Side Links

  |      |   

 

Q : Quand je deviens en colère ou enragé à cause de n'importe quelle affaire survenue sur le lieu de travail ou chez moi, j'ai l'habitude de faire le serment de divorcer d'avec ma femme, en disant : "Je divorce" ou bien "Telle ou telle chose me sera illicite, si ...". De tels serments ont pris la force de routine dans ma vie, de jour comme de nuit et je les répète très souvent. J'ai beau essayé de s'arrêter, mais c'était en vain. Qu'est-ce que vous me conseillez et quel est l'avis religieux sur untel serment ?

R : Nous vous mettons en garde contre un tel comportement et nous vous conseillons d'éviter la profération fréquente de tels serments et surtout celui de divorcer ou de considérer quelque chose comme interdit. C'est ce que nous vous enjoignons de faire. Or, si vous faites ce serment, étant sincère, aucun reproche ne vous sera adressé. Si vous usez de tels serments pour faire ajouter foi à vos paroles, tout en étant sincère, comme par exemple, dire : "Je jure de répudier ma femme, untel est certes parti en voyage" ou "Je jure de répudier ma femme, je n'ai vraiment commis tel ou tel acte". Il n'y a là rien à vous reprocher. De même, quand vous dites : "Je jure que telle chose me sera illicite, si je fais telle ou telle chose", tout en tenant à votre serment, "Je jure que telle chose me sera illicite, si untel n'est pas vraiment parti en voyage" ou "Je jure que telle chose me sera illicite, si je mange telle chose", tout en étant sincère, il n'y aura rien à vous reprocher. Mais, si vous faites ces serments pour empêcher quelque chose, comme pour défendre à votre épouse de visiter ses parents, en disant : "Je jure de te répudier, si tu te rends chez tes parents", alors que vous ne visez par-là que de l'empêcher et non pas vraiment de divorcer d'avec elle, le jugement porté sur untel serment est pareil à celui porté et exigé pour expier n'importe quel autre serment, selon l'un des avis les plus prépondérants professés par les ulémas. De même, si vous dites : "Je jure que telle chose me sera illicite, si je goûte à une telle nourriture" ; puis vous en mangez ; alors qu'en votre for intérieur, vous vouliez bien ne pas y goûter ; en ce cas vous devez faire l'expiation de votre serment. Autre exemple, si vous jurez de ne jamais rendre visite à une certaine personne, puis vous lui avez rendu visite, après avoir juré sincèrement de ne pas entreprendre cette visite, vous aurez à expier votre serment ainsi que de demander le pardon d'Allah, d'avoir interdire quelque chose. à vous-même par vous-même, ce qu'il n'est nullement permis d'interdire ce qu'Allah avait rendu permis.

 

Source: Fatwas d'Ibn Bâz  (ٍSite du Comité Permanent)

 

Lettre d'information

© 2015 - 2016 All rights reserved Islam Message