Side Links

  |      |   

 

Définition

Dans la langue arabe, le terme « Sounnah » désigne le chemin et la tradition qu'elle soit bonne ou mauvaise comme l’indique la parole du Prophète (paix et bénédiction d’Allah sur lui) : « Celui qui instaure une bonne tradition (sounnah hassana) en Islam en aura sa récompense et la récompense de celui qui la met en pratique après lui, sans qu'aucun ne soit lésé dans sa récompense. Et celui qui instaure une mauvaise tradition (sounnah sayi-a) en portera le fardeau et celui  de ceux qui la mettent en pratique après lui, sans qu'aucun d'eux ne soient déchargés de leur fardeau »[1].

Quant à la définition de la Sounnah dans la terminologie islamique ; celle-ci possède une définition qui diffère selon les domaines dans lesquels ce terme est employé. Chez les savants spécialisés dans la science du hadîth, ce terme fait référence à ce qui a été rapporté du Prophète (paix et bénédiction d’Allah sur lui) comme paroles, actes, approbations, traits physiques et moraux, ainsi que sa biographie avant et après la révélation.

Chez les savants spécialisés dans les Fondements de la jurisprudence, ce terme englobe tout ce qui a été rapporté du Prophète (paix et bénédiction d’Allah sur lui) qui n'est pas mentionné dans le Noble Livre comme paroles, actes, approbations [ayant trait à la législation et pouvant servir de preuve pour établir un règlement juridique].

Enfin, chez les jurisconsultes, le terme « Sounnah » concerne tout ce qui n'est pas obligatoire.

Cependant, pour la plupart des Salafs (les pieux prédécesseurs), le terme «Sounnah» possède un sens plus vaste, et beaucoup plus large. En effet, ils entendaient par ce terme, tout ce qui est en accord avec le Livre et la tradition du Messager d'Allah (paix et bénédiction d’Allah sur lui) ainsi que la voie de ses compagnons tant du point de vue de la croyance, des adorations que de leurs positions face aux innovations. Ainsi, ils disaient qu'untel est sur la Sounnah, si ses actes étaient en conformité avec le Livre d'Allah et la tradition du Messager d'Allah, tout comme ils disaient qu'untel est hérétique (innovateur), si ses actes étaient en contradiction avec le Livre d'Allah et la Sounnah.

Cheykh Al Islâm Ibn Taymiyya (Qu'Allah lui fasse miséricorde) a dit dans son ouvrage « Al hamawiya » : « La Sounnah englobe ce sur quoi était le Messager d'Allah tant au niveau de la croyance, du comportement, des paroles et des actes ».

Ibn Rajab (Qu'Allah lui fasse miséricorde) dit dans son ouvrage « Djâmi' Al 'Ouloum wa Al Hikam » : « La Sounnah désigne le chemin emprunté, et celui ci, comprend l'attachement à ce sur quoi était le Prophète ainsi que ses Califes bien guidés qu’il s’agisse de la croyance, des œuvres et paroles ».

 

Le statut de la Sounnah dans la législation islamique

La Sounnah est considérée comme la seconde source du droit musulman. Elle permet d’appréhender, de comprendre et d’assimiler les grands objectifs de la révélation. Elle explique, commente et complète parfois les enseignements contenus dans le Coran.

La Sounnah est par conséquent le meilleur commentaire du Coran. Le caractère référentiel de la Sounnah découle d’injonctions divines dans plusieurs versets coraniques. De ce fait, la Sounnah occupe une place importante dans la législation islamique, si bien qu’elle doit être assimilée au Coran du point de vue de son statut, et selon l’unanimité des hommes de science, ces deux sources forment un seul code de législation.

C’est en ce sens, que la Sounnah constitue une preuve légale indépendante pour toute la communauté, et il n’a jamais été fait mention au sein des gens de science de désaccord ou de divergence quant au fait qu'elle est un fondement indépendant, et qu'elle est le deuxième fondement parmi les fondements de l'islam, et il est par conséquent obligatoire aux musulmans ainsi à toute la communauté de s'y référer, et la considérer comme preuve légale, si elle authentiquement attribuée au Prophète (paix et bénédiction d’Allah sur lui).

Quiconque délaisse intentionnellement la Sounnah [en tant que code de législation], la renie ou prétend qu'il est permis de se dispenser de son application et de se contenter du Coran, s'est alors égaré loin dans l’égarement, et a commis une grande mécréance, car cela revient à  démentir Allah et son Messager. Par cette attitude, l’individu aura délaissé un grand fondement parmi les fondements de l'Islam, au sujet duquel Allah a ordonné de se référer.

Les preuves tirées du Coran affirmant le statut de la Sounnah sont nombreuses, parmi lesquelles :

« Ô les croyants ! Obéissez à Allah, et obéissez au Messager et à ceux d'entre vous qui détiennent le commandement»[2],

« Non !...Par ton Seigneur ! Ils ne seront pas croyants aussi longtemps qu'ils ne t'auront demandé de juger de leur disputes et qu'ils n'auront éprouvé nulle angoisse pour ce que tu auras décidé, et qu'ils se soumettent complètement à ta sentence »[3],

« Dis : « Si vous aimez vraiment Allah, suivez-moi, Allah vous aimera alors et vous pardonnera vos péchés. Allah est Pardonneur et Miséricordieux »[4],

« Que ceux, donc, qui s'opposent à son commandement prennent garde qu'une épreuve ne les atteigne, ou que ne les atteigne un châtiment douloureux »[5],

« Il n'appartient pas à un croyant ou à une croyante, une fois qu'Allah et Son messager ont décidé d'une chose d'avoir encore le choix dans leur façon d'agir»[6].

 

Les catégories de Sounnah

La Sounnah peut être classifiée selon différents point de vue tel que la nature de cette dernière et sa transmission.

 

La nature de la Sounnah

En ce qui concerne sa nature, la Sounnah se subdivise en trois catégories :

- La Sounnah verbale

- La Sounnah pratique

- La Sounnah approbative qui nous est rapportée sous forme de hadîths.

 

1 - La Sounnah verbale

Il s'agit de tous les hadiths que le Prophète (paix et bénédiction d’Allah sur lui) a prononcé dans différents lieux et durant différentes occasions, tel que sa parole : « Les actes ne valent que par leur intention » ou « Pas de nuisance et pas de malfaisance », etc.

 

2 - La Sounnah pratique

Il s'agit de toutes les actions que le Prophète (paix et bénédiction d’Allah sur lui) a accomplies, comme l'accomplissement des cinq piliers de l'islam, les rites du pèlerinage, son jugement par le témoignage d'une personne ou par serment de l'accusateur, etc.

 

3 - La Sounnah approbative

Il s'agit de ce que le Prophète (paix et bénédiction d’Allah sur lui) acquiesça comme action, de façon dénuée de doute, ou bien par son silence après l'avoir vu, ou alors ce qui se déroula à son époque et qu'il en prit connaissance sans le réfuter. Ou bien encore en voyant la satisfaction qui se lisait sur son visage, comme son acquiescement des deux compagnons qui avaient utilisé l'ablution sèche pour leur purification, puis après avoir trouvé de l'eau l'un d'eux renouvela sa prière et l'autre non. Il dit à celui qui ne renouvela pas sa prière «  tu as accompli la sunna, et ta prière est valide », il dit au second « tu as reçu deux fois la même récompense ».

Lettre d'information

© 2015 - 2016 All rights reserved Islam Message