France : Dix individus liées à l'extrême droite arrêtées pour projet d'attentats contre des mosquées     Arabie Saoudite : Le TGV Haramain arrive enfin à Makkah     France : Une chroniqueuse britannique critiquée pour son tweet anti-musulmans dans le sillage du scandale Weinstein     Lausanne : 500 personnes réunies contre l'islamophobie après la profanation du carré musulman     Canada : un lycée autorise le port du hijab pour la fine fleur de ses athlètes musulmanes
 
Discussion en ligne avec l’administrateur du site (En cours de construction)
 
 
 
  

Il est donc interdit de les imiter en décalant une festivité de quelques jours, telle que la fête de Pâques ou de Noël...
L’Association cultuellede Sens et sa région a acheté à la commune un terrain...
Photo et commentaire  
 




 
Accueil>Habillement et nourriture

Le livre des aliments (1)

complexe du roi Fahd

1 - Définition et statut

Le terme « at’imah» désigne tout ce dont l’homme se nourrit parmi les diverses variétés de nourriture et tout ce qu’il boit[1].
 
La règle de base qui permet de savoir quels sont les aliments qui sont licites à la consommation puise son origine dans la parole d’Allah : « Dis: «Dans ce qui m’a été révélé, je ne trouve d’interdit, à aucun mangeur d’en manger, que la bête (trouvée) morte, ou le sang qu’on a fait couler, ou la chair de porc - car c’est une souillure - ou ce qui, par perversité, a été sacrifié à autre qu’Allah». Quiconque est contraint, sans toutefois abuser ou transgresser, ton Seigneur est certes Pardonneur et Miséricordieux »[2], et de Sa parole : « Ceux qui suivent le Messager, le Prophète illettré qu’ils trouvent écrit (mentionné) chez eux dans la Thora et l’Evangile. Il leur ordonne le convenable, leur défend le blâmable, leur rend licites les bonnes choses, leur interdit les mauvaises »[3], et de Sa parole : « Dis: «Qui a interdit la parure d’Allah, qu’Il a produite pour Ses serviteurs, ainsi que les bonnes nourritures ? »[4]. On entend par les bonnes choses « at-tayyibât » tout ce qui suscite le désir et que l’on apprécie. De plus, les aliments ont une certaine incidence sur le comportement de l’homme en fonction de leur nature bonne ou mauvaise. C’est pourquoi Allah a rendu licite les bons aliments, et a interdit les mauvais.
 
En ce qui concerne les aliments de manière générale, la base est la licéité, à l’exception de ce que le Législateur à interdit, c’est pourquoi Allah dit : « Qu’avez-vous à ne pas manger de ce sur quoi le nom d’Allah a été prononcé? Alors qu’Il vous a détaillé ce qu’Il vous a interdit, à moins que vous ne soyez contraints d’y recourir »[5]. De ce fait, à partir du détail dont il est question, il est possible de subdiviser les aliments en trois catégories :
 
1 – Les aliments licites à la consommation d’après les textes.
 
2 – Les aliments illicites à la consommation d’après les textes.
 
3 – Les aliments à propos desquels le Législateur s’est abstenu de mentionner le statut.
 
En outre, le Messager d’Allah (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) a clarifié tout ceci en ces termes : « Certes, Allah a prescrit des obligations cultuelles, ne les négligez pas ! Il a fixé des limites, ne les transgressez pas ! Il a interdit certaines choses, ne les enfreignez pas ! Il s'est tu à propos d'autres, par miséricorde à votre égard, non par oubli, n'interrogez pas à leur sujet ! »[6].
 
2 – Les aliments dont la licéité est mentionnée par les textes
La base concernant les aliments consiste à dire que tout aliment pur, ne présentant aucune nocivité, est licite. Par ailleurs, les aliments licites à la consommation sont de deux types : les aliments d’origine animale et les aliments d’origine végétale, tels que les fruits et les graines. Les aliments licites d’origine animale se divisent quant à eux, en deux catégories : les animaux terrestreset les animaux aquatiques.
 
a – Les animaux aquatiques 
Ce sont tous les animaux qui ne vivent que dans la mer [ou en milieu aquatique], tel que toutes les espèces de poissons et autres type d’animaux aquatiques, à l’exception des animaux qui sont dotés de poison, qu’il est interdit de consommer en raison du mal que leur consommation peut entraîner. De même, tous les animaux qui sont souillures et de nature répugnante, sont interdits à la consommation. C’est le cas de la grenouille, outre l’interdiction de la tuer ; du crocodile, du fait de sa nature répugnante, mais aussi en raison des crocs dont il est doté et au moyen desquels il dévore ses proies. Cette interdiction puise également son origine du sens général de la parole d’Allah : « Il (le Messager d’Allah) leur ordonne le convenable, leur défend le blâmable, leur rend licites les bonnes choses, leur interdit les mauvaises »[7].
 
Outre ces exceptions, tous les animaux aquatiques sont licites à la consommation, et ce, qu’ils aient été chassés par un musulman ou un mécréant. De même, les animaux amphibiens[8] sont licites à la consommation.
 
Ce type d’animaux peut être consommé sans avoir eu recours à leur sacrifice au préalable, comme l’indique la parole d’Allah : « La chasse en mer vous est permise, et aussi d’en manger, pour votre jouissance et celle des voyageurs»[9]. Ibn ‘Abbas a dit à ce propos : « Cela concerne tout ce qui a été chassé en mer ou en milieu aquatique, et tout ce que la mer rejette »[10]. De plus, Abou Houreyra rapporte un hadith qui va dans le même sens : « Un homme interrogea le Messager d’Allah (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) en ces termes : « Ô Messager d’Allah, il nous arrive de sortir en mer, et nous emportons avec nous une petite quantité d’eau de sorte que si nous l’utilisons pour accomplir nos ablutions, nous risquons de manquer d’eau à boire. Nous est-il permis de faire nos ablutions avec l’eau de mer ? ». Le Messager d’Allah (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) répondit alors : « Son eau est pure, et les animaux qui y sont trouvés morts sont licites à la consommation »[11].
 
b – Les animaux terrestres
Les animaux terrestres licites à la consommation, dont les textes font mention, peuvent être classés comme suit : 
-         
          Les bestiaux, conformément à la parole d’Allah : « Et les bestiaux, Il les a créés pour vous; vous en retirez des [vêtements] chauds ainsi que d’autres profits. Et vous en mangez aussi »[12], et Sa parole : « Ô les croyants! Remplissez fidèlement vos engagements. Vous est permise la bête du cheptel, sauf ce qui sera énoncé [comme étant interdit] »[13]. Les bêtes dont il est question ici sont les camélidés, les bovins et les ovins.
 
-          Le cheval, en vertu du hadith de Djâbir en ces termes : « Le Prophète a interdit le jour de Khaybar de manger la viande d’âne et a permis la viande de cheval »[14].
 
-      Le lézard du désert, conformément au hadith rapporté par Ibn ‘Abbas selon lequel : « Le lézard a été mangé à la table du Messager d’Allah [sans que ce dernier ne le désapprouve] »[15] ou encore la parole du Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) : « Mangez-en car il est licite à la consommation, cependant il ne fait pas parti des animaux que j’aime manger »[16].
 
-          L’âne sauvage,et non domestique, comme l’indique le hadith d’Abou Qatâda dans lequel ce dernier affirme avoir chassé un âne sauvage après l’avoir vu, et le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) dit alors : « Vous reste-t-il de sa viande ». Il répondit : « Il nous en reste un gigot ». Le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) le prit et en mangea[17].
 
-         Le lapin, en vertu de ce que rapporte Anas qui affirme avoir saisit un lapin qu’Abou Talha sacrifia. Il en fit parvenir une partie au Messager d’Allah (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) et ce dernier l’accepta[18].
 
-  La hyène, conformément au hadith rapporté par Djâbir en ces termes : « J’interrogeai le Messager d’Allah au sujet de la hyène, et il répondit : « Elle fait partie des animaux que l’on chasse, et le musulman est tenu de recourir à l’expiation s’il la chasse en état de sacralité »[19]. Ibn Hajar a dit à ce propos : « Plus d’un hadith acceptable ont été rapporté indiquant la licéité de la hyène »[20].
 
-          La viande de poulet, comme l’indique le hadith d’Abou Moussa en ces termes : « J’ai vu le Messager d’Allah manger de la viande de volaille »[21]. On assimile également au poulet les volailles tel que le canard et l’oie qui font parties des bonnes nourritures qui sont licites à la consommation, en vertu de la parole d’Allah : « Dis: «Vous sont permises les bonnes nourritures »[22].
 
 
-          La sauterelle, conformément au hadith d’Abdoullah ibn Abi Awfâ en ces termes : « Nous sommes sortis en expédition militaire en compagnie du Prophète six ou sept fois, et nous mangions avec lui des sauterelles »[23].
 


[1] L’éminent Cheykh Al Otheymine dit dans son commentaire de l’ouvrage de jurisprudence « Zâd al moustaqni’ » au chapitre des aliments : « Le terme « at’imah», qui est le pluriel de « ta’âm », désigne tout aliment ou boisson consommable. Pour ce qui est de la nourriture, cela est tout à fait clair. En revanche, en ce qui concerne les boissons, c’est ce qu’induit la parole d’Allah : « …quiconque y boira ne sera plus des miens, et quiconque n’y goûtera pas sera des miens » S2v249, dans lequel est employé le terme « yat’amhou » de la même racine. Par conséquent, Allah désigne ici cette eau comme une nourriture au moyen de laquelle l’on se nourrit.
[2] Sourate 6 Les bestiaux, verset 145
[3] Sourate 7 Al A’râf verset 157
[4] Sourate 7 Al A’râf verset 32
[5] Sourate 6 Les bestiaux, verset 119
[7] Sourate 7 Al A’râf verset 157
[8] Animaux vertébrés généralement capable de vivre sur la terre et dans l'eau.
[9] Sourate 5 La table servie verset 96
[10] Rapporté par Ad-Dâraqoutni (4/184), voir l’exégèse de l’imam Ibn Kathîr.
[11] Rapporté par Abou Daoud (1/64), At-Tirmidhi (69), Ibn Mâjah (386) et An-Nassâ’i (59), Mâlik dans « al mouwatta » (p.20), Al Hâkam dans « al moustadrak » (1/140) et jugé authentique par Al Albâni
[12] Sourate 16 Les abeilles verset 5
[13] Sourate 5 La table servie verset 1
[14] Rapporté par Al Boukhari (5520) et Mouslim (1941)
[15] Rapporté par Al Boukhari (5518) et Mouslim (1945)
[16] Rapporté par Al Boukhari (7267) et Mouslim (1944)
[17] Rapporté par Al Boukhari (6/222) et Mouslim (1196)
[18] Rapporté par Al Boukhari (6/231) et Mouslim (1953)
[19] Rapporté par Abou Daoud (3801), At-Tirmidhi (4/222), Ibn Mâjah (3085) et An-Nassâ’i (4334), jugé authentique par Al Albâni.
[20] Fath al bâri (9/574)
[21] Rapporté par Al Boukhari (5517) et Mouslim (1649)
[22] Sourate 5 La table servie verset 4
[23] Rapporté par Al Boukhari (5495) et Mouslim (1952)

 

Notez  




Autres articles
Des règles islamiques concernant le repas du Musulman
Quel est l’âge auquel le hijab(le voile) devient obligatoire pour la jeune fille?
Précision intéressante sur le sujet du visage de la femme en Islam
Les Vêtements de l' homme en l'Islam
La couverture des parties intimes pendant la prière
 

Nouveau commentaire


 
 
 
512 caractères max

Les commentaires sont modérés : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un modérateur du site.

Il est évident que les affirmations diffamatoires et les propos racistes, antisémites, islamophobes ne seront pas publiés. Les contributions trop longues ou n'ayant aucun rapport avec le sujet de l'article ou incorrecte d’un point de vue islamique ne seront pas prises en compte.


 
 
 
     
       
 
Website for Muslims
Website for non Muslims
Francais
Espanol
Chinese site
Pусский
 
Copyright © 2011 - Tout droits réservés - islammessage.com