Side Links

  |      |   

 

La générosité repose sur la conscience que la richesse a certes une valeur qui impose de ne pas la dilapider, mais que la vertu a des exigences pour lesquels on doit dépenser sa richesse sans regret. Il s’agit donc de dépenser ce qui soit être dépensé pour des raisons appropriées.

Ainsi, quiconque dépense sans compter pour satisfaire le moindre de ses désirs est un dilapidateur alors que celui qui se refuse de dépenser son bien pour satisfaire un besoin légitime est un avare. La générosité est donc le juste milieu entre la prodigalité et l’avarice.

Du reste, comme la libéralité repose sur la miséricorde et une faible détermination à amasser des richesses, elle est en relation avec d’autres vertus qui relèvent d’une forte détermination et en sont les expressions les plus manifestes. Ainsi, l’homme généreux est habituellement enclin au pardon, indulgent et équitable. Il accorde aux autres leur dû de sa propre initiative et lorsqu’il est position de juger, il fait preuve de justice et n’est pas tenté par la corruption ni par le désir de trancher en faveur des puissants au détriment des faibles.

L’homme libéral est assurément modeste. L’arrogance comme l’orgueil lui sont étrangers, mais il surpasse les autres par son courage et sa fierté. C’est plutôt l’avidité qui est l’ennemie du courage et de la fierté.

En outre, la générosité a un impact considérable sur la place qu’occupe la communauté parmi les autres. Cette place dépend en effet de la préservation de la religion au sein de cette communauté, de l’étendue de ses connaissances, de l’éminence de ses vertus, de la protection de son honneur, de la hauteur de sa réputation, de son degré d’unité et de la défense de ses terres. Tous ces nobles objectifs ne peuvent être atteints que grâces aux efforts des croyants généreux.

Lettre d'information

© 2015 - 2016 All rights reserved Islam Message