Les enquêteurs de l'ONU exigent un accès illimité à la Birmanie     France : L'occupation de la mosquée jugée cinq ans après     Royaume-Uni : des policiers suscitent la colère en entrant dans une mosquée avec leurs chaussures     Achoura 2017 : date officielle     Abu Dhabi : Présentation de manuscrits rares du Coran dans le cadre d’une grande exposition
 
Discussion en ligne avec l’administrateur du site (En cours de construction)
 
 
 
  

Il est donc interdit de les imiter en décalant une festivité de quelques jours, telle que la fête de Pâques ou de Noël...
L’Association cultuellede Sens et sa région a acheté à la commune un terrain...
Photo et commentaire  
 




 
Accueil>Les groupes

les convictions des « rawâfidhs » concernant les sunnites.

Cheykh Abdelaziz Ibn Baz

Les « rawâfidhs » (la secte radicale de chiites) jugent que les biens et le sang des sunnites sont licites. Al Sadouq rapporte dans « Les Motifs » une tradition remontant à Daoud ibn Ferqad : « J’ai dit à Abou Abdallah que penses-tu du sunnite? Il répondit : Son sang est licite. Mais pour te préserver, si tu peux l’ensevelir sous un mur ou le noyer dans la mer de façon à ce qu’on n’ait pas de traces, fais-le ! Je lui ai dit : Et au sujet de ses biens ? Il me répondit : Prends-en ce que tu peux  !
Les « rawâfidhs » considèrent que leur nouveau-né vient au monde avec une pureté que les autres n’ont pas. Hachim Al Bahrany dans son commentaire « L’argument » écrit que Haytem ibn Yahya a rapporté ces propos de Jaafar ibn Mohammed : « Il n’est pas de nouveau-né chiite sans qu’un génie parmi les génies ne s’interpose entre le nouveau-né et le diable. Si ce n’est pas un chiite, le diable lui met son index dans le derrière et alors apparaît le sexe par-devant. Si c’est une fille, le diable lui met son doigt dans le vagin et elle deviendra alors une perverse. Le diable agit ainsi au moment de la sortie du bébé et c’est ce qui fait que le nouveau-né se met à pleurer très fort .
Les chiites considèrent, à l’exception d’eux, que tous les gens sont le fruit d’une union adultère. 
Al Kulayni, dans son ouvrage « Le jardin du Kâfy » qu’Abou Hamzah a rapporté d’Abou Jaafar – sur lui la paix – ce qui suit : « J’ai dit à Abou Jaafar, certains de nos compagnons calomnient et injurient ceux qui s’opposent à eux. Il me répondit : Le mieux est de ne pas leur répondre. Puis il dit : Par Allah ! Ô Abou Hamzah, tous les gens sont les enfants de prostituées à l’exception des chiites  » 
Les chiites « rawâfidhs » considèrent que les sunnites sont plus mécréants que les juifs et les chrétiens. Ils pensent de ces derniers que c’est à l’origine qu’ils étaient mécréants tandis que, pour eux, les sunnites le sont devenus par acte d’apostasie. Or la mécréance suite à une apostasie est plus grave. C’est la raison pour laquelle on les trouve prêtant main-forte aux juifs et chrétiens contre les musulmans comme l’histoire l’a montré. 
       Dans le livre « l’instrumentalisation chiite », Al Foudayl ibn Yasâr a dit : « J’ai interrogé Abu Jaafar à propos de la femme chiite, peut-elle épouser un « nassib » (sunnite) ? Il répondit : Non, car le « nassib » (sunnite) est un mécréant  »
       Le terme « nawasib » a pour signification, chez les sunnites, le fait de détester Ali ben Abi Tâlib – sur lui la paix. Mais les chiites appliquent ce terme aux sunnites parce que ces derniers mettent en avant l’imamat d’Abu Bakr, de ‘Omar et de Othman avant celle de Ali. L’excellence des trois premiers était déjà convenue du temps du Prophète – Paix et Salut d’Allah sur lui – et on n’y voyait pas d’inconvénient à cela. La preuve à ce sujet est ce qui est rapporté dans Al-Bukhary : ibn ‘Omar a dit : « Lorsque nous choisissions une personne parmi nous au temps du Prophète – Paix et Salut d’Allah sur lui, nous commencions toujours par Abu Bakr, ensuite ‘Omar puis Othman »
At Tabarani, dans son recueil de traditions, ajoute : « Le Prophète – Paix et Salut d’Allah sur lui – savait cela et ne le contestait pas » Et chez ibn ‘Asakir : « Nous donnions la prééminence à Abu Bakr, ‘Omar, Othman puis Ali ». Ahmed ibn Hanbal et d’autres rapportent ces paroles de Ali ibn Abi Tâlib : « Les meilleures personnes de cette communauté après son Prophète sont Abu Bakr puis ‘Omar et si je veux je mentionnerai le troisième » Ad Dhahabi a dit : « C’est une tradition authentique et unanime chez les musulmans  ».
 
 
Notez  




Autres articles
La position juste des savants à l'égard des pécheurs dans la religion
Les Chiites et la croyance de dissimulation "Toqya"
On ne peut adorer notre Seigneur qu'avec ce qu'il a permis!!
Les dérives des chiites à l'encontre des compagnons des prophètes Mohammad
La déviance des Ash’arites
 

Nouveau commentaire


 
 
 
512 caractères max

Les commentaires sont modérés : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un modérateur du site.

Il est évident que les affirmations diffamatoires et les propos racistes, antisémites, islamophobes ne seront pas publiés. Les contributions trop longues ou n'ayant aucun rapport avec le sujet de l'article ou incorrecte d’un point de vue islamique ne seront pas prises en compte.


 
 
 
     
       
 
Website for Muslims
Website for non Muslims
Francais
Espanol
Chinese site
Pусский
 
Copyright © 2011 - Tout droits réservés - islammessage.com