Les enquêteurs de l'ONU exigent un accès illimité à la Birmanie     France : L'occupation de la mosquée jugée cinq ans après     Royaume-Uni : des policiers suscitent la colère en entrant dans une mosquée avec leurs chaussures     Achoura 2017 : date officielle     Abu Dhabi : Présentation de manuscrits rares du Coran dans le cadre d’une grande exposition
 
Discussion en ligne avec l’administrateur du site (En cours de construction)
 
 
 
  

Il est donc interdit de les imiter en décalant une festivité de quelques jours, telle que la fête de Pâques ou de Noël...
L’Association cultuellede Sens et sa région a acheté à la commune un terrain...
Photo et commentaire  
 




 
Accueil>Le pèlerinage

Les erreurs commises par certains pèlerins lors du pèlerinage (5)

Cheykh Al ‘Otheymine

 
La procession d’adieu
Il a été rapporté de manière authentique dans les deux recueils authentiques d’Al Boukhari et Mouslim d’après Ibn ‘Abbas qui tiens les propos suivants : « Il a été ordonné aux gens de faire de la procession autour de la Maison sacrée leur dernier rite[1], toutefois, il en a dispensé les femmes qui ont leurs menstrues », et d’après une version de Mouslim : « Les gens s’en allaient de toute part, c’est alors que le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) dit : « Que nul d’entre vous ne s’en aille sans que la dernière de ses actions ne soit la procession autour de la Ka‘ba ». De plus, il a été rapporté dans ces deux recueils d’après Oum Salamah qui tiens les propos suivants : « Je me suis plains auprès du Messager d’Allah que j’étais malade. Il me dit alors : « Accomplit la procession autour de la Ka’ba sur ta monture en passant derrière les gens, ce que je fis alors que le Messager d’Allah accomplissait la prière au pied du sanctuaire et récitait la sourate At-Toûr », et selon la version de An-Nassa’i : « Je dis : Ô Messager d’Allah, par Allah je n’ai pas encore effectué la procession d’adieu. Il me dit alors : « Lorsque ce sera le moment de la prière, accomplis la procession d’adieu sur ta monture en passant derrière les gens ».
 
Il est rapporté également dans les deux recueils d’après Anas ibn Mâlik que le Prophète accomplit les prières du Adh-Dhohr et d’Al ‘Asr, du Maghrib et du ‘Ichâ, puis fit une sieste à Al Mouhassab. Ensuite, il enfourcha sa monture et se dirigea vers la Maison Sacrée où il fit la procession [d’adieu]. D’après ‘Aicha comme cela est rapporté dans les deux recueils, Safiyya eut ses menstrues après avoir accompli la procession d’Al Ifâdha[2]. Le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) dit alors : « Va-t-elle nous retarder ? ». Les gens dirent : « Elle a effectué la procession d’Al Ifâdha » et le Messager d’Allah (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) de poursuivre : « Alors partons ! ». […]
 
Parmi les erreurs commises par certains pèlerins à cette étape du rite :
1 – Se rendre à la Mosquée sacrée pour accomplir la procession d’adieu, puis revenir à Mina pour lapider les stèles, pour ensuite prendre la route du retour à partir de cet endroit. Ceci n’est pas permis car cela est contraire à l’ordre du Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) de faire de la procession d’adieu le dernier rite. Par conséquent, quiconque procède à la lapidation des stèles après la procession d’adieu aura fait de la lapidation son dernier rite. De plus, le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) n’a effectué la procession d’adieu qu’après avoir achever l’ensemble des rites. Le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) a dit : « Prenez-moi comme modèle pour accomplir vos rites ». De ce fait, quiconque accompli la procession d’adieu avant de lapider les stèles, verra sa procession invalide, car dans ce cas la procession est accomplie à un moment qui ne lui est pas impartit. Il est donc une obligation de la recommencer, après la lapidation. Dans le cas contraire, le pèlerin sera exposer au statut de celui qui délaisse cette procession [et subira les conséquences qui lui sont liées].
 
2 – Continuer de séjourner à la Mecque après avoir accompli la procession d’adieu, qui ne fait donc pas de cette procession le dernier rite. Cela est contraire aux ordres du Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) et à sa mise en pratique qu’il exposa à la communauté. En effet, le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) ordonna que la procession d’adieu soit le dernier rite du pèlerin, et il n’accomplit cette procession qu’au moment de quitter le Mecque et c’est ainsi que firent ses compagnons. Néanmoins, les gens de science ont permis au pèlerin de séjourner après la procession d’adieu si besoin est, telle que la célébration d’une prière obligatoire, ou funéraire, ou encore le besoin de faire des achats relatifs à son voyage, ou l’attente des personnes en compagnies desquelles il doit voyager, et autre motifs de ce genre. En revanche, quiconque continue de séjourner à la Mecque après la procession d’adieu sans raison valable devra obligatoirement la recommencer.
 
3 – Sortir de la Mosquée Sacrée après avoir achevé la procession d’adieu à reculons par vénération pour la Ka’ba. Cela est contraire à la Sounnah, il s’agit plutôt d’un acte considéré parmi les innovations, au sujet desquelles le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) nous a mis en garde comme l’indique sa parole : « Toute innovation est un égarement ». Ainsi, l’innovation en matière de religion se définit par toute croyance ou adoration inventée non conforme à la voie du Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) et des ses califes bien guidés. De ce fait, est-ce qu’une personne auteur d’un tel acte pense vraiment avoir plus de vénération pour la Ka’ba qu’en avait le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) ? Ou bien pense-t-il que le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) et ses compagnons ignoraient qu’un tel acte était une preuve de vénération ?   
 
4 – Se retourner [une dernière fois] vers la Ka’ba à la porte de la Mosquée après avoir achevé la procession d’adieu pour y formuler des invocations en guise d’adieu. Certes, cela fait parti des innovations et rien n’a été rapporté à ce sujet du Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) ni de ses califes bien guidés. De ce fait, tout ce qui est entreprit comme œuvre dans le but d’adorer Allah ne faisant pas parti de la législation islamique est une œuvre vaine et rejetée, en vertu de la parole du Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) : « Quiconque introduit dans nos enseignements ce qui n’en fait pas parti, verra son acte rejeté »[3], c'est-à-dire refusé de son auteur.
 
Il est donc une obligation pour quiconque croit en Allah et Son Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui), de faire en sorte que tous ses actes d’adoration soient conformes aux enseignements du Messager d’Allah (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) afin d’atteindre l’amour d’Allah et Son pardon. Allah dit à ce sujet : « Dis: «Si vous aimez vraiment Allah, suivez-moi, Allah vous aimera alors et vous pardonnera vos péchés. Allah est Pardonneur et Miséricordieux »[4]. De plus, le suivisme du Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) ne se résume pas seulement à ses actes mais englobe également ce qu’il délaissait. Ainsi, le fait que tant qu’une action était réalisable à son époque mais qu’il ne l’accomplissait pas, prouve qu’il est de la Sounnah de délaisser cet œuvre. Il est donc strictement interdit au musulman d’innover en matière de religion même si cet acte est conforme à ses désirs. Allah dit : « Si la vérité était conforme à leurs passions, les cieux et la terre et ceux qui s’y trouvent seraient, certes, corrompus. Au contraire, Nous leur avons donné leur rappel. Mais ils s’en détournent »[5], et le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) a dit : « Nul d’entre vous ne sera véritable croyant tant ses passions ne seront pas conformes aux enseignements avec lesquels je suis venu ».
 
Nous implorons Allah de nous guider vers le droit chemin, la louange toute entière appartient à Allah, et que les éloges et la paix soient sur notre Prophète Mohammed, sur sa famille et ses compagnons.


[1] Cette procession se nomme la procession d’adieu « Tawâf al wada’ ».
[2] Il s’agit de la procession que les pèlerins accomplissent le jour du sacrifice et qui constitue un des piliers du pèlerinage.
[3] Rapporté par Al Boukhari (2697) et Mouslim (1718)
[4] Sourate 3 La famille d’Imrane verset 31
[5] Sourate 23 Les croyants verset 71

Notez  




Autres articles
Des célébrations organisées avant le départ ou au retour du Hadj?
Le mérite de la visite rituelle de Médine
Le sacrifice rituel est surérogatoire et non obligatoire
Les mérites des 10 premiers jours de Dhoul Hija
Les trois types de sacralisation
 

Nouveau commentaire


 
 
 
512 caractères max

Les commentaires sont modérés : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un modérateur du site.

Il est évident que les affirmations diffamatoires et les propos racistes, antisémites, islamophobes ne seront pas publiés. Les contributions trop longues ou n'ayant aucun rapport avec le sujet de l'article ou incorrecte d’un point de vue islamique ne seront pas prises en compte.


 
 
 
     
       
 
Website for Muslims
Website for non Muslims
Francais
Espanol
Chinese site
Pусский
 
Copyright © 2011 - Tout droits réservés - islammessage.com