Les enquêteurs de l'ONU exigent un accès illimité à la Birmanie     France : L'occupation de la mosquée jugée cinq ans après     Royaume-Uni : des policiers suscitent la colère en entrant dans une mosquée avec leurs chaussures     Achoura 2017 : date officielle     Abu Dhabi : Présentation de manuscrits rares du Coran dans le cadre d’une grande exposition
 
Discussion en ligne avec l’administrateur du site (En cours de construction)
 
 
 
  

Il est donc interdit de les imiter en décalant une festivité de quelques jours, telle que la fête de Pâques ou de Noël...
L’Association cultuellede Sens et sa région a acheté à la commune un terrain...
Photo et commentaire  
 




 
Accueil>La prédication

L’injonction du bien et la réprobation du mal (4)

Cheykh Salih El Fawzan

Les caractéristiques indispensables dont doit être doté celui qui ordonne le bien et réprouve la mal
 
En effet, il n’est pas donné à tout le monde d’accomplir ce devoir. Il faut impérativement que la personne qui s’apprête à ordonner le bien et réprouver la mal ait acquis au préalable certaines   caractéristiques que les gens de science ont mentionnées et qui sont au nombre de trois :
 
-   La science, c'est-à-dire qu’il ait connaissance de ce qu’il ordonne et de ce qu’il réprouve. En d’autre terme, il doit savoir ce qui est considéré par la législation comme « mal » pour pouvoir le réprouver, et il doit savoir ce qui est considéré comme « bien » par la législation pour pouvoir l’ordonner, (…) car s’il ordonne et interdit sans aucune science, il causera plus de mal que de bien, car il peut être amené a ordonner une œuvre non légiférée ou interdire ce qui l’est, il peut également rendre licite ce qui est en réalité interdit ou interdire ce qui est licite sans s’en rendre compte.
 
-     La douceur, c'est-à-dire qu’il soit doux et doué de sagesse dans ce qu’il enjoint et dans ce qu’il réprouve.
 
-     La patience, c'est-à-dire qu’il fasse profondément preuve de patience.
 
Dès lors, ce sont ces trois caractéristiques qui sont recuises pour quiconque souhaite accomplir ce devoir, à savoir la science qui doit précéder cette œuvre, puis la douceur qui est recuise au moment même où l’on ordonne ou l’on réprouve un acte, enfin la patience qui quant à elle, doit être requise après l’action. L’acteur d’une telle action doit veiller à faire usage de douceur à l’égard des gens en les enjoignant de manière sage et bienveillante car il cherche en réalité le bien de ces personnes et afin que son impact sur eux soit d’autant plus fort.
 
 
Les éléments qui doivent être pris en compte avant l’injonction du bien et la réprobation du mal
1 – Il est indispensable d’observer au préalable avec attention les conséquences qui peuvent découler de l’injonction du bien et de la réprobation du mal, en se questionnant sur les éventuelles suites. Ainsi, trois situations sont possibles :
 
-  Que cette action soit suivie de la cessation du mal réprouvé et de la concrétisation d’un bien, comme l’arrêt d’une désobéissance et la réalisation d’un acte d’obéissance. Dans ce cas ce devoir est d’autant plus sollicité, voire obligatoire, en raison de la dissipation des désobéissances qu’il entraine et des œuvres d’obéissance qu’il instaure.
 
-  Que cette action entraine la diminution d’un mal sans pour autant qu’il disparaisse complètement, dans ce cas aussi l’on doit ordonner le bien et réprouver la mal afin de contribuer à l’atténuement de ce mal, car quand bien même il serait impossible d’éradiquer totalement ce mal, l’on doit s’efforcer de le réduire.
 
 
-    Que cette action est l’effet inverse souhaité de sorte que cela entraine un mal plus grand ou identique à celui réprouvé, dans ce cas l’on doit s’abstenir d’une telle action et il est une obligation de renoncer à cela jusqu’à ce qu’Allah nous vienne en secours et nous accorde délivrance. Cette attitude s’inscrirait dans la règle « endosser le moindre mal pour repousser le plus grand des deux » qui est une règle religieusement établie. D’ailleurs, au cœur de la biographie du Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) l’on retrouve clairement l’aspect de cette règle. Alors qu’il vivait encore à la Mecque au début de la révélation, il y voyait de nombreuses statuts et autres représentations adorées en dehors d’Allah, et malgré cela il s’en tenait à appeler les gens à l’unicité d’Allah et à lui vouer un culte exclusif. Il n’a jamais cassé ni détruit ces statuts pour le mal beaucoup plus grand qui pouvait en découler, en l’occurrence l’interruption de l’appel à l’unicité d’Allah. Allah dit : « N’injuriez pas ceux qu’ils invoquent, en dehors d’Allah, car par agressivité, ils injurieraient Allah, dans leur ignorance »[1]. Par conséquent, si insulter leur statuts et leur divinités entrainent la domination des mécréants et leurs insultes envers Allah, c’est là un mal plus immense, et « repousser les préjudices prévaut sur la sollicitation d’intérêts ». Telle est l’attitude à adopter du point de vue de ce qui peut découler de l’injonction du bien et de la réprobation du mal. Cependant, le fait de renoncer à ce devoir ne signifie pas que nous l’abolissions complètement, nous devons faire ce qui est en notre possible comme prédication, incitations au bien, et appel à la clairvoyance. Quant à empêcher ce mal l’on doit y renoncer jusqu’à ce que nous ayons les capacités suffisantes.
 
2 – Il est également indispensable d’analyser l’état de la personne ayant commis un péché et évaluer l’attitude à adopter en fonction de ces circonstances, car cela fait parti de la douceur et de la sagesse requise pour ce faire. Ainsi, celui qui commet un péché se trouve dans l’une des trois situations suivantes :
 
-  Soit l’individu en question a commis un péché, ignorant que ce qu’il fait est considéré comme tel et que cela est interdit, dans ce cas il suffit de lui expliquer en lui disant par exemple : « Ô untel ! Ce que tu fais est péché », ou « ce que tu fais est interdit », et si vraiment il a fait cela par ignorance il délaissera cet acte immédiatement.
 
-  Soit il a commis ce péché volontairement tout en sachant le statut de son acte, dans ce cas, l’on doit l’exhorter et l’avertir du châtiment.
 
-  Soit il cherche à polémiquer et à justifier son acte à l’aide d’ambigüités, dans ce cas il faut discuter avec lui de la meilleure façon afin que ses ambigüités soient sans valeur.
 
 
La position des gens face à l’injonction du bien et la réprobation du mal
Les gens aujourd’hui face à cette vertu sont de trois catégories, deux catégories extrémistes qui s’opposent totalement et une catégorie qui occupe le juste milieu :
 
-       La première catégorie est celle de ceux qui ont entièrement délaissé l’injonction du bien et la réprobation du mal, ce qui représente sans aucun doute l’abandon d’une obligation immense parmi les prescriptions islamiques et le renversement d’un des plus importants remparts de cette religion (…).
 
-       A l’opposé, des gens qui font preuve d’exagération dans l’accomplissement de ce devoir, au point d’exclure l’injonction du bien et la réprobation du mal des limites de la sagesse requise et de la bonne exhortation pour la dureté et l’affront des gens avec virulence et sévérité. Tout ceci n’est pas permis, et ne saurait illustrer cette vertu. Lorsque l’un d’eux vient à rencontrer un ignorant ayant commis un péché, tu le vois se montrer sévère à son égard, le blâmer, le déshonorer et le dénigrer ; ou en faire tout simplement plus qu’il n’en faut. Tout ceci n’incarne nullement la sagesse. Ce point de vue reste similaire à la première catégorie. Ces deux catégories sont donc toute les deux des positions incorrectes. Ainsi, ceux qui ont la plus grande part d’erreur concernant ce point sont les Khawarijs et les Mou’tazilah car ils considèrent que l’injonction du bien et la réprobation du mal incarne principalement la révolte contre les dirigeants musulmans et la lutte contre ceux-ci.
 
-       Quant à la catégorie du juste milieu, (elle est en conformité avec l’ordre d’Allah) qui a fait de cette communauté une communauté de justes, ce sont ceux qui observent l’injonction du bien et la réprobation du mal selon ce que la législation a enjoint comme sagesse et bonne exhortation et à l’aide des caractéristiques précédemment citées, à savoir la science avant tout, puis la douceur durant l’accomplissement de cette œuvre et enfin la patience qui doit suivre, car celui qui fait face aux gens, leur ordonne le bien et leur interdit le mal va inévitablement faire l’objet de préjudices (…), et s’il ne fait pas preuve de patience il renoncera très vite à ce devoir. Allah dit : « Par la sagesse et la bonne exhortation appelle (les gens) au sentier de ton Seigneur. Et discute avec eux de la meilleure façon. Car c’est ton Seigneur qui connaît le mieux celui qui s’égare de Son sentier et c’est Lui qui connaît le mieux ceux qui sont bien guidés. 126. Et si vous punissez, infligez [à l’agresseur] une punition égale au tort qu’il vous a fait. Et si vous endurez... cela est certes meilleur pour les endurants. 127. Endure! Ton endurance [ne viendra] qu’avec (l’aide) d’Allah. Ne t’afflige pas pour eux. Et ne sois pas angoissé à cause de leurs complots »[2]. Loqman dit également à son fils parmi ses exhortations, comme Allah dit : « Ô mon enfant accomplis la Ṣalāt, commande le convenable, interdis le blâmable et endure ce qui t’arrive avec patience. Telle est la résolution à prendre dans toute entreprise »[3] (…).
 
 


[1] Sourate 6 les bestiaux verset 108
[2] Sourate 16 les abeilles versets 125 à 127
[3] Sourate 31 Loqman verset 17



 

Notez  




Autres articles
Les effets louables de la charité contre la tristesse et l'angoisse
N'enterrez pas vos morts en ces moments sauf en cas de nécessité !
La médisance… le péché ignoble et répandu
La Polémique et la dispute sont défendues en Islam
La célébration de Mawlid fait-t-elle partie de notre religion?
 

Nouveau commentaire


 
 
 
512 caractères max

Les commentaires sont modérés : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un modérateur du site.

Il est évident que les affirmations diffamatoires et les propos racistes, antisémites, islamophobes ne seront pas publiés. Les contributions trop longues ou n'ayant aucun rapport avec le sujet de l'article ou incorrecte d’un point de vue islamique ne seront pas prises en compte.


 
 
 
     
       
 
Website for Muslims
Website for non Muslims
Francais
Espanol
Chinese site
Pусский
 
Copyright © 2011 - Tout droits réservés - islammessage.com