Birmanie: une bombe artisanale explose dans une mosquée     Birmanie : Les ministres des Affaires étrangères d'Egypte et du Bangladesh discutent des moyens de protéger les musulmans Rohingyas     Canada : Un colloque sur l'islamophobie à Québec     Allemagne : l'entrée tonitruante de l’AfD, parti islamophobe et xénophobe, au Bundestag     France : Les Turcs abandonnent leur projet de mosquée à Quimper
 
Discussion en ligne avec l’administrateur du site (En cours de construction)
 
 
 
  

Il est donc interdit de les imiter en décalant une festivité de quelques jours, telle que la fête de Pâques ou de Noël...
L’Association cultuellede Sens et sa région a acheté à la commune un terrain...
Photo et commentaire  
 




 
Accueil>Histoire et Géographie de l'islam

Les 'Abbassides, une Histoire.

Le message de l'Islam

Les cAbbassides

 

L’an 132 de l’hégire (750 ap. J-C) vit l’avènement d’une nouvelle dynastie, celle des cAbbassides dont la lignée remonte à Al-cAbbâs Ibn cAbdil- Muttalib, l’oncle du Messager (e). Cette dynastie perdurera plus de cinq siècles, de l’an 132 à l’an 656 (750 – 1258).

Trente-sept califes se succéderont à la tête du califat cabbasside qui passera par quatre phases :

L’ère première, puis l’époque turque puis le régime bouyide, et enfin l’ère seldjoukide. Les califes cabbassides les plus importants sont sans conteste Abû Jacfar Al-Mansûr (r) et Hârûn Ar-Rashîd (r).

 

###

 

Abû Jacfar Al-Mansûr (r)

Considéré comme le véritable fondateur de la dynastie, Al-Mansûr devient calife en l’an 136 de l’Hégire (754 ap. J-C.) environ à l’âge de quarante ans. Son califat dura environ vingt-deux ans. 

Ses principales caractéristiques étaient la prudence, la lucidité, le génie stratégique, et la gestion économique des finances. L’histoire retiendra d’Abou Jacfar qu’il a réussi avec talent et brio à diriger le califat cabbasside dans une période difficile, où les révoltes et les troubles furent nombreux.

Sur le plan des conquêtes, les forces islamiques parviendront sous l’ère Al-Mansûr à conquérir la région du Tabaristan, qui deviendra une région à part entière de l’Empire musulman, dans laquelle l’Islam se propagera.

Sur le plan intérieur, une des actions les plus importantes réalisées par Abû Jacfar sera l’édification de la ville de Baghdâd, qui deviendra la capitale du régime cabbasside, ainsi que la cité la plus importante du monde musulman de cette époque.

 Finalement, en l’an 158 de l’hégire, Al-Mansûr mourut (r). Il laissera un état cabbasside puissant, doté de fondations solides et d’une brillante économie. Il y avait dans les caisses de l’Etat, à sa mort, la richesse la plus importante jamais laissée par un calife cabbasside. Il y avait, en effet, à peu près 70 millions de dirhams.

 

###

 

Hârûn Ar-Rashîd (r)

Considéré comme le plus illustre calife de la dynastie cabbasside, Hârûn Ibn Muhammad Al-Mahdî, le petit-fils d’Abû Jacfar Al-Mansûr, devint calife au mois de Rabîc Al-Awwal de l’an 170 de l’Hégire et le restera jusqu’à ce que la mort l’emporte en l’an 193.

Il règnera vingt-trois ans à la tête de l’Etat. Hârûn Ar-Rashîd représente, tant sur le plan de la puissance que sur celui du développement, l’apogée de la dynastie cabbasside.

Sur le plan intérieur, il réussit à repousser les dangers qui menaçaient la dynastie, qui étaient du même ordre que ceux qui menaçaient la dynastie à l’époque de son grand-père Al-Mansûr. En effet, les cAlaouites s’étaient activés contre les cAbbassides et se révoltèrent mais Hârûn Ar-Rashîd sortira vainqueur de la confrontation. De plus, il affaiblira les Kharijites.

Sur le plan extérieur, l’histoire retiendra qu’il accula les Byzantins et conquit nombre de leurs bases. Parmi ses victoires les plus importantes, la prise en 188 d’Héraclès (dans l’actuelle Turquie) et la soumission de Byzance, qui acceptera de payer le tribut de capitation « Jizyah » au calife cabbasside.

De plus, sous l’impulsion de Hârûn Ar-Rashîd,  le mouvement scientifique s’activa dans divers domaines. La ville de Baghdâd devint alors le pôle d’attraction des savants, poètes, et de toute personne désirant approfondir ses connaissances.

Il y avait les plus grands savants du hadith, les plus grand récitateurs de Coran, des jurisconsultes, des grammairiens, des érudits de l’arabe, des poètes, des hommes de lettres. Les cours se déroulaient dans les mosquées qui faisaient également office d’école et d’université.

Finalement, en l’an 193 de l’Hégire (808 ap. J-C.), Hârûn Ar-Rashîd (r) s’éteignit dans la ville de Tûs après un long califat qu’il passa sans relâche à tenter d’élever l’Islam et les Musulmans. Il avait alors quarante-sept ans.

 

###

 

Le Rayonnement Du Mouvement Scientifique Sous l’Ere cAbbasside

Sous la dynastie cabbasside, et grâce à l’impulsion donnée  par ses califes tels que Hârûn Ar-Rashîd et son fils le calife Al-Ma’mûn, le mouvement scientifique et culturel musulman prit son essor. La période d’Al-Ma’mûn (de 198 à 218 H.) représente l’apogée de l’activité scientifique.

Et pour cause, Al-Ma’mûn (r) était un savant qui aimait la science et ses adeptes. De plus, l’abondance dont jouissait l’état cabbasside, encouragea beaucoup de gens à participer à ce mouvement scientifique. C’est ainsi que Baghdâd et d’autres villes devinrent des centres de rayonnements de la science, de la culture et de la civilisation.

C’est d’ailleurs à l’époque des cAbbassides qu’une nouvelle discipline fit son apparition, la science de l’exégèse (« Tafsîr »). D’illustres exégètes tels  qu’At-Tabarî, Az-Zamakhsharî et An-Nasafî s’y distinguèrent.

C’est également à cette époque qu’apparurent, dans la science du hadith, des hommes exceptionnels comme Al-Bukhârî et Mouslim. C’est également à cette époque que les quatre écoles de jurisprudence bien connues virent le jour et se développèrent.

En grammaire, deux écoles émergèrent, l’école de Basrah et celle de Kûfâ. La rivalité entre ces deux écoles conduira à l’épanouissement de cette discipline et à sa réglementation.

La littérature arabe aura également une belle part dans la renaissance scientifique, et de grands hommes de lettres tel qu’Al-Jâhizh et Ibn Al-Muqaffac s’illustreront.

En outre, d’excellents poètes se distingueront parmi lesquels : Abou Al-cAtâhyah, Abû Tammâm et Al-Buhturî.

Ce réveil scientifique ne sera pas cantonné aux domaines précédents mais s’étendra pour englober toutes les sciences. La raison de cet essor scientifique sera le contact des Musulmans avec les autres peuples, comme les Perses, les Grecs et les Indiens. Et dans ce cadre, plusieurs ouvrages anciens dans des disciplines aussi variées que la chimie, la médecine, l’astronomie, l’algèbre, l’ingénierie, la philosophie etc.,  seront traduits.

Les Arabes et les Musulmans ont digéré les sciences des autres peuples et en ont emprunté ce qui correspondait à leur personnalité musulmane. Le mouvement scientifique se développera et nombre de savants musulmans émergeront dans différentes sciences.

Notez  




Autres articles
La modestie du Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui)
Quelques traits du comportement de notre prophète avec les gens
Histoire d'Oumar avec le Nil d'Egypte
L'histoire des premières heures de la révélation du Coran
Salâhuddîn Al-Ayyûbî, le sauveur de Palestine
 

Nouveau commentaire


 
 
 
512 caractères max

Les commentaires sont modérés : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un modérateur du site.

Il est évident que les affirmations diffamatoires et les propos racistes, antisémites, islamophobes ne seront pas publiés. Les contributions trop longues ou n'ayant aucun rapport avec le sujet de l'article ou incorrecte d’un point de vue islamique ne seront pas prises en compte.


 
 
 
     
       
 
Website for Muslims
Website for non Muslims
Francais
Espanol
Chinese site
Pусский
 
Copyright © 2011 - Tout droits réservés - islammessage.com