Side Links

  |      |   

 

Question : Nous étions à Médine et nous nous sommes rendu à la sainte mosquée du Prophète, que les éloges et le salut soient sur lui. Il y avait en notre compagnie un de nos frères qui est une personne qui fait preuve d’un certain rigorisme et de ferveur. Il nous a dit : « Il n’est pas permis d’accomplir la prière dans une mosquée à l’intérieur de laquelle se trouve une tombe ». Il a refusé de venir prier avec nous à la mosquée, ce qui nous à quelque peu perturbé. Nous souhaiterions quelques éclaircissements de votre part.

 

Réponse : La mosquée du Prophète, que les éloges et le salut soient sur lui, ne comporte aucune tombe. Le Prophète a été enterré dans sa demeure, dans l’appartement de ‘Aïcha, et non pas dans la mosquée. Cependant, lorsque la mosquée a été agrandit à l’époque du calife Al Walîd Ibn Abdel-Malik, le prince des croyants, à la fin du premier siècle de l’hégire, l’appartement du Prophète, que les éloges et le salut soient sur lui,  à été introduit dans le plan d’agrandissement de la mosquée.

 

Ainsi, le Prophète, que les éloges et le salut soient sur lui, ainsi que ses deux compagnons, n’ont cessé de se trouver dans l’appartement de ‘Aïcha, qu’Allah l’agrée, et non pas dans la mosquée. De plus, il y a entre eux et la mosquée un mur et une fenêtre qui les séparent, ce qui montre bien qu’il se trouve dans sa demeure et non dans la mosquée.

 

De ce fait, la personne qui a déclaré de telles paroles est ignorante et ne connaît pas la réalité à ce sujet. Il incombe donc au croyant de faire la différence entre ce qu’Allah a rendu licite et qu’Il a interdit. En effet, il n’est pas permis d’enterrer les morts dans les mosquées, ni de bâtir de mosquée en vénération pour un mort, et la mosquée du Prophète, que les éloges et le salut soient sur lui, ne fait pas partie de ce genre de mosquées, car il est enterré dans sa demeure, dans l’appartement de ‘Aicha, qu’Allah l’agrée, en dehors de la mosquée, du côté Est de cette dernière. Ce n’est que lorsqu’Al Walîd entreprit d’agrandir la mosquée qu’il l’introduisit à l’intérieur du périmètre de la mosquée, en y introduisant l’appartement de ‘Aïcha, qu’Allah l’agrée, et c’est une erreur de sa part, qu’Allah lui pardonne.

 

Néanmoins, ceci n’est pas un argument pour justifier le fait de construire des mosquées sur les tombes ou d’enterrer les morts dans les mosquées. A ce sujet, le Prophète, que les éloges et le salut a dit : « Qu’Allah maudisse les juifs et les chrétiens, ils ont pris les tombes de leurs prophètes comme lieux d’adoration ». ‘Aïcha, qu’Allah l’agrée, a dit : « Afin de mettre en garde contre leur action ». Abou Houreyra rapporte que le Prophète, que les éloges et le salut soient sur lui, a dit : « Qu’Allah anéantisse les juifs et les chrétiens, ils ont pris les tombes de leurs prophètes comme lieux d’adoration ». 

 

L’imam Mouslim rapporte selon Djoundoub Ibn Abdillah Al Bajali que le Prophète a dit : « Certes, ceux qui vécurent avant vous prenaient les tombes de leurs prophètes et de leurs saints comme lieux d’adoration, ne prenez pas ces lieux comme mosquées, car je vous l’interdit formellement ».

 

Les interdictions du Prophète, que les éloges et le salut soient sur lui, à ce sujet se sont répétées à maintes reprises, c’est pourquoi il est du devoir des musulmans de délaisser cette pratique, même si bon nombre d’entre eux le font, ce n’est pas un argument. Quiconque érige une construction au-dessus d’une tombe contredit clairement la Sounnah. C’est en ce sens qu’il incombe aux autorités musulmanes et aux gouvernants d’interdire cette pratique dans les pays musulmans. Il leur faut empêcher ces constructions et les démolir afin que les tombes soient rases, comme cela l’était au temps du Prophète, que les éloges et le salut soient sur lui, et de ses compagnons, comme l’on peut le voir au cimetière du Baqî’ et autre.

 

Ainsi, il n’est pas permis de construire au-dessus des tombes, ni d’y élever des dômes ou des mosquées. L’imam Mouslim rapporte selon Djâbir les parole suivantes : « Le Messager d’Allah, que les éloges et le salut soient sur lui, a interdit d’orner les tombes, de s’y asseoir et de construire au-dessus d’elles »…La hauteur des tombes ne doit pas dépasser un empan et peut comporter une pierre dressée au niveau de la tête et des pieds du défunt de façon à savoir qu’il s’agit d’une tombe, conformément à l’enterrement du Prophète, que les éloges et le salut soient sur lui, dans sa demeure dont la tombe a été empierrée sans être surélevée et sur laquelle rien n’a été édifié.

 

En réalité, il a été enterré dans sa demeure afin que sa tombe ne puisse pas être prise comme mosquée, et que personne ne puisse commettre d’exagération à son égard. C’est dans cet objectif que les compagnons l’ont enterré à cet endroit, afin de préserver sa tombe et éviter qu’elle ne soit prise comme mosquée ou lieu d’adoration.

D’autre part, lorsqu’Al Walîd décida d’introduire la demeure du Prophète, que les éloges et le salut soient sur lui, dans le projet d’agrandissement, certaines personnes ont cru que cette action indiquait la permission de construire au-dessus des tombes et de prendre les tombes comme mosquées, alors que ceci est complètement faux, car cela ne fait en aucun cas partie de la pratique du Prophète, que les éloges et le salut soient sur lui, c’était plutôt une initiative de la part d’Al Walîd Ibn Abdel-Malik.

 

Le Prophète, que les éloges et le salut soient sur lui, quant à lui, fut enterré dans sa demeure, et non pas dans la mosquée, il fut enterré en compagnie de ses deux compagnons, Abou Bakr et ‘Omar, dans l’appartement de ‘Aïcha, qu’Allah les agrée.

Il faut donc prendre conscience de ce point, nul ne doit se laisser tromper par ce fait, il incombe aux croyants, aux prédicateurs et aux savants en tous lieux de faire preuve de clairvoyance à cet égard, ils se doivent de clarifier ce point aux gens. Ils ont le devoir d’enseigner aux gens que, construire au-dessus des tombes est un acte qui n’est pas permis en Islam, et que le Prophète, que les éloges et le salut soient sur lui, n’a pas été enterré dans la mosquée, mais dans sa demeure, dans l’appartement de ‘Aïcha, qu’Allah l’agrée. Les compagnons l’on enterré à cet endroit par préservation et afin d’éviter que sa tombe ne soit prise comme mosquée et lieu d’adoration, comme l’a affirmé ‘Aïcha, qu’Allah l’agrée.

 

Quant au statut légal de construire au-dessus des tombes, de prendre ces lieux comme mosquées, et d’y enterrer les morts, il faut clarifier qu’il s’agit d’une interdiction, car ceci constitue un moyen menant à l’exagération vis-à-vis des morts, à leur divinisation en dehors d’Allah et à leur adoration. Par ailleurs, le Prophète, que les éloges et le salut soient sur lui, a réitéré avec insistance cette interdiction car les juifs et les chrétiens avaient fait preuve d’exagération à l’égard de leurs prophètes en construisant sur leurs tombes des lieux d’adoration et en faisant de ces tombes des divinités. A ce sujet il est rapporté de manière authentique d’après ‘Aïcha, qu’Allah l’agrée, que Oummou Salamah et Oummou Habîbah ont mentionné au Prophète, que les éloges et le salut soient sur lui, qu’elles avaient vu une église en Abyssinie surnommée Mâriyah dans laquelle se trouvaient des tombes et des images. Le Prophète, que les éloges et le salut soient sut lui leur rétorqua : « Lorsque des personnes pieuses mouraient au sein de ces gens-là, ils bâtissaient sur leurs tombes des lieux de culte et y disposaient images et statues. Ces gens-là sont les pires créatures pour Allah le Jour Dernier ».

 

D’après Ibn Mass’oûd, le Prophète, que les éloges et le salut soient sur lui, a dit : « Les pires de gens sont ceux qui construisent des lieux de cultes au-dessus des tombes »…

 

Il incombe donc aux prédicateurs de clarifier aux gens ce point afin d’éradiquer cette innovation et d’y mettre terme, car elle représente un moyen menant au polythéisme. Ainsi, dès lors que les gens de la masse voient que des mausolées et des dômes sont bâtis sur les tombes, que l’on vénère ces endroits en y plaçant des tissus, du parfum, ils penseront alors que ces tombes ont le pouvoir de procurer le bien et de nuire, qu’il est permis de les invoquer, d’implorer leur secours, de rechercher auprès d’elles la bénédiction ; et c’est à ce moment là qu’ils sombreront dans le polythéisme à cause de cette tentation et de cette innovation.

 

Le Messager d’Allah, que les éloges et le salut soient sur lui, a dit : « Prenez garde à l’exagération en matière de religion, car c’est ce qui a causé la perte de ceux qui vécurent avant vous ». Il s’agit ici de dépasser les limites établies par la législation d’Allah, comme c’est le cas du fait de construire au-dessus des tombes, de les prendre comme lieu de culte, d’y bâtir des dômes, etc. L’exagération à l’égard des tombes constitue un moyen conduisant au polythéisme, à l’invocation de ces dernières,  l’imploration des défunts enterrés, c’est pourquoi le Prophète, que les éloges et le salut soient sur lui, a formellement interdit tout cela. Il est donc du devoir des détenteurs de l’autorité dans les pays musulmans de faire attention à ce point, d’interdire la construction sur les tombes, de les prendre comme lieux de cultes et de faire disparaître ce genre d’édifices s’il s’avère y en avoir dans leur pays, et ce, afin que les musulmans sachent le statut de cette pratique et qu’ils restent sur la voie du Prophète et de ses compagnons, et tous ceux qui les suivent de la meilleure manière.

Nous implorons Allah de nous accorder la guidée et la réussite, qu’Il vous bénisse et vous récompense.

Lettre d'information

© 2015 - 2016 All rights reserved Islam Message