Side Links

  |      |   

Ahmed Mohamed est un jeune adolescent. Mais du haut de ses 14 ans, il se montre déjà très habile à réparer, voire fabriquer, différents appareils grâce à ses connaissances en mécanique et en robotique. Il est même parvenu à construire lui-même un réveil. Une réalisation qu’il décide d’amener dans son lycée de Dallas pour le montrer à son professeur de mécanique, lequel le félicite.

"Alors tu as essayé de fabriquer une bombe, hein?"

Sa professeure d’anglais par contre, se plaint que l’objet ait sonné en plein cours, et lui demande de lui apporter l’appareil coupable. C’est là que tout a basculé pour le petit Ahmed. "Elle a dit : on dirait une bombe!, se souvient-il. Je lui ai répondu que cela n’avait pas du tout l’air d’une bombe à mes yeux".

Mais le professeur concerné décide de confisquer l’appareil et de prévenir la police. Quatre agents de police vont interroger Ahmed. "Ils me disaient genre: 'alors tu as essayé de fabriquer une bombe, hein?'".

"Je leur répondais que non, que c’était un réveil mais ils disaient ‘moi je trouve que ça ressemble à une bombe qu’on voit dans les films’", raconte le jeune apprenti roboticien qui faisait visiblement face à des interlocuteurs mois férus de technologies que lui.

Menotté et suspendu

Finalement, Ahmed sera menotté et sorti par deux agents avant d’être placé dans un centre de détention pour jeunes délinquants.

"Nous n’avions aucune information faisant état qu’il s’agisse d’une bombe et (Ahmed) n’a jamais prétendu que c’en était une", a précisé un porte-parole de la police locale. "Il continuait à dire que c’était un réveil. Mais il ne donnait aucune autre explication", justifie le porte-parole sollicité par le Dallas Morning News. Un journal qui s’interroge: "Quelle autre explication aurait bien pu donner Ahmed"? Difficile de dire d’un réveil autre chose que "c’est un réveil"...

Malgré l'erreur d'interprétation des autorités scolaires et policières qui paraît a posteriori manifeste, Ahmed n'est toujours pas de retour en classe. Il a été suspendu pour trois jours par son école dénonce sa famille. Une association luttant contre l'islamophobie aux États-Unis s'est saisie du dossier.

Lettre d'information

© 2015 - 2016 All rights reserved Islam Message