Side Links

  |      |   

Le sommet Afrique-France sur la paix et la sécurité s’est ouvert vendredi à Paris en présence d’une quatantaine de chefs d’Etats. L’année a été marquée par deux interventions militaires françaises majeures en Afrique, une au Mali et l’autre depuis quelques jours en Centrafrique.

Le président de la Gambie, Yahya Abdul-Aziz Jemus Junkung Jammeh, est arrivé à l’Elysée en tenue traditionnelle avec un Coran et un chapelet à la main. Le cliché de l’agence de presse sénégalaise Xibaaru a déjà fait le tour du monde. Le président gambien a surement voulu par ce geste soutenir la communauté musulmane en France qui vit depuis quelques années des moments difficiles suite à des lois islamophobes.

Yahya Abdul-Aziz Jemus Junkung Jammeh apparait en Afrique comme un opposant invétéré au néocolonialisme occidental. La preuve en est le récent retrait remarqué de son pays au Commonwealth (organisation regroupant en majorité les ex-colonies de l’Empire anglais).

« Le gouvernement se retire du Commonwealth en tant que membre et décide que la Gambie ne sera jamais membre d’une institution néocoloniale, et ne fera jamais partie d’une institution qui représente un prolongement du colonialisme », expliquait un communiqué du gouvernement gambien.

Les nombreuses ingérences occidentales dans les affaires sociétales du pays ont déclenché la colère du président gambien :

 « Si vous voulez nous donner de l’aide pour que nous mariions les hommes avec les hommes et les femmes avec les femmes, abandonnez. Nous n’avons pas besoin de votre aide, car aussi longtemps que je serai Président de la Gambie, vous ne verrez jamais cela arriver dans ce pays ».

 « L’homosexualité sous toutes ses formes, en plus d’être un péché, est une offense contre Dieu et une menace pour l’existence humaine ».

Lettre d'information

© 2015 - 2016 All rights reserved Islam Message