France : Dix individus liées à l'extrême droite arrêtées pour projet d'attentats contre des mosquées     Arabie Saoudite : Le TGV Haramain arrive enfin à Makkah     France : Une chroniqueuse britannique critiquée pour son tweet anti-musulmans dans le sillage du scandale Weinstein     Lausanne : 500 personnes réunies contre l'islamophobie après la profanation du carré musulman     Canada : un lycée autorise le port du hijab pour la fine fleur de ses athlètes musulmanes
 
Discussion en ligne avec l’administrateur du site (En cours de construction)
 
 
 
  

Il est donc interdit de les imiter en décalant une festivité de quelques jours, telle que la fête de Pâques ou de Noël...
L’Association cultuellede Sens et sa région a acheté à la commune un terrain...
Photo et commentaire  
 




 
Accueil>Habillement et nourriture

Les règles relatives au sacrifice des bêtes (2)

complexe du roi Fahd

 

Suite
 
Les conditions relatives à l’instrument utilisé
L’instrument utilisé doit être tranchant et aiguisé pouvant trancher ou transpercer en raison de son tranchant [et non de son poids], que cet instrument soit de fer, de cuivre, de pierre, ou autre, tant qu’il puisse trancher la gorge et faire jaillir le sang, à l’exception de l’os et de l’ongle avec lesquels il n’est pas permis de sacrifier en vertu du hadith de Râfi’ ibn Khadîj selon lequel le Messager d’Allah (paix et bénédiction d’Allah sur lui) a dit : « Tant [qu’un instrument] a fait jaillir le sang et que le Nom d’Allah a été mentionné, alors mangez, sauf [ce qui a été égorgé avec] une dent et un ongle ». On assimile à cette interdiction l’utilisation de toute sorte d’os, qu’il s’agisse d’un os d’origine humaine ou animal. La cause de cette interdiction est par ailleurs mentionnée dans la suite du hadith : « En effet, la dent est un os, et l’ongle est le couteau des abyssins ». Pour ce qui est de l’interdiction de procéder au sacrifice à l’aide d’un os, cela s’explique par le fait que l’os se souille au contact du sang de la bête, alors que le Prophète (paix et bénédiction d’Allah sur lui) a interdit de souiller les os, car ce sont la nourriture de nos frères parmi les djinns [les musulmans]. Quant à l’utilisation de l’ongle, cela représente une imitation des mécréants[1].
 
3 – Le comportement à adopter lors du sacrifice
Il est des comportements qu’il incombe au sacrificateur d’adopter, parmi lesquels :
 
a)      Veiller à bien aiguiser la lame dont on se sert en vertu du hadith de Chaddâd ibn Aws selon lequel le Messager d’Allah (paix et bénédiction d’Allah sur lui) a dit : « Allah a prescrit l’excellence en toute chose. Ainsi, lorsque vous tuez, faites-le convenablement et lorsque vous égorgez, faites-le de bonne manière ! Affûtez bien la lame et ménagez la bête à sacrifier »[2].
 
b)      Coucher la bête sur son flanc gauche, et laisser ses pattes libre après l’égorgement afin de lui permettre d’atténuer ses souffrances, comme l’indique le hadith de Chaddâd ibn Aws précité, et le hadith d’Abi-l-Kheyr selon lequel un homme parmi les Ansars lui rapporta que le Messager d’Allah (paix et bénédiction d’Allah sur lui) coucha sa bête afin de la sacrifier, et s’adressa à lui en ces termes : « Aides-moi à sacrifier ma bête », ce qui fit l’homme des Ansars[3].
 
c)      Tenir le chameau en position debout, la patte gauche liée, pour procéder à son sacrifice. La méthode utilisée est le « an-nahr », qui consiste à saigner l’animal à l’aide d’une lame tranchante dans le creux se trouvant entre la base de son cou et sa poitrine. En effet, Allah dit : « Prononcez donc sur eux le nom d’Allah, quand ils ont eu la patte attachée, [prêts à être immolés»[4], c'est-à-dire debout sur trois pattes. Par ailleurs, Ibn ‘Omar passa un jour prés d’un homme qui avait fait baraquer son chameau pour le sacrifier, c’est alors qu’il dit à cet homme : « Redresses-le en position debout comme le veut la Sounnah de Mohammed »[5].
 
d)     La méthode d’abattage de tous les animaux est l’égorgement « Adh-dhabh » à l’exception du chameau conformément à la parole d’Allah : « Certes Allah vous ordonne [d’immoler] une vache »[6]où le terme [tadhbahoû] tiré de la même racine est employé, et au hadith d’Anas en ces termes : « Le Prophète a égorgé deux moutons en sacrifice »[7].
 
4 – Les comportements répréhensibles au cours du sacrifice
a)      Procéder au sacrifice d’un animal à l’aide d’un instrument non aiguisé, car cela est une forme de maltraitance de la bête comme l’indique le hadith de Chaddâd ibn Aws selon lequel le Messager d’Allah (paix et bénédiction d’Allah sur lui) a dit : « Affûtez bien la lame et ménagez la bête à sacrifier », et le hadith d’Ibn ‘Omar : « Le Messager d’Allah a ordonné que les lames soient bien aiguisées et qu’elles soient tenues hors de portée de vue de la bête »[8].
 
b)      Il est détestable de briser le cou de l’animal sacrifié ou de le dépecer avant qu’il ne soit totalement mort, en vertu du hadith de Chaddâd ibn Aws selon lequel le Messager d’Allah (paix et bénédiction d’Allah sur lui) a dit : « …lorsque vous égorgez, faites-le de bonne manière » et de ‘Omar en ces termes : « Ne vous hâtez pas [de dépecer l’animal] et laisser à la bête le temps de mourir »[9].
 
c)      Il est détestable d’affuter sa lame sous les yeux de la bête que l’on s’apprête à sacrifier conformément au hadith d’Ibn ‘Omar précité : «… qu’elles soient tenues hors de portée de vue de la bête ».
 
5 – Le statut des sacrifices des gens du Livre
Les sacrifices des gens du Livre, juifs et chrétiens, sont licites à la consommation en vertu de la parole d’Allah : « Vous est permise la nourriture des gens du Livre »[10], c'est-à-dire les bêtes sacrifiées par les gens du Livre vous sont licites à la consommation. Ibn ‘Abbas a dit : «Leur nourriture, c'est-à-dire leurs sacrifices»[11].
 

 

De ce fait, les animaux sacrifiés par les gens du Livre, qu’ils soient juifs ou chrétiens, sont licites d’après l’avis unanime des musulmans, et ce, car l’interdiction de vouer le sacrifice à autre qu’Allah, et l’interdiction de consommer la bête morte fait partie de leur croyance, contrairement au reste des mécréants parmi les adorateurs d’idoles, les apostats, les zoroastriens, dont les sacrifices nous sont illicites. C’est également le cas des sacrifices provenant des polythéistes parmi les adorateurs de tombes et de mausolées.

 



[1] Voir « Fath al bâri » (9/544) 
[2] Rapporté par Mouslim (1955)
[3] Rapporté par Ahmed (5/373)
[4] Sourate 22 Le pèlerinage verset 36
[5] Rapporté par Al Boukhari (1713) et Mouslim (1320)
[6] Sourate 2 La vache verset 67
[7] Rapporté par Al Boukhari (5554) et Mouslim (1966)
[8] Rapporté par Ahmed (2/108) et Ibn Mâjah (3172), jugé faible par Al Albâni
[9] Rapporté par Al Bayhaqi (9/278)
[10] Sourate 5 La table servie verset 5
[11] Rapporté par Al Boukhari (voir Fath al bâri 9/552)
 

 

 

Notez  




Autres articles
Des règles islamiques concernant le repas du Musulman
Quel est l’âge auquel le hijab(le voile) devient obligatoire pour la jeune fille?
Précision intéressante sur le sujet du visage de la femme en Islam
Les Vêtements de l' homme en l'Islam
La couverture des parties intimes pendant la prière
 
batou
mercredi 3 octobre 2012
Je comprends le point de vue des savants mais ce qui nous serait utile c'est qu'ils nous indiquent comment devenir savants nous-mêmes

Nouveau commentaire


 
 
 
512 caractères max

Les commentaires sont modérés : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un modérateur du site.

Il est évident que les affirmations diffamatoires et les propos racistes, antisémites, islamophobes ne seront pas publiés. Les contributions trop longues ou n'ayant aucun rapport avec le sujet de l'article ou incorrecte d’un point de vue islamique ne seront pas prises en compte.


 
 
 
     
       
 
Website for Muslims
Website for non Muslims
Francais
Espanol
Chinese site
Pусский
 
Copyright © 2011 - Tout droits réservés - islammessage.com