Les enquêteurs de l'ONU exigent un accès illimité à la Birmanie     France : L'occupation de la mosquée jugée cinq ans après     Royaume-Uni : des policiers suscitent la colère en entrant dans une mosquée avec leurs chaussures     Achoura 2017 : date officielle     Abu Dhabi : Présentation de manuscrits rares du Coran dans le cadre d’une grande exposition
 
Discussion en ligne avec l’administrateur du site (En cours de construction)
 
 
 
  

Il est donc interdit de les imiter en décalant une festivité de quelques jours, telle que la fête de Pâques ou de Noël...
L’Association cultuellede Sens et sa région a acheté à la commune un terrain...
Photo et commentaire  
 




 
Accueil>La vérité sur les sujets qui discréditent l'Islam

Le statut de la femme

Dr Muhammad ibn Abdullah ibn Saleh As-Suhaim

Sous l’égide de l’islam, la femme est parvenue à un rang éminent auquel ne l’avait jamais hissée ou octroyé nulle autre religion précédente ou communauté ultérieure. En effet, l’ennoblissement de l'être humain par l’islam est partagé aussi bien par l’homme que par la femme qui sont tous deux sur un même pied d‘égalité. Ils sont égaux devant les lois d’Allah dans ce monde, et égaux devant Ses récompenses et Sa rétribution dans l'au-delà. Allah dit : (Certes, nous avons honoré les fils d’Adam)[1]. Allah dit également : (Aux hommes revient une part de ce qu’ont laissé les père et mère ainsi que les proches ; et aux femmes une part de ce qu’ont laissé les père et mère ainsi que les proches)[2]. Il dit ailleurs dans le Qur’an : (Quant à elles, elles ont des droits équivalents à leurs obligations, conformément à la bienséance)[3], (Les croyants et les croyantes sont alliés les uns des autres)[4], (Et ton Seigneur a décrété : “n’adorez que Lui; et (marquez) de la bonté envers les père et mère : si l’un d’eux ou tous deux doivent atteindre la vieillesse auprès de toi; alors ne leur dis point : “Fi ! ” et ne les brusque pas, mais adresse-leur des paroles respectueuses. Et par miséricorde; abaisse pour eux l’aile de l’humilité ; et dis : “ô mon Seigneur, fais-leur; à tous deux; miséricorde comme ils m’ont élevé tout petit”)[5]. (Leur Seigneur les a alors exaucés (disant) : “ En vérité, Je ne laisse pas perdre le bien que quiconque parmi vous a fait, homme ou femme)[6] (Quiconque, mâle ou femelle, fait une bonne œuvre tout en étant croyant, Nous lui ferons vivre une bonne vie. Et Nous les récompenserons, certes, en fonction des meilleures de leurs actions)[7]. (Et quiconque, homme ou femme, fait de bonnes œuvres, tout en étant croyant... les voilà ceux qui entreront au Paradis; et on ne leur fera aucune injustice, fût-ce d’un creux de noyau de datte)[8].
 
Cet anoblissement dont la femme jouit dans l’islam n’a d’égal dans aucune autre religion, confession ou législation. La civilisation romaine, par exemple, entérinait que la femme soit une esclave dépendante de l’homme. Elle n’y avait absolument aucun droit. Un concile qui s’est tenu à Rome dans le but d’étudier le cas de la femme est parvenu à la résolution que la femme est un être sans âme et que pour cela, elle n’aurait aucune part dans l’au-delà et qu’elle était une abomination.
 
À Athènes, la femme était considérée comme une pacotille ; c’est ainsi qu’elle était vendue et achetée et était considérée comme une abomination œuvre du Diable.
 
Les anciennes législations d’Inde ont statué que les épidémies, la mort, l’Enfer, le venin du serpent et le feu sont meilleurs que la femme ; et son droit à la vie prenait fin avec la mort de son époux –qui est son maître. Ainsi lorsqu’elle voyait le corps de son mari se faire incinérer, elle devait se jeter dans son feu, sinon, la malédiction la frappait. 
 
Quand à la femme dans le judaïsme, l'Ancien Testament émet ce jugement sur elle : « Je me suis appliqué dans mon cœur à connaître, à sonder, et à chercher la sagesse et la raison des choses, et à connaître la folie de la méchanceté et la stupidité de la sottise. Et j'ai trouvé plus amère que la mort la femme dont le cœur est un piège et un filet, et dont les mains sont des liens »[9].
 
Telle était le statut de la femme au cours des siècles précédents ; quant à son statut dans les siècles médiévaux et contemporains, il est mis en exergue par les faits suivant :
 
L’écrivain danois Wieth Kordsten fait ce commentaire sur la position de l’Eglise catholique envers la femme : (Au moyen-âge, l’intérêt pour la femme européenne était très limité, conformément à l’orientation de l’Eglise catholique qui considérait la femme comme une créature de seconde zone). En France, en l’an 586 apr. J.C, il s’est tenu un concile pour étudier le statut de la femme et savoir si elle devait être oui ou non considérée comme un être humain ? Après les débats, les participants ont statué que la femme est un être humain, mais qu’elle a été créée pour servir l'homme. Le deux cent dix-septième article du (code civil français) stipule que la femme mariée –même si son mariage est sous le régime de la séparation des biens- n’a pas le droit de faire de donation, ni de transférer sa propriété, ni d’hypothéquer, ni de posséder moyennant contrepartie ou sans contrepartie sans la participation de son époux dans le contrat ou son accord écrit.
 
En Angleterre, Henri VIII a interdit à la femme de lire le Livre Saint [des chrétiens] jusqu’en 1850, les femmes n’étaient pas comptées comme faisant partie des citoyens et jusqu'en 1882, elles n’avaient pas de droit individuel[10].
 
Quant à la femme contemporaine en Europe, aux Etats Unis et dans d'autres pays industrialisés, elle est une créature utilisée à des fins commerciales, car son corps est incontournable dans les annonces et les campagnes publicitaires. Pire encore, elle en est même arrivée à devoir se débarrasser de ses habits et exposer sur elle la marchandise vendue dans les vitrines des centres commerciaux. Ainsi, son corps et son honneur sont bafoués pour des systèmes décidés par les hommes afin qu'elle soit en tout lieu et a tout moment, une jouissance pour eux.
 
On prend soin d’elle tant qu’elle est encore utile manuellement, intellectuellement voire corporellement, mais dès qu'elle devient âgée et n’a plus la possibilité d’être utile, la société l’abandonne, aussi bien ses proches que les institutions et elle vie seule dans sa maison ou dans un asile.
 
Compare ceci –et ils ne sont pas pareils- avec ces paroles d’Allah citées dans le Qur’an : (Les croyants et les croyantes sont alliés les uns des autres)[11]. (Quant à elles, elles ont des droits équivalents à leurs obligations, conformément à la bienséance)[12]. (Et ton Seigneur a décrété : “n’adorez que Lui; et (marquez) de la bonté envers les père et mère : si l’un d’eux ou tous deux doivent atteindre la vieillesse auprès de toi; alors ne leur dis point : “Fi ! ” et ne les brusque pas, mais adresse-leur des paroles respectueuses. Et par miséricorde; abaisse pour eux l’aile de l’humilité ; et dis : “ô mon Seigneur, fais-leur; à tous deux; miséricorde comme ils m’ont élevé tout petit”)[13].
 
Lorsque son Seigneur l'a honorée de cette façon, il a expliqué à l’humanité tout entière qu’Il l’a créée afin qu’elle soit une mère, une épouse, une fille et une sœur et pour cela, Il a légiféré des lois spécifiques qui ne concernent que la femme à l’exclusion de l’homme.
 

Extrait tiré du livre : L’islam Fondements et principes, du Dr Muhammad ibn Abdullah ibn Saleh As-Suhaim.



[1] 17 Al Isrâ, 70.
[2] 4 An-Nissâ, 7.
[3] 2 Al Baqara, 228.
[4] 9 At-Tawbah, 71.
[5] 17 Al Isrâ, 23-24.
[6] 3 Âl Imran, 195.
[7] 16 An Nahl, 97.
[8] 4 An-Nissâ, 124.
[9] Ecclésiaste, 7: 25-26. Il est notoire que les juifs et les chrétiens sanctifient et croient à l'Ancien Testament.
[10] Série sur la religion comparée, Dr Ahmad Chibly, 3/210-213.
[11] 9 At-Tawbah, 71.
[12] 2 Al Baqara, 228.
[13] 17 Al Isrâ, 23-24.

Notez  




Autres articles
Pourquoi l’Islam est-il victime de tant de haine ?
Le droit de la femme à l’héritage en Islam
Quel changement a-t-il apporté l'Islam en faveur des femmes?
L'Islam et la jeune fille
L'extrémisme religieux est le fruit de la MAUVAISE COMPREHENSION des textes
 

Nouveau commentaire


 
 
 
512 caractères max

Les commentaires sont modérés : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un modérateur du site.

Il est évident que les affirmations diffamatoires et les propos racistes, antisémites, islamophobes ne seront pas publiés. Les contributions trop longues ou n'ayant aucun rapport avec le sujet de l'article ou incorrecte d’un point de vue islamique ne seront pas prises en compte.


 
 
 
     
       
 
Website for Muslims
Website for non Muslims
Francais
Espanol
Chinese site
Pусский
 
Copyright © 2011 - Tout droits réservés - islammessage.com