Side Links

  |      |   

Deux semaines après le début du mois du Ramadan, la mairie de Lagny-sur-Marne (Seine-et-Marne) a décidé, mercredi 30 mai, de démonter les tentes prévues pour les prières musulmanes dans le parc des Sports, dans cette commune où la mosquée reste toujours fermée sur une décision d’État. À l'origine de cette décision : le non-respect d’une convention établie entre la mairie et l’association musulmane Al-Andalus.

Cette convention imposait le respect de deux conditions : les fidèles ont interdiction de passer près de l’école Fort-du-Bois pour se rendre au parc et les nuisances sonores et routières devaient être maîtrisées.

La directrice de l’école a cependant adressé une lettre à la mairie, lundi 28 mai, signalant la présence de fidèles ayant longé l’école. Selon les mots du maire Jean-Paul Michel, cité par le site local codeActu, « leur passage a créé de l’émoi dans l’école, au point que la directrice de l’école a pensé appuyer sur le bouton de l’alarme anti-intrusion ».

Autre infraction aux conditions, un véhicule a traversé le parc, pourtant interdit à la circulation, pour se garer au plus près des tentes alors que les lieux comptaient « 120 enfants en pleine course d’orientation », selon un communiqué de la mairie, qui annonce le dépôt d'une plainte. « Ces comportements nuisent à l’image des musulmans de Lagny et compliquent les relations avec les institutions (Etat et Ville) ».

Le maire a reçu le président de l’association mercredi 30 mai pour lui faire part de vive voix de la rupture de la convention. « Le président comprend notre décision », a-t-il expliqué, avant de préciser qu’« aucune autre convention ne sera signée avec l’association d’ici la fin du Ramadan », même s'il n'exclut pas la possibilité de reprise des prières de rue dans la mesure où il n’existe aucun lieu de culte attitré pour les musulmans à Lagny-sur-Marne.

 

https://www.saphirnews.com 

Lettre d'information

© 2015 - 2016 All rights reserved Islam Message