Side Links

  |      |   

La rentrée scolaire dans les écoles de Chilly-Mazarin est difficile pour les élèves juifs et musulmans. Le maire Les Républicains (LR) a décidé de supprimer le repas de substitution sans avertir les parents.

Les parents d’élèves des écoles de la ville de Chilly-Mazarin (Essone) sont sous le choc. Depuis la rentrée scolaire, les enfants n’ont plus le droit au traditionnel repas de substitution. Une suppression découverte par les parents en cherchant l’habituelle case « sans porc ».

«Jeudi 16 septembre: rôti de porc / gratin de courgettes. Lundi 21: sauté de porc moutarde à l’ancienne / haricots plats d’Espagne. Mardi 29: saucisse de Strasbourg, jeudi 1er octobre: coquillettes bio au jambon gratinées.»

La journaliste de Libération Ondine MILLOT a rencontré une mère de famille dénommée Julie (1), mère de 3 enfants scolarisés en maternelle et primaire, qui vient de découvrir que sur la fiche d’inscription à la cantine ne figurait plus la case « ne mange pas de porc ».

«J’ai eu une adjointe au maire qui m’a dit clairement que la décision avait été prise en raison des nouvelles orientations politiques de la commune.»

Suite à cette décision inédite et jamais annoncée aux parents d’élèves, ces derniers ont décidé de mettre en place une pétition et organisent une manifestation ce samedi à 11h. Même les professeurs sont choqués par cette nouvelle mesure qui n’a même pas été débattue ou votée au Conseil Municipal.

«Nous non plus ne savions pas, confie une maîtresse de primaire. Les enseignants sont très choqués, c’est unanime. C’est l’inverse de ce qu’on enseigne aux enfants, la tolérance, le respect d’autres coutumes. C’est une façon de monter les communautés les unes contre les autres, dans une ville où la cohabitation est apaisée.»

Pour Rafika Rezgui, ex-maire (PS) et chef de file de l’opposition, il s’agit d’une « provocation gratuite » dans « une ville où il n’y a pas de tensions communautaires ».

Pour justifier cette nouvelle mesure liberticide, le maire Jean-Paul Beneytou (Les Républicains) a invoqué le respect de la laïcité tout en renvoyant l’interdit religieux dans la sphère privée et familiale.

« La majorité municipale ne souhaite plus différencier la composition des repas en fonction d’un interdit religieux qui relève de la sphère privée et familiale, en application du principe de laïcité » indique une note d’information disponible sur le site du maire de la ville.

La mise en place d’une telle interdiction provoque la colère légitime des parents qui se voient piégés par leur propre mairie. A nouveau, la laïcité exclusive sert à stigmatiser et discriminer la communauté musulmane. Les principales victimes de cet extrémisme laïc, qui cache une islamophobie patentée, sont les enfants qui vont dès leur plus jeune âge vivre l’exclusion.

Seules trois mairies en France appliquent actuellement ce régime spécial qui interdit le menu de substitution pour les enfants qui ne mangent pas de porc. Les polémiques autour du repas des enfants ont même divisé au sein des « Républicains ». Alain Juppé avait notamment pris ces distances avec les discours de Nicolas Sarkozy à ce sujet.

De son côté, le député UDI Yves Jégo a indiqué qu’il allait déposer une proposition de loi afin d’obliger les cantines scolaires à proposer une menu alternatif végétarien. Une proposition qui a rapidement séduit la communauté musulmane. Une pétition est en ligne depuis plusieurs semaines afin d’entraîner le maximum de soutien avant le vote de la loi.

Lettre d'information

© 2015 - 2016 All rights reserved Islam Message