbîr à chaque jet. Puis, il avançait légèrement, se dirigeait en direction de la Qibla et restait un long moment debout à invoquer Allah, les mains levées. Ensuite, il lapidait la stèle centrale et se mettait légèrement sur la gauche, se dirigeait en direction de la Qibla et restait un long moment debout à invoquer Allah, les mains levées. Enfin, il lapidait la grande stèle et ne s’arrêtait pas pour y faire des invocations. Il s’en allait et disait : « C’est ainsi que j’ai vu le Messager d’Allah faire ».
 
Aicha rapporte que le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) a dit : « La circumambulation autour de la Maison sacrée, la procession entre les monticules As-Safâ et Al-Marwa, et la lapidation des stèles ont été instaurés pour célébrer le rappel d’Allah »[1]
 
Parmi les erreurs commises lors de cette étape du rite, on compte :
1 – La conviction de certains pèlerins qu’il est impératif de ramasser les cailloux qui serviront à lapidation des stèles, à Mouzdalifa. Ainsi, ils se fatiguent à chercher ces cailloux de nuit pour les transporter avec eux à Mina, au point que si l’un d’entre eux perd ses cailloux par inadvertance, il est prit d’une profonde tristesse et demande à ceux qui l’accompagnent de lui faire don des « précieux » cailloux qu’ils ont ramassés à Mouzdalifa. Or, nous avons vu précédemment que cela n’a aucun fondement du point de vue de la Sounnah. Le Messager d’Allah ordonna à Ibn ‘Abbas de lui ramasser des cailloux alors qu’il était sur sa monture, et il semblerait que ce fut aux près des stèles que cela eut lieu, car il n’est pas rapporté qu’il s’arrêta après son départ de Mouzdalifa. De plus, c’est à ce moment précis que le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) éprouva le besoin de se munir de ces cailloux. Il n’était donc pas logique d’ordonner la ramasse de cailloux avant, vu qu’il n’y avait aucune utilité à cela et qu’il fallait se charger de les transporter inutilement.
 
2 – La conviction qu’en lapidant les stèles, le pèlerin lapide Satan. C’est d’ailleurs pour cette raison que certains pèlerins nomment les stèles par des noms qui font référence à Satan, et disent par exemple : « Nous avons lapidé le grand Satan, le petit Satan », ou encore « le père des démons » en visant la grande stèle, et autres appellations de ce genre qui ne sont pas dignes de ces rites sacrées. Par ailleurs, certains pèlerins lancent leurs cailloux avec force, violence, cris, insultes, pensant qu’il s’agit de démons qu’ils lapident. Il nous est même arrivé de voir des pèlerins monter sur la stèle et lancer avec force de gros cailloux ainsi que leurs chaussures avec hystérie, et recevoir des cailloux de la part des autres pèlerins, ce qui ne faisait qu’augmenter leur colère. C’est alors que les gens autour se mettent à éclater de rire comme s’il s’agissait d’une pièce de théâtre. Nous vîmes cela avant que soit construit les ponts au dessus des stèles et qu’elles ne soient surélevées comme c’est le cas aujourd’hui. Ainsi, toutes ces absurdités sont issues de cette croyance infondée selon laquelle le pèlerin lapiderait Satan à cette étape du rite. En outre, nous avons déjà évoqué la sagesse que renferme la lapidation des stèles, à savoir la célébration du rappel d’Allah, c’est pour cette raison que le Messager d’Allah (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) prononçait la formule de takbîr à chaque lancé.
 
3 – Lapider les stèles à l’aide de gros cailloux, de chaussures, de bouts de bois, ce qui constitue une erreur qui va à l’encontre de ce qu’a légiféré le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) à sa communauté à travers sa mise en pratique et son ordre de lapider les stèles avec de petits cailloux, ainsi que sa mise en garde de l’exagération en matière de culte. D’autre part, la principale cause de cette erreur est comme nous l’avons cité, la croyance infondée que le pèlerin lapide Satan en lançant sur les stèles.   
 
4 – Se rendre auprès des stèles avec violence et dureté, sans faire preuve de concentration et d’humilité envers Allah, ni de douceur à l’égard de ses serviteurs, ce qui entraîne nuisance, disputes, et insultes entre musulmans. Ce genre d’attitude fait de cette adoration et de ce lieu sacré un véritable champ de bataille, et détourne inévitablement cette adoration de l’objectif pour lequel elle a été légiférée. L’imam Ahmed rapporte dans sa compilation de ahadiths « al mousnâd » d’après Qoudâma ibn ‘Abdillah ibn ‘Ammâr qui tiens les propos suivants : « J’ai vu le Messager d’Allah le jour du sacrifice lapider la grande stèle sur sa chamelle, sans frapper, ni bousculer personne »[2].
 
5 – Délaisser les invocations après la lapidation de la première et la deuxième stèle durant les jours de tachrîq, alors que le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) s’arrêtait un long moment pour invoquer Allah en direction de la Qibla les mains levées. La cause de ce délaissement est la méconnaissance de la Sounnah à ce sujet, ou le souci de se débarrasser au plus vite de cette partie du rite. Il serait bien plus profitable que le pèlerin apprennent les règles du pèlerinage avant de l’accomplir afin d’adorer Allah avec clairvoyance et concrétiser le suivisme du Messager d’Allah (Paix et bénédiction d’Allah sur lui). Si l’un d’entre nous désirait voyager pour se rendre dans un pays pour le visiter, n’interrogerait-il pas au sujet du chemin pour y parvenir de manière sure ? Que dire donc du chemin qui mène vers Allah et Son paradis, ne devrions-nous pas nous informer à son sujet avant d’emprunter cette voie afin d’atteindre notre but ?!!!  
 
6 – Lancer les sept cailloux d’un seul jet, ce qui constitue une grossière erreur. De plus, les gens de science affirment que si le pèlerin lance plus d’une pierre en un même jet, cela équivaut au lancé d’un seul caillou. Il est donc impératif de lancer les sept cailloux l’un après l’autre comme l’a fait le Messager d’Allah.
 
7 – Ajouter des invocations particulières qui n’ont aucune origine dans la Sounnah, tel le fait de dire :
 » اللهم اجعلها رضا للرحمان و غضبان للشيطان « 
« Ô Allah, fais de cette lapidation un acte agréé du Tout Miséricordieux, et qui engendre la colère de Satan »
 
Certains pèlerins vont même jusqu’à formuler cette invocation au détriment de la formule de takbîr qu’il est recommandé de dire selon le Sounnah. Il est donc primordial de s’en tenir à ce qui est rapporté dans la Sounnah, sans rien ajouter ni enlever.
 
8 – Négliger le fait de lapider les stèles soi-même. En effet, certains pèlerins chargent des personnes de lapider les stèles à leur place malgré leur capacité physique d’accomplir eux-mêmes cette adoration, dans le seul but d’éviter les nuisances causées par la foule et la difficulté qui y est liée. En outre, ceci est contraire aux injonctions d’Allah de parfaire le pèlerinage lorsqu’Il dit : « Et [une fois commencés] accomplissez pour Allah le pèlerinage et l’Oumra »[3]. Il est donc une obligation pour quiconque en a la capacité de lapider les stèles lui-même et de patienter face aux éventuelles difficultés et la fatigue liées à cet étape du rite, car le pèlerinage est une forme de lutte qui implique inévitablement peines et difficultés. Le pèlerin se doit donc de craindre son Seigneur et de parfaire ses rites en vertu des ordres d’Allah et en fonction de ses capacités.
 


[1] Rapporté par Ahmed et Abou Daoud.
[2] Rapporté par At-Tirmidhi
[3] Sourate 2 La vache verset 196.
Notez  




Autres articles
Des célébrations organisées avant le départ ou au retour du Hadj?
Le mérite de la visite rituelle de Médine
Le sacrifice rituel est surérogatoire et non obligatoire
Les mérites des 10 premiers jours de Dhoul Hija
Les trois types de sacralisation
 

Nouveau commentaire


 
 
 
512 caractères max

Les commentaires sont modérés : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un modérateur du site.

Il est évident que les affirmations diffamatoires et les propos racistes, antisémites, islamophobes ne seront pas publiés. Les contributions trop longues ou n'ayant aucun rapport avec le sujet de l'article ou incorrecte d’un point de vue islamique ne seront pas prises en compte.


 
 
 
     
       
 
Website for Muslims
Website for non Muslims
Francais
Espanol
Chinese site
Pусский
 
Copyright © 2011 - Tout droits réservés - islammessage.com