Side Links

  |      |   

Rue Arthur-Dubois, les échafaudages sont encore montés. Mais la façade de l’ancienne boutique Betti Cave est quasiment ravalée. D’autres travaux devraient être menés, au centre culturel et cultuel La Source, de Feignies. Les membres de l’association, créée en 2015, font appel aux dons. Lorsqu’il a su que l’ancien propriétaire vendait un bâtiment de 196 m2, Mohamed Yalaoui n’a pas hésité, il l’a acheté. C’était en 2006, et les musulmans qui souhaitaient pratiquer leur religion n’avaient alors d’autre choix que de se rendre à Louvroil ou à Maubeuge. « Au départ, nous avons créé un simple lieu de prière pour les hommes et pour les femmes », retrace le président de l’association La Source, créée il y a un an pour développer la structure. « C’était important qu’il y ait un tel centre sur le secteur, insiste Madjid Bourekh, bénévole. Notamment pour la nouvelle génération, qui peut être en recherche, et ne sait pas où s’adresser. Il fallait qu’on soit là pour répondre à ses interrogations, et éviter qu’elle aille voir n’importe qui. »

Aujourd’hui, « près de 150 fidèles » fréquentent la mosquée, notamment lors de la prière du vendredi, conduite par un imam de Denain. « On veut s’ouvrir vers l’extérieur, plusieurs élus municipaux sont venus visiter les locaux. » Un conférencier est présent, une fois par mois, pour discuter de thèmes variés (« Comment faire ses ablutions, sa prière… »). Après les attentats du 13-Novembre, « nous avons discuté du terrorisme, de la radicalisation ».

Mohamed Yalaoui est catégorique. À la mosquée de Feignies, « on prône un islam du juste milieu, du bon voisinage, de tolérance, d’entraide ». Tant qu’il sera président de la structure, « ma porte sera toujours ouverte, croyant ou pas, pour boire un thé, visiter les locaux. Ici, ce n’est pas une mosquée fermée ».

La façade est aujourd’hui rénovée. Un chantier pour lequel l’asso a dû faire appel à une entreprise. Coût des travaux : 6 000 €, entièrement financés par les fidèles qui fréquentent les lieux. « Avant, il y avait des volets en métal, les gens pouvaient se poser des questions. Maintenant, c’est plus accueillant », raconte Hazdine Mengouchi, vice-président de La Source.

Mohamed et la trentaine de membres actifs imaginent déjà une extension des locaux, « qui se marierait avec le paysage », pour installer une bibliothèque, un coin informatique, des salles de classe. « Comme on l’a dit, on ne sait pas sur qui les jeunes peuvent tomber. On veut les éduquer ici, plutôt que de les laisser partir on ne sait où. » Mais pour pouvoir mener à bien ses projets, l’association La Source (qui ne perçoit aucune subvention) fait appel aux dons. « Les gens verront leur argent sur les murs, dans la rénovation des locaux, et pas ailleurs ! », souligne Madjid. « Si les écoles n’ont plus besoin de livres ou peuvent mettre à disposition du matériel informatique jugé vétuste… », embraie Mohamed.

Lettre d'information

© 2015 - 2016 All rights reserved Islam Message