Les enquêteurs de l'ONU exigent un accès illimité à la Birmanie     France : L'occupation de la mosquée jugée cinq ans après     Royaume-Uni : des policiers suscitent la colère en entrant dans une mosquée avec leurs chaussures     Achoura 2017 : date officielle     Abu Dhabi : Présentation de manuscrits rares du Coran dans le cadre d’une grande exposition
 
Discussion en ligne avec l’administrateur du site (En cours de construction)
 
 
 
  

Il est donc interdit de les imiter en décalant une festivité de quelques jours, telle que la fête de Pâques ou de Noël...
L’Association cultuellede Sens et sa région a acheté à la commune un terrain...
Photo et commentaire  
 




 
Accueil>Dans le couple

La recommandation en faveur des femmes (1)

Cheykh Al ‘Otheymine

 

Allah dit : « Et comportez-vous convenablement envers elles »[1].
 
Allah dit : « Vous ne pourrez jamais être équitables entre vos femmes, même si vous en êtes soucieux. Ne vous penchez pas tout à fait vers l’une d’elles, au point de laisser l’autre comme en suspens. Mais si vous vous réconciliez et vous êtes pieux... donc Allah est, certes, Pardonneur et Miséricordieux »[2].

Commentaire
L’auteur a intitulé ce chapitre « La recommandation en faveur des femmes » et entend par là, la recommandation pour l’homme d’être doux envers elles et de craindre Allah à leur sujet, car elles sont quelque peu déficientes et ont besoin d’autorité et de conseils, conformément à la parole d’Allah : « Les hommes ont autorité sur les femmes, en raison des faveurs qu’Allah accorde à ceux-là sur celles-ci »[3].
 
Ensuite, pour illustrer l’intitulé de ce chapitre, l’auteur s’argumente de la parole d’Allah : « Et comportez-vous convenablement envers elles », c'est-à-dire envers les femmes. Le comportement dont il est question ici, comprend la compagnie et les relations conjugales que l’époux se doit d’entretenir avec bienveillance. De plus, le caractère convenable du comportement qu’il incombe à l’époux d’observer, doit être définit par ce que la législation islamique considère être convenable, et par ce qui est communément reconnu par les mœurs. L’essentiel reste que ce caractère soit reconnu par la législation. De ce fait, tout ce que la législation juge convenable en matière de comportement doit être considéré ainsi, et tout ce qu’elle réfute doit être considéré comme blâmable, même si les gens lui portent un jugement positif.
 
Allah dit : « Vous ne pourrez jamais être équitables entre vos femmes, même si vous en êtes soucieux », ici, ce discours s’adresse aux personnes polygames et montre qu’il est impossible d’être parfaitement équitables entre les épouses, car il est des paramètres qui échappent à la volonté de l’homme, tels que l’amour, le penchant, etc., qui sont des sentiments qui proviennent du cœur.
 
En revanche, il est possible de faire preuve d’équité lorsqu’il s’agit de paramètres d’ordre matériel, tels que l’équité en matière de dépenses, de relations, de vêtements, du temps impartit à chacune, etc. Quant à ce qui relève des sentiments qui proviennent du cœur, il est alors impossible à l’homme d’être parfaitement équitable, car ces sentiments sont indépendants de sa volonté. C’est pourquoi Allah dit : « Ne vous penchez pas tout à fait vers l’une d’elles, au point de laisser l’autre… », c’est-à-dire au détriment de l’autre coépouse  « comme en suspens… », entre les cieux et la terre sans être établie nulle part, car en effet, lorsque la femme s’aperçoit que son époux a un penchant pour sa coépouse, elle est complètement abattue et son cœur s’afflige.
 
Elle est alors en suspens et ne connait aucune stabilité. Puis, Allah dit : « …Mais si vous vous réconciliez et vous êtes pieux... donc Allah est, certes, Pardonneur et Miséricordieux »[4], c'est-à-dire si vous empruntez la voie de la réconciliation et de la piété, Allah vous pardonnera ce dont vous n’êtes pas en mesure d’accomplir [en matière d’équité]. En revanche, Il vous tiendra rigueur au sujet de ce qui dépend de votre volonté.
 
En somme, ces deux versets ajoutés aux autres textes issus du Coran et de la Sounnah, indiquent clairement qu’il faut user de douceur à l’égard de la femme, lui prêter une grande attention, et se comporter avec elle de la meilleure manière. De plus, ils indiquent également qu’il ne sied pas que l’homme réclame entièrement son droit sur elle, car il est impossible qu’elle puisse parvenir à s’en acquitter totalement, il doit donc l’excuser et passer sur ses fautes.

Hadiths
D’après Abou Houreyra, le Messager d’Allah (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) a dit : « Je vous recommande de prendre soin de vos femmes, car la femme a été créée d’une côte, et la partie la plus courbe de la côte est la partie supérieure. Si vous tentez de la redresser, vous la casserez et si vous la laissez telle qu’elle, elle restera courbe. Je vous recommande donc de prendre soin de vos femmes ».
 
Dans une autre version, le Messager d’Allah (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) a dit : « La femme est comparable à une côte, si tu tentes de la redresser tu la casseras et lorsque tu jouis d’elle, tu en jouis bien qu’elle soit courbe ».
 
Et dans un autre récit rapporté par Mouslim, le Messager d’Allah (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) a dit : « La femme fut créée d’une côte, et quoi que tu fasses elle ne deviendra jamais droite. Si tu désires jouir d’elle, tu en jouis bien qu'elle soit courbe, et si tu cherches à la redresser tu la briseras. Et la briser, c’est la répudier ».

Commentaire
La recommandation mentionnée au début du hadith a pour sens : « Acceptez cette recommandation que je vous fais d’être bons envers vos femmes »,  car elles manquent de perspicacité, sont déficientes dans la pratique de leur culte, leur manière de penser ainsi que dans de nombreux autres aspect. Et ce, car la femme a été créée à partir d’une côte. En effet, lorsqu’Allah créa Adam à partir d’argile, sans père ni mère, et qu’Il eut dis sois, Il voulut répandre Ses créatures et créa à partir d’Adam son épouse, Eve. Il l’a créa à partir de sa côte qui par définition est courbe. Ainsi, lorsque l’on souhaite tirer profit d’une côte courbe, on en tire profit malgré sa courbure, et si l’on décide de la redresser on la brise. Telle est l’image de la femme, si l’homme désire jouir d’elle, il en jouit bien qu’elle soit courbe, c’est pourquoi il doit se satisfaire de ce qu’il trouve en elle. Puis, s’il exige qu’elle soit droite, qu’il sache qu’elle ne le sera jamais, et quand bien même elle ferait preuve de droiture vis-à-vis de sa pratique religieuse, ce ne sera jamais le cas concernant sa nature.
 
Ainsi, elle ne sera jamais à l’image qu’aspire d’elle son époux concernant tout les aspects de son caractère. Ses fautes et ses imperfections sont inévitables. C’est un être qui est de par sa nature déficient, si l’on entreprend donc de la redresser on la brise assurément, et la briser c’est la répudier. En d’autres termes, quoique tu entreprennes pour qu’elle soit à l’image de la droiture que tu espères d’elle, il te sera impossible [d’atteindre la perfection]. Ainsi, tu finiras par te lasser et la répudier.
 
C’est là une recommandation de la part du Messager d’Allah (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) en faveur de l’attitude que l’homme doit adopter avec son épouse, qui indique qu’il doit passer sur ses fautes le plus souvent possible, conformément à la parole d’Allah : « Accepte ce qu’on t’offre de raisonnable [en matière d’œuvres et de comportements], commande ce qui est convenable et éloigne-toi des ignorants »[5].
 
Partant de là, il est inconcevable de trouver une femme totalement dépourvue de tout défaut, et parfaitement conforme aux aspirations de son époux. De ce fait, l’homme doit s’efforcer de jouir de son épouse malgré les défauts qu’elle peut avoir. De plus, s’il a de l’aversion pour un aspect de son caractère, il en appréciera certes d’autres. Ainsi, il doit compenser les aspects déplorables de son comportement par les aspects qui le satisfont, et doit faire preuve de patiente en vertu de la parole d’Allah : « Si vous avez de l’aversion envers elles durant la vie commune, il se peut que vous ayez de l’aversion pour une chose où Allah a déposé un grand bien »[6]
 


[1] Sourate 4 Les femmes verset 19.
[2] Sourate 4 Les femmes verset 129.
[3] Sourate 4 Les femmes verset 34.
[4] Sourate 4 Les femmes verset 129.
[5] Sourate 7 Al A’râf verset 199.
[6] Sourate 4 Les femmes verset 19.

 

Notez  




Autres articles
Le droit de la femme à l'égard de son époux après le divorce
Les moyens remédiant aux divergences conjugales
L'islam préfère la durabilité du mariage à la répudiation
L'équité envers ses épouses est une obligation religieuse et un devoir social.
La sentence religieuse sur l'avortement ?
 

Nouveau commentaire


 
 
 
512 caractères max

Les commentaires sont modérés : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un modérateur du site.

Il est évident que les affirmations diffamatoires et les propos racistes, antisémites, islamophobes ne seront pas publiés. Les contributions trop longues ou n'ayant aucun rapport avec le sujet de l'article ou incorrecte d’un point de vue islamique ne seront pas prises en compte.


 
 
 
     
       
 
Website for Muslims
Website for non Muslims
Francais
Espanol
Chinese site
Pусский
 
Copyright © 2011 - Tout droits réservés - islammessage.com