Side Links

  |      |   

  Le Prophète- prière et salut sur lui-fut un modèle de la patience. Avant le début de sa mission, il était patient face aux œuvres que faisait son peuple et à l’adoration des idoles à laquelle ce dernier s’adonnait. Après la proclamation de son message, il était patient espérant la récompense d’Allah face aux différents préjudices que lui infligeait son peuple à la Mecque premièrement, ensuite avec les hypocrites à Médine. Il était également un modèle de la patience lorsqu’il perdait des êtres qui lui étaient chers. Son épouse Khadîdja était morte de même que tous ses enfants, hormis Fatima, de son vivant. Son oncle Al Abbas était également mort. Dans toutes ces situations, il était patient espérant la récompense d’Allah. Anas ibn Malik  a dit : « Nous entrâmes avec l’Envoyé d’Allah chez Abû Saïf, le forgeron, père nourricier d’Ibrahim. Le Messager d’Allah prit Ibrahim, l’embrassa et le flaira. Plus tard nous entrâmes encore chez Abû Saïf au moment où Ibrahim rendait le dernier soupir. Les yeux du Prophète se mirent à répandre des larmes, et comme Abdu Rahman ibn Awf lui disait : « Toi aussi, ô Envoyé d’Allah ! » Il répondit : « Ô Ibn Awf, c’est un effet de la compassion ». Puis, ses larmes se remettant à couler, il ajouta : « Les yeux pleurent et le cœur est triste ; mais nous ne disons rien qui ne puisse être agréable au Seigneur. Ô Ibrahim, nous sommes affligés d’être séparés de toi »[1].

 


[1]     Al Boukhari.

Lettre d'information

© 2015 - 2016 All rights reserved Islam Message