Les enquêteurs de l'ONU exigent un accès illimité à la Birmanie     France : L'occupation de la mosquée jugée cinq ans après     Royaume-Uni : des policiers suscitent la colère en entrant dans une mosquée avec leurs chaussures     Achoura 2017 : date officielle     Abu Dhabi : Présentation de manuscrits rares du Coran dans le cadre d’une grande exposition
 
Discussion en ligne avec l’administrateur du site (En cours de construction)
 
 
 
  

Il est donc interdit de les imiter en décalant une festivité de quelques jours, telle que la fête de Pâques ou de Noël...
L’Association cultuellede Sens et sa région a acheté à la commune un terrain...
Photo et commentaire  
 




 
Accueil>Réponses aux accusations formulées contre l'islam

Qui sont les mahãrims de l'homme?

Le message de l'Islam

Le terme "mahãrims" en arabe, est le pluriel du terme "mahram", qui désigne une personne du sexe opposé perpétuellement interdite au mariage, avec laquelle il n'est pas interdit de s'isoler.

Et voici ci-dessous les mahãrims de l'homme en détail:

Il y a trois raisons pour lesquelles, une femme peut être une maharam pour un homme et perpétuellement interdite au mariage avec lui:

1 - la parenté par le sang; les femmes concernées dans cette catégories sont:

  • la mère, et les grand-mères maternelles et paternelles, que l'on nomme les ascendants.
  • La fille, ainsi que la fille de son fils, et la fille de sa fille, que l'on nomme les descendants.
  • La sœur germaine, ainsi que la sœur consanguine, et la sœur utérine. On nomme ces dernières les descendants des parents. 
  • La fille du frère germain, ainsi que la fille du frère consanguins, et la fille du frère utérins.
  • La fille de la sœur germaine, ainsi que la fille de la sœur consanguine, et la fille de la sœur utérine.
  • La tante paternelle, qu'elle soit la sœur du père ou la tante de celui-ci. On les nomme les descendants des aïeux par le père.
  • La tante maternelle, qu'elle soit la sœur de la mère, ou la tante de cette dernière. On les nomme les descendants des aïeux par la mère.

Toutes ces femmes mentionnées sont interdites en mariage, quelle que soit la situation, d'après la parole d'Allah le très haut: (Vous sont interdites [de mariage], vos mères, vos filles, vos sœurs, vos tantes paternelles et maternelles, les filles de vos frères et celles de vos sœurs). sourate An-Nisa’

2 – la parenté par alliance; les femmes concernées dans cette catégories sont:

  • L'épouse du père, ainsi que celle du grand-père paternel ou maternel. On nomme celles-ci les épouses des ascendants. Allah le très haut dit: (N’épousez pas les anciennes femmes de vos pères, le passé étant absous, car c’est une turpitude, un acte abjecte et une pratique odieuse). sourate An-Nisa’
  • L'épouse du fils, ainsi que celle du petit-fils qu'il soit le fils du fils ou celui de la fille. Il en est de même pour toutes les épouses des descendants. Allah le très haut dit: (Il vous est également interdit d’épouser les femmes de vos fils issus de vos reins) sourate An-Nisa’.
  • La mère de l'épouse, ainsi que celle de tous ses ascendants féminins comme la grand-mère maternelle.
    Le simple acte de mariage suffit pour que ces trois femmes mentionnées précédemment deviennent interdites, qu'on ait consommé le mariage ou pas. Allah le très haut dit: (Vous sont interdites [de mariage],… et les mères de vos épouses).  sourate An-Nisa’
  • La fille de l'épouse (belle-fille), que l'on appelle aussi "rabibah". Cette dernière est interdite au mari de sa mère. Il n'est pas nécessaire que celle-ci ait été élevée auprès du mari de sa mère, ce critère a été mentionné car il est le plus fréquent.
    La fille de l'épouse devient donc interdite si l'homme consomme son mariage avec la mère de cette dernière. Par contre s'il ne l'a pas consommé, comme s'il divorce avec la mère avant de consommer, il lui sera alors permis de se marier avec elle, d'après la parole d'Allah le très haut: (Vos belles filles sous votre tutelle si vous avez consommé le mariage avec leurs mères. Sinon, il n’y a pas d’interdiction de les épouser).  sourate An-Nisa’

3 - la parenté par allaitement; les femmes concernées dans cette catégories sont:

  • La mère de lait; c’est-à-dire celle qui t'a allaité, ainsi que la mère de celle-ci et ses grand-mères maternelle et paternelle.
  • La sœur de lait, que ta mère l'ait allaité, ou que sa mère t'ait allaité, ou qu'une femme vous ait allaité tous les deux, ou que la femme de son père t'ait allaité, ou que la femme de ton père l'ait allaité.
  • La fille du frère de lait.
  • La fille de la sœur de lait.
  • La tante paternelle par allaitement, c’est-à-dire celle qui fut allaitée avec ton père.
  • La tante maternelle par allaitement, c’est-à-dire celle qui fut allaitée avec ta mère.
  • La fille de lait, c’est-à-dire celle que ton épouse a allaité. Son mari est donc le père de lait de celle-ci.

Tout cela d'après la parole d'Allah le très haut dit: (Vous sont interdites [de mariage],…  Ainsi que vos mères et sœurs de lait) sourate An-Nisa’. Et d'après le hadith rapporté par Aicha qu'Allah l'agrée: (l'allaitement interdit ce que la parenté interdit). Narré par Al Boukhari et Mouslim.

Notez  




Autres articles
La recherche de la science et son mérite en Islam
Le musulman est-il permis d'offenser le non musulman?
Le Prophète de l'Islam et l'éducation de la femme
Le Prophète et la tendresse envers la femme
Les Droits généraux de la femme en Islam
 

Nouveau commentaire


 
 
 
512 caractères max

Les commentaires sont modérés : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un modérateur du site.

Il est évident que les affirmations diffamatoires et les propos racistes, antisémites, islamophobes ne seront pas publiés. Les contributions trop longues ou n'ayant aucun rapport avec le sujet de l'article ou incorrecte d’un point de vue islamique ne seront pas prises en compte.


 
 
 
     
       
 
Website for Muslims
Website for non Muslims
Francais
Espanol
Chinese site
Pусский
 
Copyright © 2011 - Tout droits réservés - islammessage.com