Les enquêteurs de l'ONU exigent un accès illimité à la Birmanie     France : L'occupation de la mosquée jugée cinq ans après     Royaume-Uni : des policiers suscitent la colère en entrant dans une mosquée avec leurs chaussures     Achoura 2017 : date officielle     Abu Dhabi : Présentation de manuscrits rares du Coran dans le cadre d’une grande exposition
 
Discussion en ligne avec l’administrateur du site (En cours de construction)
 
 
 
  

Il est donc interdit de les imiter en décalant une festivité de quelques jours, telle que la fête de Pâques ou de Noël...
L’Association cultuellede Sens et sa région a acheté à la commune un terrain...
Photo et commentaire  
 




 
Accueil>Le pèlerinage

Tous savoir sur Al IHRAM (état de sacralisation)

Cheykh Abdelaziz Ibn Baz

Chapitre de l'Ihrâm

22- Il est préconisé au pèlerin qui entre en état d'Ihrâm de formuler verbalement son intention d'accomplir soit un Hadj, soit une `Omra, soit le Hadj de type Qirân (pèlerinage accompli simultanément avec la `Omra). S'il compte accomplir une `Omra, qu'il dise: "Allahoum Labbayk `Omra" (O, Allah ! Me voici répondre à Ton appel pour accomplir la `Omra). S'il désire accomplir uniquement le Hadj, qu'il dise: "Allahoum Labbayk Hadj" (O, Allah ! Me voici répondre à Ton appel pour accomplir le Hadj). S'il envisage accomplir un Hadj du type "Qirân", qu'il dise: "Allahoum Labbayk `Omra Wa Hadj" (O, Allah ! Me voici répondre à Ton appel pour accomplir la `Omra et le Hadj). Pour celui qui arrive lors des mois du Hadj sans avoir entravé une bête à offrir comme sacrifice, il vaut mieux entrer en état d'Ihrâm avec l'intention de faire seulement une `Omra. Ensuite, c'est au huitième jour de Dhoul Hidja qu'il entamera à nouveau son Ihrâm en formulant son intention d'accomplir le Hadj, et ce à l'instar du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) et ses Compagnons (qu'Allah soit satisfait d'eux).

23 - Pour le garçon et la fille qui n'ont pas encore atteint l'âge du discernement, c'est leur tuteur qui formule l'intention du Hadj ou la `Omra en leur nom, qui répète la Talbiya (expression de piété répétée à certains moments au cours du Hadj et de la `Omra) à leur place et qui les met à l'abri contre tout ce que le pèlerin en état d'Ihrâm doit éviter. Lors du Tawâf, ils doivent porter des habits bien propres.

 24 - Si le garçon et la fille ont déjà atteint l'âge du discernement, ils entrent en état d'Ihrâm, avec bien entendu la permission de leur tuteur, et imitent toutes les actions entreprises par la personne adulte à cet égard. Au cas ou ils n'arrivent pas à accomplir le Tawâf ou le Sa`y (parcours entre Safâ et Marwa pendant le Hadj), on les porte, et c'est leur tuteur qui se charge d'accomplir le Hadj avec eux, qu'il soit leur père, leur mère ou autre.

25 - L'intention au nom du mandataire est suffisante et le mandant n'a pas besoin de nommer celui-ci verbalement. Or, il serait mieux de le nommer expressément en entrant en état d'Ihrâm.

26 - Il n'est pas permis à celui qui formule son intention d'accomplir le Hadj ou la `Omra, soit pour lui même ou au nom d'une autre personne, de modifier cette intention en substituant une personne tierce à la personne qu'il visait au début par son intention.

27- La purification mineure ou majeure ne constitue pas une condition sine qua non qui doit être remplie par celui qui désire entamer d'Ihrâm. C'est pourquoi l'Ihrâm de la femme en période de menstrues ou de lochies est jugé valable. Toutefois, c'est le Ghousl (ablution majeure) qui est préférable pour tout pèlerin sans distinction. Il est préférable également que l'Ihrâm soit précédé d'une prière obligatoire ou surérogatoire, exception faite pour la femme en période de menstrues ou de lochies étant donné que leur prière est invalide.

28 - (a) Si la femme en période de menstrues ou de lochies arrive au Miqât, il lui est obligatoire d'entrer en état d'Ihrâm, si elle envisageait d'accomplir le Hadj obligatoire ou la `Omra. Or, si elle s'était déjà acquittée du Hadj et de la `Omra prescrits en Islam, il lui serait préconisé, en l'occurrence, d'entamer son Ihrâm du Miqât comme les autres femmes purifiées pour effectuer le Hadj et la `Omra, et ce dans l'intention d'acquérir plus de bien et de faire davantage de bienfaits, se pliant ainsi à la parole d'Allah (Gloire et Pureté à Lui): {Et prenez vos provisions; mais vraiment la meilleure provision est la piété. Et redoutez-Moi, ô doués d'intelligence!} et d'après le hadith de 'Asmâ' bint `Omays (Qu'Allah soit satisfait d'elle), où il est rapporté qu'elle accoucha au Miqât de Mohammad ibn Abou Bakr, ce fut alors que le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) lui ordonna d'accomplir ses grandes ablutions et d'entrer en état de sacralisation .

Une fois purifiée, la femme qui était en période de menstrues ou de lochies est alors tenue de faire le Tawâf et le Sa`y de son Hadj ou de sa `Omra et de raccourcir ensuite une partie de ses cheveux, et ce pourvu que son intention formulée lors de l'Ihrâm soit la `Omra. Or, si son intention lors de son Ihrâm était de combiner Hadj et `Omra ensemble, il lui serait préconisé alors de considérer que son (premier) Ihrâm était réservé à la `Omra. Sur ce, elle accomplira alors le Tawâf, le Sa`y puis raccourcira ses cheveux et se désacralisera. C'est au huitième jour de Dhoul Hidja qu'elle entamera son (second) Ihrâm, du Hadj cette fois, à l'instar de tous les autres pèlerins qui s'étaient désacralisés. De toute façon, il n'y aura pas d'inconvénient si elle préserve son premier Ihrâm sans se désacraliser, mais ceci n'est pas conforme à la Sunna; et ce étant donné que Le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) ordonna à ses Compagnons lors du pèlerinage d'adieu "Hadjatou Al-Wadâ`" de rompre l'état de sacralisation et de se considérer comme ayant accomplis la visite de la Maison Sacrée "`Omra", exception faite de ceux qui avaient amené leur bête à sacrifier.

(b) Il est permis à la femme en période de menstrues de lire le Coran ; et ce faute d'argument explicite lui interdisant de le faire. Cependant, elle ne doit pas toucher le Moushaf (Coran arabe). A cet égard, il est à noter que le hadith: « Il est interdit à la femme en période de menstrues ou en état d'impureté majeure de lire le Coran » est un hadîth Da`îf (un hadith qui ne parvient pas à atteindre le statut de Hasan, en raison d'une faiblesse dans la chaîne de narration ou de l'un des narrateurs).

29 - Il est permis à la femme de prendre la pilule empêchant les menstrues pendant la période du Hadj ou du mois de Ramadan,et ce pourvu qu'elle consulte d'abord un médecin spécialisé en la matière et qu'elle s'assure que ceci n'aurait aucun effet nocif sur sa santé.

30- Le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) formulait son intention d'accomplir les rites du Hadj dès que sa monture se mettait en route. Parallèlement, la monture étant remplacée de nos jours par les véhicules, il est préférable de formuler son intention d'accomplir le Hadj ou la `Omra une fois le véhicule démarrant du Miqât. Le pèlerin doit agir de même lorsqu'il s'y installe pour se déplacer de La Mecque à destination de Mîna, le huitième jour de Dhoul Hidja.

31 - Toute condition à mettre au sujet du Hadj est à formuler lors de l'Ihrâm, pourvu qu'il y ait un besoin qui la nécessite, et ce en vertu du hadith narré par `A'îcha (qu'Allah soit satisfait d'elle) au sujet de l'histoire de Dobâ`a bint Az-Zoubayr ibn `Abd-Al-Mottalib qui dit: "O Messager d'Allah! J'aimerais accomplir le pèlerinage "Hadj", mais je me plains (de maux)" Il lui dit alors (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) : "Accomplis-le et pose comme condition que si je rencontre un empêchement, je mettrai, alors, fin à mon état de sacralisation à l'endroit où cela me sera arrivé."

32 - Il n'est pas permis de mettre du parfum sur les habits de l'Ihrâm. Selon la Sunna, c'est le corps qui est à parfumer lors de l'Ihrâm et non les habits. Si jamais il arrive au pèlerin de parfumer ses habits d'Ihrâm, qu'il s'abstienne de les mettre avant qu'ils ne soient entièrement lavés.

33 - Il n'y a aucun inconvénient si le pèlerin change ses habits d'Ihrâm par d'autres habits qui soient nouveaux ou lavés. Il n'y a également aucun inconvénient si le pèlerin lave ses habits d'Ihrâm qui sont  souillés par des saletés ou des impuretés. S'il s'agit d'impuretés, les habits doivent impérativement être lavés.

34 - S'il arrive au pèlerin d'avoir les habits d'Ihrâm souillés par une grande quantité de sang, il devrait impérativement les laver et s'abstenir d'accomplir la prière en les portant avec ses impuretés. Toutefois, il n'y aurait aucun inconvénient s'il s'agit d'une quantité de sang qui soit estimée, d'usage, négligeable.

35 - Celui qui ne trouve pas d'Izâr (vêtement porté au-dessous de la taille), qu'il porte un pantalon, et celui qui ne trouve pas de sandales, qu'il mette des Khoffs (chaussettes en cuir / babouches) sans les couper. Il est à noter à cet égard que le hadith narré par Ibn 'Omar (qu'Allah soit satisfait de lui et de son père) où le port des Khoffs est conditionné par le fait de les couper de dessous les chevilles, est jugé "Mansoukh" (abrogé), et ce selon l'avis le plus prépondérant des deux avis émis par les Oulémas à cet égard. L'on tire argument à cet égard du sermon du Prophète (Salla Alla `Alaihi Wa Sallam) le jour de `Arafa lorsqu'il dit: « que celui qui ne trouve pas d'Izâr, qu'il porte un pantalon, et celui qui ne trouve pas de souliers qu'il porte des babouches » sans mentionner la condition de les couper, ce qui étaye l'abrogation de celle-ci.

36 - La femme n'a pas à mettre des habits particuliers pour l'Ihrâm, elle est autorisée à entamer son Ihrâm dans les habits qu'elle choisit à son gré; tout en mettant en considération l'abstention d'exhiber ses atours ou de mettre des habits qui peuvent induire les hommes qui la voient en tentation. Elle doit enlever le Niqâb (voile du visage) et les gants. Toutefois, elle est autorisée à se cacher le visage et les mains par d'autres moyens.

37 - Les Oulémas sont unanimes quant à la validité de l'Ihrâm de chacun destrois  types de Hadj. Quiconque entame son Ihrâm dans l'intention d'accomplir l'un d'eux, son Ihrâm est bien valable. Or, prétendre qu'Al-Ifrâd (type de Hadj consistant à avoir l’intention d’accomplir le Hadj uniquement) et Al-Qirân sont abrogés est certes un avis frappé de nullité. Cependant, le Hadj Tamattou` (accomplir le Hadj et la `Omra avec une pause entre les deux) est jugé, selon l'avis le plus prépondérant des Oulémas, le meilleur type de Hadj pour celui qui n'a pas entravé une bête à sacrifier. Or, celui qui en entrave une, le type Qirân lui serait meilleur car il suivrait ainsi le modèle du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam).

38 - Celui qui accomplit une `Omra pendant les premiers mois du Hadj et regagne son pays puis entre ensuite en état d'Ihrâm dans l'intention d'accomplir un Hadj du type Ifrâd n'a pas à faire le sacrifice comme en cas de Tamattou`; c'est que le jugement qui s'applique à lui est celui du pèlerin qui a accompli un Hadj du type Ifrâd. Tel est l'avis de `Omar et de son fils `Abd-Allah (qu'Allah soit satisfait d'eux) aussi bien que d'autres Oulémas.

Or, s'il ne regagne pas son pays et qu'il voyage à un autre endroit, comme Médine ou Djedda ou At-Tâëf, ou autre, puis retourne et entre en état d'Ihrâm pour accomplir le Hadj cette fois, ceci ne change en rien la nature de son Hadj qui demeure du type Tamattou`, selon l'avis le plus prépondérant des Oulémas. Par conséquent, il lui incombe, en l'occurrence, de faire le sacrifice inhérent à ce type de Hadj.

39 - Il est préconisé à celui qui entre en état d'Ihrâm pendant les mois du Hadj dans l'intention d'accomplir un Hadj d'abroger son intention de départ et de lui substituer celle de la `Omra. De même, il est préconisé à celui qui entre en état d'Ihrâm pendant les mois du Hadj dans l'intention de combiner un Hadj et une `Omra d'abroger sa première intention et de lui substituer celle de la `Omra. Ceci s'applique au cas où ceux-ci n'avaient pas entravé une bête à sacrifier. L'on tire argument à cet égard de la Sunna authentique du Messager d'Allah (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) à cet égard en particulier. Ainsi, ils seront des pèlerins effectuant un Hadj du type Tamattou`.

40 - Pour celui qui avait l'intention d'effectuer un Hadj du type Tamattou` ou Qirân puis changea son intention première et lui substitua celle d'effectuer un Hadj du type Ifrâd, et ce lorsqu'il se trouva au Miqât et avant d'entrer en état d'Ihrâm pour accomplir l'un de ces deux types, il n'y aurait aucun inconvénient à agir de la sorte. C'est que les rites du Hadj n'entrent en vigueur qu'à partir du moment où le pèlerin entre effectivement en état d'Ihrâm. Quant à l'intention préalable à l'Ihrâm, aucune responsabilité n'en découle et il n'y a aucun inconvénient si le pèlerin la modifie.

41- Il n'est pas valable pour celui qui a déjà entamé son Ihrâm dans l'intention d'accomplir un Hadj de type Qirân ou Tamattou` de modifier son intention de départ et de lui substituer celle de l'Ifrâd; et ce en raison des mêmes arguments préalablement cités dans le point précédent.42 - Celui qui entre en état d'Ihrâm dans l'intention d'accomplir une `Omra puis l'abroge est tenu de se repentir à Allah (Exalté soit-Il) et de parachever immédiatement les rites de la `Omra, se pliant ainsi à la parole d'Allah (Exalté soit-Il): {Et accomplissez pour Allah le pèlerinage et l’Umra.} jusqu'à la fin du verset. Si le pèlerin entame des relations intimes avec son épouse, il doit immoler une bête à offrir comme sacrifice à La Mecque et à distribuer aux nécessiteux qui y habitent, tout en tâchant de parachever les rites de la `Omra, et ce en raison du caractère général que revêt le verset susmentionné. De plus, il lui incombe de refaire la `Omra à partir du Miqât où il était entré en état d'Ihrâm lors de la `Omra invalide. Son épouse est tenue de même à refaire la `Omra, à moins qu'elle n'ait été contrainte à avoir ces relations intimes avec lui, et ce tout en se repentant à Allah (Exalté soit-Il) d'avoir commis ce fait.

Notez  




Autres articles
Des célébrations organisées avant le départ ou au retour du Hadj?
Le mérite de la visite rituelle de Médine
Le sacrifice rituel est surérogatoire et non obligatoire
Les mérites des 10 premiers jours de Dhoul Hija
Les trois types de sacralisation
 

Nouveau commentaire


 
 
 
512 caractères max

Les commentaires sont modérés : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un modérateur du site.

Il est évident que les affirmations diffamatoires et les propos racistes, antisémites, islamophobes ne seront pas publiés. Les contributions trop longues ou n'ayant aucun rapport avec le sujet de l'article ou incorrecte d’un point de vue islamique ne seront pas prises en compte.


 
 
 
     
       
 
Website for Muslims
Website for non Muslims
Francais
Espanol
Chinese site
Pусский
 
Copyright © 2011 - Tout droits réservés - islammessage.com