Les enquêteurs de l'ONU exigent un accès illimité à la Birmanie     France : L'occupation de la mosquée jugée cinq ans après     Royaume-Uni : des policiers suscitent la colère en entrant dans une mosquée avec leurs chaussures     Achoura 2017 : date officielle     Abu Dhabi : Présentation de manuscrits rares du Coran dans le cadre d’une grande exposition
 
Discussion en ligne avec l’administrateur du site (En cours de construction)
 
 
 
  

Il est donc interdit de les imiter en décalant une festivité de quelques jours, telle que la fête de Pâques ou de Noël...
L’Association cultuellede Sens et sa région a acheté à la commune un terrain...
Photo et commentaire  
 




 
Accueil>Réponses aux accusations formulées contre l'islam

La clémence, et son mérite en Islam

Le message de l'Islam

La clémence s'explique par  la renonciation à la réparation d'une offense subie par soi-même alors qu'on a le droit et le pouvoir de le faire.

Allâh -Ta‘âlâ- dit :

« Ceux qui refoulent leur colère et pardonne aux gens. Et Dieu aime les bienfaisant » (Sourate 3, verset 134)

Il dit egalement - dit : « Il est compatissant et miséricordieux envers les croyants. » (Sourate 9, verset 128)

Selon 'Aïcha -qu’Allâh l’agrée-, elle a dit une fois au Prophète -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallam- : « "As-tu connu un jour plus pénible que le jour de Ouhoud?"

Il dit : « Oui, j'ai supporté de ton peuple des choses plus pénibles encore et la plus pénible d'entre elles fut ce que j'ai éprouvé de leur part le jour de la 'Aqaba. J'avais alors demandé la protection d'Ibn 'Abd Yàlil qui me la refusa. Je partis abattu par la déception et je me suis trouvé sans le savoir sur le mont "Qam Aththa'àlib" (sur la route de Nejd). En levant la tête je vis un nuage qui me couvrit de son ombre. Je regardai dans le nuage et y vis l'Ange Gabriel (salut de Dieu sur lui) qui m'appela en disant : "Dieu exalté a entendu ce que vient de te dire ton peuple et le refus qu'ils t'ont opposé. Il t'a envoyé l'Ange des montagnes pour que tu lui ordonnes de leur faire ce que tu veux". Juste à ce moment l'Ange des montagnes m'appela. Il me salua et me dit : "Ô Mouhammad! Dieu a bien entendu ce que t'a dit ton peuple et je suis l'Ange des montagnes. Or mon Seigneur m'a envoyé à toi pour que tu m'ordonnes de faire ce que tu veux. Si tu veux que je les écrase entre les deux montagnes qui entourent la Mecque, je le ferai". Le Prophète -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallam- lui dit : "Je souhaite plutôt que Dieu sorte de leurs reins une progéniture adorant Dieu seul sans rien Lui associer". » [Rapporté par Al-Boukhâri, Mouslim]

Elle -qu’Allâh l’agrée- a dit encore : « Le Messager de Dieu -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallam- n'a jamais rien frappé de sa main, ni une femme, ni un serviteur, sauf quand il combattait au service de Dieu. Jamais il ne s'est vengé d'un tort qu'on lui avait fait sauf s'il s'agissait de la transgression d'une limite sacrée de Dieu le Très-Haut. Il se vengeait dans ce cas pour Dieu. » [Rapporté par Mouslim]

Lors d'une expédition alors que le Prophète -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallam- faisait la sieste seul, à l'ombre d'un arbre, Ghawrath ibn Hârith vint pour le tuer, jusqu'à ce qu'il le vit debout devant lui, l'épée dégainée.

« Qui peut te sauver de moi, lui dit l'homme ? »« Allah », lui répondit le Prophète -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallam-.

L'épée tomba soudain de la main de l'agresseur. Alors l'Envoyé de Dieu -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallam- s'en saisit et lui dit : « Qui peut te sauver ? »

« Sois le meilleur redresseur », lui dit Ghawrath.

L'Apôtre lui accorda son pardon et le laissa partir. L'homme retourna auprès des siens. « Je reviens de chez le meilleur des hommes », leur dit-il !

Lors de l'entrée de la Mosquée sacrée, au matin de la Victoire, il trouva les grands personnages de Qoreych, têtes basses, attendant la sentence de l'Envoyé de Dieu -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallam-, victorieux sur eux. Il dit alors : « Peuple de Qoreych ! Qu'attendez-vous que je fasse avec vous ? »

« Un frère généreux, fils d'un frère généreux », répondirent-ils !

« Allez, vous êtes libres », dit-il alors ! Ainsi, il leur pardonna, après tous les torts qu'ils lui firent subir ainsi qu'à ses compagnons. Il n'a ni réprimandé, ni battu, ni tué.

Labid ibn al-A'çam le juif, pratiqua contre lui une sorcellerie. La révélation descendit à ce sujet (l'informant). Il lui pardonna et ne le poursuivit pas. Il n'est même pas rapporté qu'il le blâma de quelque blâme que ce fût.

Sur le chemin de Médine, lors de son retour de Taboûk, les hypocrites complotèrent contre sa vie. Il le sut. On lui suggéra, alors contre eux (des sanctions). Cependant, il leur pardonna et dit : « On n'aura pas à dire que Mohamed tue (ce qui paraît pour les infidèles être) ses compagnons ! »

Un homme vint pour attenter à sa vie et fut découvert. Ses compagnons -qu’Allâh les agrée- dirent : « Il est venu pour te tuer ! »

L'homme trembla de peur.

« N'aie rien à craindre, n'aie rien à craindre, lui dit-il. Et si même tu l'avais voulu, tu n'aurais pu m'atteindre ». En effet, Dieu l'informa qu'il était protégé contre les hommes. Il lui pardonna, alors que celui-ci avait voulu le tuer. Bénédiction et salut de Dieu soient sur lui, sa famille et ses compagnons.

 

Notez  




Autres articles
La recherche de la science et son mérite en Islam
Le musulman est-il permis d'offenser le non musulman?
Le Prophète de l'Islam et l'éducation de la femme
Le Prophète et la tendresse envers la femme
Les Droits généraux de la femme en Islam
 

Nouveau commentaire


 
 
 
512 caractères max

Les commentaires sont modérés : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un modérateur du site.

Il est évident que les affirmations diffamatoires et les propos racistes, antisémites, islamophobes ne seront pas publiés. Les contributions trop longues ou n'ayant aucun rapport avec le sujet de l'article ou incorrecte d’un point de vue islamique ne seront pas prises en compte.


 
 
 
     
       
 
Website for Muslims
Website for non Muslims
Francais
Espanol
Chinese site
Pусский
 
Copyright © 2011 - Tout droits réservés - islammessage.com