Les enquêteurs de l'ONU exigent un accès illimité à la Birmanie     France : L'occupation de la mosquée jugée cinq ans après     Royaume-Uni : des policiers suscitent la colère en entrant dans une mosquée avec leurs chaussures     Achoura 2017 : date officielle     Abu Dhabi : Présentation de manuscrits rares du Coran dans le cadre d’une grande exposition
 
Discussion en ligne avec l’administrateur du site (En cours de construction)
 
 
 
  

Il est donc interdit de les imiter en décalant une festivité de quelques jours, telle que la fête de Pâques ou de Noël...
L’Association cultuellede Sens et sa région a acheté à la commune un terrain...
Photo et commentaire  
 




 
Accueil>Avec les voisins

Le droit des voisins et la recommandation en leur faveur

Cheykh Al ‘Otheymine

 

Allah dit : « Adorez Allah et ne Lui donnez aucun associé. Agissez avec bonté envers (vos) père et mère, les proches, les orphelins, les pauvres, le proche voisin, le voisin lointain, le collègue et le voyageur, et les esclaves en votre possession »[1].
 
D’après Ibn ‘Omar et ‘Aicha, le Messager d’Allah (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) a dit : « Djibril n’a cessé de faire des recommandations en faveur du voisin à tel point que j’ai pensé qu’une part de l’héritage leur serait accordé »[2].
 
D’après Abou Dharr, le Messager d’Allah (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) a dit : « Ô Abou Dharr, lorsque tu prépares un ragoût, mets-y beaucoup de sauce, et portes-en à tes voisins »[3]. Dans une autre version de Mouslim, Abou Dharr rapporte : « Mon bien-aimé (le Messager d’Allah) m’a recommandé ceci : « Lorsque tu prépares un ragoût, mets-y beaucoup de sauce, puis choisis une famille parmi tes voisins et offres-leur-en de manière raisonnable »[4].
 
D’après Abou Houreyra, le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) a dit : « Par Allah, il n’est pas croyant ! Par Allah, il n’est pas croyant ! Par Allah, il n’est pas croyant ! ». On demanda : « Qui donc, ô Messager d’Allah ? ». Il répondit : « Celui qui cause un mal dont le voisin n’est pas épargné »[5]. Dans une version de Mouslim, le Messager d’Allah (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) a dit : « N’entrera pas au Paradis celui qui cause un mal  dont le voisin n’est pas épargné ».
 
D’après Abou Houreyra, le Messager d’Allah (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) a dit : « Ô femmes musulmanes ! Que l’une d’entre vous ne dédaigne pas de faire un cadeau à sa voisine, ne serait-ce que d’un pied de mouton »[6].
 
Selon Abou Houreyra, le Messager d’Allah (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) a dit : « Que l'un de vous ne refuse pas à son voisin la permission de planter [une poutre] de bois dans son mur ». Puis Abou Houreyra poursuivit : « Qu'ai-je donc à vous voir vous détourner de cette sounnah ? Par Allah ! Je ne cesserai de vous réprimander à son sujet »[7].

Commentaire
En Islam, on considère voisin la personne dont la maison est juxtaposée à la notre et se trouve tout proche de celle-ci. D’autre part, certains ahadiths ont été rapportés indiquant qu’il s’agissait des habitants occupant les quarante maisons aux alentours. En dehors des maisons qui juxtaposent les murs de notre maison sur lesquelles il ne fait aucun doute, s’il s’avère que les ahadiths à ce sujet sont authentiquement attribuables au Messager d’Allah (Paix et bénédiction d’Allah sur lui), alors il faut prendre en compte cet indice, sinon il faut se référer à ce qui est communément admis en tant que tel, au sein des gens, et prendre en considération ce que les gens estiment être des voisins.
 
L’auteur a cité dans ce chapitre le verset : « Adorez Allah et ne Lui donnez aucun associé. Agissez avec bonté envers (vos) père et mère, les proches, les orphelins, les pauvres, le proche voisin, le voisin lointain, le collègue et le voyageur, et les esclaves en votre possession ». Le proche voisin dont il est question ici, concerne le voisin parmi les proches parents, tandis le voisin lointain signifie le voisin n’ayant aucun lien de parenté.
 
Ainsi, les gens de science affirment que le voisinage est de trois catégories :
1 – Le voisin avec lesquels on a des liens de parenté, et qui est musulman. Ce dernier jouit donc du droit de voisinage, des liens de parenté, et du musulman [envers son frère].
 
2 – Le voisin musulman n’ayant aucun lien de parenté qui jouit quant à lui du droit de voisinage et du musulman [envers son frère].
 
3 – Le voisin non musulman qui jouit uniquement du droit de voisinage, excepté s’il s’agit d’un parent, il jouira alors du droit des liens de parenté également.
 
Ensuite, l’auteur à cité cinq ahadiths parmi lesquels le hadith d’Ibn ‘Omar en ces termes : « Djibril n’a cessé de faire des recommandations en faveur des voisins à tel point que j’ai pensé qu’une part de l’héritage leur serait accordé », c'est-à-dire au point que j’ai pensé que la révélation allait descendre pour lui attribuer une part de l’héritage. Cependant, il ne faut pas comprendre que c’est Djibril qui légifère les règles relatives à l’héritage, car ce droit ne lui appartient pas, il s’agit plutôt de la révélation avec laquelle descend Djibril [par ordre de Son Seigneur], et ce, en raison des très nombreuses recommandations de Djibril en faveur des voisins.
 
Dans le hadith d’Abou Dharr, on trouve la recommandation à l’homme à qui Allah a accordé une large subsistance d’en faire profiter son voisin de manière convenable, en vertu de la parole du Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) : « lorsque tu prépares un ragoût, mets-y beaucoup de sauce, et portes-en à tes voisins ». On y trouve l’ordre d’y ajouter beaucoup d’eau afin d’obtenir beaucoup de sauce, de manière à pouvoir en offrir aux voisins. Le ragoût se cuisine habituellement avec de la viande ou autre, néanmoins cela ne se résume pas au ragoût mais concerne n’importe quel plat ou aliment, tel qu’offrir du lait par exemple, tu peux en offrir à tes voisins en vertu du droit dont ils jouissent sur toi.
 
Ensuite, l’auteur a cité le hadith d’Abou Houreyra dans lequel le Messager d’Allah (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) a juré à trois reprises : « Par Allah, il n’est pas croyant ! Par Allah, il n’est pas croyant ! Par Allah, il n’est pas croyant ! ». On demanda : « Qui donc, o Messager d’Allah ? ». Il répondit : « Celui qui cause un mal  dont le voisin n’est pas épargné », il est question ici de toute trahison, injustice, ou inimitié causé par l’individu à son voisin. Par conséquent, quiconque n’épargne pas son voisin de ce type de comportements malveillants n’est pas un véritable croyant, et s’il perpètre ce genre d’agissements volontairement, c’est d’autant plus grave. C’est donc là, une preuve de l’interdiction de nuire à son voisin, qu’il s’agisse de nuisances sonores, tel que faire usage d’appareil ayant un volume qui gêne considérablement son voisin, comme c’est le cas de ceux qui utilisent leurs radios ou allument leur télévisions si fort que cela nuit irrémédiablement aux voisins ; cela n’est pas permis quand bien même il s’agirait de la lecture du Coran ; ou d’actes malveillants tel que déposer des détritus à proximité de sa porte, lui obstruer le passage, faire du bruit en tapant, ou arroser un arbre laissant couler l’eau jusque chez lui. Tout ceci fait parti des nuisances qu’il est interdit en Islam de causer aux voisins.
 
Par conséquent, il est interdit de causer un quelconque mal à ses voisins, et quiconque s’en rend responsable n’est pas considéré comme un véritable croyant, dans le sens où il ne bénéficie pas des qualités du vrai croyant concernant ce point.
 
Dans le hadith suivant qui est rapporté par Abou Houreyra, il est question de ne pas refuser au voisin la requête qu’il présente lorsqu’il désire à titre d’exemple construire une toiture et demande d’utiliser le mur du voisin pour y enfoncer des poutres de bois. Il n’est alors pas permis au voisin de refuser car dans ce cas, aucune nuisance n’est causée, c’est même une façon de renforcer la structure du mur et d’empêcher toute infiltration d’eau, surtout qu’à l’époque, les maisons étaient faites de briques d’argile, le bois jouait donc le rôle d’étanchéité et renforçait considérablement la structure du mur. Il n’est donc pas permis de refuser cet accès à son voisin, et s’il refuse, il appartient [aux autorités] de se charger de libérer l’accès contre son gré. C’est pourquoi Abou Houreyra a dit : « Qu'ai-je donc à vous voir vous détourner de cette sounnah ? Par Allah ! Je ne cesserai de vous réprimander à son sujet », en d’autres termes quiconque refuse que l’on se serve de son mur pour y poser des poutres de bois, nous nous chargerons nous-mêmes de cette tâche, contre son gré. Il tint ce discours lorsqu’il était émir de Médine durant le règne de Marwân ibn Hakam. Cette position est semblable à celle que prit ‘Omar Ibn Al Khattâb, lors du différend entre Mohammed ibn Maslama et son voisin, lorsque ce dernier voulut acheminer l’eau afin d’irriguer son jardin et dut pour ce faire passer par le jardin de son voisin, qui lui refusa l’accès. Ils allèrent trouver ‘Omar qui rétorqua au voisin de Mohammed ibn Maslamah : « Par Allah, si tu ne donne pas accès par ton jardin, je ferai moi-même passer cette eau, sur ton ventre s’il le faut ! ». ‘Omar contraignit donc ce voisin à laisser passer l’eau d’arrosage par son jardin, car cela ne le gênait en rien, d’autant plus que cela était bénéfique pour sa terre. Toutefois, s’il arrive qu’un voisin veuille bâtir et installer tout un système d’arrosage sur le terrain de son voisin, dans ce cas il est en droit de refuser.
 

 

De ce fait, il est une obligation de veiller au respect des droits du voisin, et d’être bienveillant à son égard dans la mesure du possible, de la même façon qu’il est interdit de lui nuire de manière absolue, en vertu du hadith : « Quiconque croit en Allah et au jour dernier, qu’il soit bienveillant à l’égard de son voisin ».

 



[1] Sourate 4 Les femmes verset 36.
[2] Rapporté par Al Boukhari (6014) et Mouslim (2624).
[3] Rapporté par Mouslim (2625).
[4] Rapporté par Mouslim (2625).
[5] Rapporté par Al Boukhari (6016) et Mouslim (36).
[6] Rapporté par Al Boukhari (2566) et Mouslim (1030).
[7] Rapporté par Al Boukhari (2463) et Mouslim (1609).

 

 

Notez  




Autres articles
Comment se comporter avec un voisin chrétien ?
Préserver le droit des voisins fait partie des valeurs nobles de l'Islam
Patienter face aux nuisances du voisin, même non musulman
Les dangers du mauvais voisinage
L'Islam nous défend de parler de ce qui ne nous regarde pas
 

Nouveau commentaire


 
 
 
512 caractères max

Les commentaires sont modérés : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un modérateur du site.

Il est évident que les affirmations diffamatoires et les propos racistes, antisémites, islamophobes ne seront pas publiés. Les contributions trop longues ou n'ayant aucun rapport avec le sujet de l'article ou incorrecte d’un point de vue islamique ne seront pas prises en compte.


 
 
 
     
       
 
Website for Muslims
Website for non Muslims
Francais
Espanol
Chinese site
Pусский
 
Copyright © 2011 - Tout droits réservés - islammessage.com