Les enquêteurs de l'ONU exigent un accès illimité à la Birmanie     France : L'occupation de la mosquée jugée cinq ans après     Royaume-Uni : des policiers suscitent la colère en entrant dans une mosquée avec leurs chaussures     Achoura 2017 : date officielle     Abu Dhabi : Présentation de manuscrits rares du Coran dans le cadre d’une grande exposition
 
Discussion en ligne avec l’administrateur du site (En cours de construction)
 
 
 
  

Il est donc interdit de les imiter en décalant une festivité de quelques jours, telle que la fête de Pâques ou de Noël...
L’Association cultuellede Sens et sa région a acheté à la commune un terrain...
Photo et commentaire  
 




 
Accueil>Dans le couple

La recommandation en faveur des femmes (2)

Cheykh Al ‘Otheymine

 

Hadiths
Abdoullâh Ibn Zam'a rapporte qu’il entendit le Messager d’Allah (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) faire un sermon dans lequel il cita la chamelle du Prophète Sâlih et l’homme qui l'a tua. Il récita alors : « Quand se leva en toute hâte leur plus misérable [pour tuer la chamelle] »[1], c'est-à-dire : se leva pour la tuer un homme puissant,  malfaiteur, et intouchable dans son clan. Puis il parla des femmes, exhortant les hommes en leur faveur et dit : « L'un de vous s’emporte parfois et frappe sa femme comme s’il elle était une esclave alors qu’il va peut-être avoir des rapports avec elle à la fin de la journée ! ». Ensuite, il exhorta ceux  qui rient après une flatulence (pet) et leur dit : « Pourquoi l’un d’entre vous rit de ce qu’il fait lui-même ? »[2].

Commentaire
L’auteur fais mention ici du hadith d’Abdoullâh Ibn Zam'a dans lequel ce dernier affirme avoir entendu le Messager d’Allah (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) faire un sermon sur sa monture. En effet, les sermons du Messager d’Allah (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) étaient de deux sortes : réguliers et occasionnels. Parmi les sermons réguliers figurent à titre d’exemple le sermon du vendredi, des deux fêtes, de l’imploration de la pluie, de l’éclipse, etc. Quant aux sermons occasionnels, il s’agit de sermons prononcés lors d’évènements particuliers où le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) se levait pour sermonner les gens, les exhorter et leur clarifier la situation dont il est question.
 
De plus, il lui arrivait de prononcer ses sermons sur le minbar, debout, sur sa monture, ou même appuyé sur ses compagnons, selon la circonstance, car le Messager d’Allah (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) avait pour habitude de ne jamais s’imposer de difficultés. Ainsi, il ne demandait pas une chose manquante, et ne refusait jamais une chose déjà présente, tant que cela ne constituait aucun manquement et n’impliquait aucune enfreinte à la législation d’Allah.
 
Ainsi, parmi les paroles que rapporte Abdoullâh Ibn Zam'a de ce sermon qu’il entendit : « L'un de vous s’emporte parfois et frappe sa femme comme s’il elle était un esclave », c'est-à-dire comme s’il n’y avait entre eux aucun lien, et qu’elle était une simple esclave captive auprès de lui. Or, il ne convient pas d’entretenir de telles relations à l’égard de son épouse.
 
L’homme se doit plutôt d’avoir une relation intime avec son épouse basée sur l’amour, l’entente, loin de toute turpitude en matière de paroles ou d’agissement. Il ne convient donc pas de la corriger comme on corrige un esclave, alors qu’il se peut que l’on ait un rapport avec elle à la fin de la journée. Comment peut-on concevoir le fait de jouir d’un rapport plein d’amour et de plaisir avec une épouse que l’on a corrigée comme l’on corrige un esclave, c’est là une contradiction ! C’est pourquoi le Messager (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) réprimanda cette attitude qui ne devrait pas avoir lieu de la part d’un époux. Et ceci est très juste, car ce genre d’attitude n’est pas convenable aux yeux de n’importe quel individu doté de raison, que donc dire du croyant.
 
Ensuite, le Messager d’Allah (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) cita un autre point important qui est le fait de rire d’une flatulence. En effet, certaines personnes rient lorsqu’ils entendent quelqu’un évacuer un gaz avec bruit, c’est à ce sujet que le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) dit : « Pourquoi l’un d’entre vous rie de ce qu’il fait lui-même ? ». Ne t’arrive-t-il pas de faire la même chose que cette personne ? Evidemment ! Si tel est le cas pourquoi rire de quelque chose que nous commettons nous-mêmes ? En général, l’on rit d’une chose qui nous étonne et que l’on ne fait jamais. Ainsi, le Messager d’Allah (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) réprimanda ceux qui rient de la sorte, à propos des flatulences qui sont naturelles chez la plupart des gens.
 
Il arrive néanmoins, qu’au sein de certaines coutumes les gens ne prêtent aucune attention aux flatulences. De ce fait, s’il arrive qu’une personne a une flatulence au milieu de gens, aucun d’eux n’éprouvent de gêne, et considèrent cela comme un éternuement ou un toussotement. Tandis que dans d’autres coutumes, cette attitude est réprimandée. Il n’en demeure pas moins qu’il est interdit de se moquer et de mépriser une personne dans une telle situation. Il y a donc dans ce hadith une indication prouvant que l’homme ne doit pas se moquer d’autrui pour une chose qu’il commet lui-même.
 
A ce sujet, je désire attirer l’attention sur une question qui touche un grand nombre de gens de la masse, à savoir que la viande de chameau lorsqu’elle est consommée annule les ablutions conformément aux dires du Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) […]. Ainsi ; certaines personnes affirment que la cause de cette interdiction s’explique par un hadith qui indiquerait que le Messager (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) se trouvait un jour présent lors d’un dîner de noces, où l’on avait servi de la viande de chameau. Puis, l’une des personnes présentes eu une flatulence, ne sachant pas de qui il s’agissait, le Messager d’Allah (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) dit alors : « Quiconque mange de la viande chameau, qu’il recommence ses ablutions ». Tous se levèrent et recommencèrent leurs ablutions. Cependant, il s’agit là d’un hadith forgé qui n’a aucune origine, et ici, le Messager d’Allah (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) ordonna de recommencer les ablutions pour une sagesse qu’Allah connaît. Il se peut que nous puissions savoir la cause de cet ordre, tout comme il est possible que Seul Allah en connaisse la sagesse, l’essentiel est d’obéir aux injonctions du Messager d’Allah (Paix et bénédiction d’Allah sur lui).

Hadith
D’après Abou Houreyra le Messager d‘Allah (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) a dit : « Le croyant ne doit pas détester la croyante [son épouse]. S’il n’aime pas l’un de ses traits de caractère, il en aimera certes un autre »[3].

Commentaire
Le terme « fark » employé dans ce hadith désigne dans la langue arabe, la haine et l’animosité. Ainsi, ce hadith signifie que le croyant ne doit pas éprouver de l’animosité pour une croyante telle que son épouse par exemple, lorsqu’il voit en elle, un trait de caractère qu’il répugne, étant donné que le musulman doit faire preuve d’équité et prendre en compte la situation de ses semblables. Ainsi, l’équité, c’est de peser entre les bonnes et les mauvaises actions,  et d’observer lesquelles sont les plus nombreuses afin de les faire prévaloir ; telle est l’équité recuise. Allah dit : « Ô les croyants! Soyez stricts (dans vos devoirs) envers Allah et (soyez) des témoins équitables. Et que la haine pour un peuple ne vous incite pas à être injustes »[4], mais au contraire, soyez plutôt justes, même si vous éprouvez de la haine.
 
A ce propos, lorsque le Messager (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) eut envoyé Abdoullah ibn Rawâha aux gens de Khaybar afin d’évaluer la récolte issue des palmiers, à propos desquels le Messager d’Allah (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) avait conclu un accord avec les juifs de Khaybar. Un accord selon lequel ils s’engageaient à cultiver les palmerais en échange de la moitié des récoltes. Après avoir évalué la récolte, Abdoullah ibn Rawâha dit : « Ô vous les juifs, vous êtes certes les créatures que je déteste le plus, vous avez tué les prophètes qu’Allah a envoyés, vous avez proféré des mensonges à l’encontre d’Allah, cependant, la haine que j’éprouve envers vous ne me pousse pas à être injuste avec vous. J’ai évalué la récolte à 20.000 wassaq[5] de dattes, prenez donc votre part si vous le désirez, sinon je m’en emparerai ! ». Ils dirent alors : « C’est avec l’équité que furent créés les cieux et la terre ! »[6]. En bref, le Messager d’Allah (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) ordonna que l‘on fasse preuve d’équité et de justice dans tous nos jugements.
 
Ainsi, il dit : « Le croyant ne doit pas détester la croyante [son épouse] », c'est-à-dire qu’il ne doit pas la détester en raison de son caractère, car s’il répugne un des traits de son caractère, il en aimera certes un autre. S’il arrive qu’elle te réponde indécemment, elle a cependant été bienveillante à ton égard maintes fois ! S’il lui arrive d’être désobligeante durant une nuit, elle s’est certes montrée agréable de nombreuses autres nuits ! S’il lui arrive de négliger tes enfants, elle a certes passé de longues périodes à les éduquer soigneusement ! Etc. De ce fait, si ton épouse se montre malveillante à ton égard, ne prête pas attention au seul moment présent, mais aie une vue d’ensemble sur le passé ainsi que sur l’avenir afin de porter un jugement équitable. De plus, cette recommandation prophétique concernant la femme ne se restreint pas à elle, mais englobe aussi toutes les personnes aves lesquelles l’on entretient des relations amicales ou autres. Si un individu de ton entourage agit un jour avec malveillance envers toi, n’oublie pas tout le bien qu’il a pu te faire auparavant et compare entre les deux. Partant de là, si le bien est plus important que le mal, ce dernier l’emportera et tu devras en faire ton opinion. En revanche, si le mal l’emporte, tu devras observer et voir s’il mérite que tu passe sur sa faute, car si tu passe sur ses fautes et l’excuse ta récompense appartient à Allah, et s’il ne mérite pas cela, empares-toi de ton droit et tu n’a rien à te reprocher dans ce cas. Toutefois, veille bien à ce qui est le plus bénéfique pour tous.
 

 

En somme, le musulman se doit de faire preuve d’équité avec toutes les personnes avec lesquelles il entretient des relations conjugales, amicales, ou professionnelles. Ainsi, s’il déteste un trait de caractère chez l’une d’entre elle ou qu’il est victime d’une malveillance, il doit garder à l’esprit les autres traits de caractère qu’il apprécie, car c’est là l’équité ordonné par Allah et Son prophète en vertu de sa parole : « Certes, Allah commande l’équité, la bienfaisance et l’assistance aux proches. Et Il interdit la turpitude, l’acte répréhensible et la rébellion. Il vous exhorte afin que vous vous souveniez »[7].

 

A Suivre ...

 



[1] Sourate 91 Le soleil verset 12.
[2] Rapporté par Al Boukhari (4942) et Mouslim (2855).
[3] Rapporté par Mouslim (1469).
[4] Sourate 5 La table servie verset 8.
[5] Unité de mesure.
[6] Rapporté par Mouslim (1469).
[7] Sourate 16 Les abeilles verset 90.

 

 

Notez  




Autres articles
Le droit de la femme à l'égard de son époux après le divorce
Les moyens remédiant aux divergences conjugales
L'islam préfère la durabilité du mariage à la répudiation
L'équité envers ses épouses est une obligation religieuse et un devoir social.
La sentence religieuse sur l'avortement ?
 

Nouveau commentaire


 
 
 
512 caractères max

Les commentaires sont modérés : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un modérateur du site.

Il est évident que les affirmations diffamatoires et les propos racistes, antisémites, islamophobes ne seront pas publiés. Les contributions trop longues ou n'ayant aucun rapport avec le sujet de l'article ou incorrecte d’un point de vue islamique ne seront pas prises en compte.


 
 
 
     
       
 
Website for Muslims
Website for non Muslims
Francais
Espanol
Chinese site
Pусский
 
Copyright © 2011 - Tout droits réservés - islammessage.com