Side Links

  |      |   

 De la part de `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-Allah ibn Bâz à mes frères en Islam, qu'Allah nous guide vers l'accomplissement des actes d'obéissance et nous épargne des innovations et des actes répréhensibles. Que la paix, la miséricorde et les bénédictions d'Allah soient sur vous.

Par obligation de conseil et de rappel, j'attire votre attention sur un point sur lequel il ne faut pas se taire et duquel il faut prendre garde et s'éloigner, c'est la mixité pratiquée par certains ignorants dans quelques endroits et villages, en se mélangeant avec des personnes qui ne leur sont pas Mahram (homme avec lequel il est interdit à la femme de se marier), ils ne voient pas de mal à le faire, sous prétexte que c'est la tradition de leurs aïeux et que leur intention est bonne. Par exemple, on trouve la femme assise avec ses beaux frères ou ses cousins ou d'autres proches sans voile ni gêne.

Il est bien connu que pour la femme musulmane, porter le voile et couvrir le visage en présence d'hommes étrangers est une chose obligatoire, dont l'obligation est démontrée par le Coran, la Sunna (tradition prophétique) et le consensus des pieux prédécesseurs, Allah (Gloire à Lui) a dit : « Et dis aux croyantes de baisser leurs regards, de garder leur chasteté, et de ne montrer de leurs atours que ce qui en paraît et qu'elles rabattent leur voile sur leurs poitrines » ;  , et Allah le Très-Haut dit :  « Et si vous leur demandez (à ses femmes) quelque objet, demandez-le leur derrière un rideau: c'est plus pur pour vos cœurs et leurs cœurs »;  , jusqu'à la fin du verset. Il a dit également (Pureté à Lui) : « Ô Prophète! Dis à tes épouses, à tes filles, et aux femmes des croyants, de ramener sur elles leurs grands voiles: elles en seront plus vite reconnues et éviteront d’être offensées. Allah est Pardonneur et Miséricordieux ».  , "al-djilbâb" est l'habit qu'on met par-dessus le voile, une sorte de mante. 'Omm Salma (Qu'Allah soit satisfait d'elle) a dit: « Lorsque fut révélé ce verset les femmes des 'Anssâr sortirent comme si des corbeaux se posaient sur leurs têtes de quiétude, elles portaient des vêtements noirs. »

Dans ces nobles versets, il y a une preuve claire que la tête de la femme et ses cheveux ainsi que son visage et son cou font partie de ce qui lui est obligatoire de voiler, en présence de tous ceux qui lui sont permis au mariage "mahram" et que les dévoiler devant ces derniers est illicite. Parmi les preuves de la Sunna figure le fait que, lorsque le Prophète ordonna aux femmes de sortir pour accomplir la prière de Al-`Id à la mosquée, elles dirent: « Ô Envoyé d'Allah, il arrive que l'une d'entre nous ne trouve pas de quoi s'habiller ». Le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) répondit: « Que sa coreligionnaire lui emprunte l'un de ses habits ».  (rapporté par Al-Boukhârî et Mouslim) . Ce hadith démontre que ce qui était de coutume chez les femmes des compagnons, est que la femme ne sortait que vêtue d'un " djilbâb" (grand voile), et le Prophète d'Allah (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) ne leur a pas permis de sortir sans le grand voile.

Il est rapporté dans les deux Sahîhs (d'Al-Boukhârî et Mouslim ) selon `A'îcha (Qu'Allah soit satisfait d'elle): « Les femmes croyantes assistaient à la prière de soubh (du matin) présidée par l'Envoyé d'Allah (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam); elles retournaient ensuite chez elles, tout en étant complètement recouvertes de leurs vêtements faits de soie ou de laine; et sans que personne ne put les reconnaître  , et elle a dit:  Si le Messager d'Allah (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) avait vu des femmes ce que nous avons vu d'elles, il leur aurait interdit de se rendre aux lieux de prière comme les enfants d'Israël en interdirent leurs femmes ».  Le hadith démontre que le voile faisait partie des coutumes des femmes des compagnons. Ces derniers vivaient dans le meilleur des siècles et le plus honorable pour Allah (Exalté soit-Il), ils avaient le meilleur comportement, la foi la plus parfaite et les œuvres les plus sincères, ils sont donc l'exemple à suivre par les autres.

`A'îcha (Qu'Allah soit satisfait d'elle) a dit également : « Les escortes passaient par nous, pendant que nous étions en état de sacralisation avec l'Envoyé d'Allah (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam). Quand ils furent à côté de nous, l'une de nous fit baisser son voile élevé sur sa tête, pour cacher son visage. Puis, quand ils passèrent, nous découvrîmes de nouveau chacune son visage ».  (rapporté par 'Ahmad, 'Abou Dâwoud et Ibn Mâdja). Lorsqu'elle dit: « Quand elles s'approchaient (les escortes), chacune de nous faisait baisser son voile par-dessus sa tête, pour cacher son visage », cela prouve l'obligation de voiler le visage, car ce qui est légiféré lors de la sacralisation est de le dévoiler, donc s'il n'y avait pas une interdiction formelle de dévoiler le visage, il serait resté obligatoirement dévoilé.

Quand on réfléchit sur le dévoilement du visage de la femme devant les hommes étrangers nous constatons qu'il provoque beaucoup de dégâts dont la tentation qui en résulte, et qui est l'un des plus grands appels au mal et à la dépravation. Parmi ses dégâts aussi, la disparition de la pudeur chez la femme ainsi que la tentation des hommes par cette dernière. De ce fait, il s'avère qu'il est interdit à la femme de dévoiler son visage en présence d'hommes étrangers, et qu'il lui est également interdit de dévoiler sa poitrine, son cou, ses bras, ses jambes ou toute autre partie de son corps devant des hommes étrangers. De même, il lui est prohibé de rester tête-à-tête avec un homme étranger, ou de se mélanger à des hommes qui ne lui sont pas "mahram" sans être voilée. Si la femme se voit égale à l'homme dans le fait de rester visage découvert et de se promener ainsi, sa pudeur disparaîtra et elle n'aura pas honte de bousculer les hommes, et cela comporte une grande tentation et une énorme dépravation.

Alors qu’il revenait un jour de la mosquée et que les hommes se mêlaient avec les femmes, le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) dit aux femmes : « Restez derrière les hommes, il ne vous convient pas de marcher au milieu de la chaussée, plutôt aux bords de la route ».  Les femmes rasaient les murs au point que leurs vêtements s'y accrochaient, comme l’évoque Ibn Kathîr lorsqu'il  interpréte la Parole d'Allah (Exalté soit-Il) : « Et dis aux croyantes de baisser leurs regards ».  Il est donc interdit à la femme de dévoiler son visage devant les hommes qui ne lui sont pas "mahram" (homme avec lequel il est interdit de se marier), comme il lui est interdit de rester seule avec les hommes ou de se mélanger à eux ou de leur serrer la main. D'ailleurs, Allah (Gloire et Pureté à Lui) a indiqué dans le verset suivant, qui sont les hommes ayant le droit de voir ses atours: « …et qu’elles ne montrent leurs atours qu’à leurs maris, ou à leurs pères, ou aux pères de leurs maris, ou à leurs fils, ou aux fils de leurs maris, ou à leurs frères, ou aux fils de leurs frères, ou aux fils de leurs sœurs, ou aux femmes musulmanes, ou aux esclaves qu’elles possèdent, ou aux domestiques mâles impuissants, ou aux garçons impubères qui ignorent tout des parties cachées des femmes. Et qu’elles ne frappent pas avec leurs pieds de façon que l’on sache ce qu’elles cachent de leurs parures. Et repentez-vous tous devant Allah, ô croyants, afin que vous récoltiez le succès ». 

Quant aux beaux-frères (frère de son mari ou mari de sa sœur) et cousins (fils de son oncle paternel, de son oncle maternel, de sa tante maternelle, etc..,ils ne font pas partie des "mahram" (homme avec lequel il est interdit de se marier), donc ils n'ont pas le droit de voir son visage et il ne lui est pas permis, à elle, de se dévoiler en leur présence car ils peuvent être tentés par elle. Selon `Oqba ibn `Amîr (Qu'Allah soit satisfait de lui), le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a dit : « Prenez garde à ne pas vous introduire auprès des femmes, un homme des Ansârs dit : « Ô messager d'Allah qu'en est-il des proches du mari ? Il répondit les proches sont la mort »[1]. Ce qui est voulu par "al-hamou" (proches du mari), ce sont ses frères et oncles, etc.. ; car ils pénètrent dans la maison sans soucis, mais ils ne sont pas Mahram (homme avec lequel il est interdit de se marier). Par conséquent, il est interdit à la femme de leur dévoiler ses atours même s'ils sont pieux et dignes de confiance; car Allah a restreint l'autorisation de montrer ses atours à certaines personnes citées dans le verset précèdent, le frère et l'oncle, le cousin et les autres n'en font pas partie. Le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a dit dans un hadith : « Un homme ne doit jamais être seul à seul avec une femme sans qu'elle ne soit accompagnée d'un Mahram (personne qui lui soit interdite en mariage) ». "dhî mahram" signifie celui avec qui il lui est définitivement interdit de se marier soit en raison des liens de filiation, d'alliance ou d'allaitement comme le père, le frère, l'oncle, etc..".

Le Messager d'Allah (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a interdit le tête-à-tête entre une femme et un homme afin qu'ils ne soient pas égarés par Satan et de peur qu'il ne leur insuffle la perversité et ne leur embellisse les péchés. Et il a été rapporté que le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a dit : « Un homme ne doit jamais être seul à seul avec une femme, car Satan sera leur troisième », rapporté par l'Imam 'Ahmad avec une chaîne de transmission authentique selon `Omar ibn Al-Khattâb (Qu'Allah soit satisfait de lui).

Ceux dont la coutume du pays est contraire à celle-ci, prenant comme argument les traditions de leurs familles ou du peuple de leur pays, doivent faire des efforts sur eux même pour faire disparaitre ces coutumes et s'entraider pour s'en débarrasser et en finir avec ses méfaits; et ce afin de préserver l'honneur, et s'entraider dans l’accomplissement des bonnes œuvres et de la piété conformément aux ordres d' Allah (Exalté soit-Il) et de son Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam). Ils doivent se repentir à Allah (Gloire et Pureté à Lui) de leurs erreurs et s'appliquer à recommander le louable et interdire le blâmable avec persévérance. Pour soutenir le Vrai et combattre le Faux, ils ne doivent pas prêter attention à ceux qui les blâment ni se soucier des moqueries ou des dérisions de certaines personnes, car le devoir du Musulman est de suivre les lois d'Allah avec satisfaction et soumission, en étant désireux de ce qui se trouve auprès d'Allah et en craignant son châtiment, même s'il est contredit, en cela, par les personnes qui lui sont les plus proches et les plus chères. Il est défendu de suivre les passions et les traditions qu'Allah (Gloire et Pureté à Lui) n'a pas légiférées, car l'Islam est la religion de la vérité, de la guidée et de la justice dans toute chose ; il appelle au plus honorable des comportements et aux meilleures des œuvres et prévient de ce qui les contredit.

Nous demandons exclusivement à Allah de nous guider ainsi que tous les Musulmans vers ce qui Le satisfait, et de nous préserver des maux de nos âmes et de nos mauvaises œuvres, Il est Magnanime et Généreux. Que la prière et le salut d'Allah soient sur notre Prophète, Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Que la paix, la miséricorde et les bénédictions d'Allah soient sur vous.

Fatawa Ibn Baz 5ème volume page 236



[1] unanimité sur son authenticité

 

 

 

Lettre d'information

© 2015 - 2016 All rights reserved Islam Message