Les enquêteurs de l'ONU exigent un accès illimité à la Birmanie     France : L'occupation de la mosquée jugée cinq ans après     Royaume-Uni : des policiers suscitent la colère en entrant dans une mosquée avec leurs chaussures     Achoura 2017 : date officielle     Abu Dhabi : Présentation de manuscrits rares du Coran dans le cadre d’une grande exposition
 
Discussion en ligne avec l’administrateur du site (En cours de construction)
 
 
 
  

Il est donc interdit de les imiter en décalant une festivité de quelques jours, telle que la fête de Pâques ou de Noël...
L’Association cultuellede Sens et sa région a acheté à la commune un terrain...
Photo et commentaire  
 




 
Accueil>Dans le couple

Le droit du mari sur son épouse (1)

Cheykh Al ‘Otheymine

Extrait du commentaire de l’éminent Cheykh Mohammed ibn Sâlih Al ‘Otheymine de l’ouvrage « le jardin des vertueux » de l’imam An-Nawawi

Allah dit : « Les hommes ont autorité sur les femmes, en raison des faveurs qu’Allah accorde à ceux-là sur celles-ci, et aussi à cause des dépenses qu’ils font de leurs biens. Les femmes vertueuses sont obéissantes (à leurs maris), et protègent ce qui doit être protégé, pendant l’absence de leurs époux, avec la protection d’Allah »[1].
 
Quant aux ahadiths, on peut citer celui de 'Amr Ibn Al Ahwas mentionné dans le chapitre précédent.
 
D’après Abou Houreyra le Messager d’Allah (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) a dit : « Lorsqu’un homme invite son épouse au coït, et qu’elle se refuse à lui et qu’il passe la nuit en colère contre elle, les anges ne cessent de la maudire jusqu’au matin »[2].
 
Dans une autre version le Messager d’Allah (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) a dit : « Si une femme abandonne une nuit le lit de son époux, les anges la maudissent jusqu’au matin »[3].
 
Dans un autre récit, le Messager d’Allah (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) a dit : « Par Celui qui détient mon âme dans Sa main, il n’y a pas une femme que son mari invite au coït et qui se refuse à lui, sans que Celui qui est au ciel ne soit en colère contre elle jusqu’à ce que son mari soit à nouveau satisfait d’elle »[4].
 
Commentaire
Dans le chapitre précédent, l’auteur avait cité les droits de la femme sur son mari. Ici, il est question des droits du mari sur sa femme et l’auteur commence ce chapitre en citant la parole d’Allah : « Les hommes ont autorité sur les femmes, en raison des faveurs qu’Allah accorde à ceux-là sur celles-ci, et aussi à cause des dépenses qu’ils font de leurs biens. Les femmes vertueuses sont obéissantes (à leurs maris), et protègent ce qui doit être protégé, pendant l’absence de leurs époux, avec la protection d’Allah ». A travers ce verset, Allah met en évidence la raison de l’autorité et la prédominance qu’Il a octroyée à l’homme par rapport à la femme en ces termes : « en raison des faveurs qu’Allah accorde à ceux-là sur celles-ci ». En effet, ce statut s’explique par la supériorité dont il jouit en matière d’esprit, de culte, de force, de capacité, et autres aspects semblables.
 
En réalité, la législation islamique est juste, et accorde à chacun ce qui lui revient de droit en fonction de son mérite, si bien que si Allah a favorisé les hommes par rapport aux femmes, cela prouve qu’ils sont les plus aptes et les plus en droit de jouir de cette autorité. C’est pourquoi, lorsque la mort de Kisrâ fut annoncée au Messager d’Allah (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) et que celui qui prit le pouvoir après lui était une femme, il dit : « Jamais un peuple qui a pris une femme à sa tête ne connaîtra la prospérité ». Même s’il s’agissait ici des perses, ce hadith reste applicable à tous les peuples. De ce fait, c’est bien l’homme qui est le détenteur de l’autorité face à la femme, et il y a là une preuve évidente de la stupidité des mécréants d’occident et de tous ceux qui cherchent à les imiter, en vénérant la femme et en la plaçant au dessus de l’homme, et ce, en raison de leur obstination à vouloir imiter ces vils mécréants qui ne savent reconnaître les droits respectifs de chacun comme il se doit. A titre d’exemple, les mécréants d’occident ont pour habitude de toujours commencer les présentations par la femme, et la mettent sur un piédestal contrairement à l’homme qui occupe un rang moins honorable chez eux. Néanmoins, il n’y a rien d’étonnant à cela, lorsque ce genre d’état d’esprit provient d’un peuple qui vénèrent leurs chiens, dépensent pour eux des fortunes dans du matériel et des produits de toilettage, ce qui fait la risée de tous, même des plus faibles d’esprit. De plus, en Islam le chien est de nature impur et ne peut être purifié quand bien même il était lavé avec l’eau des sept mers.
 
Par conséquent, ce sont bien les hommes qui ont autorité et la prédominance sur les femmes, en raison des faveurs qu’Allah accorde à ceux-là sur celles-ci, et aussi à cause des dépenses qu’ils font de leurs biens. En effet, il s’agit là d’un autre aspect indiquant cette supériorité, car c’est l’homme qui doit entièrement assumer les dépenses liées au foyer conjugal. Ceci illustre bien que ce sont les hommes qui sont chargés de travailler afin d’assumer les dépenses de la famille, tandis que la femme est tenue de s’occuper du foyer conjugal. Son rôle est de s’occuper de son mari, ses enfants et de la gestion de la maison et non de s’associer à l’homme dans la recherche de la subsistance, pour assumer les dépenses de la maison, ceci est contraire à la saine nature et contraire à la législation, comme l’indique la parole d’Allah : « et aussi à cause des dépenses qu’ils font de leurs biens », ce sont donc les hommes qui ont l’obligation d’assumer ces dépenses.
 
Dans ce verset, Allah dit : « Les femmes vertueuses sont obéissantes (à leurs maris), et protègent ce qui doit être protégé, pendant l’absence de leurs époux, avec la protection d’Allah », et Il emploi le terme « qânitât » pour désigner ce type de femmes vertueuses, qui signifie en arabe celles qui sont « constantes dans l’obéissance ». Ensuite, Sa parole : « et protègent ce qui doit être protégé, pendant l’absence de leurs époux,…», c'est-à-dire celles qui préservent les secrets et l’intimité de leurs époux durant son absence,  « …avec la protection d’Allah », en fonction de qu’Il a ordonné de préserver. Telle est l’épouse vertueuse qu’il est préférable de choisir à une femme ayant un physique attrayant, mais dépourvue de cette vertu.
 


[1] Sourate 4 Les femmes verset 34
[2] Rapporté par Al Boukhari (3237) et Mouslim (1436)
[3] Rapporté par Al Boukhari (5194) et Mouslim (1436)
[4] Rapporté Mouslim (1436)
Notez  




Autres articles
Le droit de la femme à l'égard de son époux après le divorce
Les moyens remédiant aux divergences conjugales
L'islam préfère la durabilité du mariage à la répudiation
L'équité envers ses épouses est une obligation religieuse et un devoir social.
La sentence religieuse sur l'avortement ?
 

Nouveau commentaire


 
 
 
512 caractères max

Les commentaires sont modérés : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un modérateur du site.

Il est évident que les affirmations diffamatoires et les propos racistes, antisémites, islamophobes ne seront pas publiés. Les contributions trop longues ou n'ayant aucun rapport avec le sujet de l'article ou incorrecte d’un point de vue islamique ne seront pas prises en compte.


 
 
 
     
       
 
Website for Muslims
Website for non Muslims
Francais
Espanol
Chinese site
Pусский
 
Copyright © 2011 - Tout droits réservés - islammessage.com