Side Links

  |      |   

Le conseil municipal de Noisy-le-Sec de jeudi soir, comme en décembre, a mal tourné. La raison est toujours la même : l’association cultuelle des musulmans de Noisy-le-Sec, Aman, soutenue par près de 150 personnes dans le public, a voulu prendre la parole en début de séance.

Le maire (UDI), Laurent Rivoire a refusé. Et, devant la bronca, les élus ont dû voter le huis clos.

Au cœur de ces tensions, un projet de mosquée qui traîne dans les tiroirs depuis au moins 10 ans.«Noisy-le-Sec fait partie de ces villes très en retard sur le sujet », rappelle M’hammed Henniche, président de l’UAM 93 (lire ci-dessous). Aujourd’hui, deux projets se font face. D’un côté, depuis 17 ans, les musulmans de la commune prient dans un pavillon aménagé rue Brément. Ce lieu, géré par l’association Aman, est trop petit. «Nous avons dû acheter une 2e maison à côté pour agrandir », explique son porte-parole, Ahmed Amri.

La communauté musulmane est divisée

Sauf que la mairie n’est pas d’accord : pas assez de stationnements dans cette zone pavillonnaire, trop de bruit… Elle leur a refusé le permis de construire et leur propose autre chose. Ce jeudi, le conseil municipal a acté l’achat d’un terrain de 430 000 € pour que les fidèles construisent une grande mosquée. L’idée est soutenue par plusieurs associations musulmanes de Noisy-le-Sec. Pas par Aman. Ahmed Amri explique, parmi d’autres arguments, que «son projet, au moins, ne coûtera rien aux contribuables. Et puis, il se fera alors que ce terrain n’est encore qu’une promesse. Une de plus… »

Les fidèles favorables au projet municipal se sont rassemblées au sein de la Fédération des musulmans de Noisy-le-Sec. «A la base, tout le monde vient d’Aman qui s’est scindée entre les communautés », précise la fédération. Pour Olivier Sarrabeyrouse (FG), le maire joue de ces divisions. Laurent Rivoire dément fermement : «J’ai fait mon boulot, maintenant il faut que tout le monde s’entende et ça, ce n’est pas le mien. »

En attendant la construction de cette mosquée de la discorde, la Fédération va installer des préfabriqués provisoires à Rosny-sous-Bois. Aman, quant à elle, a attaqué le refus du permis de construire devant le tribunal administratif. Une décision devrait être rendue en mars.

Lettre d'information

© 2015 - 2016 All rights reserved Islam Message